Massacre de Kamenets-Podolski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Entre le 27 et le 29 août 1941, environ 23 600 Juifs sont massacrés à quelques kilomètres de la ville ukrainienne de Kamenets-Podolski, ville frontalière de la Roumanie. Cette exécution marque un changement d’échelle dans la politique de massacre de masse menée sur le front Est à partir de la fin du mois de juillet 1941. Ces massacres sont supervisés par les Einsatzgruppen, unités de tuerie mobiles rattachées au RSHA et à la SS.

La particularité des événements qui ont eu lieu à Kamenets-Podolski s'explique par le fait qu'il s'agit du premier massacre de grande ampleur qui a lieu, mais aussi par l'origine des Juifs qui sont exécutés. En effet, la plupart venait de Hongrie, où le gouvernement avait décidé de déporter des milliers de Juifs hongrois sans même que l'Allemagne nazie ne leur en fasse la suggestion[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Provenance nationale des Juifs du massacre[modifier | modifier le code]

Entre 1938 et 1941, la Hongrie de l'Amiral Miklos Horthy, qui avait perdu beaucoup de territoires à la suite de la Première Guerre mondiale, annexe des territoires qu'elle considère siens. Au total, sur près de 5 400 000 habitants supplémentaires, environ 324 250 sont Juifs, ces derniers étant principalement concentrés dans l'Est (Carpatho-Ruthénie, région auparavant ukrainienne) et le Nord-Ouest du pays. De plus, il est estimé qu'au début de la guerre, environ 35 000 Juifs Polonais, Allemands, Autrichiens ou Tchécoslovaques traversèrent les frontières hongroises, fuyant ainsi l'armée nazie. Or, les membres du gouvernement hongrois étant largement antisémites, envisagent assez vite de se débarrasser des Juifs. Dès l'hiver 1941, des dizaines de milliers de Juifs sont rassemblés dans les zones frontalières à l'Est du pays (adjacentes donc de l'Union Soviétique et de la Roumanie). La plupart de ceux-ci sont des étrangers, l'État hongrois n'ayant pas officiellement permis d'arrêter les citoyens Hongrois. Ils resteront là pendant des mois, tandis que le gouvernement attend une occasion de les déporter à l'étranger.

Été 1941, début d'une importante vague de massacres antisémites[modifier | modifier le code]

Cette occasion se présenta durant l'été 1941. L'Allemagne, n'honorant pas les accords secrets de non-agression signés le 23 août 1939 avec l'URSS, déclare la guerre à celle-ci et déclenche l'opération Barbarossa le 22 juin 1941. Les progrès de la Wehrmacht sont fulgurants sur tout le front Est, et très vite elle pénètre en territoire russe, prenant au préalable le contrôle d'une importante zone qui s'étalait des Pays Baltes jusqu'au sud de l'Ukraine. Dans cette zone vivent environ quatre millions de Juifs, même s'il est estimé qu'environ un million et demi d'entre eux ont fui à cette période[2]. Pendant la progression de l'armée nazie, de nombreux pogroms et massacres antisémites se déclenchent spontanément dans l'ensemble de l'Europe de l'Est.

En juillet 1941, Reinhard Heydrich, chef de la Police de Sécurité, de la Gestapo et de la Kriminal Polizei reçoit de Göring l'ordre de procéder aux « préparatifs de la solution finale ». Si la « question juive » restait alors floue (notamment quant au sort des femmes et des enfants), les massacres des communautés juives, jusqu'alors spontanés, commencent à être organisés, rationalisés et supervisés sur le front Est. Si toutes sortes de soldats allemands sont appelés à participer à l'élimination de Juifs dans les mois qui suivent, certaines troupes sont spécialement affectées à cette tâche, notamment les quatre Einsatzgruppen, littéralement « troupes d'intervention », qui se révèlent en réalité être des troupes d'extermination mobiles.

En Hongrie, le bureau national de contrôle des étrangers propose alors un plan d’expulsion des « indésirables »[3]. L'objectif est de chasser les Juifs étrangers, principalement ceux alors localisés en Carpatho-Ruthénie, et de les livrer aux autorités allemandes situés en Galicie, à l'Est de l'Ukraine. Après une négociation avec les officiers de la Gestapo, Horthy soumet le 12 juillet 1941 le décret d’expulsion des juifs « de nationalité douteuse »[3]. Celui-ci dispose que tout Juif étant dans l'incapacité d'attester de sa nationalité hongroise, qu’il soit de Budapest, de Ruthénie ou des Carpates, sera raflé et remis aux autorités allemandes en Galicie. De nouvelles exportations et rassemblements forcés de Juifs sont mis en place avant de procéder aux déportations les autorités étant souvent peu regardantes quant à l'identité des victimes. Il est ainsi attesté qu'un certain nombre de Juifs ayant la nationalité Hongroise furent tout de même déportés.

Déroulement du massacre[modifier | modifier le code]

Déportation vers Kamenets-Podolski[modifier | modifier le code]

Depuis le 14 juillet et pour les semaines à venir, au moins 16 000 juifs sont déportés par camions hors de Hongrie. La majorité d'entre eux est déportée à Kamenets-Podolski. Ils sont entassés par les Allemands et la police locale dans le quartier juif où se trouvent déjà des milliers de Juifs locaux. Les conditions sont exécrables, devenant un peu plus lamentables à chaque arrivée de camion de déportés. Il est prévu d'exterminer un maximum de Juifs depuis la fin du mois de juillet surtout qu’Hitler déclare implicitement que dorénavant, les femmes et les enfants juifs doivent aussi être massacrés. Pourtant, la Wehrmacht ne sait dans un premier temps pas quoi faire de tant de Juifs. L’armée allemande tente de faire valoir auprès de sa hiérarchie et des autorités hongroises les difficultés générées par cet afflux. La Wehrmacht demande à ce qu’ils soient renvoyés en Hongrie mais Horthy refuse catégoriquement.

Conférence de Vinnitsa, décision d'un massacre[modifier | modifier le code]

Un rapport de l’Einsatzgruppe C du 28 août rend compte des frictions entre les autorités allemandes et hongroises, liées aux afflux massifs de Juifs. La conférence de Vinnitsa, le 23 août 1941, a justement pour but de résoudre ce problème. « Le HSSPF Friedrich Jeckeln est mandaté pour cela et se rend à Kamenets-Podolski »[4] . Appuyé par l’unité de la gendarmerie ukrainienne, le bataillon de police 320 et les hommes de sa compagnie, il entre dans la ville ukrainienne à la fin du mois d’août. Les Juifs sont prévenus qu’ils seront expulsés de la ville et déplacés vers une destination inconnue. Jeckeln, à la tête du commandement des bataillons de l’Einsatzgruppe C et de la gendarmerie ukrainienne, renforcé par des soldats hongrois, rassemblent 23 600 Juifs. Ils les font marcher une quinzaine de kilomètres jusqu’à la sortie de la ville où se trouvent cinq cratères d’obus qui feront office de fosses communes pour les Juifs de la ville et les milliers d’autres déportés de la Hongrie.

Le massacre dure trois jours plein du 27 au 29 août. Les Juifs doivent se déshabiller selon un rituel déjà bien rodé, avant d’être exécutés à la mitrailleuse sous les tirs croisés des gendarmes allemands et des soldats hongrois. Mais beaucoup sont enterrés vivants. Jeckeln réussit à tenir la promesse qu’il avait faite à Vinnitsa d’en terminer avant le 1er septembre. Dans le rapport d’activité du groupe d’intervention C, en date du 11 septembre 1941, ces « opérations » tiennent en une phrase de conclusion : « à Kamenets-Podolski, 23 600 Juifs ont été abattus en 3 jours par un kommando du haut dirigeant de la SS et de la Police »[5] . Par ailleurs, après le massacre de Kamenets-Podolski, « la Wehrmacht coopéra systématiquement avec les Einsatzgruppen et les forces de police pour détruire les communautés juives »[6] .

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le documentaire Einsatzgruppen, les commandos de la mort. Sous la direction de Michael Prazan, France Télévision, 2009
  2. La destruction des Juifs d'Europe, Raul Hilberg, Tome I, éditions Folio Histoire, 1991, p. 252
  3. a et b Einsatzgruppen, les commandos de la mort nazis, Michael Prazan, Seuil, 2012, p. 166
  4. Einsatzgruppen, les commandos de la mort nazis, Michael Prazan, Seuil, 2012, p. 167
  5. Ibid
  6. Terres de sang : l’Europe entre Hitler et Staline, Timothy Snyder, Gallimard, Broché, 2012, p. 319