Mahieddine Khalef

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Mahieddine Khalef
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nom Mahieddine Khalef
Nationalité Drapeau : Algérie Algérien
Naissance 14 janvier 1944 (70 ans)
Lieu Khémisset, Drapeau du Maroc Maroc
Taille 1,78 m (5 10)
Période pro. 19??-1974
Parcours junior
Saisons Club
1958-1960 Drapeau : Maroc Kanitra AC
 ? (?)
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1960-1961 Drapeau : Maroc Kanitra AC  ? (?)
1961-1967 Drapeau : Maroc IZ Khemissat  ? (?)
1968-1970 Drapeau : Algérie JS Kabylie  ? (?)
1970-1971 Drapeau : Algérie NA Hussein-Dey  ? (?)
1971-1974 Drapeau : Algérie JS Kabylie ? (?)
Total ??? (??)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1976-1990 Drapeau : Algérie JS Kabylie
1979-1984 Drapeau : Algérie Algérie
1990-1991 Drapeau : Émirats arabes unis Al Ain FC
1991-1993 Drapeau : Maroc IR Tanger
1993-1997 Drapeau : Maroc MC Oujda
2001-2001 Drapeau : Algérie JS Kabylie
1 Compétitions officielles nationales et internationales.

Mahieddine Khalef (né le 17 janvier 1944 à Khémisset au Maroc), est un entraîneur de football algérien. Il est notamment connu pour son passage à la Jeunesse sportive de Kabylie, mais aussi et surtout à la Coupe du monde de football 1982, en tant que co-sélectionneur de l'Équipe d'Algérie de football.

Biographie[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

Mahieddine Khalef fait ses débuts en tant que footballeur avec l'équipe du KAC Kenitra. En 1967, il rentre en Algérie, où il évoluera à la JS Kabylie avec laquelle il accèdera en première division, avant d'être champion d'Algérie, en 1972-1973 avec Popescu un entraîneur roumain que Mahiedine a fait venir de son ancienne équipe marocaine du KAC Kenitra où il fut son entraîneur.

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Bien qu'il soit né au Maroc durant la présence française en Algérie mais aussi en Afrique du Nord, Mahieddine Khalef est bien un Algérien, né de parents algérien et kabyle de Aïth Yeni (Beni Yenni). Il n'a pas fait de formation pour devenir entraîneur et on sait très peu de choses sur son parcours professionnel qui l'a amené à devenir entraîneur de football.

Il débuta son métier à partir de l'année 1972, il a remplacé avec feu Harouni, feu Boubekeur (entraîneur) qui a quitté la JSK, menacée de relégation à trois journées de la fin due championnat. Après cela, le club est pris en main par son ancien entraîneur au KA Kenitra, Popescu, qui réussit à obtenir le premier titre au club, et Matiga Perlig le deuxième titre en 1973-1974.

À cette époque, le sport algérien, toute jeune nation au profil socialiste et communiste révolutionnaire, profite des bons échanges avec le bloc communiste en Europe. L'équipe accueillera donc dans ses rangs, un entraîneur polonais du nom de Stefan Zywotko. Celui-ci devait initialement rejoindre la Grèce car il avait des contacts avec le Panathinaïkos. Ses supérieurs voyant d'un très mauvais œil l'envoi d'un de ses formateurs dans un pays non socialiste, celui-ci fut donc envoyé en Algérie. Et c'est avec lui que Khalef entraînera la fameuse équipe des années 1980 de la JSK.

À cette époque également, fort de sa réussite en club, il sera appelé à entraîner l'Équipe nationale de 1979 (Jeux Méditerranéens de Split) à 1980 et rappelé pour entraîner l'Équipe national algérienne de football lors de la Coupe du monde en 1982, Rachid Mekhloufi était le directeur technique.

Le duo Khalef-Zywotko[modifier | modifier le code]

Il débute donc, en club sous l'œil observateur du polonais Stefan Zywotko qui pour le moment, ne comprenant pas le français se contentait d'orienter les entrainements spécifiques en vue d'inculquer les méthodes soviétiques en matière de football. L'année 1979, sera salutaire avec dès sa première année en fonction un titre de champion d'Algérie de football, avec soixante treize points au compteur. Khalef entrainera avec Zywotko l'équipe de la JSK, pendant onze ans, et écrira les plus belles pages de l'histoire du club et du football algérien en club. Il remportera en temps qu'entraineur huit titres de champion d'Algérie de football (D1), en onze ans. Mais aussi une Coupe d'Algérie, une Coupe d'Afrique des clubs Champions (C1) ainsi qu'une supercoupe d'Afrique de football.

En tant que sélectionneur[modifier | modifier le code]

Khalef, à la suite de ses bons résultats en club, fut convié à prendre en charge l'équipe nationale à la suite de la démission de Zouba en 1979. Ayant inculqué une culture de la victoire à son équipe de club, il fut invité à faire de même pour l'équipe nationale. Son expérience fut excellente puisqu'il permit à la sélection de gagner des matchs d'anthologies sur la scène mondiale ; face à la redoutable équipe d'Allemagne (RFA) crainte de tous sur le score de deux buts à un ; mais aussi face au Chili (trois buts à deux). Malheureusement, en dépit d'un match arrangé entre les sélections allemandes et autrichiennes, au goal average la sélection algérienne s'arrêtera à la première phase, mais aura charmé tous les observateurs du football.

Palmarès complet (club et sélection)[modifier | modifier le code]

JS Kabylie :


Équipe Nationale :

Particularité[modifier | modifier le code]

Lors de son passage à la JSK, c'est le seul entraineur algérien ayant entrainer un club pendant plus de dix ans (onze exactement), et n'être jamais descendu au classement final plus bas que la troisième place. En effet, Khalef à passer avec Zywotko, toutes ces années au plus haut niveau du championnat à jouer la tête, soit onze fois consécutivement dans le top trois de la D1.

En termes de record également, c'est le plus titré des entraineurs algériens, avec huit titres de champions d'Algérie, une Coupe d'Algérie, une Coupe d'Afrique des Clubs Champions ainsi qu'une Supercoupe d'Afrique. Il a également remporté la coupe de la CAF en 2001 avec Nasser Sendjak.

Sa notoriété au sein du football algérien[modifier | modifier le code]

Sa notoriété est intacte, il est reconnu comme étant un fin connaisseur du football algérien. Aujourd'hui Khalef n'entraine plus, mais il suit attentivement les résultats de ses équipes fétiches, à savoir la JSK et l'Équipe Nationale de football. Pour le club, il est un entraineur historique, un grand monument du football algérien, et un pionnier en première division. C'est lui qui permit au club de la JSK de connaitre ses plus belles heures de gloires sportives tant sur le plan national qu'international. Même au sein des plus jeunes supporters du club, qui ne l'ont jamais connu, le souvenir de leurs aïeux, qui ont supporté l'équipe lorsque Khalef entrainait la JSK, fut transmis aux plus jeunes. Aujourd'hui, pour le football algérien, et international (africain notamment), il demeure un consultant de luxe pour des chaînes de télévisions mais aussi pour des radios et des journaux sportifs qui relatent les matchs du football algérien. Enfin, à la fin du mois de juillet 2009, le président de la JSK actuel, Mohand Cherif Hannachi, déclare qu'il est temps pour la JSK, d'honorer son entraineur emblématique de toujours en lui conférant le titre honorifique de président d'honneur du club. À cet effet, le 2 août 2009, une cérémonie fut organisée, qui célébra le titre honorifique de manière solennelle, de président d'honneur de la JSK, en présence de journalistes pour Mahieddine Khalef.