Lakhdar Belloumi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Lakhdar Belloumi
Lakhdar Belloumi (1986 WCQ).jpg
Lakhdar Belloumi aux élim. CM 1986.
Situation actuelle
Numéro 10
Biographie
Nom Lakhdar Belloumi
Nationalité Drapeau : Algérie Algérien
Naissance 29 décembre 1958 (55 ans)
Lieu Mascara (Algérie)
Taille 1,78 m (5 10)
Poste Meneur de jeu
Parcours junior
Saisons Club
1970-1973 Drapeau : Algérie O. Sempac Mascara
Parcours amateur
Saisons Club
1973-1976 Drapeau : Algérie O. Sempac Mascara
1976-1977 Drapeau : Algérie SCAF El-Khemis
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1977-1978 Drapeau : Algérie GC Mascara 40 (27)
1978-1979 Drapeau : Algérie MC Oran 77 (33)
1979-1981 Drapeau : Algérie MC Alger 30 (10)
1981-1987 Drapeau : Algérie GC Mascara 203 (77)
1987-1988 Drapeau : Algérie MC Oran 66(22)
1988 Drapeau : Qatar Al-Arabi SC 12 (4)
1989-1990 Drapeau : Algérie MC Oran 27 (12)
1990-1991 Drapeau : Algérie GC Mascara 91 (30)
1991-1992 Drapeau : Algérie USM Bel-Abbes - (-)
1992-1993 Drapeau : Algérie GC Mascara - (-)
1993-1994 Drapeau : Algérie MC Oran - (-)
1994-1997 Drapeau : Algérie GC Mascara - (-)
1997-1998 Drapeau : Algérie ASM Oran - (-)
1998-1999 Drapeau : Algérie GC Mascara - (-)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1977-1978 Drapeau : Algérie Algérie Junior
1978-1989 Drapeau : Algérie Algérie 101 (27)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
2001-2002 Drapeau : Algérie MC Oran
2002-2003 Drapeau : Algérie USM Bel-Abbès
2003 Drapeau : Qatar Umm-Salal SC
2004-2005 Drapeau : Algérie Algérie
2005-2006 Drapeau : Algérie GC Mascara
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Lakhdar Belloumi (arabe : لخضر بلومي), né le 29 décembre 1958 à Mascara, est un ancien joueur de football algérien, qui jouait au poste de milieu offensif.

Sacré Ballon d'or africain en 1981, il est considéré comme le meilleur joueur algérien de tous les temps[1], et l'un des meilleurs au niveau africain et mondial, Il est l'inventeur de la passe aveugle [2],[3]. Il formait avec Salah Assad et Rabah Madjer, le trio de joueurs excellents techniquement de l'équipe nationale d'Algérie des années 1980 qui a particulièrement marqué le football algérien[4]. Il a été élu quatrième footballeur africain du siècle derrière George Weah, Roger Milla et Abedi Pelé[5].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse et début de carrière[modifier | modifier le code]

Né dans une famille modeste au Faubourg Faidherbe à Mascara, Lakhdar est le cadet des fils de Si Bachir Belloumi, ouvrier agricole. Il signe sa première licence à 14 ans au sein de la catégorie minime de l'Olympique Sempac de Mascara, équipe d'une entreprise nationale évoluant à l'époque en DH. Un an plus tard il est repéré pour être surclassé chez les cadets. À 16 ans, il est titularisé en équipe senior, son premier match contre El-Amria d'Oran se solde par une victoire 3-0.

À 17 ans il doit s'exiler à 150 km du foyer familial pour signer au SCAF El-Khemis en Division 2. Son choix aurait été guidé par le besoin d'alléger la charge de son père en ramenant un revenu supplémentaire à la famille, et surtout par la fait que pour opter pour le Ghali Club de Mascara, la licence B est de rigueur. Cette même année il est convoqué en Équipe nationale algérienne Junior aux côtés déjà de Merezkane, Kaci-Saïd et Madjer.

Un an plus tard il revient dans sa ville natale pour intégrer le GC Mascara. Puis il rejoint le MC Oran sous les ordres de Saïd Amara, une année après son retour à Mascara.

Carrière de joueur[modifier | modifier le code]

Révélation[modifier | modifier le code]

Au MC Oran, il évolue aux côtés de Miloud Hadefi, Sid Ahmed Belkedrouci ou encore Tedj Bensaoula. Cette saison il finit meilleur buteur du championnat avec 11 buts avant d'être convoqué en équipe nationale A. Il n'a pas encore 20 ans quand il s'impose déjà comme un titulaire indiscutable au sein de l'équipe de l'entraîneur Rachid Mekhloufi[6]. Il finit la saison avec 3 buts en 9 sélections.

En 1979/1980, il rejoint le MP Alger le champion d'Algérie des 2 précédentes saisons, dans le cadre de son service militaire qu'il effectue à Alger où il jouera deux saisons le temps qu'il termine son service. Il ne disputera qu'à peine la moitié des 68 matchs de son équipe et ne marquera que 10 "petits buts". Depuis son arrivée il a porté la poisse à ce club qui cessera de gagner des titres.

En décembre, il est le meneur de l'équipe nationale d'Algérie qui battra le Maroc 5-1 à Casablanca et 3-0 à Alger lors des qualifications aux Jeux olympiques.

Belloumi l'africain[modifier | modifier le code]

En mars 1980, il emmène l'équipe nationale[7] jusqu'en finale de la CAN pour la première fois de son histoire et malgré la défaite face au pays organisateur, en l'occurrence le Nigeria, au stade du Suruleré il sera élu meilleur attaquant du tournoi[8]. En juillet, ce sont les Jeux olympiques de Moscou où il se distingue menant l'Algérie en quarts de finale se faisant ainsi connaître sur le plan international [1]. En septembre, il souffre de sa première grande blessure, face à l'USM El Harrach qui l'éloigne des terrains pendant quatre mois, le contraignant à une opération du ménisque. Il manque les quarts de finale du MPA face au Canon Yaoundé de Thomas N'Kono.

Son retour en 1981 est décisif[9] en équipe nationale puisque après un doublé face au Niger et un autre face au Burkina Faso, il participe à la qualification au Mondial 1982 inscrivant un but lors de chacune des deux parties face au Nigeria au mois d'octobre. Il reçoit un Ballon d'or africain remis par France Football avant la rencontre retour contre le Nigéria à Constantine où il marque le premier but, l'Algérie sortant vainqueur par deux buts à un. Bien que convoité par de grands clubs tels que le FC Barcelone, le Paris SG, la Juventus et le grand Real Madrid dès années 1980 [2], il retourne chez lui en signant au modeste GC Mascara lors de la saison 1981-1982.

Coupe du monde de football 1982[modifier | modifier le code]

L'année 1982 débute mal, puisqu'à la CAN, Belloumi est gêné par une pubalgie. Trois mois plus tard c'est le Mondial en Espagne de 1982 où il marque le but de la victoire (2-1) face aux Allemands de l'Ouest champions d'Europe en titre, le 16 juin 1982. La rencontre suivante, entre l'Allemagne de l'Ouest et l'Autriche donne lieu à un non-match retentissant surnommé par la suite « Le match de la honte ». Une victoire 1-0 de l'Allemagne de l'Ouest permet aux deux équipes de se qualifier et a pour conséquence l'élimination de l'Algérie. Certaines voix dénoncent un accord entre les deux équipes. Pour éviter le renouvellement de ce genre de problème, la FIFA décide qu'à l'avenir, les deux derniers matchs de chaque groupe auront lieu en même temps[10]. Ce principe est plus tard étendu aux derniers matchs des phases de qualification.

Les sollicitations pleuvent pour le maestro algérien, mais le règlement de la Fédération algérienne de football interdisait à l'époque tous joueur Algérien de moins de 28 ans de quitter le pays pour un club étranger sans une autorisation spéciale, sur décision du président de l'époque Chadli Bendjedid.

En juillet, il est sélectionné dans l'équipe du reste du monde aux côtés de Zico, Sócrates ou encore Falcão pour jouer contre les meilleurs joueurs européens à New York[11], il marque, à Dino Zoff le gardien italien champion du monde 1982, l'un des deux buts de son équipe tout en jouant les 90 min. Pélé, très impressionné par l'incroyable talent de Belloumi lui aurait dit ces mots en fin de partie « you are a great player »[12].

Longue carrière[modifier | modifier le code]

Lakhdar Belloumi, champion d'Algérie avec le GC Mascara en 1984
Belloumi, capitaine d'équipe du GC Mascara

Le 15 mars 1985 à Tripoli, lors de la manche retour de la Coupe des Clubs Champions. Il est victime d'une frature de la jambe causée par le libéro d'Al Ittihad Tripoli Abu-Bakr Bani qui l'aurait déjà menacé à Mascara[13]. Il revient sur les terrains six mois plus tard. Il est au rendez-vous avec son club dès le mois de septembre et surtout avec l'équipe nationale. Son « come-back » pour le dernier tour des éliminatoires de la Coupe du Monde face à la Tunisie est comme cinq ans auparavant à Casablanca marqué par une victoire 4-1 à l'extérieur et 3-0 à domicile.

En 1986 l'équipe du Real Murcie qui joue en première division espagnole tente de le recruter, mais les négociations échouent. Lakhdar signe par la suite au MC Oran (MCO) pour y décrocher son deuxième titre de champion d'Algérie. La CAN 1988 qu'il prédit déjà comme sa dernière prestation, il est deux fois buteur dans le tournoi, mais il rate pourtant le dernier tir au but en demi-finale face au Nigeria. Il termine quand même meilleur buteur du tournois avec Roger Milla, Abdoulaye Traoré et Gamal Abdel Hamid.

Après la coupe d'Afrique des nations, il signe son seul contrat professionnel de sa carrière dans un club étranger au Qatar avec le prestigieux club Al-Arabi Sports Club ou il terminera quatrième au classement du championnat.

Il retourne après au MC Oran où il essaie de décrocher le titre de coupe d'Afrique des clubs champions actuellement CAF ligue des champions mais le club sera battu en finale aux tirs aux buts contre le Raja CA Casablanca.

Belloumi qui brille avec le MCO[8],[14] est écarté par Abdelhamid Kermali lors de la phase finale de la coupe d'Afrique en 1990 à Alger car en décembre 1989, lors du fameux-Égypte-Algérie décisif pour la coupe du monde, match perdu par 1 à 0, il fut injustement accusé par les médias égyptiens d'avoir blessé un médecin égyptien, alors qu'il se trouvait au 7e étage de l'hôtel en compagnie justement de Kermali. Ce dernier mit 20 ans pour affirmer que Belloumi était avec lui lors de l'incident dont le coupable était Kadri, le gardien remplaçant. Déjà, le courant ne passait pas entre Belloumi en Kermali qui l'écarta carrément de l'équipe nationale et ce fut la longue traversée du désert pour la sélection algérienne avec l'affaire Kharouf (JSK) et le fameux discours de Kermali " El mouhim, hiya el moucharaka" c'est-à-dire l'essentiel est d'y participer [15],[16].

Sa dernière saison avec le grand club du MC Oran se termine en 1993/1994 avant de rentrer définitivement dans sa ville natale pour y jouer encore cinq saisons à l'échelon inférieur avant de raccrocher définitivement en 1999 à l'âge de 40 ans. Rongé par le démon du football et courtisé par l'ASM Oran, il signa pour cette formation pour 6 mois. L'année d'après, il rempila pour le RCG Oran.

Ses participations en Équipe d'Algérie[modifier | modifier le code]

Lakhdar Belloumi est l'un des rares joueurs au monde à avoir joué avec toutes les catégories nationales, il commence en 1974 avec les cadets, passant par les juniors en 1977, l'équipe olympique en 1979 ainsi que l'équipe militaire en 1979.

Avec l'équipe A, il totalise un chiffre record de 101 sélections de 1978 à 1989 faisant de lui le joueur le plus capé de l'équipe nationale d'Algérie, durant cette période, il va inscrire 27 buts[17].

Avec l'équipe A, il participera à [18]:

  • 2 coupes du monde : Espagne 1982 (1er tour), Mexique 1986 (1er tour)
  • 1 tournois des jeux olympiques : Moscou 1980 (quart de finale)
  • 4 coupes d'Afrique des nations (Nigeria 1980 (finale), Libye 1982 (quatrième), Côte d'Ivoire 1984 (troisième), Maroc 1988 (troisième)
  • 2 tournois des jeux Méditerranéens : Split 1979 (troisième), Casablanca 1983 (1er tour)

Carrière d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Il passe ensuite ses diplômes d'entraîneur en Allemagne. Il entame sa carrière sur les bancs de touche au MC Oran (MCO) durant quelques mois avant d'être nommé Manager Général à l'USM Bel-Abbès. En 2003, il est engagé par le club qatari d'Al-Tadamon Club actuellement Umm-Salal SC en deuxième division mais il ne reste qu'un petit mois alors que son club était en deuxième position. Revenu au pays il réintègre les rangs du GC Mascara au poste de Manager réussissant la montée ce qui n'était plus arrivé depuis 1987. On lui confie la barre technique à l'entame de la saison 2004/2005 avant de la lui retirer. Deux mois plus tard il est appelé par Ali Fergani pour le seconder à la tête de l'équipe nationale algérienne.

Palmarès[modifier | modifier le code]

Personnel[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe Nationale d'Algérie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Le seul livre qui retrace toute la vie du footballeur Lakhdar Belloumi a pour titre Lakhdar Belloumi, un footballeur algérien, par Hamid Grine, Édition Enal - Alger, 1986. Ce livre a été tiré à plus de 20 000 exemplaires, malheureusement l'édition est en rupture de stock[20].

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]