Richard Walther Darré

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Darré.
Richard Walther Darré
Image illustrative de l'article Richard Walther Darré
Fonctions
Ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation
29 juin 193323 mai 1942
Gouvernement Cabinet Hitler
Prédécesseur Alfred Hugenberg
Successeur Herbert Backe
Biographie
Date de naissance 14 juillet 1895
Lieu de naissance Buenos Aires (Argentine)
Date de décès 5 septembre 1953 (à 58 ans)
Lieu de décès Munich (RFA)

Richard Walther Darré (Buenos Aires, 14 juillet 1895 - Munich, 5 septembre 1953), général SS (SS-Obergruppenführer), était un des principaux théoriciens nazis de l’idéologie Blut und Boden (« Le sang et le sol »). Reichsleiter du parti nazi, il a été chef du bureau de la race et du peuplement (RuSHA) de la Schutzstaffel de 1931 à 1938, et ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation du Troisième Reich de 1933 à 1942.

Premières années[modifier | modifier le code]

Richard Darré est né à Belgrano, un quartier de Buenos Aires en Argentine, d’un père allemand et d’une mère germano-suédoise. Son père était le directeur d’une entreprise d’import/export. Bien que leur mariage ne fut pas heureux, ils vivaient bien et leurs enfants reçurent une solide éducation privée jusqu’à ce qu’ils dussent rentrer en Allemagne quand les relations internationales se dégradèrent dans les années précédant la Première Guerre mondiale. L’éducation de Darré lui permit de parler couramment l’allemand, l’espagnol, le français et l’anglais.

Ses parents l’envoyèrent en Allemagne à neuf ans pour poursuivre sa scolarité à Heidelberg. En 1911, il fut envoyé en échange scolaire à la King's College School de Wimbledon. Le reste de la famille rentra en Allemagne en 1912. Richard (comme on l’appelait alors) passa ensuite deux ans à l'Oberrealschule de Gummersbach, puis début 1914 à l’école coloniale allemande de Witzenhausen, au sud de Göttingen, où s’éveilla son intérêt pour l’agriculture.

Après une année à Witzenhausen, il se porta volontaire pour partir au front. Il fut légèrement blessé plusieurs fois au cours de la grande guerre.

À la fin de la guerre il hésita à retourner en Argentine pour travailler dans l’agriculture, mais l’affaiblissement des finances familiales dans les années d’inflation rendirent ce projet impossible. Il retourna donc à Witzenhausen pour terminer ses études, et effectua un stage dans une ferme en Poméranie. Les observations qu’il y fit sur la situation des soldats allemands revenant du front influencèrent ses écrits ultérieurs.

En 1922 il partit pour l’université de Halle afin d'y poursuivre ses études : il y suivit un cursus d’agronomie, se spécialisant dans l’élevage. Il ne soutint cependant sa thèse d’université qu’en 1929, à l’âge assez avancé de 34 ans. Au cours de ces années il travailla également en Prusse-Orientale et en Finlande.

L’éveil politique[modifier | modifier le code]

Lorsqu’il était jeune homme en Allemagne, Darré rejoint d’abord les Artamans, un groupe de jeunes affilié au mouvement Völkisch, plus particulièrement dédié au retour à la terre. C’est dans ce cadre que Darré commença à développer l’idée que l’avenir de la "race nordique" était lié à la terre, dans ce qui finit par être connu sous le nom de Blut und Boden. Blut (le sang) représente ici la race ou la lignée, et Boden peut être traduit comme le sol, la terre ou le territoire. L’essence de cette théorie repose sur la relation mutuelle et prolongée entre un peuple et la terre qu’il occupe et qu’il cultive. Son premier article politique en 1926 traitait de la « colonisation interne », s'opposant aux tentatives de la République de Weimar de regagner l’empire colonial allemand perdu à la suite du traité de Versailles. La plupart de ses écrits de l’époque ne traitent cependant que d’aspects techniques de l’élevage.

Son premier ouvrage, Das Bauerntum als Lebensquell der nordischen Rasse (La Paysannerie en tant que source de vie de la race nordique) fut écrit en 1928. Il y défend des méthodes plus naturelles de gestion des terres, soulignant en particulier l’importance de la protection des forêts, et réclame davantage de surface libre et d’espace pour l’élevage des animaux de ferme. Parmi ceux qui entendirent ces arguments et en furent impressionnés figurait Heinrich Himmler, lui-même membre des Artamans.

« Dans ses deux ouvrages principaux, il a défini la paysannerie allemande comme un groupe racial homogène d’origine nordique, formant le cœur culturel et racial de la nation allemande. […] Le taux de fécondité nordique étant moins élevé que celui des autres races, la race nordique se trouvait à terme menacée d’extinction. »[1]

Membre du parti nazi[modifier | modifier le code]

Darré devint un membre actif du parti nazi, dont il finit par atteindre le grade de Reichsleiter (gouverneur du Reich), le plus élevé après le Führer lui-même.

Une influence importante sur le parti[modifier | modifier le code]

Son rôle central dans la création en 1931 du bureau de la race et du peuplement (Rasse- und Siedlungshauptamt ou RuSHA), une organisation SS violemment raciste et antisémite lui font prendre un ascendant certain sur Heinrich Himmler. Au sein de ce bureau, il développe le plan Rasse und Raum (La Race et l’espace ou La Race et la place) qui fournit un support idéologique à la politique d’expansion nazie, avec les théories de la Drang nach Osten ("expansion vers l’est") et de la Lebensraum ("espace vital") développées par Hitler dans Mein Kampf.

Acteur, avec Ley, Rosenberg et Himmler, de la politique antichrétienne, il souhaite un retour à la germanité, Deutschtum, originelle, celle des Teutons et des Germains non convertis au christianisme, apporté par les Latins alors en pleine décadence. pour lui, le Troisième Reich constituerait l'affrontement ultime entre les tenants de la Germanité et les tenants de la chrétienté[2]. En 1935, avec Himmler et Hermann Wirth, Darré fonde l’Ahnenerbe, un institut de recherche sur la « race allemande » qui conduira plus tard des expérimentations sur les prisonniers des camps de concentration.

Théoricien au sein du Parti[modifier | modifier le code]

Penseur au sein de l'idéologie Blut und Boden, il se fait le chantre au sein du parti nazi de l'utopie colonisatrice agrarienne, dès la fin des années 1920, avec son ouvrage La paysannerie comme source de vie de la race nordique, qu'il conçoit à la fois comme une rétrospective de la race nordique et comme un manuel de mesure à adopter pour la sauvegarde de la race aryenne[3]. Dans ce manifeste touffu et laborieux[4], Darré défend l'idée que les Indogermains sont en réalité un peuple sédentaire composé de paysans, non de guerriers nomades, qui ont conquis par la guerre et une colonisation progressive les terres qu'ils ont occupées[5]. Issus d'un territoire que Darré situe au sud de la Suède, ou au nord de l'Allemagne, les Indogermains originels ont conquis progressivement le pourtour nord de la Méditerranée où ils ont fondé les civilisations grecque et romaine[5].

Pour lui, les succès guerriers ont masqué la véritable nature des Indogermains, présenté jusqu'alors comme un soudard et un pillard : or ces qualificatifs, avec tous les caractères qui en découlent à ses yeux, prédation, parasitisme, définiraient plutôt les races sémitiques et asiatiques[6]. Les Indogermains, paysans en recherche de terres à cultiver, ne se lanceraient dans des opérations de migration et de conquête que pour s'installer sur le sol qu'ils cultiveront par la suite[7]; Darré érige ainsi le conquérant indogermanique en guerrier paysan s'installant dans des champs ouverts qu'il exploite directement, la ville étant laissée à son sort[8]. Pour démontrer cette proximité entre guerre et colonisation, il s'appuie sur le rite romain du Ver Sacrum, qui, dans un contexte de grave menace, consiste à vouer à Mars des animaux et des enfants à naître, ces derniers étant envoyés fonder une autre cité : il établit même une correspondance entre les possibilités permises par le climat scandinave, la colonisation possible uniquement entre les mois de mars et mai, et la période durant laquelle se déroule le rite du Ver Sacrum ; ainsi au terme du rite, un espace à coloniser se remplit peu à peu de colons, tandis que le trop-plein de population est encouragé à aller coloniser un autre espace[9]. De cette manière Darré apporte une justification historique à la notion de Lebensraum : la recherche de terres à coloniser par une race indogermanique en constant essor démographique trouve ses racines dans le lointain passé germanique, et est même une constante de l'Histoire des peuples indogermaniques, depuis ses origines jusqu'au Troisième Reich[9]. Cette recherche constante de terres à coloniser auraient amené des populations indogermaniques à s'établir dans des contrées méditerranéennes, en Grèce et en Italie, ce qui fait dire à Darré, et à l'ensemble des théoriciens racialistes du nazisme, que Grecs et Romains antiques appartiennent à la race indogermanique, ce qui permet d'annexer leur héritage à la germanité[10] : pour ce faire, il rédige une étude sur la maison grecque et romaine, dont il estime le modèle proche, par delà les âges et les distances, de celui de la maison germanique, toutes organisées autour du foyer, du feu comme élément structurant, de la présence d'une autorité patriarcale[11]

Organisateur de la propagande à destination des paysans[modifier | modifier le code]

À partir de de 1928, avec le soutien de Hitler, il développe un propagande spécifique à destination des paysans: fondé sur des écoles de propagande du NSDAP, ce dispositif s'appuie sur la formation d'orateurs formés à prendre la parole devant un auditoire spécifique, les paysans[12].

À l'été 1931 il mit en place un appareil politique rural, pour recruter les paysans au parti nazi. Cet appareil avait trois objectifs principaux :

Cette stratégie de conversion des populations rurales allemande au nazisme fut un succès, contribuant sans doute à l'accession au pouvoir de Hitler en 1933.

Ministre de l'Agriculture et de l'Alimentation[modifier | modifier le code]

Peu après cette prise de pouvoir, dès juin 1933 et jusqu’à mai 1942, Darré fut le Reichsminister de l’Agriculture et l’Alimentation, et chef des paysans du Reich. Il fit campagne pour que les grands propriétaires terriens donnent une partie de leurs terres afin de créer de nouvelles exploitations agricoles, et promut la controversée Erbhofgesetz (de), qui réforma les lois sur l’héritage pour éviter l’émiettement des fermes en plus petites unités. Il a aussi joué un rôle décisif dans la revendication de territoires sur la mer du Nord.

Richard Walther Darré, ministre de l'agriculture de 1933 à 1942, prononce un discours devant la devise Blut und Boden en 1937. Le Generalplan Ost conçu en 1941 a pour objectif avoué de conférer les ressources du grenier à blé de l'Ukraine à la population allemande.

Disgrâce à la fin des années 1930[modifier | modifier le code]

L'essor territorial du Reich à l'Est, à partir de 1938, rend moins utile l'alliance de Himmler et de Darré; en effet, Darré, théoricien nazi agrarien, a été instrumentalisé par Himmler, afin de laisser penser que les projets coloniaux de la SS sont destinés à entrer en application dans un futur lointain[13]. Mais les premières actions de la SS dans son action colonisatrice génèrent les bases du conflit de conceptions qui oppose Darré à Himmler : Darré souhaite un programme colonial agrarien, tandis que Himmler, appuyé sur Hitler, défendait des options colonisatrices plus belliqueuses[14].

Himmler prend ostensiblement ses distances avec Darré à partir de 1938. Mais les divergences idéologiques n'expliquent pas à elles seules l'éloignement de ces deux membres de l'élite nazi. En effet, Darré formule à l'encontre de la SS des critiques de plus en plus virulentes, étant réservé sur la mutation de la SS en simple garde prétorienne du régime[14].

Cette disgrâce se manifeste notamment par l'impossibilité d'obtenir, via l'intermédiaire de Hans Lammers, une audience avec le chancelier[15]. Darré fut également en mauvais termes avec le ministre de l’économie Hjalmar Schacht, en particulier après les mauvaises récoltes du milieu des années 1930. Malgré une tentative de maintenir des relations cordiales avec Himmler[16], les relations entre les deux hommes deviennent très mauvaises, Darré manifestant de l'hostilité à l'encontre de Himmler à partie de 1940[16].

Durant la guerre[modifier | modifier le code]

Il démissionna en 1942, officiellement pour des raisons de santé.

Darré obtint une réputation exécrable pendant la guerre, après la diffusion dans Life magazine de cet extrait terrifiant d’un discours qu’il aurait tenu en 1940 :

« Dès que nous aurons battu l’Angleterre nous vous détruirons définitivement, vous autres anglais. Les hommes valides et les femmes entre 16 et 45 ans seront envoyés comme esclaves sur le continent. Les vieux et des faibles seront exterminés. Tous les hommes restants comme esclaves en Angleterre seront stérilisés ; un ou deux millions de jeunes femmes de type nordique seront envoyées dans un certain nombre de fermes de reproduction où, inséminées pendant 10 à 12 ans par des mâles allemands sélectionnés, elles pourront produire chaque année des petits nordiques qui seront élevés comme des Allemands. Ces enfants formeront la future population britannique. Ils seront en partie éduqués en Allemagne et seuls ceux satisfaisant aux critères nazis seront autorisés à retourner en Angleterre pour y résider de manière permanente. Les autres seront stérilisés et iront rejoindre les groupes d’esclaves en Allemagne. Ainsi, en une ou deux générations, les Britanniques auront disparu[17]. »

Même si, contrairement à nombre de dignitaires nazis ayant réellement existé, Walther Darré n'apparaît pas dans le roman Les Bienveillantes de Jonathan Littell, sa figure évoque irrésistiblement la « philosophie de vétérinaire » dénoncée par le personnage de Voss au sujet de l'idéologie völkish et de la politique raciale nazie[18].

Après la guerre[modifier | modifier le code]

Darré fut arrêté en 1945 et jugé à Nuremberg, au Procès des ministères (1947-49). Il fut acquitté de nombre des accusations les plus lourdes qui pesaient sur lui, en particulier celles liées au génocide ; il fut cependant condamné à sept ans de réclusion. Libéré en 1950, il mourut à Munich le 5 septembre 1953, d’un cancer du foie probablement lié à l’alcoolisme.

Darré s’est marié deux fois : à Alma Staadt d’abord, de qui il divorça en 1927, puis à Charlotte Freiin von Vittinghoff-Scheel, qui lui survécut. Il eut deux filles du premier mariage.

Les écrits de Darré ont une influence importante sur la fraction de l’extrême droite actuelle qui croit dans la décadence de la vie urbaine et la noblesse de l’auto-suffisance[réf. nécessaire]. Ses ouvrages les plus influents sont Das Bauerntum als Lebensquell der nordischen Rasse (1928) et Neuadel aus Blut und Boden (1934), traduits respectivement sous les titres de La Paysannerie en tant que source de vie de la race nordique et La Race, nouvelle noblesse du sang et du sol.

R. Walther Darré est enfin le nom d'un chalutier allemand de 60 m, réquisitionné et armé en patrouilleur par la Kriegsmarine en 1939, et affecté à l'état-major de Saint-Malo en 1940 pour escorter les convois ravitaillant les îles Anglo-Normandes. Torpillé par une vedette rapide anglaise le 4 juillet 1944, l'épave repose désormais par 35 m de fond à 5 milles au nord de la pointe de la Varde, et est régulièrement visitée par les clubs de plongée sous-marine de la région malouine.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Bramwell 1985, p. 55
  2. Evans, p. 285.
  3. Chapoutot 2008, p. 408.
  4. selon le mot de Chapoutot 2008, p. 408.
  5. a et b Chapoutot 2008, p. 409.
  6. Chapoutot 2008, p. 4
  7. Chapoutot 2008, p. 410.
  8. Chapoutot 2008, p. 414.
  9. a et b Chapoutot 2008, p. 411.
  10. Chapoutot 2008, p. 412-413.
  11. Chapoutot 2008, p. 413.
  12. Grosser 1984, p. 58-59.
  13. Peter Longerich, Himmler, p. 406
  14. a et b Peter Longerich, Himmler, p. 409
  15. Evans, p. 689-690.
  16. a et b Peter Longerich, Himmler, p. 410
  17. (en) « Darre speech », sur www.the-battle-of-britain.co.uk (consulté le 5 septembre 2013)
  18. Les Bienveillantes, p. 281 (édition à préciser).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]