La Valla-en-Gier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Valla-en-Gier
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Loire
Arrondissement Saint-Étienne
Canton Saint-Chamond-Sud
Intercommunalité Communauté d'agglomération Saint-Étienne Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Flachat
2008-2014
Code postal 42131
Code commune 42322
Démographie
Population
municipale
956 hab. (2011)
Densité 27 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 25′ 00″ N 4° 31′ 01″ E / 45.4166666667, 4.51694444444 ()45° 25′ 00″ Nord 4° 31′ 01″ Est / 45.4166666667, 4.51694444444 ()  
Altitude Min. 440 m – Max. 1 388 m
Superficie 34,78 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
La Valla-en-Gier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
La Valla-en-Gier

La Valla-en-Gier est une commune française, située dans le département de la Loire en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

La Valla se situe au sud-est de la communauté d’agglomération Saint-Étienne Métropole et du département de la Loire, et fait partie intégrante du Parc naturel régional du Pilat. Trois sentiers en boucle au départ du village, permettent de découvrir une commune dont le tiers est recouvert par la forêt. Très vaste, elle comprend une cinquantaine de hameaux et s’étend en amont du barrage de Soulage (440 m) jusqu’au crêt de la Perdrix (1388m), lieux propices aux promenades.

Le bourg, établi à flanc de montagne, domine trois barrages qui servent à l’alimentation en eau potable de la ville de Saint-Chamond, distante d’une dizaine de kilomètres. La commune est entaillée par deux vallées principales marquant profondément le relief. C’est dans ce paysage très accidenté que le Saut du Gier s’impose au visiteur : une cascade impressionnante accessible après une ascension à travers des chirats (éboulis de pierres très caractéristiques sur la commune).

Intercommunalité: Saint-Étienne Métropole depuis 2003.

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant la Révolution française, les habitations de La Valla-en-Gier était rattachées à la Seigneurie du Thoil, aujourd'hui lieu-dit (en ruine) du Bessat.

Très ancienne (des travaux ont permis de retrouver les traces d’une église du XIe siècle), La Valla incluait jusqu’en 1831 la commune voisine du Bessat. En 1817, Marcellin Champagnat, nommé vicaire du village, y fonda la première communauté des Frères maristes.

Au XIVe siècle, un italien dénommé Gayotti vient s’établir à Luzernod, au-dessus de la Valla-en-Gier. Il apporte avec lui le savoir-faire italien du travail de la soie, introduite en France depuis deux siècles déjà. Il construit alors le premier moulin « à dévider la soie » de la région. Il ira par la suite s’installer à Saint-Chamond, au confluent du Janon et du Gier. Avec lui se développe le moulinage.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001   Jean-Claude Flachat UDF  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 956 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 146 2 017 2 316 2 423 2 583 2 039 2 199 2 269 2 282
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 126 2 147 2 128 2 012 2 012 1 953 1 997 1 883 1 903
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 800 1 539 1 427 1 182 1 173 1 135 1 028 936 1 162
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2011
745 677 581 660 745 741 880 912 956
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2004[2])
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Aujourd’hui on peut notamment voir, tout près de la Mairie, le Puits des Sœurs (un puits en pierre taillée classé monument historique) et à l’écart du bourg, une curiosité offerte par les toits du hameau des Serchettes, dont les lignes de faîtages convergent toutes vers le même point.

Barrage de la Rive sur les rivières « le Ban et le Jarez », construit en 1870.

Église "Saint Andéol".

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2011

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :