Karl-Theodor zu Guttenberg

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guttenberg.
Page d'aide sur l'homonymie Pour son grand-père, voir Karl Theodor von und zu Guttenberg.
Karl-Theodor zu Guttenberg
Portrait de Karl-Theodor zu Guttenberg, en 2011
Portrait de Karl-Theodor zu Guttenberg, en 2011
Fonctions
Ministre fédéral de la Défense d'Allemagne
Chancelier Angela Merkel
Prédécesseur Franz Josef Jung
Successeur Thomas de Maizière
Ministre fédéral de l'Économie et de la Technologie
Chancelier Angela Merkel
Prédécesseur Michael Glos
Successeur Rainer Brüderle
Biographie
Nom de naissance Karl-Theodor Maria Nikolaus
Johann Jacob Philipp Franz
Joseph Sylvester Freiherr
von und zu Guttenberg
Date de naissance (42 ans)
Lieu de naissance Munich (Allemagne)
Parti politique CSU
Profession Homme d'affaires

Karl-Theodor zu Guttenberg
Ministres fédéraux de la Défense d'Allemagne
Ministres fédéraux de l'Économie d'Allemagne

Karl-Theodor Maria Nikolaus Johann Jacob Philipp Franz Joseph Sylvester Freiherr von und zu Guttenberg[1], dit Karl-Theodor zu Guttenberg, né le à Munich, est un homme politique allemand de l’Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU).

Descendant d'une famille de la noblesse bavaroise, il est élu député au Bundestag en 2002, où il se spécialise dans les questions de géopolitique. En 2008, il est choisi par Horst Seehofer comme nouveau secrétaire général de la CSU, qui vient de perdre la majorité absolue au Landtag de Bavière. Il démissionne trois mois plus tard, après sa nomination comme ministre fédéral de l'Économie dans la grande coalition d'Angela Merkel. Il est réélu député le avec le meilleur score des élections législatives, et devient alors ministre fédéral de la Défense dans la nouvelle coalition noire-jaune. C'est à ce titre qu'il annonce en 2010 la fin prochaine du service militaire obligatoire. Il démissionne l'année suivante, à la suite d'accusations de plagiat concernant la rédaction de sa thèse de doctorat en droit.

Éléments personnels[modifier | modifier le code]

Formation et carrière[modifier | modifier le code]

En 1991, il obtient son Abitur à Rosenheim, puis accomplit son service militaire à Mittenwald, dans un bataillon de chasseurs alpins de la Bundeswehr, qu'il achève en tant que sous-officier de réserve. Il entreprend alors des études supérieures de droit et de sciences politiques à Bayreuth, et les termine à Munich en passant avec succès son premier diplôme juridique d'État. Il reçoit un doctorat de droit en 2007, à l'université de Bayreuth. Il lui est retiré quatre ans plus tard par l'université, après avoir été accusé de plagiat au sujet de sa thèse.

Il commence à travailler au sein de la société familiale Guttenberg GmbH dès 1994, avant d'en devenir associé directeur. Il a par ailleurs siégé au conseil d'administration de la clinique de Rhön entre 1996 et 2002, et a vendu ses participations dans la HypoVereinsbank en 2002.

Famille[modifier | modifier le code]

Stephanie von Bismarck-Schönhausen (gauche) et son époux, en 2010.

Karl-Theodor zu Guttenberg est le fils du chef d'orchestre Enoch zu Guttenberg et de Christiane Henkell-von Ribbentrop, qui se trouve désormais mariée à Adolf von Ribbentrop, fils de Joachim von Ribbentrop. Il est également le petit-fils de Karl-Theodor Freiherr von und zu Guttenberg, qui fut secrétaire d'État parlementaire à la chancellerie fédérale entre 1967 et 1969.

En 2000, il a épousé la comtesse Stephanie von Bismarck-Schönhausen, de cinq ans sa cadette. Le couple a deux filles.

Parcours politique[modifier | modifier le code]

Au sein de la CSU[modifier | modifier le code]

Il a siégé au comité directeur de la Junge Union, organisation de jeunesse de la CDU/CSU en Bavière et a occupé la présidence de la commission pour les affaires étrangères de l'Union chrétienne-sociale en Bavière (CSU).

Le , il est élu président de la CSU du district de Haute-Franconie, puis nommé secrétaire général du parti à la suite de sa défaite aux élections régionales le . Il renonce à cette fonction le pour entrer dans le gouvernement fédéral. Il est remplacé par Alexander Dobrindt. Il préside également la CSU de la commune de Guttenberg depuis .

Il est actuellement membre du comité directeur et de la présidence du parti, mais a renoncé le à diriger la fédération chrétienne-sociale dans le district de Haute-Franconie, un peu plus de deux semaines après s'être retiré de la vie politique[2].

Débuts électoraux[modifier | modifier le code]

Il entre au Bundestag et l'assemblée de l'arrondissement de Kulmbach en 2002.

En tant que député fédéral, il a été porte-parole du groupe CDU/CSU au Bundestag à la commission des Affaires étrangères et pour les questions de désarmement et de non-prolifération nucléaire. Il a été réélu lors des élections anticipées de 2005 avec 60 % des voix au scrutin uninominal.

Une surprise au ministère fédéral de l'Économie[modifier | modifier le code]

Le , Karl-Theodor zu Guttenberg est choisi par Horst Seehofer pour remplacer Michael Glos comme ministre fédéral de l'Économie et de la Technologie au sein de la grande coalition d'Angela Merkel, une nomination surprenante dans la mesure où son profil le destine davantage au ministère des Affaires étrangères ou de la Défense[3]. À ce poste, il doit affronter la crise économique mondiale qui met à mal la croissance économique allemande et gérer le plan de sauvetage d'Opel. À 37 ans, il est le plus jeune ministre de l'Économie d'Allemagne, et le benjamin du gouvernement fédéral.

Passage au ministère fédéral de la Défense[modifier | modifier le code]

Karl-Theodor zu Guttenberg, accompagné de députés au Bundestag, lors d'une visite à un contingent de la Bundeswehr déployé en Afghanistan.

Aux élections fédérales du , il est réélu député fédéral avec 68,1 % des suffrages, soit le record de ce scrutin. Le 28 octobre suivant, il est nommé ministre fédéral de la Défense dans la nouvelle coalition noire-jaune, dont le benjamin est désormais Philipp Rösler, ministre fédéral de la Santé. Il est notamment chargé de la gestion de la guerre en Afghanistan et sera appelé à témoigner devant une commission d'enquête parlementaire à propos du Bombardement de Kunduz décidé sous la direction de son prédécesseur et qui a fait de nombreuses victimes civiles[4].

Il est le premier chrétien-social à occuper ce portefeuille depuis Franz Josef Strauß, considéré comme l'idéologue de la CSU.

Le , il est accusé par l'ancien chef d'état-major de la Bundeswehr, qu'il avait limogé suite au Bombardement de Kunduz, d'avoir menti en prétendant que l'état-major ne lui avait pas communiqué un rapport secret faisant état de victimes civiles dès le lendemain de l'attaque et édité au mois de novembre. Face à cette révélation, le coordinateur du groupe SPD au Bundestag, Thomas Oppermann, a estimé que Guttenberg devrait démissionner si ces faits sont avérés[5].

Il a annoncé le vouloir suspendre le service militaire obligatoire, afin de réaliser environ quatre cent millions d'euros d'économie dans le cadre du plan de réduction des dépenses publiques allemandes[6].

Controverse sur sa thèse doctorale[modifier | modifier le code]

La thèse en cause.

En , il est accusé de plagiat dans sa thèse doctorale car il aurait recopié notamment une partie d'un article publié en 2003 par le NZZ am Sonntag[7], ce qui pourrait conduire à la perte de son doctorat de droit[8]. Cela lui a valu de nombreuses critiques de la presse, qui l'affuble de surnoms rappelant ses origines nobles, tels « baron du copier-coller » ou « baron von Googleberg »[9], tandis que la chancelière Angela Merkel lui a exprimé son soutien[10]. Il annonce, le 18 février, renoncer « temporairement » à son titre de docteur en droit, le temps que l'université de Bayreuth procède à ses investigations, tandis que deux plaintes ont été déposées auprès du parquet de la ville en lien avec cette affaire[11]. Un site Internet participatif a même été ouvert, sur lequel les internautes identifient les passages et/ou pages litigieux[12]. Il finit par demander la révocation de sa thèse pour « fautes graves » le 21 février[13], soit quatre jours seulement après le début du scandale. Deux jours plus tard, l'université, après évaluation, lui retire son titre de docteur, estimant que la thèse « n'a pas donné lieu à un travail scientifique correct », selon son président[14].

Dans cette affaire, il dispose du soutien sans faille de la chancelière, qui rappelle l'avoir choisi « non pour être assistant de recherche mais ministre de la Défense, un travail dont il s'acquitte parfaitement », et de la CDU/CSU, son président de groupe parlementaire dénonçant une campagne menée par l'opposition[15]. À l'inverse, l'ensemble de l'opposition de gauche réclame sa démission, le chef de file parlementaire social-démocrate, Frank-Walter Steinmeier, estimant que le ministre avait trompé l'opinion publique, ce qui n'est pas « une petite chose »[16].

Sa popularité, au taux record de 68 % d'opinions favorables, n'est pas immédiatement affectée par ce que les médias appellent la Plagiatsaffäre Guttenberg (de)[17].

Retrait de la politique[modifier | modifier le code]

Le , Karl-Theodor zu Guttenberg annonce sa démission du ministère fédéral de la Défense[18], affirmant agir pour éviter de nouvelles répercussions politiques, alors qu'il avait entrepris une vaste réforme de la Bundeswehr, et par décence vis-à-vis des soldats de l'armée fédérale[19]. Il déclare : « J'étais toujours prêt à combattre, mais j'ai atteint les limites de mes forces. »[20], ajoutant qu'il s'agit de « la décision la plus douloureuse » de sa vie mais qu'il est prêt à collaborer avec la justice, voire à renoncer à son immunité parlementaire[21]. Le lendemain, le président de la CSU, Horst Seehofer, précise que Guttenberg, remplacé par le ministre fédéral de l'Intérieur, Thomas de Maizière, va également quitter le Bundestag[22].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Freiherr est le titre de baron ; il fait partie du patronyme et n'a plus, selon l'état civil allemand, valeur de titre nobiliaire.
  2. (de) « Tout va bien, au revoir », Frankfurter Allgemeine Zeitung, le
  3. (fr) Un nouveau ministre de l'Économie pour affronter la crise - Radio France internationale le
  4. (fr) Le ministre allemand de la Défense Karl-Theodor zu Gutenberg sur la défensive - Euronews le
  5. (fr) Un ministre de Merkel accusé de mensonge sur l'Afghanistan - Le Figaro le
  6. (de) Guttenberg va suspendre le service militaire, Der Tagesspiegel, le
  7. (fr) Allemagne – Un ministre accusé de plagiat, 20 minutes, le
  8. (de) « Son titre de docteur doit lui être retiré », Frankfurter Allgemeine Zeitung, le
  9. (fr) [Le ministre allemand de la Défense veut révoquer son doctorat], Le Point, d'après l'Agence France-Presse, le
  10. (fr) La chute du « baron du copier-coller », Libération, le
  11. (fr) Le ministre allemand de la Défense renonce à son doctorat, nie le plagiat, Le Nouvel Observateur, d'après l'Agence France-Presse, le
  12. (fr) Merkel renouvelle son soutien à son ministre accusé de plagiat, Agence France-Presse, le
  13. (fr) Karl-Theodor zu Guttenberg révoque sa thèse, TF1, le
  14. (fr) Le titre de docteur retiré au ministre allemand accusé de plagiat, Le Monde, le
  15. (de) La confiance est bonne – Ce n'est pas un chèque en blanc, Frankfurter Allgemeine Zeitung, le
  16. (de) Le SPD appelle au limogeage de Guttenberg, Frankfurter Allgemeine Zeitung, le
  17. (fr) Zu Guttenberg reconnaît de graves erreurs, 20 minutes, le
  18. (de) Guttenberg démissionne, Tagesschau, le
  19. (de) Le ministre de la Défense Guttenberg démissionne, Frankfurter Allgemeine Zeitung, le
  20. (fr) Le ministre de la défense allemand a démissionné, Le Monde, le
  21. (fr) Plagiat: démission d'un ministre allemand, Le Figaro, d'après l'Agence France-Presse, le
  22. (de) De Maizière devient ministre de la Défense, Friedrich ministre de l'Intérieur, Frankfurter Allgemeine Zeitung, le

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Genealogisches Handbuch des in Bayern immatrikulierten Adels, Band XXV, 2004, S. 422

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]