Saint-Genest-Lerpt

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Genest-Lerpt
Image illustrative de l'article Saint-Genest-Lerpt
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Saint-Étienne-Nord-Ouest-2
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Christian Julien
2008-2014
Code postal 42530
Code commune 42223
Démographie
Gentilé Lerptiens
Population
municipale
5 775 hab. (2011)
Densité 455 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 26′ 49″ N 4° 20′ 15″ E / 45.4469444444, 4.3375 ()45° 26′ 49″ Nord 4° 20′ 15″ Est / 45.4469444444, 4.3375 ()  
Altitude 576 m (min. : 437 m) (max. : 698 m)
Superficie 12,68 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte administrative de Loire
City locator 14.svg
Saint-Genest-Lerpt

Géolocalisation sur la carte : Loire

Voir sur la carte topographique de Loire
City locator 14.svg
Saint-Genest-Lerpt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Genest-Lerpt

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Genest-Lerpt

Saint-Genest-Lerpt est une commune française située dans le département de la Loire et la région Rhône-Alpes.

Cité touchant la ville de Saint-Étienne, elle fut par le passé un berceau de la rubanerie, abritant de nombreux passementiers, nom donné aux tisseurs de ruban. Elle est aujourd'hui une ville résidentielle dans la banlieue de Saint Étienne.

Géographie[modifier | modifier le code]

À 555 m d'altitude, St-Genest est sur une colline.

Elle est bordée sur son flanc oriental par la rocade est, D201. Un accès ZAC du Tissot dessert la commune.

Le quartier du Chasseur au nord, route de St-Just, se détache nettement du reste de la ville.

Environnement[modifier | modifier le code]

Parc départemental du Chasseur, d'environ 20 ha, et ses nombreuses essences arboricoles: douglas, pin noir, érable sycomore, chêne rouge, etc. Desserte en bus STAS via ligne 13[1].

Étang Colcombet, aussi appelé « La Mare aux Fées » à quelques minutes à pieds du centre ville.

Divers chemins de randonnée, dont un du côté sud-ouest longeant les vestiges de l’industrie minière[2].

Histoire[modifier | modifier le code]

Histoire de la commune[modifier | modifier le code]

En 1085, le Doyen du Chapitre de l'Église Métropolitaine de Lyon, nommé Blandin, fit don de sa terre de Saint-Genest-Lerpt à ce Chapitre. Or le premier soin des Chanoines, en prenant possession d'un territoire habité, était d'y construire une église et d'y établir un culte religieux[3].

Saint-Genest-Lerpt ("Saint-Genis") est mentionnée en 1173 dans la permutation réalisée lors de la séparation des comtés du Lyonnais et du Forez. Suite à cet acte, Saint-Genest fit partie d'une enclave directement dépendante du chapitre de Lyon, au confins du Jarez et du Forez et finalement rendue au Forez en 1278[4].

Le hameau de Landuzière-Cizeron est absorbé en 1828.

Histoire de son nom[modifier | modifier le code]

Le nom Sanctus Genesius Lerpt est attesté dès le XIe siècle. En découlent les toponymes Genès, Genis[5]. St-Genest-Lerpt tient peut-être son nom de Genesius qui était un évêque lyonnais très révéré pour une vie de sainteté. La typographie Genest n'apparait qu'au XVIIIe siècle. Lerpt, utilisé dès le XIe siècle serait un dérivé de Lerm qui aurait désigné un sol pauvre avec des pâturages et des forêts[6].

Une autre source historique dit que "Lerpt" est l'abréviation de "le repentant" (Le Rpt). Placée ici après "Saint-Genest" elle peut être l'identification du comédien romain et martyr chrétien, ayant vécu au IIIe siècle et "repenti" de sa vie païenne[7].

Ses monuments[modifier | modifier le code]

Son ancienne église datait du XVe siècle, remplacée en 1902 par une église plus grande. Chaque année a lieu le pèlerinage de Notre-Dame de Pitié, avec des marches convergentes au départ de Saint-Étienne et de Roche-la-Molière, suivies d'une procession dans les rues [8].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Saint-Genest-Lerpt Blason Parti: au 1er coupé au I de gueules à la coquille d'argent posée en bande , au II d’argent aux ciseaux de tailleur ouverts en sautoir et brochant sur une aiguille à coudre en pal, le tout de sable, au 2e d’azur à la lampe de mineur d’argent[9].
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1947 1963 Louis Thouilleux    
1963 1987 Louis Richard    
1987 1989 Elda Grangette    
1989 1992 Jean Barlet    
1992 2001 Roland Vacher    
2001   Christian Julien    


Élections[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Élections à Saint-Genest-Lerpt.

Les personnalités exerçant une fonction élective dont le mandat est en cours et en lien direct avec le territoire de la commune de Saint-Genest-Lerpt sont les suivantes :

Élection Territoire Titre Nom Début de mandat Fin de mandat
Municipales Saint-Genest-Lerpt Maire Christian Julien 2008 2014
Cantonales Saint-Étienne-Nord-Ouest-2 Conseillère générale Arlette Bernard 16 mars 2008 2015
Législatives 1re circonscription Député Régis Juanico juin 2017
Régionales Rhône-Alpes Président du conseil régional Jean-Jack Queyranne 2015
Présidentielles France Président de la République François Hollande mai 2017

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 775 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
763 574 751 949 1 308 1 401 1 600 1 693 1 824
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 398 2 515 2 724 2 841 3 632 3 425 3 730 3 959 4 144
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
4 331 4 281 4 128 4 554 4 570 4 239 4 238 4 571 5 115
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
5 147 5 331 5 265 5 308 5 482 5 672 5 566 5 547 5 775
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2004[11].)
Histogramme de l'évolution démographique


Monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle Notre-Dame de Pitié au nord de l'église, construite par les habitants en 1753 après une épidémie.
  • Fresques Nicolaï Greschny, peintes en 1973-74; fortement dégradées par le temps, elles sont restaurées en 2009. Fresques peintes suivant une technique « al fresco » [12]
  • Château du Minois ou Colcombet (1804), abritant le lycée privé hôtelier « le Renouveau » depuis 1995, jouxtant le parc municipal dit Le parc du Minois.
  • Château de la Mure au nord du bourg; les derniers héritiers vendent les terres dans les années 1950, des lotissements sont progressivement construits autour.
  • Domaine de Cizeron; propriété du département, le château est loué à l’État. C'est depuis 1960 la résidence de fonction du préfet.
  • Château de la Réardière.
  • Château de Landuzière; perché sur une butte à l'ouest de la commune, à l'origine de l'essor du hameau éponyme qui devient Landuzière-Cizeron, avant son intégration à St-Genest courant 19e.
  • Château dominant la Vallée du Cluzel, lieu-dit « le Bois des Sœurs ». Le bâtiment est vendu début 20e à la compagnie des Mines de la Loire, qui y loge son personnel.
  • Un monument aux morts du cimetière de Pierrefois, inauguré le 22 mars 1921. Le monument est élevé à la « mémoire des enfants de la Commune morts pour la Patrie » par le Conseil municipal de l'époque[13].
  • Un monument aux morts en l'honneur des soldats morts à la guerre, anciennement situé place Jacquard et déplacé à la Verchère, daterait de 1924-1925[13]. Description de ce monument aux morts : sur une base cubique, une colonne en marbre rouge avec chapiteau corinthien portant une tête de poilu en bronze, avec pour seule inscription : 1914-1918.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Antoine Neyron, maire de Saint-Étienne en 1790, a fait construire le château du Minois sur ses terres.
  • André Elbogen, résistant âgé de 22 ans, et Henri Klein, résistant âgé de 29 ans, y sont fusillés par les Allemands le 7 juillet 1944.

Jumelages[modifier | modifier le code]

Drapeau de l'Italie Palau (Italie) depuis 2005[14].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Limitrophe de Roche au sud-ouest, Villars au nord et St-Étienne à l'est par le quartier Côte Chaude.

Rose des vents La Fouillouse Villars Saint-Étienne Rose des vents
Saint-Just-Saint-Rambert N Saint-Étienne
O    Saint-Genest-Lerpt    E
S
Roche-la-Molière Le Chambon-Feugerolles La Ricamarie

Vie de la commune[modifier | modifier le code]

Évènements[modifier | modifier le code]

Le Printemps de la Photographie[modifier | modifier le code]

Chaque année, la ville accueille le Printemps de la Photographie. Ce festival est organisé par le club de photographie de la ville, Maraudeurs d'images[15].

Ce festival est ouvert aux membres du club et aux artistes extérieurs. Des expositions se tiennent dans la salle des fêtes, dans la maison de retraite du Chasseur, et chez les commerçants de la ville.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Les espaces naturels sensibles sur le site loire.fr
  2. Page "Balades à Saint-Genest-Lerpt" sur le site de la mairie.
  3. Archives sur la ville de Saint-Genest-Lerpt, données historiques établies par l'historien Raymond Curtet.
  4. "L'Église de Lyon s'était en outre réservé, dans les terres de Guy II, une enclave qui comprenait Saint-Victor-sur-Loire, Saint-Genest-Lerpt et Villars (n.d.r.: ainsi que Saint-Jean-Bonnefonds). Mais ces paroisses furent assez vite restituées au Forez. En 1278, c'était fait accompli." J.-E. DUFOUR, Dictionnaire topographique du département de la Loire, PUSE, 1946 (rééd. 2006), p. XXII.
  5. Cf. St-Genis Laval ou les Ollières, à l'ouest de l'agglomération lyonnaise.
  6. Il est possible que l'ajout de "Lerpt" dut jouer le rôle de le distinguer des autres villages du même nom. Ceci à l'instar de l'historique du nom du village Saint-Genis-Laval pour lequel le qualitatif de « de la vallée » fut rajouté au début du XIIIe siècle, qui au XVe siècle se transforma en « Laval ». Cf aussi l'historique de Saint-Genis-Laval.
  7. La lecture de "Lerpt" comme l'abréviation "Le Rpt" est rapportée par Pierre Dubanchet, ayant passé sa vie durant dans cette ville.
  8. Le pèlerinage du 14 septembre
  9. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=5504
  10. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  12. Bulletin-magazine municipal "Nouvelles Lerptiennes" no 16, avril 2009.
  13. a et b Bulletin-magazine municipal "Nouvelles Lerptiennes" no 16, avril 2009, p. 20.
  14. Jumelage de Saint-Genest-Lerpt avec Palau
  15. Le site du club de photographie Maraudeurs d'images

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :