Simon Wiesenthal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Simon Wiesenthal

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Simon Wiesenthal en 1982

Naissance 31 décembre 1908
Buczacz (Autriche-Hongrie)
Décès 20 septembre 2005 (à 96 ans)
Vienne (Autriche)
Nationalité Autrichienne
Activité principale
Chasseur de nazis et écrivain

Simon Wiesenthal, (31 décembre 1908 - 20 septembre 2005) était un survivant autrichien de la Shoah connu pour ses activités de chasseur de nazis.

Né dans une famille juive dans l'est de l'Autriche-Hongrie, Wiesenthal grandit dans la ville polonaise de Lvov où il suivit des études d'architecture. Après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne nazie en 1939, il fut déporté dans plusieurs camps de travail et de concentration dont ceux de Janowska, Płaszów et Mauthausen. Après la guerre, il consacra sa vie à la collecte d'information et à la recherche de criminels de guerre nazis pour qu'ils soient jugés en fondant notamment des centres de documentation juifs à Linz et à Vienne. Il joua un rôle mineur dans la localisation d'Adolf Eichmann qui fut capturé à Buenos Aires en 1960 et travailla étroitement avec le ministère de la Justice autrichien pour préparer les poursuites contre Franz Stangl. Dans les années 1970 et 1980, Wiesenthal fut impliqué dans plusieurs affaires concernant le passé nazi de plusieurs personnalités politiques autrichiennes. Décédé en 2005 à l'âge de 96 ans, il a été inhumé à Herzliya en Israël.

Wiesenthal a été critiqué pour les nombreuses incohérences dans ses autobiographies et l'exagération de son rôle dans la capture d'Eichmann. De même, ses affirmations selon lesquelles il aurait permis l'arrestation de 800 nazis n'est étayée par aucune preuve. Sa contribution à la recherche des anciens criminels nazis et à la mémoire de la Shoah est néanmoins reconnue et il est devenu l'archétype du chasseur de nazi.

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Simon Wiesenthal est né peu avant minuit le 31 décembre 1908 à Buczacz dans le royaume de Galicie et de Lodomérie appartenant à l'Autriche-Hongrie. Son père, Asher Wiesenthal, était un grossiste juif qui avait quitté l'Empire russe quatre ans plus tôt pour fuir les pogroms. Réserviste dans l'armée austro-hongroise, il fut mobilisé au déclenchement de la Première Guerre mondiale en 1914 et fut tué sur le Front de l'Est l'année suivante. Devant la progression des troupes russes en Galicie, Simon, son jeune frère Hillel et sa mère Rosa se réfugièrent à Vienne et les deux garçons furent scolarisés dans une école juive germanophone. La famille retourna à Buczacz en 1917 après le repli russe mais la région changea plusieurs fois d'occupant avant la fin du conflit en novembre 1918[1],[2].

Wiesenthal et son jeune frère poursuivirent leurs études au gymnasium polonophone de la ville et il y rencontra sa future épouse, Cyla Müller. Hillel fut gravement blessé au dos lors d'une chute en 1923 et mourut l'année suivante. Rosa se remaria en 1926 et s'installa à Dolyna avec son nouvel époux, Isack Halperin, qui y possédait une fabrique de tuiles. Wiesenthal resta à Buczacz dans la famille Müller jusqu'à obtenir son diplôme en 1928.[3],[4],[5]. Attiré par l'art et le dessin, il choisit de s'orienter vers des études d'architecture. Son premier choix était l'université nationale polytechnique de Lvov mais il ne fut pas admis car le quota d'élèves juifs avait déjà été atteint et il intégra l'université technique de Prague en Tchécoslovaquie où il étudia de 1928 à 1932. Il réalisa ensuite un stage en génie civil en 1934 et 1935 notamment à Odessa en Union soviétique avant d'épouser Cyla en 1936 et de revenir en Galicie[6],[7].

La période qui suivit en mal connue car les autobiographies de Wiesenthal se contredisent sur de nombreux points et il a également dramatisé et romancé certains événements[8],[9]. L'une des versions est qu'il a ouvert un cabinet d'architecture avant d'être finalement admis à l'université de Lvov. Durant ses études, il dessina plusieurs bâtiments résidentiels ainsi qu'un sanatorium et fut un membre actif d'une association étudiante sioniste ; il écrivit également des articles dans Omnibus, une revue étudiante satirique et fut diplômé en 1939[10],[11]. Le journaliste et écrivain Guy Walters note que dans sa première autobiographie, Wiesenthal ne fait aucune mention d'études à Lvov ; son nom n'apparait dans aucun document universitaire ni dans la liste des architectes de la période. Il cite par ailleurs un CV rédigé après la Seconde Guerre mondiale, dans lequel Wiesenthal indique qu'il avait travaillé comme contremaître dans une usine jusqu'en 1939 puis comme mécanicien dans une autre usine jusqu'à l'invasion allemande de l'Union soviétique en 1941. Dans son autobiographie de 1961 Ich jagte Eichmann (J'ai chassé Eichmann), il rapporte avoir travaillé comme ingénieur à Odessa de 1940 à 1941[12].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En Europe, la Seconde Guerre mondiale éclata en septembre 1939 avec l'invasion allemande de la Pologne qui fut partagée entre l'Allemagne nazie et l'Union soviétique comme convenu dans le cadre du pacte germano-soviétique. La région de Lvov fut annexée par les Soviétiques qui mirent immédiatement en place une politique de répression. Les autorités arrêtèrent le nouveau conjoint de la mère de Wiesenthal qui fut condamné pour "capitalisme" et il mourut peu après en détention ; sa mère rejoignit sa belle-fille et son fils à Lvov. Ce dernier parvint à éviter la déportation en corrompant un responsable local[13],[14].

Photographie de femmes derrière des barbelés
Photographie du ghetto de Lvov en 1942

La domination soviétique fut remplacée par une occupation allemande à partir de juin 1941 et à la mi-juillet, Wiesenthal et les autres habitants juifs furent affectés à des travaux forcés (en) consistant notamment à la construction du ghetto de Lvov[15],[16]. Plusieurs milliers de juifs furent assassinés à Lvov par des unités spéciales allemandes et des nationalistes ukrainiens lors d'une série de pogroms (en) en juin et juillet[17]. Dans ses autobiographies, Wiesenthal rapporte qu'il fut arrêté le 6 juillet mais qu'il échappa à la mort grâce à son ancien chef d'équipe qui appartenait alors à la police auxiliaire ukrainienne (en),[18]; il existe plusieurs versions de ce récit qui pourrait être apocryphe[19].

À la fin de l'année 1941, Wiesenthal et son épouse furent envoyés au camp de travail de Janowska dans les faubourgs de Lvov. Il fut affecté à la peinture de swastikas et d'autres inscriptions sur des locomotives soviétiques capturées tandis que Cyla travailla au polissage de diverses pièces mécaniques. En échange d'informations sur les chemins de fer, Wiesenthal obtint de faux papiers d'identité pour sa femme auprès d'un membre de l'Armia Krajowa, une organisation de résistance polonaise. Elle fut envoyée à Varsovie dans une usine de radio puis dans deux autres camps de travail. Malgré les conditions difficiles, elle survécut à la guerre et le couple se retrouva en 1945[20],[21],[22].

Plusieurs fois par mois quand les personnes valides étaient absentes, les Allemands organisaient la déportation des résidents du ghetto incapables de travailler. La mère de Wiesenthal fut ainsi raflée en août 1942 et tuée au camp d'extermination de Bełżec. À la même période, la mère de Cyla fut abattue sur le perron de sa résidence de Buczacz par un policier ukrainien lors de son expulsion. Au total, le couple perdit 89 proches durant la Shoah[23].

Une partie des travailleurs forcés de Janowska, dont Wiesenthal, fut envoyée dans un camp séparé où les conditions de vie étaient un peu meilleures que dans le camp principal. Wiesenthal réalisa des dessins architecturaux pour Adolf Kohlrautz, l'un des principaux responsables, qui les présentaient sous son nom. Pour obtenir des contrats, les entreprises de construction payaient des pots-de-vin à Kohlrautz qui en donnait une partie à Wiesenthal. Il parvint à fournir des renseignements à la résistance polonaise et pouvait parfois quitter le camp pour obtenir des fournitures de bureau ; il profita de ces sorties pour acheter des armes destinées à la résistance ainsi que deux pistolets qu'il emporta lors de sa fuite à l'automne 1943[24].

Selon Wiesenthal, le commandant en second du camp de Janowska, Gustav Wilhaus, décida d'exécuter 54 intellectuels juifs à l'occasion du 54e anniversaire d'Adolf Hitler le 20 avril 1943. Incapable de trouver suffisamment de victimes à Janowska, il ordonna une rafle dans les camps voisins. Wiesenthal et deux autres prisonniers furent ainsi emmenés le long d'une tranchée. Les hommes furent contraints de se déshabiller puis étaient exécutés. Alors que Wiesenthal attendait son tour, quelqu'un cria son nom et le renvoya au camp ; Kohlrautz avait convaincu ses supérieurs qu'il était le meilleur peintre disponible pour réaliser une affiche en l'honneur de l'anniversaire d'Hitler[25],[26]. Toujours selon Wiesenthal, Kohlrautz l'avertit le 2 octobre que les prisonniers allaient être éliminés et l'envoya ainsi qu'à un autre détenu, Arthur Scheiman, en ville pour acheter des fournitures. Alors qu'ils se trouvaient dans le magasin, ils échappèrent à la surveillance du garde qui les accompagnait et ils prirent la fuite[27],[28].

Wiesenthal ne fit aucune mention de ces événements et du rôle de Kohlrautz lors de son interrogatoire par des enquêteurs américains en mai 1945 ni dans un affidavit qu'il rédigea en aout 1954 sur les brutalités dont il fut victime durant le conflit et Guy Walters questionne leur authenticité. Wiesenthal rapporta que Kohlrautz fut tué sur le Front de l'Est en 1944 ou durant la bataille de Berlin le 19 avril 1945[27].

Photographie de déportés saluant un blindé devant une massive porte en pierre au-dessus de laquelle a été déployée une banderole.
Libération du camp de Mauthausen en mai 1945

Après être restés cachés plusieurs jours, Scheiman rejoignit son épouse et Wiesenthal fut emmené par des résistants au village voisin de Kulparkow où il resta jusqu'à la fin de l'année 1943. Le camp de Janowska fut liquidé peu après et Wiesenthal se cacha trois jours dans l'apparentement de Scheiman à Lvov. Il se rendit ensuite chez Paulina Busch, une femme pour laquelle il avait réalisé une fausse carte d'identité. Il y fut découvert dissimulé sous le plancher par deux détectives polonais le 13 juin 1944. Renvoyé dans les restes du camp de Janowska, il tenta sans succès de se suicider pour éviter d'être interrogé sur ses liens avec la résistance. Cela n'eut pas lieu en raison de l'avancée soviétique et les derniers prisonniers furent transportés jusqu'à Przemyśl à 220 kilomètres à l'ouest de Lvov où ils furent affectés à la construction de fortifications. Les détenus furent ensuite envoyés au camp de Płaszów près de Cracovie en septembre[29],[30].

Le mois suivant, les déportés furent emmenés au camp de Gross-Rosen où les conditions étaient encore plus difficiles. Travaillant dans une carrière, Wiesenthal reçut un bloc de pierre sur le pied droit et son gros orteil dut être amputé. L'approche de l'Armée rouge en janvier 1945 poussa les Allemands à organiser une évacuation à pied des prisonniers vers Chemnitz. Toujours souffrant, Wiesenthal utilisa un manche de balai comme canne et fut l'un des rares détenus à survivre à la marche. À Chemnitz, les survivants furent emmenés par train jusqu'à Buchenwald puis par camion à Mauthausen à la mi-février. Gravement malade, Wiesenthal fut placé dans le quartier des mourants où il ne reçut que 200 kilocalories par jour. À la libération du camp par les troupes américaines le 5 mai 1945, il ne pesait plus que 41 kilogrammes,[31],[32].

Chasseur de nazis[modifier | modifier le code]

Dans les semaines qui suivirent la libération du camp de Mauthausen, Wiesenthal rédigea pour les services de renseignement américains une liste d'une centaine de criminels de guerre présumés comprenant des gardes, des commandants de camp et des membres de la Gestapo. Il travailla ensuite comme interprète et il accompagna malgré son état de santé les soldats chargés des arrestations. Après le partage de l'Autriche en juillet 1945, Mauthausen se trouvait en zone soviétique et le Bureau américain des crimes de guerre fut transféré à Linz. Wiesenthal fit de même et devint vice-président d'une organisation venant en aide aux déportés[33],[34]. Il travailla pour l'Office of Strategic Services pendant un an et continua à rassembler des informations sur les victimes et les bourreaux de la Shoah. Il apporta également son aide à la Berih'ah, un groupe clandestin organisant l'émigration des juifs rescapés vers la Palestine, en fournissant de faux papiers, des provisions ou des moyens de transport. En février 1947, il fut l'un des fondateurs d'un centre de documentation à Linz qui collecta 3 289 témoignages de déportés[35],[36],[37]. Le manque de volonté américaine et soviétique d'organiser de nouveaux procès après la dénazification de l'immédiat après-guerre entraina néanmoins la fermeture du centre en 1954 et les documents furent envoyés au mémorial de Yad Vashem en Israël[38]. Alors que les anciens Alliés se détournaient de la recherche des criminels nazis, Wiesenthal estima qu'il était de son devoir de mener à bien cette tâche[37],[39]. En 1974, il dit à son biographe, Alan Levy :

« Lorsque les Allemands sont arrivés dans ma ville en Galicie, la moitié de la population était juive : 150 000 juifs. Quand les Allemands sont partis, 500 étaient en vie... De nombreuses fois, j'ai pensé que toute chose dans la vie a un prix, donc rester en vie doit également avoir un prix. Et mon prix était que, si je vivais, je devrais représenter les nombreuses personnes qui ne sont plus là[39]. »

Adolf Eichmann[modifier | modifier le code]

Passeport avec la photographie d'un homme moustachu en costume.
Passeport au nom de Ricardo Klement utilisé par Adolf Eichmann pour émigrer en Argentine en 1950

Même si la plupart des juifs de Linz avaient émigré, Wiesenthal décida de rester en partie car la famille d'Adolf Eichmann vivait non loin de chez lui[40],[41]. Ce dernier avait été responsable du transport des déportés vers les camps de la mort et il avait rédigé le compte-rendu de la conférence de Wannsee de 1942 qui planifiait l'extermination systématique de tous les juifs d'Europe[42]. Après la guerre, il s'était caché en Autriche à l'aide de faux papiers jusqu'en 1950 avant de rejoindre l'Argentine sous un faux nom[43],[44]. Espérant obtenir des informations sur la localisation d'Eichmann, Wiesenthal surveillait en permanence les membres de sa famille proche à Linz jusqu'à ce qu'ils disparaissent en 1952[45].

En 1953, Wiesenthal apprit par l'intermédiaire d'une lettre dont il avait eu connaissance qu'Eichmann avait été vu à Buenos Aires et il transmit l'information au consulat israélien de Vienne en 1954[46]. Le procureur-général de Hesse en Allemagne de l'Ouest, Fritz Bauer, reçut de nouvelles informations en 1957 mais les agents allemands furent incapables de le localiser avant la fin de l'année 1959[47]. Lorsque le père d'Eichmann mourut en 1960, Wiesenthal fit appel à des détectives privés pour photographier les membres de la famille lors des funérailles car il n'existait pas de photographies récentes du fugitif et il était dit que son frère Otto lui ressemblait fortement ; il transmit ces images au service de renseignement israélien du Mossad le 18 février[48]. Zvi Aharoni, l'un des agents qui captura Eichmann à Buenos Aires le 11 mai 1960 rapporta qu'elles furent utiles pour confirmer son identité[49]. Le 23 mai, le premier ministre israélien David Ben Gourion annonça qu'Eichmann était en détention en Israël. Le lendemain, Wiesenthal reçut un télégramme de félicitations de la part du mémorial de Yad Vashem alors qu'il était interrogé par des journalistes. Il rédigea un livre sur son expérience et Ich jagte Eichmann (J'ai chassé Eichmann) fut publié six semaines avant le début du procès au printemps 1961. Il aida l'accusation à préparer le dossier et assista à une partie des audiences[50]. Eichmann fut condamné à mort et pendu en 1962[43].

Dans le même temps, les employeurs de Wiesenthal mirent un terme à ses activités caritatives en faveur des anciens déportés juifs qui avaient en grande partie quitté l'Autriche[51]. Il ouvrit un nouveau centre d'information à Vienne en 1961 et ses documents permirent la localisation de six criminels nazis dont Erich Rajakowitsch responsable de la déportation des juifs des Pays-Bas[52] et Franz Murer, le commandant du ghetto de Vilnius[53]. En 1963, Wiesenthal lut dans le journal que Karl Silberbauer, qui avait arrêté Anne Frank, avait été localisé et qu'il travaillait dans la police viennoise. Sa campagne médiatique poussa les autorités à suspendre Silberbauer mais il ne fut pas jugé pour ses activités durant la guerre[54].

Wiesenthal mena une autre campagne pour prolonger voire supprimer le délai de prescription des crimes de guerre qui était alors de 20 ans. En mars 1965, le Bundestag suspendit la question pendant cinq ans, ce qui repoussa de fait la date de prescription ; des actions similaires furent prises par le gouvernement autrichien[54]. Malgré cela, les procès devinrent de plus en plus rares car les témoins vieillissaient tandis que les gouvernements autrichien et allemand qui désirait oublier le passé nazi mettaient peu d'enthousiasme à lancer des poursuites[55].

Franz Stangl[modifier | modifier le code]

À partir de 1940, Franz Stangl avait dirigé le centre d'euthanasie du château de Hartheim où furent tués plus de 18 000 handicapés mentaux ou physiques dans le cadre de l'Aktion T4. En février 1942, il fut nommé à la tête du camp d'extermination de Sobibor puis à celui de Treblinka en août ; il fut ainsi responsable de la mort de près de 900 000 déportés[56],[57]. Capturé et détenu pendant deux ans par les troupes américaines à la fin de la guerre, il ne fut pas immédiatement identité en tant que criminel de guerre et il s'échappa alors qu'il travaillait à la construction d'une route à Linz en mai 1948[58]. Après avoir rallié Rome, il rejoignit la Syrie grâce à de faux papiers fournis par un réseau d'exfiltration nazi[59]. Sa famille le retrouva plus tard dans l'année et ils émigrèrent au Brésil en 1951[60].

Ce fut probablement l'ancien beau-frère de Stangl qui informa Wiesenthal de sa localisation en 1964[61]. Craignant que le fugitif ne disparaisse, il prépara discrètement un dossier avec l'aide du ministre de la Justice autrichien Hans Klecatsky[62]. Stangl fut arrêté à Sao Paolo le 28 février 1967 et extradé en Allemagne de l'Ouest le 22 juin[63]. Un mois plus tard, Wiesenthal publia Les Assassins sont parmi nous et l'éditeur en fit la promotion en avançant que son auteur avait permis l'arrestation de plus de 800 nazis ; aucune preuve n'étayait ce chiffre mais il fut reprit par des publications respectables comme le New York Times[64]. Stangl fut condamné à la prison à vie mais mourut d'une crise cardiaque six mois plus tard en juin 1971[65].

Hermine Braunsteiner[modifier | modifier le code]

Hermine Braunsteiner avait travaillée comme gardienne dans les camps de Majdanek et de Ravensbrück où elle avait acquis une réputation de femme sadique et cruelle battant fréquemment les détenus à mort[66]. Après-guerre, elle fut condamnée à trois ans de prison en Autriche pour ses activités à Ravensbrück et après avoir obtenu une amnistie, elle émigra aux États-Unis en 1959 où elle acquit la citoyenneté quatre ans plus tard[67].

Wiesenthal entendit parler pour la première fois de Braunsteiner en 1964 lors d'une rencontre à Tel Aviv avec un survivant du camp de Majdanek qui l'avait vu choisir les déportés affectés aux travaux forcés et ceux envoyés directement aux chambres à gaz. À son retour à Vienne, il envoya l'un de ses agents rencontrer ses proches pour obtenir des informations et il localisa Braunsteiner dans le quartier du Queens à New York[68]. Alors qu'il avait averti le New York Times et les autorités israéliennes, Braunsteiner ne fut pas extradée en Allemagne de l'Ouest avant 1973. Au terme d'un long procès, elle fut condamnée en 1981 à la prison à vie et elle mourut en 1999[69],[70].

Josef Mengele[modifier | modifier le code]

Josef Mengele était un médecin militaire affecté au camp d'Auschwitz de 1943 à la fin de la guerre ; en plus de faire la sélection des déportés venant de toute l'Europe, il mena des expérimentations médicales sur des détenus[71]. Il quitta le camp en janvier 1945 à l'approche de l'Armée rouge et fut brièvement arrêté par les Américains à Weiden in der Oberpfalz[72]. Libéré, il travailla comme ouvrier agricole jusqu'en 1949 quand il décida de quitter le pays pour l'Argentine[73]. Informé par Wiesenthal, le gouvernement ouest-allemand tenta d'obtenir son extradition en 1960 mais il avait émigré au Paraguay deux ans plus tôt[74],[75]. Il s'installa ensuite au Brésil en 1961 et y vécut jusqu'à sa mort en 1979[76].

Wiesenthal affirma à plusieurs reprises avoir localisé Mengele sur l'île grecque de Kythnos en 1960[77], au Caire en 1961[78], en Espagne en 1971[79] et au Paraguay en 1978[80]. En 1982, il offrit une récompense de 100 000 dollars pour sa capture et insista jusqu'en 1985 qu'il était toujours en vie[81]. Cette même année, la famille de Mengele admit qu'il était mort en 1979 et l'exhumation de son corps permit son identification[82]. Peu de temps auparavant, Wiesenthal avait participé à un faux procès contre Mengele à Jérusalem[83].

Centre Simon-Wiesenthal[modifier | modifier le code]

Le centre Simon-Wiesenthal de Los Angeles fut fondé en 1977 par le rabbin Marvin Hier grâce aux dons des philanthropes Samuel Belzberg et Joseph Tennenbaum[84],[85]. L'organisation de Hier paya des droits à Wiesenthal pour pouvoir utiliser son nom[86]. Le centre fut influent dans l'abrogation de la prescription pour les crimes nazis et continue la traque des anciens criminels mais ses activités actuelles se concentrent sur la mémoire de la Shoah et la lutte contre l'antisémitisme[87],[88]. Le musée de l'Holocauste du centre, le plus important des États-Unis, fut créé en 1993 et Moriah Film, sa division cinématographique, a remporté deux oscars dont un pour le documentaire Genocide de 1982[89]. Wiesenthal n'a pas toujours été satisfait de la gestion du centre et voulut avoir plus d'influence dans ses activités. Il demanda la démission de Hier mais dut se contenter d'un rôle symbolique[90].

Politiques autrichiennes[modifier | modifier le code]

Bruno Kreisky[modifier | modifier le code]

Peu après l'investiture de Bruno Kreisky en tant que chancelier autrichien en avril 1970, Wiesenthal fit remarquer à la presse que quatre des membres de son gouvernement avaient appartenu au parti nazi. Dans un discours en juin, le ministre de l'Enseignement Leopold Gratz présenta le centre de documentation juif de Wiesenthal comme un nid d'espions violant la vie privée de personnes innocentes. Une semaine plus tard, Kreisky qualifia Wiesenthal de « fasciste juif » dans un entretien, une remarque qu'il nia par la suite. Il n'y eut cependant pas de poursuites contre Kreisky qui était protégé par son immunité parlementaire[91],[92].

Craignant de ne pas être réélu en 1975, Kreisky proposa une coalition de son parti social-démocrate avec le parti de la liberté de Friedrich Peter (en). Wiesenthal disposait cependant de documents montrant que ce dernier avait servi dans la 1re brigade d'infanterie SS qui avait participé à l'extermination de plus de 13 000 juifs en Ukraine en 1941 et 1942. Il décida de ne pas révéler ces informations à la presse avant l'élection mais transmis le dossier au président Rudolf Kirchschläger ; Peter nia avoir participé ou avoir eu connaissance de quelconques atrocités. Au final, le parti de Kreisky remporta une large victoire et n'eut pas besoin de former de coalition[93].

Dans une conférence de presse tenue peu après l'élection et les révélations sur Peter, Kreisky déclara que Wiesenthal avait utilisé « les méthodes d'une mafia politique[94] ». Ce dernier porta plainte pour diffamation contre Kreisky et quand de dernier déclara par la suite que Wiesenthal avait été un agent de la Gestapo travaillant avec le Judenrat de Lvov, ces accusations furent ajoutées au dossier[95]. La justice se prononça en faveur de Wiesenthal en 1989 mais l'accusé était mort neuf mois plus tôt et ses héritiers refusèrent de payer l'amende. Lors de l'ouverture ultérieure des archives, aucune preuve soutenant la thèse de Kreisky ne fut trouvée[96].

Kurt Waldheim[modifier | modifier le code]

Lorsque Kurt Waldheim fut nommé secrétaire général des Nations unies en 1971, Wiesenthal rapporta, sans avoir mené de recherches approfondies, qu'il n'avait pas été nazi[97]. Cette affirmation était soutenue par les comptes-rendus des services de renseignement américains qui avaient étudié son parcours après la guerre[98]. L'autobiographie de Waldheim publiée en 1985 ne faisait cependant aucune mention de son service durant la guerre après 1941 quand il fut déployé en Yougoslavie et en Grèce dans des zones où furent commises des atrocités contre les populations civiles[99]. Alors qu'il faisait campagne pour la présidence en mars 1986, le magazine autrichien Profil publia un article affirmant que Waldheim avait été membre du Sturmabteilung (SA). Le New York Times indiqua peu après que ce dernier n'avait pas rendu public toutes les informations sur son parcours durant la guerre. Embarrassé, Wiesenthal tenta d'aider Waldheim à se défendre[100]. Le congrès juif mondial enquêta sur le sujet mais le procureur général d'Israël (en) estima que les preuves n'étaient pas suffisantes pour engager des poursuites ; Waldheim fut élu président en juillet 1986[101]. 18 mois plus tard, un groupe d'historiens chargé de faire la lumière sur cette affaire conclut que si rien ne prouvait que Waldheim ait commis des atrocités, il ne pouvait pas ignorer qu'elles avaient lieu. Wiesenthal tenta sans succès d'obtenir sa démission tandis que le congrès juif mondial convainquit les États-Unis de ne pas autoriser Waldheim à entrer dans le pays[102].

Retraite et décès[modifier | modifier le code]

Photographie d'une pierre tombale portant des inscriptions en hébreu et sur laquelle sont déposées des pierres dont certaines portent des étoiles de David
Tombe de Wiesenthal à Herzliya en Israël

À l'occasion du quarantième anniversaire de la fin de la guerre en 1985, beaucoup s'attendaient à ce que le prix Nobel de la paix soit remis à une personnalité liée à la Shoah. Wiesenthal était l'un des candidats possibles tout comme l'auteur Elie Wiesel qui entama une campagne médiatique en France, en Éthiopie et en Norvège. Marvin Heir, à la tête du centre Simon Wiesenthal, pressa Wiesenthal de faire de même mais ce dernier se limita à un discours à Oslo. Quand Wiesel obtint le prix en 1986, Wiesenthal déclara que le congrès juif mondial avait influencé la décision du comité Nobel, une affirmation niée par l'organisation. Son biographe Tom Segev suggère que ce choix du lauréat était liée à la publicité négative autour de l'affaire Waldheim[103].

Wiesenthal fut la cible de nombreuses menaces de mort au cours des années. Après l'explosion d'une bombe posée par des néo-nazis devant sa maison de Vienne le 11 juin 1982, sa résidence devint en permanence surveillée par la police[104]. Stressée par le travail de son mari, Cyla souffrit parfois de dépression[104].

Wiesenthal continua à travailler au centre de documentation juif de Vienne jusqu'à son 90e anniversaire et le dernier nazi qu'il poursuivit en justice fut Julius Viel condamné en 2001 pour l'exécution de sept prisonniers juifs au camp de Theresienstadt[105],[106]. Cyla mourut le 10 novembre 2003 à l'âge de 95 ans et Wiesenthal prit sa retraite peu après[107]. Il déclara peu avant sa mort : « Je leur ai tous survécu. S'il y en avait que je n'ai pas cherchés, ils sont aujourd'hui trop vieux pour être poursuivis. Mon travail est fait[108] ». Il mourut le 20 septembre 2005 l'âge de 96 ans et fut inhumé à Herzliya en Israël[109].

Dans un communiqué de presse à l'occasion de sa mort, le secrétaire général du conseil de l'Europe Terry Davis déclara que « sans les efforts incessants de Simon Wiesenthal pour retrouver les criminels nazis afin de les traduire en justice et pour lutter contre l'antisémitisme et les préjugés, l'Europe ne serait jamais parvenue à guérir ses blessures et à se réconcilier. Il a été un soldat de la justice, une justice indispensable à notre liberté, à la stabilité et à la paix[110],[111] ».

En 2010 les gouvernements autrichien et israélien émirent conjointement un timbre commémoratif honorant Wiesenthal[112]. Ce dernier avait été un philatéliste tout au long de sa vie et sa collection fut vendue aux enchères pour près de 500 000 euros après sa mort[107].

Culture populaire[modifier | modifier le code]

Wiesenthal fut joué par l'acteur Shmuel Rodensky dans l'adaptation de 1974 du roman Le Dossier Odessa de Frederick Forsyth[113]. Après sa sortie, Wiesenthal reçut de nombreux témoignages de personnes affirmant avoir vu le sujet du film, Eduard Roschmann, qui avait commandé le ghetto de Riga durant la guerre. Ces informations se révélèrent erronées mais en 1977, un habitant de Buenos Aires qui avait vu le film rapporta à la police que Roschmann vivait non loin de chez lui. Ce dernier s'enfuit au Paraguay où il mourut d'une crise cardiaque un mois plus tard[114]. Dans le roman The Boys from Brazil (en) (Ces garçons qui venaient du Brésil) d'Ira Levin, le personnage de Yakov Liebermann (appelé Ezra Liebermann et joué par Laurence Olivier dans l'adaptation de 1978) est basé sur Wiesenthal. Ce dernier conseilla Olivier sur son rôle et il assista à la première du film à New York en 1978[115]. Ben Kingsley le joua également dans le téléfilm Murderers Among Us: The Simon Wiesenthal Story en 1989[116].

Incohérences autobiographiques[modifier | modifier le code]

Wiesenthal a écrit de nombreux ouvrages dont certains se contredisent ou présentent des récits inventés[8],[9]. Plusieurs auteurs dont Segev[8] et Guy Walters[9] considèrent que ses autobiographies ne sont pas des sources fiables sur sa vie et ses activités. Wiesenthal relate ainsi l'histoire de deux personnes se disputant sur une des listes de survivants de la Shoah qu'il avait rédigés, puis qui se reconnaissent et pleurent ensemble. Dans une version, il s'agit d'un homme et de son épouse[117] et dans une autre, il s'agit de deux frères[118]. Le nombre de camps dans lesquels il a été détenu varie selon ses autobiographies et s'élève jusqu'à onze alors que le chiffre réel est de cinq[119]. Un dessin réalisé en 1945 représentant une scène dont il affirmait avoir été témoin à Mauthausen était en réalité inspiré d'une photographie publiée par le magazine Life en juin de la même année[120],[121]. Il exagéra son rôle dans la capture d'Eichmann en affirmant avoir empêché son épouse Veronika de déclarer son époux décédé en 1947 alors que cette demande avait été refusée « à l'initiative des autorités[122] ». Il déclara par ailleurs à tort avoir conservé son dossier lorsqu'il avait envoyé ses archives au mémorial de Yad Vashem en 1952[123]. Le directeur du Mossad, Isser Harel, a indiqué que Wiesenthal n'avait joué aucun rôle dans la capture d'Eichmann[124],[125].

Walters trouva tellement d'incohérences entre ses livres et les documents historiques que « le maigre intérêt de Wiesenthal pour la vérité permet de remettre en doute tout ce qu'il a écrit ou dit[126] ». Le journaliste britannique et éditeur du Times Daniel Finkelstein a présenté les recherches de Walters comme « impeccables » mais a indiqué que « l'acceptation que Wiesenthal était un comédien et un vantard et, oui, même un menteur, peut coexister avec la reconnaissance de sa contribution[127] ».

Publications[modifier | modifier le code]

  • Ich jagte Eichmann [« J'ai chassé Eichmann »],‎ 1961
  • The Murderers Among Us [« Les Assassins sont parmi nous »],‎ 1967
  • The Sunflower [« Les fleurs de soleil »],‎ 1969
  • Sails of Hope [« La Voile de l'Espoir »],‎ 1973
  • Max and Helen [« Max et Hélène »],‎ 1982
  • Every Day Remembrance Day [« Le Livre de la mémoire juive »],‎ 1987
  • Justice, Not Vengeance [« Justice n'est pas vengeance »],‎ 1987

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Levy 2006, p. 15, 17-19.
  2. Segev 2010, p. 35.
  3. Segev 2010, p. 36-38.
  4. Walters 2009, p. 82-83.
  5. Levy 2006, p. 20.
  6. Walters 2009, p. 83.
  7. Levy 2006, p. 25, 27.
  8. a, b et c Segev 2010, p. 27.
  9. a, b et c Walters 2009, p. 77-78.
  10. Segev 2010, p. 39-40.
  11. Levy 2006, p. 21, 25-26.
  12. Walters 2009, p. 84-85.
  13. Levy 2006, p. 31.
  14. Segev 2010, p. 41-43.
  15. Levy 2006, p. 31-35.
  16. Segev 2010, p. 44-47.
  17. Evans 2008, p. 223.
  18. Levy 2006, p. 32-34.
  19. Walters 2009, p. 85-86.
  20. Levy 2006, p. 37.
  21. Walters 2009, p. 87.
  22. Segev 2010, p. 50, 73.
  23. Levy 2006, p. 38-39.
  24. Segev 2010, p. 50.
  25. Walters 2009, p. 87-88.
  26. Levy 2006, p. 46, 48-49.
  27. a et b Walters 2009, p. 88-89.
  28. Segev 2010, p. 52-53.
  29. Levy 2006, p. 52-58, 63.
  30. Segev 2010, p. 54-61.
  31. Levy 2006, p. 63-69.
  32. Segev 2010, p. 61-63.
  33. Segev 2010, p. 66-67.
  34. Levy 2006, p. 75-77.
  35. Levy 2006, p. 86-87.
  36. Segev 2010, p. 76-77.
  37. a et b Walters 2009, p. 98.
  38. Levy 2006, p. 139, 143.
  39. a et b Levy 2006, p. 5.
  40. Levy 2006, p. 146.
  41. Segev 2010, p. 127.
  42. Evans 2008, p. 266-267.
  43. a et b Evans 2008, p. 747.
  44. Levy 2006, p. 136.
  45. Levy 2006, p. 138.
  46. Walters 2009, p. 286.
  47. Segev 2010, p. 135-141.
  48. Walters 2009, p. 281.
  49. Segev 2010, p. 143-144.
  50. Segev 2010, p. 148-152.
  51. Segev 2010, p. 146.
  52. Segev 2010, p. 162-163.
  53. Segev 2010, p. 172-173.
  54. a et b Segev 2010, p. 173-176.
  55. Segev 2010, p. 226, 250, 376.
  56. Walters 2009, p. 22-23.
  57. Levy 2006, p. 328, 336.
  58. Levy 2006, p. 359-360.
  59. Levy 2006, p. 363.
  60. Levy 2006, p. 368-369.
  61. Walters 2009, p. 334.
  62. Levy 2006, p. 374.
  63. Walters 2009, p. 225.
  64. Walters 2009, p. 336-337.
  65. Levy 2006, p. 378-379.
  66. Walters 2009, p. 357.
  67. Levy 2006, p. 387-388.
  68. Segev 2010, p. 180-181.
  69. Segev 2010, p. 358-359.
  70. Levy 2006, p. 403.
  71. Levy 2006, p. 241.
  72. Levy 2006, p. 255, 257.
  73. Levy 2006, p. 258, 263.
  74. Walters 2009, p. 316.
  75. Levy 2006, p. 269.
  76. Levy 2006, p. 295.
  77. Segev 2010, p. 167.
  78. Walters 2009, p. 317.
  79. Walters 2009, p. 370.
  80. Levy 2006, p. 296.
  81. Levy 2006, p. 297, 301.
  82. Segev 2010, p. 339.
  83. Levy 2006, p. 251.
  84. Levy 2006, p. 493n.
  85. Segev 2010, p. 352.
  86. Walters 2009, p. 398.
  87. Walters 2009, p. 407.
  88. Segev 2010, p. 352, 354.
  89. Segev 2010, p. 355.
  90. Segev 2010, p. 360-361.
  91. Levy 2006, p. 410-413.
  92. Segev 2010, p. 245.
  93. Levy 2006, p. 417-419.
  94. Segev 2010, p. 282.
  95. Segev 2010, p. 283-284.
  96. Segev 2010, p. 309-310.
  97. Segev 2010, p. 365.
  98. Levy 2006, p. 466.
  99. Levy 2006, p. 428, 432, 435, 448.
  100. Segev 2010, p. 370-371.
  101. Segev 2010, p. 373.
  102. Segev 2010, p. 374.
  103. Segev 2010, p. 376-378.
  104. a et b Segev 2010, p. 305.
  105. Segev 2010, p. 406-407.
  106. (en) « Julius Viel, 84; Former Nazi Officer Convicted of Murdering Jews », Los Angeles Times,‎ 27 février 2002 (lire en ligne)
  107. a et b Segev 2010, p. 408.
  108. Franck Johannès, « Simon Wiesenthal, chasseur de nazis », Le Monde,‎ 21 septembre 2005 (lire en ligne)
  109. Segev 2010, p. 406.
  110. (en) « Simon Wiesenthal to be laid to rest Friday in Herzliya », Haaretz,‎ 20 septembre 2005 (lire en ligne)
  111. Davis Davis, « Terry Davis: “Simon Wiesenthal était un soldat de la justice, de la liberté et de la paix »
  112. (en) « Simon Wiesenthal, Israel-Austria Joint Issue », Stamp Community Forum,‎ 3 février 2011
  113. (en) Simon Wiesenthal sur l’Internet Movie Database
  114. Segev 2010, p. 260-261, 263.
  115. Segev 2010, p. 332-333.
  116. (en) « Simon Wiesenthal Archive: Filmography », Documentation Center of the Association of Jewish Victims of the Nazi Regime
  117. Segev 2010, p. 71.
  118. Levy 2006, p. 79.
  119. Segev 2010, p. 395-396.
  120. Segev 2010, p. 400.
  121. Walters 2009, p. 278-279.
  122. Walters 2009, p. 280.
  123. Levy 2006, p. 139.
  124. Segev 2010, p. 278.
  125. Levy 2006, p. 158-160.
  126. Walters 2009, p. 78.
  127. (en) David Finkelstein, « It is right to expose Wiesenthal », The Jewish Chronicle Online,‎ 20 août 2009


Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :