Saint-Héand

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Héand
Image illustrative de l'article Saint-Héand
Blason de Saint-Héand
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Saint-Héand
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Marc Thélisson
2014-2020
Code postal 42570
Code commune 42234
Démographie
Gentilé Héandais, Héandaise
Population
municipale
3 570 hab. (2011)
Densité 114 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 31′ 46″ N 4° 22′ 25″ E / 45.5294444444, 4.37361111111 ()45° 31′ 46″ Nord 4° 22′ 25″ Est / 45.5294444444, 4.37361111111 ()  
Altitude Min. 467 m – Max. 870 m
Superficie 31,3 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Saint-Héand

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Saint-Héand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Héand

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Héand
Liens
Site web www.saint-heand.fr

Saint-Héand est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Domine la plaine du Forez ainsi que la métropole de Saint-Étienne à laquelle elle est reliée par une agréable route touristique de douze kilomètres.

Communes limitrophes :

Rose des vents Andrézieux-Bouthéon Aveizieux La Gimond, Fontanès Rose des vents
Saint-Bonnet-les-Oules N Sorbiers
O    Saint-Héand    E
S
La Fouillouse L'Étrat La Tour-en-Jarez

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Village dès le Xe siècle.

Le château de Saint-Héand ou Sanctus Engendus avait été construit à l’origine à la frontière entre les possessions de l’archevêque de Lyon et celles du comte du Forez. Mais il est impossible de dire quel en fut l’initiateur. En 1173, la permutation entre le Comte de Forez et l'Eglise de Lyon indique que l'Archevêque de Lyon cède Saint-Héand au Comte[1].

Depuis la fin du Moyen Âge sa notoriété et son intérêt furent tels qu’au XVe siècle Guillaume Revel croqua le Château dans son armorial, le jugeant digne de figurer parmi les hauts lieux de la région. Il reste encore quelques vestiges de cet habitat médiéval. Le village connut ensuite une expansion grandissante dont témoignent encore certaines constructions.

  • C'est au XVIIIe siècle surtout que se développa l’armurerie qui fut à l’origine d’une expansion qui dura jusqu'au XIXe siècle.
  • La commune a cédé avec Chevrières et Fontanès des hameaux pour donner naissance à la commune de La Gimond.
  • Les Établissements d’Optique Thalès-Angénieux assurent la renommée du village au-delà des frontières nationales (Fondé par Pierre Angénieux en 1935).
L'église Saint-Joseph à Saint-Héand.
  • En 1969, le 21 juillet, ce sont les premiers pas de l’homme sur la Lune Les caméras des astronautes américains lors de cette mission « Apollo » étaient équipées par des zooms produits et assemblés par les Établissements de Pierre Angénieux (1907 - 1998).
  • 2002 : rénovation de l'église Saint-Joseph (extérieur).
  • Dès 2010, de nombreux aménagements sont sur le point d'être réalisés. En 2011 débute la création d'un lotissement de 9 maisons individuelles aux Quatre Vents. Un logement social (immeuble) est également en construction à la Bornière.
  • En 2012, la mairie datant de 1841 (maire à l'époque : Auguste Ravel de Malval) est entièrement détruite. En effet, celle-ci n'est plus aux normes et est trop petite. Les dépenses en chauffage sont énormes en raison du manque d'isolation. L'émergence en 2013 d'un nouvel édifice (hôtel de ville) marque un tournant dans l'histoire de Saint-Héand, puisque la ville était remarquée pour l'architecture de cette mairie. Un parking souterrain de 12 places a également vu le jour. L’atelier d’architecture Rivat était chargé du dossier[2].
  • 2013 : restauration intérieure de l'église Saint-Joseph, poursuite de la restauration de l'Aula Comtale. Nouveaux aménagements (vente du bâtiment de la gendarmerie à Saint-Etienne Métropole, construction de deux cours de tennis, extension des logements sociaux, …).
  • 2014 : déplacement de la caserne des pompiers hors du bourg pour faciliter les interventions. Aménagement d'une crèche d'entreprise à l'entrée sud de la ville, construction d'un nouveau local pour les ponts et chaussées, …).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Historiquement, on note un ancrage politique à droite sur l'échiquier politique dans la ville de Saint-Héand.

Lors des élections municipales de 2008, Bernard Philibert est réélu avec 56,32 % des voix face à Jean-Marc Thélisson, obtenant 43,68 % des suffrages[3]. Par ailleurs, l'abstention augmente de 1,8 points par rapport aux élections municipales de 2001[4].

En 2012, pour l'élection présidentielle, Nicolas Sarkozy arrive largement en tête dans la commune, obtenant 61,9 % des suffrages devant François Hollande (38,1 %)[5]. François Rochebloine recueille 60 % des voix à Saint-Héand à l'occasion des élections législatives[6].

Pour les élections municipales de 2014, la tendance s'inverse et Jean-Marc Thélisson devient maire en obtenant 59,8 % des voix devant Yves Lérissel, successeur de Bernard Philibert (40,2 %)[7].

En ce qui concerne les élections européennes du 25 mai 2014, les résultats à Saint-Héand vont à l'encontre de la tendance nationale avec la victoire du FN puisque c'est le candidat UMP pour la circonscription Sud-Est, Renaud Muselier, qui arrive en tête avec 29,35 % des voix[8].

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1841 1870 Nicolas Auguste Ravel de Malval    
1870 1871 Joseph Buret    
1871 1880 Nicolas Auguste Ravel de Malval    
1881 1896 Lucien Thiollier    
1896 1900 Jean-Baptiste Odin    
1900 1939 Louis Thiollier   Conseiller général
    Emmanuel Thiollier    
    Jean-Baptiste Ferlay    
    Joseph Périchon    
    Claudius Fournier    
    Étienne Guillarme DVD  
  1995 Roger Gord    
1995 2014 Bernard Philibert UDF, DVD Conseiller général
2014 en cours Jean-Marc Thélisson    
Les données manquantes sont à compléter.

Jumelages[modifier | modifier le code]

La ville est jumelée avec la commune d'Ingelfingen en Allemagne (confirmation mairie).

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 3 570 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 639 2 667 2 713 2 971 3 471 3 430 3 483 3 510 3 605
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
3 451 3 612 3 294 2 872 2 901 2 803 2 870 2 762 2 704
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
2 671 2 575 2 516 2 165 2 141 1 961 1 963 1 951 2 036
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
2 317 2 549 2 980 3 458 3 625 3 722 3 714 3 699 3 561
2011 - - - - - - - -
3 570 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2004[10].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

La ville compte une école privée et une école publique, ainsi que le collège Joseph Collard, constitué de locaux neufs suite à son déménagement au début des années 2000. Composé de plus de 700 élèves[11], le bâtiment croît régulièrement et la cantine a été agrandie il y a peu.

Santé[modifier | modifier le code]

On dénombre six médecins traitants, un ostéopathe, trois infirmières et quatre kinésithérapeutes. La commune dispose d'une pharmacie.

Économie[modifier | modifier le code]

Industrie[modifier | modifier le code]

Les optiques de l'entreprise sont utilisés dans le monde entier, du dernier clip de Shy'm en passant par la série 24 heures chrono[12].

Depuis 2012, un studio de tournages d'une surface de 160m²[13] a été installé, faisant un véritable atout de la ville et renforçant son poids économique.

Commerces[modifier | modifier le code]

La ville compte quelques commerces, dont principalement : deux épiceries, une boucherie, deux boulangeries, un bar-tabac, deux bar-restaurant, trois salons de coiffure, deux instituts de beauté, trois fleuristes, un restaurant, un producteur de légumes frais, deux cabinets vétérinaires, une auto-école [14]

La ville peut aussi compter sur un vaste marché trois jours par semaine, réunissant de nombreux producteurs locaux.

Transports en commun[modifier | modifier le code]

La ville est desservie par le réseau STAS par la ligne 110, puis 27 à partir de 2010. Exploitée par la SRT pour le compte de Saint-Étienne Métropole, elle relie Saint-Héand à la Terrasse en vingt minutes. La ligne est accessible à tous, au tarif STAS habituel.

La ligne 27 compte dix-huit allers quotidiens et dix-neuf retours pour une amplitude horaire de 6h40 à 19h30.

En janvier 2012, la SRT perd l'appel d'offre de nombreuses lignes, dont la 27 reliant Saint-Héand à la Terrasse. À compter du 1er Juillet 2012, bien qu'une autre entreprise desserve la ville, celle-ci a promis de conserver le poste des quelques 40 chauffeurs travaillant pour la SRT.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Barrage de Saint-Héand.
  • Maison François Ier
  • Le château du Malleval
  • La porte du Croton
  • L'Aula Comtale
  • La Pierre de la Bauche (872 m) : point culminant de la commune (trois kilomètres du village, sentiers balisés) avec un panorama de 360° sur les Alpes, le Pilat, le Velay, le Forez, le Beaujolais
  • La Madone : au-dessus du village, panorama, tables d’oritentation et d’information
  • Le city stade
  • Terrains de tennis
  • Structure d'escalade extérieure
  • Barrage

Événements médiatiques[modifier | modifier le code]

Le vainqueur du jour est Lance Armstrong.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason ville fr Saint-Héand (Loire).svg

Les armoiries de Saint-Héand se blasonnent ainsi :

D’argent au fayard (hêtre) arraché au naturel surmonté d’une étoile soudée d’or (armes à enquerre).

D’argent, au chevron de sable, chargé de six croissants d’or, trois sur chaque flanc, et accompagné de trois merlettes, aussi de sable.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]