Arthur Seyss-Inquart

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arthur Seyss-Inquart
Arthur Seyß-Inquart lors du procès de Nuremberg.
Arthur Seyß-Inquart lors du procès de Nuremberg.
Fonctions
16e chancelier fédéral d'Autriche
11 mars 193813 mars 1938
(2 jours)
Président fédéral Wilhelm Miklas
Prédécesseur Kurt von Schuschnigg
Successeur Troisième Reich
Karl Renner (indirectement)
Ministres allemand des Affaires étrangères
30 avril 19452 mai 1945
Président Karl Dönitz
Chancelier Joseph Goebbels
Prédécesseur Joachim von Ribbentrop
Successeur Lutz Graf Schwerin von Krosigk
Biographie
Date de naissance 22 juillet 1892
Lieu de naissance Stannern (Autriche-Hongrie)
Date de décès 16 octobre 1946 (à 54 ans)
Lieu de décès Nuremberg (Allemagne)
Nature du décès Pendaison
Nationalité autrichienne
Parti politique NSDAP
Conjoint Gertrud Maschka
Profession Avocat

Arthur Seyss-Inquart
Chanceliers
fédéraux de la République d'Autriche

Arthur Seyß-Inquart, né le 22 juillet 1892 et mort par pendaison le 16 octobre 1946, était un homme politique autrichien, partisan du national-socialisme, qui favorisa l'Anschluss en 1938, et fut gouverneur des Pays-Bas pendant la Seconde Guerre mondiale. Il obtint le rang honorifique de Gruppenführer au sein de la SS. Il fut condamné à mort à la suite du procès de Nuremberg.

Biographie[modifier | modifier le code]

Né à Stannern (Stonařov), en Moravie, Arthur Seyß-Inquart s'établit comme avocat à Vienne en 1921. Il commença à militer très tôt pour l'Anschluss, terme qui désigne le rattachement de l'Autriche à l'Allemagne, au nom d'une culture germanique commune. Fondateur du parti national-socialiste autrichien, entretenant des liens très étroits avec son homologue allemand, il fut imposé au chancelier Schuschnigg — convoqué par Hitler à Berchtesgaden — comme ministre de l'Intérieur et de la Sécurité, le 15 février 1938.

Dans la logique du « protocole Hossbach », qui, dès 1937, prévoyait d'instaurer la Grande Allemagne, Hitler multiplia les pressions sur le gouvernement autrichien et obtint la démission de Schuschnigg. Seyss-Inquart, qui le remplaça immédiatement à la Chancellerie, fit alors appel au Reich et, le 12 mars 1938, les troupes allemandes entrèrent dans Vienne, où elles reçurent un accueil triomphal. Nommé peu après gouverneur de l'Autriche (Reichstatthalter), puis représentant du gouverneur général de Pologne, Hans Frank, à Cracovie (1939), il fut nommé le 18 mai 1940 commissaire du Reich dans les Pays-Bas occupés. Fidèle exécutant, il mena alors une politique combinant pillage économique, persécutions raciales et déportations, ce qui provoqua des rébellions de la part des Hollandais comme le fameux épisode de la Grève de février 1941, qui fut durement réprimée par les occupants. Arrêté à la Libération, il fut condamné à mort lors du procès de Nuremberg pour crimes contre la paix, crimes de guerre et crimes contre l'humanité et exécuté peu après par pendaison.