La Terrasse-sur-Dorlay

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Terrasse et Dorlay (homonymie).
La Terrasse-sur-Dorlay
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton La Grand-Croix
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Michèle Niebudkowski
2014-2020
Code postal 42740
Code commune 42308
Démographie
Population
municipale
784 hab. (2011)
Densité 90 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 57″ N 4° 35′ 02″ E / 45.4491666667, 4.58388888889 ()45° 26′ 57″ Nord 4° 35′ 02″ Est / 45.4491666667, 4.58388888889 ()  
Altitude Min. 400 m – Max. 873 m
Superficie 8,69 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Terrasse-sur-Dorlay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Terrasse-sur-Dorlay

La Terrasse-sur-Dorlay est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes. Elle fait partie du Parc Naturel Régional du Pilat et de Saint-Étienne Métropole. Les habitants de la Terrasse-sur-Dorlay sont les Ponterois.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune située à environ 25 km de Saint-Étienne et à 50 km de Lyon. L'altitude moyenne est de 635,5 mètres.

Histoire[modifier | modifier le code]

Pendant la seconde moitié du XIXe siècle, l’industrie des tresses et lacets fut la principale activité industrielle de la Terrasse-sur-Dorlay.

La Terrasse-en-Doizieu n’a été déclarée commune que le 30 novembre 1905 par détachement de la commune de Doizieux, son nom devint alors La Terrasse-sur-Dorlay.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
décembre 1905 septembre 1917 Albin Planchon    
septembre 1917 décembre 1919 Jean-François Thiollière    
décembre 1919 novembre 1922 Callet Joannès    
novembre 1922 septembre 1926 Alphonse Lacombe    
octobre 1926 novembre 1944 Chanut Louis    
novembre 1944 mai 1953 Antoine Micol    
mai 1953 mars 1965 André Menut    
mars 1965 mars 1971 René Payre    
mars 1971 Mars 2014 Jean-Claude Dubouchet SE  
mars 2014 Mars 2020 Michèle Niebudkowski    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 784 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1906. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
664 662 587 615 566 475 375 442 462
1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010 2011
500 465 520 545 653 705 713 765 784
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le barrage du Dorlay construit en 1973 est propriété du Syndicat intercommunal d'alimentation en eau de la moyenne vallée du Gier, et est géré par la Lyonnaise des eaux.

En pleine vallée du Dorlay où l’activité textile utilisant la force hydraulique battait son plein au XIXe siècle, Maison des tresses et lacets, anciennement Moulin-Pinte accueille aujourd’hui des visiteurs sur le site d’une ancienne usine textile. La passementerie, c'est-à-dire la fabrication de rubans étroits (tresses, lacets…) exige des machines spéciales. La maison des tresses et lacets retrace cette histoire. Les métiers, sont encore opérationnels. Les visiteurs peuvent les voir fonctionner et assister à la mise en route d’une des dernières roues à augets en fonctionnement… Impressionnant, la vanne d’eau s’ouvre : 1, 2, 3, 4 augets se remplissent et la simple force hydraulique met en action la roue qui à l’époque activait 700 métiers.

Événements[modifier | modifier le code]

Pendant de nombreuses années, la Mairie de la Terrasse-sur-Dorlay en collaboration avec plusieurs boulangers de la région et autres artisans organisait la Fête du Pain sur la place des Artisans Boulangers tous les deuxième dimanche de septembre. Cette fête permettait de découvrir le métier d'artisan boulanger, de goûter aux spécialités régionales et à des recettes atypiques. Cette manifestation a été arrêtée en 2010 après 21 éditions.

Tous les derniers week-end de juillet, les pompiers de la Terrasse-sur-Dorlay proposent devant leur caserne un bal le samedi et le dimanche soir. Un concours de pétanque est aussi organisé ainsi qu'un repas en plein air le dimanche midi.

Un festival est organisé dans le village autour des thèmes de la transhumance et de la musique. Nommé le Festi'Mout[3], il propose des concerts les soirs et des animations la journée avec le passage du troupeau montant en estive dans les rues du village le dimanche matin. Le but étant de mêler tradition et musique. Il s'est déroulé le 11, 12 et 13 juin 2011 pour la première fois.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  3. Site Internet du Festi'Mout