Tom Segev

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Tom Segev, foire du livre de Leipzig, 2005

Tom Segev (תום שגב) est un historien, journaliste et écrivain israélien né à Jérusalem le 1er mars 1945.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est connu pour ses ouvrages spécialisés traitant de l'histoire d'Israël[1]. Il fait partie des Nouveaux Historiens israéliens.

Intellectuel engagé, Tom Segev estime qu'« il existe une autre vérité historique qui vaut la peine d’être rappelée dans ces circonstances [de la Guerre de Gaza de 2008] : depuis l'aube de la présence sioniste sur la terre d'Israël, aucune opération militaire n'a jamais fait avancer le dialogue avec les Palestiniens[2] ».

Il a critiqué Aharon Barak, l'ex-président de la Cour suprême israélienne, l'accusant de fournir le vernis de légitimation nécessaire à l'occupation des territoires palestiniens[3].

Publications[modifier | modifier le code]

Traductions françaises[modifier | modifier le code]

  • Le Septième million. Les Israéliens et le génocide, traduit de l'anglais et de l'hébreu par Eglal Errera, Paris, L. Levi, « Histoire », 1993. (ISBN 2-86746-103-0) ; rééd. coll. « Piccolo histoire », 2002. (ISBN 2-86746-317-3)
  • Les premiers Israéliens, traduit de l'anglais par Sabine Porte, Paris, Calmann-Lévy, 1998. (ISBN 2-7021-2740-1)
  • C'était en Palestine au temps des coquelicots, traduit de l'hébreu par Katherine Werchowski et Ymey hakalaniywt, Paris, L. Levi, 2000. (ISBN 2-86746-233-9)
  • One Palestine, Complete, New York City, NY, First Holt Paperbacks Editions, 2000, (ISBN 9780805065879)
  • 1967. Six jours qui ont changé le monde, traduit de l'hébreu par Katherine Werchowski, Paris, Denoël, 2007. (ISBN 978-2-20725847-7)
  • Simon Wiesenthal : L'homme qui refusait d'oublier, Paris, Liana Levi, « Histoire », 2010. (ISBN 978-2-86746-551-2)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Tom Segev
  2. Tom Segev et David Grossman, Gaza : de quelques fausses hypothèses, Le Meilleur des mondes, décembre 2008.
  3. Tom Segev, What Aharon Barak leaves behind, Haaretz, 14 septembre 2006

Liens externes[modifier | modifier le code]