Oswald Pohl

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pohl .
Oswald Pohl, tribunal militaire américain à Nuremberg, 1947.

Oswald Pohl (30 juin 1892 - 7 juin 1951) était un officier nazi et un Obergruppenführer (équivalent à général de corps d'armée) SS. En tant que directeur du WVHA (Office central de l'administration et de l'économie de la SS), il organisa l'exploitation de tout ce qui provenait des Juifs depuis les camps de concentration.

Né le 30 juin 1892 à Duisburg-Ruhrort, il est le fils du serrurier Hermann Otto Emil Pohl et d'Augusta Pohl (née Seifert). Il est le cinquième d’une famille de huit enfants. Après avoir fini l’école en 1912, il s’engage dans la marine impériale. Pendant la Première Guerre mondiale, il est envoyé en mer Baltique et sur la côte des Flandres. Pohl suit aussi les cours d'une école de la marine, et devient trésorier le premier avril 1918. Il passe alors la majorité de son temps à Kiel et se marie le 30 octobre de la même année.

À la fin de la guerre, Pohl suit les cours d'une école de commerce et commence aussi à étudier le droit à l’Université de Kiel. Il va cependant abandonner l’université, et devient trésorier de la brigade Löwenfeld des Corps francs. Son travail l’amènera à Berlin, en Haute Silésie et dans le bassin de la Ruhr. En 1920, il rejoint la nouvelle marine de la république de Weimar (Reichmarine). Pohl est transféré à Swinemünde en 1924. En 1925, Pohl rejoint la SA, puis le Parti nazi et reçoit le numéro 30842 le 22 février 1926. Il rencontre Heinrich Himmler en 1933 et devient son protégé. Il est nommé chef du département administratif pour celui-ci et obtient le grade de SS-Standartenführer en février 1934.

Le premier juin 1935, il est nommé trésorier du Reich et chef de l’administration de la SS et met alors sur pied l’organisme qui veillera à l’administration des camps de concentration.

Il devient, quatre ans plus tard, chef de l'Office Central d’Administration et d’Économie, qui fait partie de la SS, et de l’Office Central de la Construction, qui est subordonné au Ministère de l’Intérieur, mais dans les faits, Pohl commande ces deux structures « qui se présentent donc selon le cas comme une structure de service public ou comme une institution de la S.S. »[1]. Le 1er février 1942, ces deux organismes sont regroupés sous le nom de SS-Wirtschafts-Verwaltungshauptamt, ou WVHA (Office Central de l’Administration et de l’Économie SS), que dirige Pohl. Himmler y rattache en mars 1942 l'Inspection des camps de concentration dans le but premier d'exploiter au maximum la capacité de production des détenus et déportés dans le cadre du processus d'extermination par le travail[2]. Cet organisme a pour tâche l’organisation des camps de concentration (logement, nourriture, soins médicaux, etc.). Pohl est promu SS-Obergruppenführer et général de la Waffen-SS le 20 avril 1942. Le 12 décembre de la même année, il se marie avec Eleonore von Brüning après avoir divorcé de sa première femme.

En 1944, on retire des mains de Pohl l’administration des camps de concentration pour confier celle-ci au Ministère de l’Armement. Pohl reste chargé de l’administration de la Waffen-SS jusqu’à la fin de la guerre.

Après la défaite allemande, Pohl se cache en Bavière, puis près de Bremen. Il est capturé par les troupes britanniques en mai 1946. Avec 17 autres personnes, il est jugé par un tribunal militaire à Nuremberg lors du procès WVHA, dit procès Pohl, du 8 avril au 22 septembre 1947, où il est accusé de crime contre l'humanité, de crime de guerre et d’avoir été membre d’une organisation criminelle (la SS). Il est condamné à mort le 3 novembre 1947.

En 1950 il publie un livre, Credo. Mein Weg zu Gott, avant d'être pendu à la prison de Landsberg le 7 juin 1951 oú il est enterré.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Peter Longerich, Himmler, tome I, 1900 - septembre 1939. Éditions Perrin, 2013, collection Tempus. (ISBN 978-2-262-04191-5). p. 361
  2. Ralf Ogorreck les Einsatzgruppen éd.Tallandier 2010 p.376 (ISBN 978-2-286-08847-7)

Liens externes[modifier | modifier le code]