Płaszów

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

50° 01′ 51″ N 19° 58′ 03″ E / 50.0308, 19.9675

Camp de concentration de Płaszów

Płaszów est un quartier de Cracovie près duquel fut établi Kraków-Płaszów, un camp de travail forcé en Pologne (Zwangsarbeitslager Plaszow des SS - und Polizeiführers im Distrikt Krakau), transformé ensuite en camp de concentration nazi (Konzentrationslager Plaszow bei Krakau) en 1944, date à laquelle il atteint son extension maximale. Il fut créé pour la population juive du ghetto de Cracovie après la liquidation de ce dernier.

Le quartier de Cracovie[modifier | modifier le code]

Tertre de Krakus

Płaszów est actuellement situé dans le treizième arrondissement de la ville de Cracovie. Les premières mentions concernant le village de Płaszów se trouvent dans des documents de 1254. En 1912, Płaszów a été annexé à Cracovie. Un des plus importants monuments de ce quartier est le Tertre de Krakus dont les origines sont probablement celtiques et remontent à 500 av. J.-C. Juste à côté on peut trouver le camp de travail nazi, auquel est consacré le reste de cet article.

Le camp de Kraków-Płaszów[modifier | modifier le code]

Mémorial du camp de Płaszów

Le camp de travail fut créé en décembre 1942 dans les faubourgs sud de Cracovie, en Pologne, sur deux anciens cimetières juifs. Le commandant était le Hauptsturmführer SS Amon Göth. Le 13 et 14 mars 1943 Amon Göth supervise en personne la liquidation du ghetto de Cracovie et fait regrouper les habitants à Płaszów. Il avait sous ses ordres du personnel homme et femmes de la SS au nombre desquels on comptait Gertrud Heise, Luise Danz, Alice Orlowski et Anna Gerwing.

Le camp était d'abord un camp de travail qui fournissait de la main-d'œuvre à différentes usines d'armement et à une carrière de pierre. Le taux de mortalité y était extrêmement élevé. De nombreux prisonniers dont des femmes et des enfants y moururent du typhus, de faim ou bien exécutés. Les conditions de vie se détériorèrent également du fait de la cruauté et du sadisme du commandant Amon Göth qui dirigea le camp entre février 1943 et septembre 1944. On estime que 50 000 personnes au total seraient passées par Płaszów, et qu'il y eut au minimum 9 000 morts (chiffre correspondant aux corps retrouvés dans les fosses puis brûlés à l'été 1944 par les unités chargées de faire disparaître les traces de la mort massive nazie).

En janvier 1945, les détenus qui étaient encore en vie et le personnel quittèrent le camp en une marche de la mort qui les conduisit à Auschwitz, et ceux qui y survécurent furent tués à l'arrivée. L'Armée rouge ouvrit le camp, alors vide, le 20 janvier 1945.

Documentation[modifier | modifier le code]

Il existe un certain nombre de photographies de Płaszów, prises par des SS mais aussi par le commandant du camp. Certaines peuvent être consultées dans les archives de Yad Vashem[1].

Architecture[modifier | modifier le code]

Ce camp de concentration est aussi connu pour sa Voie Royale qui est un chemin menant à la villa où tous les Juifs travaillaient. Ce chemin est fait de pierres tombales d'un cimetière qui fut rasé pour laisser place à des futurs bâtiments. Pour faire un chemin vers la villa, les travailleurs ont construit la Voie Royale avec toutes les pierres tombales de l'ancien cimetière. Aujourd'hui, cette voie existe toujours. Mais elle est peu visible en raison du gazon qui pousse autour. Ces pierres tombales étaient celles de nombreux Juifs décédés.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]