SS-Totenkopfverbände

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

52° 45′ 16″ N 13° 14′ 13″ E / 52.75444444, 13.23694444

Les SS-Totenkopfverbände (SS-TV) (formations à tête de mort ou à crâne humain) sont des unités composées des gardes nazis responsables des camps de concentration de l'Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale. La Totenkopfverbände est une des composantes de la Schutzstaffel (SS), avec la Verfügungstruppe et l'Allgemeine-SS[1].

Historique[modifier | modifier le code]

Dès janvier 1933 les hommes de la SS furent sélectionnés sous le commandement du SS-Sturmbannführer Hilmar Wäckerle pour exercer la surveillance des camps de concentration. Theodor Eicke fera en sorte que ces SS soient soustraits de la SS. Selon lui, il s'agissait d'une "SS dans la SS".

Les SS-Wachverbände obtiennent dès 1933 dans la population le titre de Totenkopf-SS (la raison en est qu'à l'origine seuls leur uniforme et la tête de mort sur leur casquette laissaient voir qu'ils appartenaient à la SS) et sont connus pour leur brutalité, leur mystère et leur fidélité envers leur commandant de camp.

En 1934, l'unité Totenkopf, le Wachsturmbann "Oberbayern", soutient le Leibstandarte pendant le putsch de Röhm.

La même année, Eicke se voit confier l'ensemble des camps de concentrations qu'il voulait organiser selon le modèle de Dachau. Eicke et ses hommes sont alors responsables de la formation armée des SS. C'est ainsi qu'a véritablement commencé l'histoire des SS-Wachverbände. Lorsqu'en 1935/1936, la Verfügungstruppe vêtue d'un uniforme gris est censée revêtir l'uniforme feldgrau de l'armée allemande, Eicke met en place un uniforme brun pour les hommes de la Totenkopf-SS, comme celui des SA-Wehrmannschaften.

Le 29 mars 1936, les hommes de Eicke reçoivent officiellement le nom de SS-Totenkopf-Wachverbände (abrégé en SS-Totenkopfverbände). Theodor Eicke forme alors avec le personnel de surveillance des camps une SS-Sturmbanne autonome et il le fait de telle sorte que cette dernière échappe au contrôle des dirigeants de la SS. Aussi longtemps que Himmler savait qu'Eicke était de son côté, ce dernier pouvait faire ce qu'il désirait dans les camps. Les Totenkopfverbände passaient en général pour l'armée privée de Himmler puisqu'elles étaient responsables envers lui.

En avril 1937, Eicke regroupe les cinq Sturmbanne en trois "SS-Totenkopfstandarten". Il a alors le contrôle sur plus de 3 500 hommes. Les hommes en place à Dachau forme alors le 1er SS-Totenkopfstandarte "Oberbayern", ceux de Sachsenhausen le 2e SS-Totenkopfstandarte "Brandenburg" et ceux de Buchenwald le 3e SS-Totenkopfstandarte "Thüringen". Une école de SS-Unterführer est fondée dans le camp de Dachau tandis qu'une "Inspection des SS-Wachverbände" est installée à Orianenbourg. Ceux qui sont en service actif dans les camps portent l'uniforme brun avec la tête de mort ainsi que l'insigne du grade sur le col et un brassard portant le nom du régiment. Par contre, les membres des Totenkopfverbände qui ne sont pas en service actif dans les camps mais qui sont envoyés en patrouille ou en stage continuent à porter l'uniforme noir de la Allgemeine SS.

Bien que dans le cadre du service militaire obligatoire le fait de servir les SS-Verfügungstruppen au lieu de servir dans les rangs de la Wehrmacht était accepté, il était exclu que les membres des Totenkopfverbände servent dans la Wehrmacht - le commandement de la Wehrmacht se refusait en effet à reconnaître le service dans les Totenkopfverbände. Mais, comme certains historiens militaires ont pu le constater par la suite, le fait que le service dans les camps n'ait pas été reconnu comme service militaire a rendu le contrôle et l'influence de la Wehrmacht sur ces unités impossibles et bien des choses auraient pu être évitées par la suite[réf. nécessaire]. Ainsi, les Totenkopfverbände sont restées de fait plongées dans un vide légal dans le cadre duquel, Theodor Eicke a pu faire ce qu'il entendait.

Les Totenkopfverbände prennent part entre autres en 1938 à l'occupation de l'Autriche lors de l'Anschluss puis des Sudètes. Elles sont également activement en œuvre lors du début de la guerre. La SS-Heimwehr "Danzig" est formée de certaines parties des Totenkopfverbände et connaît quant à elle une modeste expérience du combat.

Le 1er octobre 1939 Eicke compose à Dachau sa "propre" SS-Totenkopf-Division : la 3e Panzerdivision SS Totenkopf. Le camp de Dachau est même évacué un moment pour servir de camp de formation militaire à sa division. Le 1er novembre la formation est accomplie et la division prête à servir.

Tableau des régiments[modifier | modifier le code]

Tableau des régiments des SS-Wachverbände
SS-Totenkopfstandarte Camp d'attachement/Lieu de fondation SS-Totenkopfstandarte Camp d'attachement/Lieu de fondation
I "Oberbayern" Dachau X Weimar-Buchenwald
II "Brandenburg" Sachsenhausen XI Radom
III "Thüringen" Weimar-Buchenwald XII Posen
IV "Ostmark" Mauthausen XIII Vienne
V "Dietrich Eckart" Oranienbourg XIV Weimar-Buchenwald
VI Prag XV Plock
VII Brünn XVI Dachau
VIII Krakau "Kirkenes" Kirkenes
IX Danzig Reseve-Standarte "Oberbayern" Dachau

Le 25 février 1941, les dénominations SS-Totenkopfstandarten sont officiellement abandonnées pour la dénomination SS-Standarten. Seule la 3e Panzerdivision SS Totenkopf garde la dénomination Totenkopf-Standarte par tradition.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Albert Speer, Au cœur du Troisième Reich, Fayard/Pluriel, 2011, 848 p. (ISBN 9782818500316) [EPUB] emplacement 14999 sur 15601.