Camp de concentration de Gusen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

48° 15′ 26″ N 14° 27′ 48″ E / 48.25722, 14.46333 Le camps de concentration de Gusen composée de trois camps de concentration différents.

Camp Gusen I[modifier | modifier le code]

RFSS Himmler devant le "Jourhaus" du KL Gusen I

Le camp de concentration de Gusen n° I était un camp jumeau du camp de Mauthausen, en Autriche. Ce n'est pas un camp annexe classique de Mauthausen. Les premières décisions concernant la localisation pour Gusen avaient déjà été prises en 1938. La SS acquiert le premier terrain pour le camp de concentration de Gusen I en mai 1938 et les prisonniers des camps de concentration travaillent avant 1940 à Gusen[1]. Gusen était classé avec celui de Mauthausen en catégorie III (Lagerstufe III), prévue pour des "détenus non éducables". Ceux qui étaient envoyés dans ces camps de concentration n'avaient qu'une très faible espérance de survie.

En 1938 et 1939 des prisonniers devaient marcher quotidiennement 4 km pour atteindre la carrière de pierre de Gusen par un camp temporaire dans la vallée de Wienergraben[2]. À cette époque, le camp de Mauthausen était en grande partie un chantier encore en construction. Il fut décidé, vers la fin de 1939, de construire sur place en parallèle un deuxième camp de concentration près de Mauthausen. Ce second camp sera réalisé par les prisonniers eux-mêmes et ouvrira officiellement en mars 1940 sous l'autorité du capitaine SS Karl Chmielewski.

Le siège administratif des deux camps de concentration de Mauthausen et de Gusen a été établi en 1940 en la ville de St. Georgen an der Gusen[3].

Les premiers prisonniers sont des opposants politiques allemands et autrichiens, ainsi que des prêtres. Viendront ensuite des intellectuels polonais, des prisonniers de guerre soviétiques et des républicains espagnols ainsi que des déportés français notamment suspects de faits de résistance.

Le "Jourhaus" - L'entrée principale du camp Gusen I, aux environs de 1941

Parmi plus de 71 000 détenus issus de plus de 27 nations, 37 000 déportés trouvèrent la mort à Gusen I, II & III, dont 2 000 furent gazés au château de Hartheim sous le nom de code « action 14f13 ». Le 2 mars 1942, plus de 150 prisonniers de guerre russes et les 21 et 22 avril 1945, plus de 650 malades et invalides sont gazés au Zyklon B, selon les cas dans une chambre à gaz située dans le camp ou dans un camion à gaz faisant la navette entre Mauthausen et Gusen[4]. Le taux de mortalité extrême du camp impose la mise en activité d'un four crématoire en janvier 1941.

Une des spécialités du camp Gusen I, mise au point par le sergent SS Jentzch était les "Todebadeaktionen" (action bain de la mort). Cette méthode de meurtre consistait à doucher les prisonniers à exterminer (malades, inaptes au travail) avec de l'eau glaciale, ce qui provoquait leur mort au terme d'une lente agonie. À son procès, le capitaine Karl Chmielewski expliquera n'avoir aucun remords.

Camp Gusen II et III[modifier | modifier le code]

Mémorial du camp de concentration de Gusen

En 1944, Gusen est renforcé par deux outres camps, Gusen II (St Georgen), destiné à abriter la production souterraine d'armement (pièces du chasseur Messerschmitt Bf 109 et plus tard celles du chasseur à réaction Messerschmitt Me 262) sous le nom de code 'B8"Bergkristall"' sous la direction du SS Hans Kammler et Gusen III (Lungitz), en vue de la construction d'une boulangerie destinée à l’approvisionnement des divers camps[5].

En contraire de Mauthausen tous les camps de Gusen avait une liaison ferroviaire directe.

Les trois camps sont libérés le 5 mai 1945 par les 26e DIUS et 11e DBUS.

Peu après la Libération déjà, les vestiges du camp commencèrent à disparaître.

En 1961, d'anciens détenus italiens rachetèrent le terrain sur lequel se trouvaient les vestiges du crématoire et en firent don à la commune, qui en contrepartie, donna son accord à la construction d'un mémorial à cet endroit. Différentes amicales de déportés rassemblèrent les fonds nécessaires à sa construction. Il fut inauguré le 8 mai 1965.

Depuis 1997, le ministère de l'intérieur de la république d'Autriche est responsable de la conservation et de la gestion du Mémorial. Le centre des visiteurs a été inauguré en 2004 et le Audiowalk Gusen (Chemin de l'écoute) en 2007.

La plupart des recherches et de soutien des survivants seront toutefois gérés par les membres du Comité Memorial de Gusen plus de 25 ans.

Prisonniers importants de Gusen[modifier | modifier le code]

Fours crématoires du camp

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Rudolf A. Haunschmied, Jan-Ruth Mills, Siegi Witzany-Durda: St. Georgen-Gusen-Mauthausen - Concentration Camp Mauthausen Reconsidered. BoD, Norderstedt 2008, p. 48-56. ISBN 978-3-8334-7440-8, p.
  2. Haunschmied, et al. St.Georgen-Gusen-Mauthausen, p. 61-62
  3. Haunschmied, et al. St.Georgen-Gusen-Mauthausen, p. 80-106.
  4. Eugen Kogon, Hermann Langbein, Adalbert Rückerl les chambres à gaz secret d'état Points/Histoire éd. Seuil 1987 p. 227 (ISBN 2-02-009628-5)
  5. Haunschmied, et al. St.Georgen-Gusen-Mauthausen, p. 127 ff.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Rudolf A. Haunschmied, B8 Bergkristall - Historical Visit of the International Mauthausen Committee [« Visite historique du Comité international de Mauthausen »], May 7, 2010, Gusen Memorial Committee, 2010
  • (de) Rudolf A. Haunschmied, NS-Geschichte [« L'histoire nazie »] 1938-1945, dans: 400 Jahre Markt St. Georgen an der Gusen, St. Georgen a.d. Gusen, 2011
  • (de) Rudolf A. Haunschmied, Zur Geschichte des Lagerteiles Gusen im ehemaligen KZ-Doppellager Mauthausen-Gusen [« L'histoire de la partie de Gusen dans l'ancien camp de concentration bifurqué de Mauthausen-Gusen »], dans: Überleben durch Kunst [« Survie à travers l'art »] - Zwangsarbeit im Konzentrationslager Gusen für das Messerschmittwerk Regensburg [« Le travail forcé dans les camps de concentration de Gusen pour l'usine Messerschmitt Ratisbonne »], Dr. Peter Morsbach Verlag, Ratisbonne, 2012 (ISBN 978-3-937527-52-9)
  • (de) Rudolf A. Haunschmied, Die Bevölkerung von St. Georgen/Gusen und Langenstein. Umgang mit der Lagergeschichte, Ablehnung und Initiativen zur Bewahrung [« La population de St. Georgen/Gusen et Langenstein, traitement à l'histoire du camp. Rejet et initiatives de préservation »], dans: Gedenkstätten für die Opfer des Nationalsozialismus in Polen und Österreich [« Mémoriaux pour les victimes du national-socialisme en Pologne et en Autriche »] - Bestandsaufnahmen und Entwicklungsperspektiven [« Actes de la Conférence sur le Centre Scientifique de l´Academie Polonaise des Sciences en Septembre 2010 à Vienne »] Peter Lang Edition, Francfort sur Main, 2013 (ISBN 978-3-631-62461-6)
  • Jean-Michel Lambert, Retour à Mauthausen : récit, Paris, J.-C. Gawsewitch éditeur,‎ 2005, 213 p. (ISBN 2-35013-023-1).
  • (en) Karl Littner, Life Hanging on a Spider Web - From Auschwitz-Zasole to Gusen II, BoD, Norderstedt, 2011 (ISBN 9783842398405), disponible dans Google Livres Life Hanging on a Spider Web
  • (it) Mura Giuseppe (ed.), L´animo degli offesi - storia di Modesto Melis da Carbonia a Mauthausen (Gusen II) e ritorno, Giampaolo Cirronis Editore, Iglesias 2013, ISBN 978-88-97397-11-3
  • (pl) Jerzy Osuchowski, Gusen: Przedsionek Piekła (Gusen: Antochabre d´enfer), Varsovie, Wydawnictwa MON,‎ 1961, p. 208

Liens externes[modifier | modifier le code]