Marcenod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Marcenod
Image illustrative de l'article Marcenod
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Sorbiers
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Gilles Thizy
2014-2020
Code postal 42140
Code commune 42133
Démographie
Population
municipale
680 hab. (2012)
Densité 76 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 34′ 22″ N 4° 28′ 58″ E / 45.5727777778, 4.4827777777845° 34′ 22″ Nord 4° 28′ 58″ Est / 45.5727777778, 4.48277777778  
Altitude Min. 655 m – Max. 946 m
Superficie 9 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire (département)

Voir sur la carte administrative de la zone Loire
City locator 14.svg
Marcenod

Géolocalisation sur la carte : Loire (département)

Voir sur la carte topographique de la zone Loire
City locator 14.svg
Marcenod

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Marcenod

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Marcenod

Marcenod est une commune française située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes. Les habitants sont appelés les Marcenodaires.

Géographie[modifier | modifier le code]

Marcenod est la commune la plus au nord de l'arrondissement de Saint-Etienne. C'est une commune de montagne dont l 'altitude varie de 643 m à 943 m. Sur son territoire se trouve le Crêt Malherbe qui avec 943 mètres d'altitude est le point culminant des monts du Lyonnais.

Histoire[modifier | modifier le code]

  • Marcenod abrite sur son territoire le manoir le château de Trocésar, dit « des trois Césars » (demeure du XVIe siècle), ancien fief de Grammond. Le seigneur était vassal de celui de Fontanès (Loire), d'ailleurs ce dernier avait le titre de Seigneur de Fontanès et Grammond-Trocésar. Les Saint-Priest et les Harenc, unis par le mariage en 1599, sont les plus anciens seigneurs connus de Trocésar.

À l’origine simple hameau, la commune est créée en 1868 d’une partie de Larajasse et d’une partie de Saint-Christo-en-Jarez, ses voisines.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Gilles Thizy    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 680 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1872. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911
527 493 486 537 540 532 546 537 538
1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
531 533 504 501 447 432 443 453 440
1982 1990 1999 2004 2006 2009 2012 - -
422 410 515 584 600 638 680 - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2009, 2012.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :