Isidore le Laboureur

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Isidore et Laboureur (homonymie).
Isidore le Laboureur
Image illustrative de l'article Isidore le Laboureur
Isidore le Laboureur
Naissance 1080
Madrid
Décès 1130  (à 50 ans)
Madrid
Nationalité Flag of Spain.svg Espagnole
Canonisation 1622
par Grégoire XV
Vénéré par l'Église catholique romaine
Attributs Vêtu en paysan, en prière, il est accompagné d'anges qui labourent pour lui
Saint patron de la ville de Madrid

Isidore le Laboureur est né aux alentours de 1080, près de Madrid. Il est mort vers 1130.

Sa vie[modifier | modifier le code]

Placé très jeune comme ouvrier agricole, il travaille pour plusieurs maîtres. Devant l'arrivée des Sarrazins, il fuit la région de Madrid, et continue ailleurs son humble métier.

On raconte qu'il est l'objet de la jalousie des autres ouvriers, qui l'accusent de préférer prier plutôt que de travailler la terre comme eux. Chaque dimanche, avec sa femme Maria Toribia, il chantait au lutrin pendant la grand-messe et passait en prières le reste de la journée. Toutefois, son dernier patron, Juan de Vargas, fait de lui son régisseur.

Ce dernier le guette pour vérifier les assertions des autres ouvriers : il le surprend en prière, en extase tandis que les bœufs continuent à tirer la charrue, comme s'ils étaient conduits par deux anges. Ébloui, Juan de Vargas se convertit.

Fête[modifier | modifier le code]

Le 15 mai

Son culte[modifier | modifier le code]

Les miracles de guérison se multipliant sur sa tombe à la collégiale Saint-André-de-Madrid, et plus tard (lorsque ses reliques y furent transférées) à la collégiale Saint-Isidore, ou encore en buvant l'eau de la fontaine[1] que sa prière aurait fait jaillir du sol un jour de grande sécheresse[2] , le roi Philippe III d'Espagne, qui avait été guéri par son intercession, demanda sa canonisation, qui eut lieu, décidée par le pape Grégoire XV le 12 mars 1622 (il avait été béatifié en 1619), en même temps que celles d'Ignace de Loyola, de Thérèse d'Avila, de François-Xavier et de Philippe Néri[1].

Parti d'Espagne, son culte s'est diffusé en Bretagne, en Franche-Comté et au Tyrol. Selon Yves-Pascal Castel, qui a consacré un livre à Saint Isidore en Bretagne, il est le 35e saint le plus représenté dans les églises du diocèse de Quimper et de Léon.

« Une population essentiellement rurale ne pouvait qu'être heureuse de réserver dans ses sanctuaires une place au valet de ferme qui, sous le tranchant de sa bêche vit jaillir une bonne source. Le paysan ahanant au long de son sillon enviait aussi sans doute le mystique laboureur qu'un ange mystérieux relayait au mancheron de la charrue pendant qu'il tombait en extase. Par suite, quoi de plus parlant que de présenter au paysan chrétien, le saint paysan accompagné d'attributs on ne peut plus symboliques: bêche, faucille, charrue miniature, gerbe de blé. Mieux encore, saint Isidore endosse le costume rural, devenant souvent vrai paysan breton[3]. »

On trouve des traces de son culte dans 33 églises et chapelles du Morbihan, 17 du Finistère, dans 6 des Côtes-d'Armor, 3 de la Loire-Atlantique[3] dont un tableau du peintre Meuret dans l'église paroissiale de Rougé[4] et une en Ille-et-Vilaine à Baguer-Morvan où un vitrail[5] représentant saint Isidore fut offert à l'église en 1881 par les cultivateurs de la paroisse[6]. Les représentations de saint Isidore comptent parmi celles qui nous renseignent le mieux sur le costume du paysan en Bretagne entre 1600 et 1800.

  • une statue de ce saint se trouve dans l'église Saint-Pierre-aux-Liens de Mellac (Finistère).
  • l'église paroissiale de Botmeur (Finistère) est dédiée à saint Eutrope et saint Isidore (Isidore le Laboureur).
  • deux chapelles (disparues) lui étaient dédiées au Relecq-Kerhuon et à Scrignac.
  • Dans la Chapelle Notre-Dame-du-Guelhouit à Melrand (Morbihan), le lambris de la voûte raconte la vie de Saint Isidore en 23 tableaux. La chapelle possède aussi un superbe bas relief de Saint Isidore, patron des laboureurs priant à genoux, cependant que 2 anges conduisent sa charrue. Le saint est représenté en bragou-braz et est aussi armé d'une faucille.
  • etc..

Par ailleurs :

Son culte existe aussi en Amérique latine, par exemple une procession de saint Isidore se tient chaque année à Lima (Pérou). De plus, à Oaxaca au Méxique, Saint Isidore est aussi le patron des champignons psilocybe cubensis employés à des fin enthéogènes dans des rituels chamaniques. Les chamans le nomment "champignon de Saint Isidore"[8].

Patronage[modifier | modifier le code]

Il est le saint patron de Madrid, de León, de Saragosse, de Séville, etc.., mais aussi le saint patron des laboureurs, des agriculteurs, des ouvriers journaliers et des charretiers.

Représentations[modifier | modifier le code]

Il est habituellement représenté armé d'un fléau ou d'une gerbe d'épis de blé. Il a aussi été représenté en habit du XVIIe siècle, avec à ses pieds une charrue traînée par un ou plusieurs anges.

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Plusieurs documents photographiques illustrant le culte de ce saint sont consultables sur un site Internet[9].

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b http://nominis.cef.fr/contenus/saint/1129/Isidore-le-Laboureur.html
  2. Le Livre des Merveilles, Mame-Plon, pages 655-656
  3. a et b http://chemins-bretagne.com/art/index.php?art=ypc_st_isidore
  4. http://www.cc-castelbriantais.fr/commune/rouge
  5. http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp?execute=show_document&id=PALISSYIM35004053&full_screen_id=ILLUSTRA567#image
  6. http://patrimoine.region-bretagne.fr/main.xsp?execute=show_document&id=PALISSYIM35004053
  7. http://www.tyrol.com/fr/xxl/fr/954758/_id/883016/index.html
  8. Les plantes des Dieux, botanique et ethnologie : les plantes hallucinogènes, Richard Evans et Albert Hofmann, Ed. du Lézard, 2000
  9. http://hodiemecum.hautetfort.com/archive/2008/05/07/9-mai-saint-isidore-le-laboureur-patron-de-la-ville-de-madri.html

Sources[modifier | modifier le code]

  • Le petit livre des saints - Rosa Giorgi - Editions Larousse - 2006

Sur les autres projets Wikimedia :