Article soupçonné de non pertinence. Cliquez pour suivre ou participer au débat.

Crise économique mondiale des années 2008 et suivantes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La crise économique de 2008, quelques fois appelée dans le monde anglophone Grande Récession (Great Recession, en référence à la Grande Dépression de 1929)[1],[2],[3],[4], est une récession dans laquelle sont entrés la plupart des pays industrialisés du monde à la suite du krach de l'automne 2008[5],[6], lui-même consécutif de la crise des subprimes de 2006-2007. Les États-Unis ont été les premiers à entrer en récession, en décembre 2007[7], suivis par plusieurs pays européens au cours de l'année 2008, ainsi que la zone euro dans son ensemble. La France n'entre comptablement en récession qu'en 2009. Cette crise économique mondiale est considérée comme la pire depuis la Grande Dépression[8].

Cette crise est marquée par une forte hausse des prix du pétrole et des produits agricoles. La montée exorbitante des prix des actifs et celle associée de la demande sont considérées comme la conséquence d'une période de crédit facile[9], de régulations et de supervisions inadéquates[10] ou d'inégalités croissantes[11]. Avec la baisse des actions et des prix des maisons, de grandes banques américaines et européennes ont perdu beaucoup d'argent. En dépit des aides massives accordées par les États pour pallier les menaces de faillite et de crise bancaire systémique, il en a résulté une récession mondiale qui a conduit à un ralentissement du commerce international, à une hausse du chômage et à une baisse des prix des produits de base.

À partir de 2009, la plupart des pays ont dans un premier temps opté pour des politiques de relance. Début 2010, si la plupart semblaient sortir de la récession, le FMI restait prudent[12]. En effet, la récession laissait alors place à une croissance lente voire une stagnation économique, les plans de sauvetage et de relance ont fait exploser les dettes publiques, le chômage continuait d'augmenter, d'importants déséquilibres dans les balances des transactions courantes demeuraient, et des risques d'éclatement de nouvelles bulles financières étaient toujours à craindre[13]. En Europe, face au risque d'explosions de leur dette publique, les États mettent rapidement en place des politiques pro-cycliques d'austérité mêlant hausse d'impôts et baisse des dépenses publiques. Si ces dernières parviennent à freiner l'augmentation de l'endettement des états, elles accentuent encore davantage la progression du chômage.

Sommaire

Le contexte[modifier | modifier le code]

Le dégonflement de la bulle immobilière[modifier | modifier le code]

Prix des maisons au Royaume-Uni de 1975 à 2006.

En 2005, The Economist[14] notait une hausse rapide du prix des logements dans les pays développés. En cinq ans leur valeur était passée de 30 000 milliards de dollars à 70 000 milliards de dollars. À la mi-2005, Alan Greenspan, alors à la tête de la Fed, notait déjà une bulle immobilière aux États-Unis (il a déclaré « at a minimum, there's a little froth », « au minimum il y a un peu d'écume »)[15]. D'autres pays connaissent également des bulles immobilières, en raison de l'excédent mondial de liquidités, par exemple le Royaume-Uni, l'Espagne et la France.

L'éclatement de la bulle immobilière dans de nombreux pays (États-Unis, Espagne, Royaume-Uni, France) a réduit l'activité dans le secteur de la construction, entraînant un effet négatif sur le PIB. La baisse des prix immobiliers provoquent un effet de richesse négatif sur les ménages propriétaires et les incitent à épargner.

Le boum des matières premières[modifier | modifier le code]

Baril de pétrole Brent, prix spot, mai 1987–avril 2011.

Les prix des matières premières ont connu un boum à partir de 2000 après une période de prix bas sur la période 1980-2000. En 2008, les prix de nombreuses matières premières, notamment le pétrole et les produits agricoles montèrent si haut qu'ils firent resurgir le spectre de la stagflation[16]. Ces hausses peuvent en partie s'expliquer par de la spéculation. Le marché financier étant orienté à la baisse, des spéculateurs se sont réfugiés dans le commerce des matières premières, notamment le pétrole et les produits agricoles, amplifiant artificiellement la hausse des cours, tout en gardant à l'esprit que la spéculation ne peut faire au maximum qu'amplifier une hausse ou une baisse des cours, sans être décorréler des fondamentaux de l'offre et la demande.[réf. nécessaire][17]

Cette hausse est également une conséquence des injections massives de liquidités dans le système bancaire par les banques centrales, car une partie de ces liquidités a été investie sur le marché des matières premières, faisant donc monter les cours, selon Vincent R. Reinhart, ancien directeur du Board’s Division of Monetary Affairs de la Fed[18].

Le 2 janvier 2008, le prix du baril de pétrole dépassa 100 dollars[19]. Les banques, qui avaient acheté des contrats à terme sur le pétrole, ont massivement vendu après Lehmann dans une course aux liquidités[20], qui a conduit à une forte baisse des prix : le baril de pétrole coûtait moins de 35 dollars fin 2008[21]. Les problèmes pétroliers et ceux liés à la hausse des produits agricoles furent l'objet de discussions au 34e sommet du G8 en juillet 2008[22].

En 2009, seuls les produits agricoles devraient échapper à la récession[23]. Selon la FAO, 973 millions de personnes souffriraient de sous-nutrition en janvier 2009 et le nombre de personnes mal nourries aurait augmenté de 40 millions en 2008[24]. Sur le pétrole, les experts sont partagés. Pour l'Agence internationale de l'énergie (AIE) la production d'hydrocarbures devrait croître jusqu'en 2030[25]. De son côté, Jean-Luc Wingert de l'Aspo (Association for the Study of Peak Oil), estime que « s'il est probable que la crise reporte à plus tard le pic pétrolier… il est plus probable encore que nous soyons entrés dans une ère chaotique… prix et production jouant au yo-yo »[25].

Par ailleurs, l'inflation, et plus particulièrement la forte hausse des prix alimentaires, est considérée comme une des raisons ayant poussé la population dans la rue lors de la Révolution égyptienne de 2011[26] et lors de la Révolution tunisienne de 2011.

Inflation[modifier | modifier le code]

En février 2008, Reuters annonçait que l'inflation mondiale était à un niveau exceptionnel, et que l'inflation était à son niveau le plus haut depuis 10-20 ans dans de nombreux pays[27]. Plusieurs raisons à l'inflation ont été avancées : la politique monétaire expansive de la Fed pour faire face à la crise financière, la spéculation sur les produits de base, la hausse des prix des importations en provenance de la Chine, etc[28].

À la mi-2007, les données du FMI montraient que l'inflation était à son plus haut dans les pays exportateurs de pétrole du fait qu'il "stérilisait" les devises étrangères. Ce terme technique signifie que les apports de devises étrangères servaient à accroitre la masse monétaire d'où un excès de monnaie par rapport aux biens et services disponibles. Cependant l'inflation était également forte dans les pays en développement non exportateurs de pétrole[29]. L'inflation était également croissante dans les pays développés[30],[31] mais restait faible par rapport aux pays en développement.

Les causes[modifier | modifier le code]

Débat sur les origines de la crise[modifier | modifier le code]

L'endettement des américains et la bulle immobilière[modifier | modifier le code]

Les prêts hypothécaires américains ont été, à l'été 2007, l'élément déclencheur de la crise financière qui a entraîné la crise économique de 2008-2010. L'origine en est marquée par un communiqué émis le 9 août 2007 par BNP Paribas. Il indiquait que la banque suspendait la cotation de trois de ses fonds du fait de "l'évaporation complète des liquidités" de certains segments de marchés américains[32]. Ce qui pousse certains économistes à placer l'origine de la crise dans l'endettement des agents économiques américains.

S'ils n'ont pas à eux seuls provoqué une crise d'une telle ampleur, les prêts hypothécaires à risque (subprime) ont été l'élément qui a déclenché le mouvement touchant tout le système financier déjà fragilisé par :

  • le transfert des actifs des banques au marché (titrisation),
  • la création d'actifs complexes et opaques,
  • l'incapacité des agences de notation à évaluer les risques des actifs,
  • l'application de normes comptables dite de « fair value »,
  • enfin, selon certains, les défaillances des régulateurs et des superviseurs à corriger les failles[33] dans un contexte où la finance est largement "déréglementée" et mondialisée.

Les déséquilibres de la balance commerciale américaine[modifier | modifier le code]

Une partie de la crise économique viendrait du déséquilibre de la balance commerciale américaine et de l'excédent chinois – qui pousse les États-Unis à emprunter massivement aux chinois, mais aussi aux Japonais et aux pays producteurs de pétrole. Autrement dit, « une partie de la crise est due au déséquilibre entre une Amérique qui dépense et emprunte trop et une Chine qui consomme et importe trop peu »[34].

La non-réglementation des produits dérivés[modifier | modifier le code]

Le 15 octobre 2008, Anthony Faiola, Ellen Nakashima et Jill Drew ont écrit un long article dans The Washington Post intitulé « What Went Wrong »[35]. Dans leur enquête, les auteurs soutiennent qu'Alan Greenspan (Ancien président de la Réserve fédérale des États-Unis), Robert Rubin (Ancien Secrétaire du Trésor) et Arthur Levitt (Ancien président de la SEC) se sont opposés avec force à une réglementation des instruments financiers connus sous le nom de produits dérivés. Ils ajoutent que Greenspan a cherché à saper les efforts de la Commodity Futures Trading Commission quand, sous la direction de Brooksley E. Born, elle a cherché à réglementer les dérivés. Finalement, c'est ce type de produits qui aurait conduit à la crise économique.

La baisse des taux directeurs de la Fed[modifier | modifier le code]

Une autre théorie, avancée par des représentants de l'École autrichienne d'économie, accuse la décision d'Alan Greenspan de baisser les taux directeurs de la Fed à 1 % pendant un an. Cette politique aurait engendré un montant énorme de prêts qui aurait conduit à un boom insoutenable[36],[37].

Cependant, certains[Qui ?] considèrent que l'action de Greenspan dans les années 2002–2004 a été motivée par la nécessité de sortir l'économie américaine de la récession qui a suivi, au début des années 2000, l'éclatement de la bulle Internet. Ce faisant, il n'aurait pas pu éviter la crise mais l'aurait seulement retardée[38],[39]. L'économiste Joseph Stiglitz considère lui que l'excuse des financiers qu'une politique monétaire laxiste générant un crédit trop bon marché justifie son mauvais usage par eux-mêmes est absurde[40].

La modélisation de l'économie en question[modifier | modifier le code]

L'illusion du « marché parfait »[modifier | modifier le code]

Thierry de Montbrial estime que « l'illusion du marché parfait était d'une naïveté extrême » et que « l'illusion a été entretenue par la révolution des technologies de l'information qui, appliquée à la sphère financière, a entraîné une mutation complète du système »[41].

En termes keynésiens, cette illusion s'est accompagnée de la non prise en compte des « esprits animaux » des acteurs et de l'absence d'une réflexion sur la manière de les canaliser[42]. D'où une réflexion engagée, une fois la crise survenue, sur la taille des banques et sur les moyens d'éviter qu'elles récupèrent les bénéfices et fassent supporter les pertes par les contribuables et l'ensemble du tissu économique.

La finance : “hasard sage” ou “hasard sauvage” ?[modifier | modifier le code]

L'outil mathématique qui a partiellement servi à justifier la financiarisation de l'économie est-il le bon ? La question revient à savoir si les cours financiers suivent un “hasard sage”, du type du pollen dans le mouvement brownien ou au contraire « un “hasard sauvage” qui, comme son nom l'indique, est beaucoup plus insaisissable »[43],[44].

Les financiers en grande majorité sont partis de l'hypothèse que les cours financiers suivaient un “hasard sage”, d'où l'application d'un certain type de mathématiques financières et l'adoption à partir de 1993 à l'initiative de la banque JP Morgan[45] de la VaR (Value at Risk) pour mesurer les risques financiers reposant sur des probabilités respectant la loi normale. Cet instrument a favorisé l'innovation et permis aux banques d'« échapper le plus possible à toute forme de réglementation contraignante » et de « pouvoir profiter à plein de la période d'euphorie financières des quinze dernières années ».

Pour d'autres, les cours financiers suivent un « hasard sauvage ». Dès 1973, partant d'une hypothèse de « hasard dur », Benoît Mandelbrot a développé la théorie des fractales et du Mouvement brownien fractionnaire qui a été mal intégrée par les praticiens des marchés financiers. Avec la crise, la théorie du « hasard sage » en finance est de plus en plus remise en question. David Viniar, alors directeur financier de Goldman Sachs, a vu au moment de la crise de 2007-2010 des « choses qui étaient à 25 écarts-types, pendant plusieurs jours »[45] ce qui, [au regard du modèle classique (lois normales)], « a la même probabilité que de gagner 20 fois de suite au Loto »[46].

D'autres économistes posent encore plus radicalement le problème de la mathématique financière. Par exemple, pour Jon Danielsson de la London School of Economics, la « finance n'est pas la physique ; elle est plus complexe »[47] et les financiers jouent avec les modèles, ce que ne fait pas la nature.

Incompétence et cupidité du système financier[modifier | modifier le code]

Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie considère que « les financiers ont failli par incompétence et cupidité » et sont la cause principale de la crise. Le système de rémunération par bonus des acteurs des marchés financiers favorisait trop la prise de risque et la déréglementation croissante des marchés empêchait tout rattrapage. Par ailleurs, ils rejettent la faute sur les États et demandent une réduction des déficits publics qui sont, en partie, le résultat des plans de sauvetage des banques. Les réglementations ayant peu changé, ils continuent de spéculer et ont servi de déclencheur à la crise de la dette publique grecque. Pour Stiglitz le système a besoin d'une réforme mêlant transparence, nouveaux systèmes de rémunération et réduction des leviers financiers et de l'importance du secteur qui pèse trop sur l'économie, car représentant 40 % du total du profit des entreprises[40].

Notons que Joseph Stiglitz avait mis en garde, dès janvier 2007, contre l'éclatement de la bulle des subprimes, dans un article repris à l'époque par le China Daily.

Les conséquences[modifier | modifier le code]

Les grands traits[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le National Bureau of Economic Research (NBER) a publié en décembre 2008 une analyse estimant que les États-Unis sont en récession depuis décembre 2007[48],[49], mettant fin à un cycle de croissance de 73 mois commencé en novembre 2001. Pour dater le début de la récession, le NBER se base sur « des facteurs autres que les mouvements ambigus de la mesure trimestrielle du produit national sur le plan de la production »[50]. Il utilise pour définition d'une récession le « déclin significatif et durable (plusieurs mois) de l'activité économique qui se diffuse dans toute l'économie et qui est usuellement perceptible à travers notamment les indicateurs de production, d'emploi, de revenu etc[48]. ». Aux États-Unis les crises les plus importantes de l'après-guerre (1974 et 1981) ont duré environ seize mois[51]. James Mirrlees, « prix Nobel » d’économie 1996, envisage une récession de trois ou quatre ans[51].

En novembre 2008, l'OCDE a publié des estimations et prévisions selon lesquelles plusieurs pays membres (entre autres la Zone euro, les États-Unis et le Japon) auraient une croissance négative en 2009 et connaîtraient une montée du chômage, le nombre de chômeurs dans l'ensemble des pays de l'OCDE passant de 34 millions à l'automne 2008 à 42 millions en 2010[52]. En moyenne sur les pays de l'OCDE, le PIB diminuerait de 0,4 % en 2009 et croîtrait de 1,5 % en 2010[53]. Le creux économique serait atteint mi-2009[53].

Croissance réelle du PIB en 2009. Les pays en marron sont en récession

Cette crise a également montré l'absence de découplage entre les cycles économiques et financiers des pays développés et ceux du reste de la planète[54]. En effet le ralentissement en Europe et aux États-Unis se transmet aux autres par le biais d'importations moindres[55] et de réduction des flux d'investissements. Par ailleurs la crise économique a entraîné une baisse des cours des matières premières (pétrole etc.) qui affecte notamment l'Argentine, une partie des pays d'Afrique et la Russie[56]. Enfin ces pays sont également directement affectés par la crise financière d'une part parce qu'ils subissent les effets du resserrement du crédit, par les problèmes que connaissent leur système bancaire et par le fait que de nombreux pays qui ne disposent pas d'une monnaie considérée comme « sure » voient la crise financière se doubler d'une crise monétaire d'autant qu'ils ont parfois empruntés en devises étrangères. C'est notamment le cas de l'Islande (voir crise financière de 2008 en Islande) et de l'Ukraine, qui étaient fortement endettés à l'international en monnaie étrangère, ce qui les a rendu vulnérables à une dépréciation de leur propre monnaie.

Les pays les plus touchés sont la Hongrie, l'Espagne, l'Irlande, l'Islande, le Luxembourg, le Royaume-Uni et la Turquie[57]. Par exemple, la dette publique de l'Espagne passe de 36,3% du PIB en 2007 à 101,7% du PIB en 2015, selon une annonce officielle de la Banque d'Espagne. En plus de l'aléa financier, L'Espagne était vulnérable à cause de sa propre bulle immobilière[58].

Entrée des pays en récession[modifier | modifier le code]

  • Second semestre 2008 : Estonie[59], Lituanie[60], Irlande[61] et Nouvelle-Zélande[62].
  • Troisième trimestre : Japon[63], Suède[64], Hong Kong[65], Singapour[66], Italie[67], Turquie et Allemagne[68]. 15 pays utilisant l'Euro sont entrés en récession au troisième semestre[69]. Par ailleurs l'Union Européenne, les pays du G7 et tous les pays de l'OCDE ont eu une croissance négative au troisième trimestre
  • Quatrième trimestre : États-Unis, Royaume-Uni, Espagne[70], la Suisse[71] et Taïwan[72].
    • Des sept plus grandes économies en termes de PIB seules la Chine, la Russie et la France ont évité une récession en 2008. Dans l'année qui va jusqu'au troisième trimestre 2008, la Chine a connu une croissance de 9 % (jusqu'à une date récente, une croissance de 8 % était considéré comme le minimum nécessaire pour absorber la main d'œuvre qui quittait la campagne pour la ville[73]).
  • L'Ukraine est en dépression depuis janvier 2009 avec une baisse du PIB de - 20 %[74].

Commerce international et production industrielle[modifier | modifier le code]

Évolution du commerce mondial, 2000-2011. Base 2000=100[75]. Le pic est atteint au printemps 2008.

A la mi-octobre 2008, le Baltic Dry Index qui permet d'évaluer l'activité maritime a baissé de 50 % en une semaine alors que le resserrement du crédit rendait plus difficile l'obtention de lettres de crédit par les exportateurs[76].

En février 2009, The Economist annonçait que la crise financière avait conduit à une crise de la production industrielle. Les plus fortes baisses d'activité se situant dans les pays tournés vers l'exportation[77].

En mars 2009, le journal britannique Daily Telegraph rapportait que de janvier 2008 à janvier 2009, la production industrielle avait chuté de : 31 % au Japon, 26 % en Corée du sud, 16 % en Russie, 15 % au Brésil, 14 % en Italie, 14 % en Allemagne[78]. Quelques analystes soutiennent alors que le monde était entré dans une période de démondialisation et de protectionnisme après des années d'intégration économique croissante[79],[80].

Les fonds souverains et les investisseurs privés du Moyen-Orient et d'Asie (y compris la Chine)[81] achètent de façon croissante des parts de sociétés européennes ou américaines y compris dans le domaine industriel[82]. En effet, à la suite de la récession elles sont à des prix très abordables[83],[84]. Le gouvernement chinois s'est particulièrement intéressé au secteur des ressources naturelles partout dans le monde[85] dans le but de sécuriser son approvisionnement en pétrole et minérais[86].

Emploi[modifier | modifier le code]

Pour l'organisation internationale du travail (OIT) au moins 20 millions d'emplois devraient être perdus d'ici fin 2009 et le nombre de personnes au chômage dans le monde devrait atteindre environ 200 millions de personnes. Les principaux secteurs touchés seraient : le bâtiment, l'immobilier, les services financiers et le secteur automobile[87]. Si la récession s'intensifie, le nombre de personnes sans emploi devrait croître de 50 millions selon les prévisions de l'OIT[88].

En novembre 2008, l'OCDE a publié des estimations et prévisions selon lesquelles plusieurs pays membres (entre autres la Zone euro, les États-Unis et le Japon) connaîtraient en 2009 une montée du chômage, le nombre de chômeurs dans l'ensemble des pays de l'OCDE passant de 34 millions à l'automne 2008 à 42 millions en 2010[52],[53].

Dans les Perspectives pour l'emploi publiées en septembre 2009, l'OCDE publie que, depuis fin 2007, les pays membres de l'organisation avaient vu le nombre de chômeurs progresser de quinze millions de chômeurs et prévoit dix millions de chômeurs dans les mois qui viennent[89].

Marchés financiers[modifier | modifier le code]

La crise économique qui peut être aussi vue pour partie comme le versant économique de la crise financière de 2007-2009, a eu trois conséquences

  • Un accroissement de la concentration bancaire (par exemple: le 3 octobre 2008, Wachovia est rachetée, pour 15 milliards de $ par Wells Fargo, redonnant à ce dernier la première place mondiale[90], le 5 octobre 2008, BNP Paribas prend le contrôle de Fortis en Belgique et au Luxembourg pour 14,7 milliards d'euros, tandis que l'État belge devient le premier actionnaire du groupe français[91] etc.
  • Un fort engagement des pouvoirs publics pour sauver les banques et par là le système financier. Cet engagement s'est traduite par une aide directe des États aux banques par voie de recapitalisation et de garanties apportées pour certains actifs (plan Paulson de 2008, du nom d'Henry Paulson, secrétaire au Trésor des États-Unis et ancien président[92] de la banque Goldman Sachs) et enfin baisse des taux d'intérêts des banques centrales (celles-ci bien que non directement liés à l'État de nos jours sont quand même la propriété de tous et ont pour mission de protéger le bien commun).
  • Mise en place de nouvelles régulations financières, avec notamment le Dodd–Frank Wall Street Reform and Consumer Protection Act de juillet 2010.

Voyages et tourisme[modifier | modifier le code]

Selon Zagat'z 2009 U.S. Hotels, Resorts & Spas survey, les voyages d'affaires ont décru en 2008 à la suite de la récession. 30 % des personnes interrogées déclaraient voyager moins pour affaire tandis que seulement 21 % affirmaient voyager plus[93]. Les raisons de ce déclin incluent des changements de la politique des entreprises dans ce domaine, l'incertitude économique, et les prix élevés du transport aérien. Les hôtels répondent à cette baisse par des promotions et des négociations avec les hommes d'affaires et les touristes[93],[94].

Pays les plus affectés par la crise[modifier | modifier le code]

Si la crise affecte tous les pays, certains sont plus touché que d'autres. Trois indicateurs permettent de mesurer l'impact de la crise et de dresser un tableau d'ensemble : les dévaluations, la baisse des cours des actions et la montée des "spreads" (différentiel de taux d'intérêt) des obligations émises pour financer les budgets publics[95]. Selon le International Economics Bulletin de juin 2009 de la Carnegie Endowment for International Peace trois pays d'Europe de l'Est - Hongrie, Pologne, et Ukraine - tout comme l'Argentine et la Jamaïque sont les pays les plus touchés par la crise[95]. À l'inverse, parmi les pays développés seule l'Australie évitera l'entrée en récession[96].

Les risques d'instabilité politique liés à la crise[modifier | modifier le code]

En décembre 2008 la Grèce a connu une période de trouble qui s'est poursuivie jusqu'en février[97].

En janvier 2009, à la suite de protestations et de heurts avec la police liés à la façon dont le gouvernement islandais avait géré l'économie, de nouvelles élections ont dû être organisé deux ans avant le terme normal.

À la suite de la crise financière des troubles sont également survenus en Lettonie et en Lituanie[98],[99].

Les pays asiatiques ont également été le théâtre de diverses protestations. Les communistes alliés à d'autres ont manifesté à Moscou[100] pour protester contre les plans économiques du gouvernement. Des manifestations ont aussi eu lieu en Chine[101] où, à la suite de la baisse de la demande des pays de l'Ouest, les exportations ont fortement baissé provoquant une hausse du chômage.

À compter du 26 février 2009, un Economic Intelligence Briefing a été ajouté aux intelligence briefings quotidiens préparés pour le président des États-Unis[102].

Le journal Business Week note dans son édition de mars 2009 que l'instabilité politique globale s'accroît à la suite de la crise et crée de nouveaux défis qui doivent être gérés[103]. L'agence Associated Press rapporte en mars 2009 que Dennis Blair, directeur du renseignement national (National Intelligence en anglais) des États-Unis a déclaré que la détérioration de l'économie pourrait conduire à une instabilité politique dans de nombreux pays en développement[104]. Quelques pays développés pourraient même connaître une instabilité politique[105]. Le site npr.org rapporte que David Gordon, un ancien intelligence officer qui maintenant conduit des recherches à l' Eurasia Group, a déclaré quelque chose comme : de nombreux, sinon la plupart des grands pays peuvent s'accommoder de la faiblesse de l'économie sans faire face à une instabilité politique de grande ampleur si nous sommes dans une récession de durée normale. Si elle dure plus longtemps, alors les paris sont ouverts[106].

En mars 2009, la maison d'un ancien dirigeant de la Royal Bank of Scotland est vandalisée. L'incident a été précédé de menaces adressées aux bénéficiaires de bonus de l'assurance American International Group (AIG)[107],[108].

L'inflation des prix alimentaires et pétroliers, conséquences de la crise et des politiques monétaires expansionnistes qui ont suivi, est considérée comme une des raisons ayant poussé la population dans la rue lors de la Révolution égyptienne de 2011[26] et lors de la Révolution tunisienne de 2011, qui ont conduit à un changement de gouvernement dans ces deux pays, et ont eu une influence sur la Guerre civile libyenne de 2011.

À partir du 17 septembre 2011 le mouvement Occupy Wall Street proteste contre les abus du capitalisme financier, à la suite de la crise financière et des sauvetages bancaires massifs avec des fonds publics[109]

Augmentation du nombre des suicides[modifier | modifier le code]

Plusieurs études montrent une augmentation du nombre des suicides en Europe depuis le début de la crise. Ils ont ainsi augmenté de 40 % en Grèce en 2011 et de 7 % depuis 2008 dans les pays membres les plus anciens de l'Union européenne[110].

Les politiques de lutte contre la crise[modifier | modifier le code]

Les politiques monétaires[modifier | modifier le code]

Avec la crise, les banques centrales ont conduit des politiques monétaires visant à injecter des liquidités en abaissant leur taux directeurs et en recourant à des méthodes dites « non orthodoxes ». Au premier trimestre 2009, la FED a acheté 44 % des émissions nettes d'emprunts d'États, près de 30 % au deuxième trimestre, au cours du quatrième elle devrait se retirer[111]. Cette politique a des effets positifs en venant en soutien des politiques de relance et en facilitant le recours à l'emprunt par les États. Cependant les liquidités injectées n’ont pas toujours été utilisées de façon appropriée. Lorsque l’État américain a fourni de nouveaux capitaux aux banques en échange d’actions privilégiées une partie de cet argent a été utilisée pour financer des bonus, des rachats d’action et des dividendes au risque d’aggraver nettement le risque de futurs problèmes[112]. Cette politique a aussi des points plus négatifs. Par exemple Patrice Blanc le directeur de Newedge, un des leaders mondial du courtage des dérivés craint « la formation d'une nouvelle bulle sur les marchés »[113] à la suite d'une part des taux très bas et d'autre part d'opérations de carry trade sur le dollar.

Toutefois, pour l'économiste Daniel Cohen l'excès de liquidités ne viendrait pas principalement des politiques monétaires et notamment celle d'Alan Greenspan qui est souvent vue comme à l'origine de la présente crise financière. Elle tiendrait surtout à deux facteurs plus structurels : le fort excédent commercial chinois et les pays producteurs de matières premières qui placent une très grande part de leurs excédents sur les marchés financiers[114].

D'autres, comme Paul Grignon, auteur de L'Argent Dette, considèrent que les banques privées ont pris le contrôle de la quasi-totalité de l'émission de l'argent. La crise proviendrait donc, dans un système basé sur l'usure, du caractère impayable de la dette, les banquiers ne créant que l'argent du prêt, et pas l'argent nécessaire pour rembourser les intérêts. Par conséquent, le système serait condamné dès le départ à la faillite. Il serait donc nécessaire pour les États de mettre fin à l'indépendance des banques centrales et de reprendre le contrôle de la création monétaire.

Les plans de relance[modifier | modifier le code]

Le plan de relance de l'économie française annoncé en octobre 2008 puis complété en janvier 2009, s'est élevé à 48 milliards d'euros, dont 26 milliards pour les PME (17 milliards à travers les banques - livrets d'épargne populaire pour les prêts aux entreprises - et 5 milliards à travers la garantie bancaire d'OSEO, complétés de 4 milliards supplémentaires sur 2009). Ce plan est désormais mis en œuvre par Patrick Devedjian. Le président Nicolas Sarkozy a posé comme condition aux banquiers qu'ils limitent leurs bonus[115] et les dividendes versés aux actionnaires[116]. Certains banquiers acceptent de jouer le jeu tout en indiquant que les aides aux banques ne sont pas des subventions mais des prêts qui seront intégralement remboursés et largement profitables à l'État[117]. Les bonus bancaires ont été taxés dès 2010[118]. Le plan de relance prévoyait par ailleurs 1000 projets, chantiers d'infrastructures publics[119]. Ces projets ont été annoncés par le Premier ministre, François Fillon, le 2 février 2009[120].

Le Royaume-Uni a mis en place un plan de recapitalisation de ses banques en difficulté. Il a tenté d'imposer des baisses de taux d'intérêt[121]. Pour autant, au Royaume-Uni comme dans d'autres pays, l'accès au crédit a pu se resserrer face à une situation économique qui s'aggravait[122]. Le gouvernement britannique a établi un plan de relance de 10 milliards d'euros pour les PME anglaises[123]. L'état britannique a en partie nationalisé ses banques : il va monter de près de 60 % à 70 % du capital de la Royal Bank of Scotland ; il détient également près de 44 % de la nouvelle banque Lloyds Banking Group, issue du rachat de HBOS par Lloyds TSB[124]. Gordon Brown sollicite une solution internationale[125]. En mars 2009, lors de son déplacement à Washington, Gordon Brown a proposé un «New Deal global» à Barack Obama[126]. Ce nouveau New Deal prendrait la forme d'« un accord selon lequel chaque pays injecterait des ressources dans son économie » en vue d'une « relance verte » de l'économie. Il suppose aussi que tous les pays « se mettent d'accord sur des principes communs de régulation financière » et sur « des changements dans leur système bancaire »[127].

L'Espagne a mis en place depuis le début de l'année 2008 un plan de soutien de plus de 20 milliards d'euros pour la relance de l'économie[128].

Le gouvernement norvégien a présenté un plan de 100 milliards de couronnes (11 milliards d'euros) destiné à relancer les prêts aux ménages et aux entreprises et atténuer les effets de la crise financière[129].

Berlin a adopté un plan de relance de 60 milliards d'euros en 2009[130],[131]. Angela Merkel s'est vue contrainte d'amplifier les mesures de soutien pour 2010, face aux difficultés grandissantes des banques régionales allemandes pour financer l'économie. La chancelière a indiqué vouloir « suivre l'évolution de la situation et prendre de nouvelles mesures si c'est nécessaire » pour apporter des liquidités aux entreprises. Elle a défendu devant les députés le projet de budget 2010, qui prévoit un déficit record de 85,8 milliards d'euros[132],[133].

Aux États-Unis, Barack Obama a fait voter au Congrès un plan ambitieux de 825 milliards de dollars, sur deux ans, pour la relance de l'économie américaine[134]. Le nouveau président américain choisit d’investir dans l’énergie, l’éducation, la santé et les nouvelles infrastructures[135]. La nouvelle administration a par ailleurs promis un contrôle plus sévère de l'affectation des 350 milliards de dollars restants du plan Paulson de sauvetage du système financier adopté fin 2008 par le gouvernement George W. Bush. Enfin, le gouvernement américain soutient fortement les programmes d'innovation à travers le SBIR (Small Business Innovation Research): pour l'accès des PME aux marchés des grandes entreprises, mais aussi en finançant, sur aides publiques en subventions, de nombreux programmes de R&D[136]. Sur les 800 milliards d'euros du plan de relance américain, 37 milliards sont consacrés aux technologies numériques[137]. Lors de sa première conférence de presse depuis son investiture, Barack Obama a rappelé que «l’État est désormais le seul acteur économique à pouvoir sortir l’économie de l’ornière, et les baisses d’impôts ciblées ne peuvent pas résoudre les problèmes financiers. Le gouvernement fédéral est la seule entité qu’il reste, avec les ressources nécessaires pour réanimer l'économie.»[138]. À partir de 2010, le président des États-Unis entend réguler le marché bancaire et financier et taxer les profits bancaires[139].

Le Québec table sur un soutien des PME dans leur accès au crédit par une garantie des financements (1 milliard de dollars). Ce programme d'accès au crédit, intitulé Renfort, s'adresse aux entreprises en exploitation depuis au moins trois ans, et qui doivent avoir généré des fonds positifs dans deux des trois dernières années. La Fédération canadienne de l'entreprise indépendante (FCEI), regrette que le gouvernement ne fasse pas plus d'effort à travers des aides directes auprès des plus petites entreprises en difficulté[140].

Le gouvernement chinois a lancé dès 2009 un plan de plus de 500 milliards de dollars également pour soutenir la demande intérieure et les investissements innovants[141].

Des risques de protectionnisme de la part des États apparaissent pour protéger les emplois de la mondialisation[142]. Or cette tendance est volontairement freinée car dangereuse à plus long terme pour la croissance mondiale.

Un rapport de l'OCDE[143] (Objectif Croissance 2009) publié le 3 mars 2009, préconise de façon prioritaire les réformes qui ont pour but de renforcer le capital humain, de même que les réformes destinées à intensifier la concurrence sur les marchés de produits[144],[145]. Un nouveau rapport publié en mars 2010, préconise de s'éloigner peu à peu des plans d'urgence, au profit de politiques d'investissements (crédit d'impôt et subventions directes) en Recherche-Développement, de libéralisation de l'accès au commerce et aux professions libérales, afin de limiter le chômage longue durée, stimuler l'innovation et le développement de nouvelles entreprises et emplois[146]. L'assainissement de certaines autres dépenses publiques sera prioritaire[147]. Selon le rapport, les pays devront privilégier les mesures qui induisent un accroissement du taux d'emploi, jugées plus efficaces en termes de réduction du déficit public que celles qui passent par une hausse de la productivité de la main d'œuvre. Une baisse du chômage réduit les prestations sociales et contribue donc à faire baisser le déficit, note l'OCDE.

Le sommet du G20 a posé, en avril 2009, les jalons d'un "nouvel ordre économique mondial" basé sur l'identification des paradis fiscaux, le triplement des ressources du Fonds monétaire international et un fonds d'aide au financement du commerce et de relance des échanges mondiaux[148].

Chronologie des plans de relance[modifier | modifier le code]

Les États ont lancé ou prévoient de lancer des politiques de relance avec la volonté affichée de réduire l'ampleur de la crise économique :

  • Au début de 2008, le gouvernement fédéral américain avait mis de l'avant un programme de relance de 168 milliards USD[149] ;
  • En septembre 2008, le gouvernement fédéral américain met en place le Plan Paulson, un programme de 700 milliards USD d'apurement de la crise financière[150] ;
  • Le 14 octobre 2008, l'Australie annonce un plan de relance de 65 milliards de dollars américains ;
  • Le 28 octobre, le gouvernement du Royaume-Uni crée un plan de sauvetage bancaire[151] ;
  • Le 30 octobre, le Japon annonce un plan de relance de 260 milliards de dollars américains augmentant d'autant le budget de l'État japonais ;
  • Le 5 novembre 2008, l'Allemagne annonce un plan de 63 milliards de dollars américains ;
  • Le gouvernement chinois annonce le 9 novembre un plan de relance de 15 % du PNB dans les deux ans à venir pour relancer la croissance. Les 4 000 milliards de yuans (soit 454 milliards d’euros ou 573 milliards de dollars américains) iront à des grands travaux d’infrastructures (beaucoup de travaux ferroviaires, de ports, d'autoroutes et de grands travaux hydrauliques (45 %), à la reconstruction du Sichuan (25 %), au développement des campagnes (9,25 %), à l'environnement, principalement des stations de traitement des eaux usées (8,7 %), des logements sociaux (7 %) et pour la santé (1 %)). Ce budget prévu contient les 1 000 milliards de yuans décidés pour la reconstruction de la province du Sichuan en juin 2008 à la suite du séisme du Sichuan de mai 2008[152] ;
  • Le 18 novembre, le Congrès américain dépose un projet de loi visant à établir un plan de 700 milliards de dollars américains ;
  • Le 24 novembre, le gouvernement du Royaume-Uni détaille un plan de relance de 30 milliards de dollars américains ;
  • Le 26 novembre, confirmation par Bruxelles d'un plan européen de 163 milliards de dollars américains. Il s'agit ici surtout d'assurer un minimum de cohésion entre les plans de relance nationaux qui constituent l'essentiel du chiffre annoncé[153].
  • Le 4 décembre, le président français présente un plan de relance de 26 milliards d'euros (11,4 milliards destinés au soutien de la trésorerie des entreprises, 10,5 milliards aux investissements publics, 2 milliards au logement et à l'automobile, 1,2 milliard aux mesures emploi et 0,8 milliard à la prime de solidarité active[154]. Parallèlement, un ministre chargé de la relance est nommé. Sur ce plan les avis divergent, Bruno Ventelou craint qu'il relève du keynésianisme hydraulique[155], au contraire pour Jean-Marc Vittori ce plan se situerait plutôt du côté d'une politique de l'offre[156], car pour lui l'essentiel des mesures visent d'abord les entreprises.
  • En janvier 2009, le gouvernement allemand annonce un deuxième plan de relance au montant de 50 milliards USD[149] ;
  • 25 mars 2009, le gouvernement du Royaume-Uni n'arrive pas à vendre autant de bons du trésor que prévu pour financer sa dette, Gordon Brown se voit contraint de renoncer à un nouveau plan de relance[157]

Les débats autour des plans de relance[modifier | modifier le code]

Hélène Rey[158], professeur à la London Business School, estime que si le risque de stagnation appelle des politiques de relance budgétaire, celles-ci peuvent également constituer une menace pour la capacité à émettre de la dette pour les États. Elle estime à 525 milliards de dollars le montant nécessaire pour maintenir aux États-Unis le taux de chômage à 5 %. Dans ce cas, concernant la situation financière, tout ce que l'État pourra retirer de la revente des parts des banques et des institutions financières qu'il a recapitalisées apparaît comme primordial pour sortir de l'ornière.

Peer Steinbrück, ministre des finances allemand, a mis en garde le 6 décembre 2008 contre le risque de dépenser des sommes considérables en pure perte et d'augmenter la dette publique[159]. Il a critiqué la baisse de TVA décidée au Royaume-Uni, considérant que « la seule conséquence sera de porter la dette britannique à un niveau tel qu'il faudra une génération entière pour la rembourser[160]. »

Premiers bilans[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (mai 2012)

Allemagne[modifier | modifier le code]

Le nouveau gouvernement a adopté des mesures de relance de façon à doper la demande intérieure et de moins dépendre des exportations.

Chine[modifier | modifier le code]

Sur les neuf premiers mois de 2009, la Chine a connu une croissance de 7,7 %. Cette croissance est liée au plan de relance mais aussi aux banques chinoises qui ont fortement accru leurs prêts (75 % de plus sur les neuf premiers mois de 2009 par rapport à l'année 2008)[161]. Mais environ 20 % de ces sommes auraient été utilisées à des fins spéculatives provoquant une flambée boursière à la bourse de Shanghai et à la bourse de Hong Kong[162].

Pour la Banque mondiale, la croissance chinoise a été tirée par les investissements et par la consommation qui s'est bien tenue. Toutefois pour cette institution, le pays doit revoir son modèle de croissance fondé sur les exportations. En effet, les pays développés clients de la Chine ne devraient pas connaître un redémarrage lent[163] et par ailleurs des tendances protectionnistes semblent faire jour.

La croissance chinoise a eu un effet positif sur nombre de pays africains producteurs de matières premières qui ont vu leur croissance soutenue par la demande chinoise[164]. D'une façon générale, ce pays semble vouloir renforcer son influence en Afrique notamment par le biais d'un fonds sino-africain de développement[165].

États-Unis[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le PIB a progressé de 0,9 % au cours du troisième trimestre 2009 (3,5 % en tendance annuelle), mais l'économie peinait à créer de nouveaux emplois[166] ; en octobre 2009, le taux de chômage a passé les 10 %[167]. il était à 9,6 % en octobre 2010, mais à 9,8 % en novembre[168]. En 2010, Barack Obama annonçait un chômage qui resterait élevé jusqu'en 2020[169] mais en septembre 2014, le taux est de 5,9 % soit 9,3 millions de personnes, le plus bas alors de sa présidence. La participation au marché du travail, qui compte les personnes ayant un emploi et celles qui en recherchent un activement, est à cette date de 62,7 %[170].

Si la Fed continuait début octobre 2009 à maintenir des taux d'intérêts directeurs compris entre 0 % et 0,25 %, elle commençait à réduire ses interventions. Il faut dire que son bilan est passé de 875 milliards de dollars en août 2007 à 2 200 milliards en octobre 2009[171].

France[modifier | modifier le code]

En France, le chômage a progressé de deux points entre fin 2007 et juillet 2009 où il a atteint 9,8 %[172]. Après un maximum à 9,9 % au premier semestre 2010 (l'OCDE s'attendait à cette poursuite de la hausse), le chômage a amorcé une baisse sur les semestres suivants, pour atteindre 9,3 % à la fin de l'année. La croissance a rebondi en 2010 (PIB : + 2%, en regard de l'effondrement de 2009), mais s'est ralentie en 2012 comme en 2013[173]. Le chômage suit une progression constante, dépassant les 10 %. Il touche spécialement les jeunes et les plus de 50 ans.

Suisse[modifier | modifier le code]

La Suisse a mieux résisté à cette crise que d’autres pays. Le creux, atteint au deuxième trimestre 2009, a vu un recul total du PIB de 3,3 %, un taux bien inférieur au Japon (-8,7 %), l’Italie (-6,8 %), le Royaume-Uni (-6,4 %), l’Allemagne (-5,9 %), les États-Unis (-4,1 %) ou la France (-3,9 %)[174]. Cependant, le chômage a fortement augmenté. Le sauvetage de l’Union de banques suisses, la plus importante du pays, a cependant permis à la confédération de faire un profit d’1,2 milliard de francs suisses sur l’exercice 2009. En 2009, le PIB a reculé de 1,9 %. En Europe, seul la Pologne et la Norvège ont fait mieux. Au deuxième trimestre 2010, le PIB était en hausse de 3,6 % par rapport à l'année précédente, regagnant ainsi son niveau d'avant crise. Sur l'année 2010, la croissance se chiffre à 2,6 %. Le chômage a plafonné à 4,5 % en janvier 2010 puis a baissé à 3,6 % à la fin de l'année. La dette des collectivités publiques par rapport au PIB est passée de 43,4 % en 2007 à 38,3 % en 2010[175],[176].

Les effets des plans de relance et de la crise financière sur la dette publique[modifier | modifier le code]

Selon le FMI, la dette publique des dix pays les plus riches de la planète devrait passer de 78 % en 2007 à 114 % en 2014[177]. Les États-Unis devraient émettre pour 1 300 milliards de dollars de bons du trésor (qui servent à financer la dette publique) les pays européens quant à eux devraient en émettre pour une somme équivalente à 900 milliards de dollars[178].

Lors du G20 de Londres en avril 2009, Les pays ont opté pour une relance globale de 5 000 milliards de dollars pour 2009 et 2010 qui devrait entraîner un dérapage budgétaire au niveau mondial de 2 500 milliards en 2009 et 2010[179].

Par ailleurs à l'occasion de la crise financière de 2007-2010, l'Europe et les États-Unis ont accordé 14 000 milliards de dollars de garanties aux banques[180]. Kenneth Rogoff, un professeur d'économie d'Harvard, a étudié avec Carmen Reinhart les crises financières. Ils en ont tiré un livre intitulé This Time is Different d'où il transparaîtrait qu'une crise bancaire est souvent suivie quelque temps plus tard d'une crise de la dette publique[181].

Investir pour préparer le monde de l'après-crise[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis, le National Economic Council a rédigé un rapport en septembre 2009, intitulé A Strategy For Innovation Driving Towards Sustainable Growth and Quality Jobs afin d'estimer les investissements (estimés à 68 milliards d'euros[182]) nécessaires pour préparer le pays au monde de demain.

En France, la commission Juppé-Rocard animée de préoccupations proches a remis en fin d'année 2009, un rapport intitulé Investir pour l'Avenir ; priorités stratégiques d'investissement et emprunt national[183]. Nicolas Sarkozy annonce qu'un effort d'« investissements d'avenir » de 35 milliards d'euros sera fait dans les années à venir, dans le cadre du « Grand Emprunt ».

Si l'accent est mis dans les deux cas sur l'innovation, les conseillers du gouvernement américain semblent plus se méfier que leurs homologues français des « gouvernements qui essaient de sélectionner des gagnants »[184] car ils « finissent trop souvent par gaspiller les ressources et par étouffer plutôt que de stimuler l'innovation » notamment à cause « de l'influence néfastes des lobbies et des chasseurs de rente »

La crise jusqu'à quand ?[modifier | modifier le code]

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ? (mai 2012)

Quelques avis donnés en 2009[modifier | modifier le code]

En règle générale les économistes distinguent trois grands scénarios de sortie de crise : un scénario en V où la reprise suit immédiatement la dépression, un scénario en U, où après une période de dépression plus longue que dans le cas précédent, la croissance redémarre; un scénario en W où après la crise une (voire des) petite reprise suivie de rechute peut survenir avant une véritable sortie de la dépression.

En juin 2009, Daniel Cohen[185] dans un article du Monde met en garde contre le danger de croire que la crise est finie. Il rappelle que pour l'OCDE et le FMI la croissance devrait rester négative jusqu'à la fin 2009.

Nouriel Roubini dans un article des Échos du 18 août 2009, indique qu'après avoir cru à un scénario en U, il pencherait actuellement pour un scénario en W.

Pierre-Antoine Delhommais, dans un article du Monde du 6-7 septembre 2009 intitulé « La crise de 1929 n'aura pas lieu », estime que les gouvernements et les autorités monétaires grâce à des politiques actives de demande, au refus de recourir à des mesures protectionnistes et par des politiques de facilités monétaires, ont évité les erreurs commises durant la Grande Dépression de 1929. Aussi, il pense que le spectre d'un scénario à la 1929 peut être écarté.

Début octobre 2009, le FMI prévoit une reprise en 2010. La croissance devrait être faible en zone euro (0,3 %, 0,9 % pour la France), et forte en Chine 9 %, en Inde 6,4 %, en Afrique du Sud (4 %) et au Brésil (3,7 %)[186].

2010 : fin de la crise entendue comme une grande récession ?[modifier | modifier le code]

Article connexe : crise économique.

En janvier 2010, le FMI estime que la croissance mondiale progressera à un rythme de 3,9 % en 2010[187] alors que la Banque mondiale l'estime à 2,7 %. Dans ces conditions la crise entendue comme une récession devrait prendre fin dans la plupart des pays. Toutefois, ces prévisions en progression par rapport à celle de l'automne 2009 grâce en particulier au dynamisme des pays émergents, restent fragiles et dépendantes des plans de relance[188]

Estimations des variations
annuelles du PIB en %
2010 2011
Monde 3,9 4,3
États-Unis 2,7 2,4
Zone euro 1 1,6
Allemagne 1,5 1,9
France 1,4 1,7
Pays émergents 6 6,3
Chine 10 9,7
Brésil 4,7 3,7

Sources : FMI et Les Échos du 27/01/2010

La crise comme révélateur des défaillances des structures économiques mondiales[modifier | modifier le code]

Sur ce point, les économistes semblent relativement soucieux. Par exemple, Frédéric Lemaître[189] a rendu compte de la 9e rencontre d'Aix-en-Provence organisée par le Cercle des économistes en titrant son article Et si la crise ne faisait que commencer ?. Il faut dire que si la récession semble sur le point de se terminer, les déséquilibres économiques (chômage, balances commerciales, dettes) demeurent et que les structures financières et bancaires qui ont provoqué la crise n'ont pas réellement été changées.

Les déséquilibres commerciaux[modifier | modifier le code]

Bien que la Chine commence à consommer davantage, les exportations restent pour eux très importantes et les déséquilibres commerciaux avec le reste du monde, notamment avec les États-Unis, risquent de perdurer. Gabriel Grésillon, dans les Échos, craint une concurrence mondiale exacerbée dans un contexte de Yuan (la monnaie chinoise) sous-évalué[190]. Lors de sa visite à Pékin en novembre 2009, Barack Obama n'a rien pu obtenir de concret sur la question de la parié dollar/yuan, qui conditionne un rééquilibrage des échanges entre ces deux pays[191]. L'insistance de Dominique Strauss-Kahn, directeur du FMI présent à Pékin, pour que la Chine réévalue sa monnaie n'a rien pu y faire[192]. Pour Martin Wolf, l'attitude chinoise concernant la monnaie relève du mercantilisme, et les États-Unis auraient le droit de s'en protéger[193].

Plus généralement, le système monétaire international ne comporte guère de mécanisme permettant un rééquilibrage des balances commerciales, d'où des questions sur le système international de l'après-Bretton Woods. Par ailleurs des doutes se manifestent concernant le dollar, même si aucune perspective crédible de lui substituer une autre devise ne semble se faire jour.

La coopération internationale et rééquilibrage mondial[modifier | modifier le code]

Pour l'heure les G20 semblent avoir du mal à faire émerger une nouvelle gouvernance mondiale. Par ailleurs Martin Walker[N 1],[194] affirme que « l'Occident, après plus de deux siècles de domination, va devoir apprendre à partager et à adopter des concepts tels que l'interdépendance ». Plus généralement cet auteur se pose la question de l'opportunité d'un autre système faisant plus de place aux cultures étrangères et plus écologiste.

Le problème des classes moyennes[modifier | modifier le code]

Pour Martin Walker, la classe moyenne est la grande perdante de la crise. En fait le problème est complexe et on peut aussi se demander si le déclin des classes moyennes n'est pas une cause de la crise[Quoi ?]. En effet, les subprimes ont été inventées pour donner à la classe moyenne un pouvoir d'achat qu'elle ne pouvait retirer de son travail. Quoi qu'il en soit, le problème de la montée des inégalités se pose.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Martin Walker est Senior Director du Global Business Policy Council, il est aussi membre du Woodrow Wilson International Center for Scholars à Washington DC, et du World Policy Institute de la New School for Social Research à New York

Références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Catherine Rampell, « The ‘Great Recession' Earns Its Title », The New York Times,‎ 30 juillet 2010 (lire en ligne)
  2. (en) Mortimer Zuckerman, « Mortimer Zuckerman: The Great Recession Continues », Online.wsj.com,‎ 21 janv. 2010 (consulté le 1er mai 2010)
  3. (en) Catherine Rampell, « ‘Great Recession’: A Brief Etymology », The New York Times,‎ 11 mars 2009 (lire en ligne)
  4. (en) Ambrose Evans-Pritchard, « With the US trapped in depression, this really is starting to feel like 1932 », The Daily Telegraph, Londres,‎ 4 juillet 2010 (lire en ligne)
  5. Fredric S. Mishkin How Should We Respond to Asset Price Bubbles? (federalreserve.gov) consulté le 18/04/2008
  6. Nouriel Roubini A Global Breakdown Of The Recession In 2009, 15 janvier 2009 forbes.com
  7. les critères du NBER
  8. David Lightman Congressional Budget Office compares downturn to Great Depression [1] McClatchy Washington Bureau. January 27, 2009.
  9. Wearden Graeme, Oil prices: George Soros warns that speculators could trigger stock market 06/03/2008 The Guardian[2]
  10. "Greenspan Concedes Error on Regulation", New York Times consulté le 18/04/2009-04-18 nytimes.com
  11. Inequality and depression: Ravi Batra's original thesis on financial crisis publié le 27/09/1987 dans Forbes
  12. Richard Hiault «Pour le FMI, la reprise mondiale reste encore dépendante des plans de relance budgétaire», Les Échos du 27 janvier 2010
  13. Pierre-Antoine Delhommais, «Bulles, bulles, bulles», Le Monde des 31/01 et 01/02/2010
  14. article, The Economist
  15. article, New York Times
  16. CIBC World Markets date=27 mai 2008 consulté le 04/01/2009
  17. http://lexpansion.lexpress.fr/economie/matieres-premieres-les-vrais-effets-de-la-speculation_254931.html
  18. Is The Fed Responsible for Higher Oil Prices?, Freakonomics 05/25/2011, http://www.freakonomics.com/2011/05/25/is-the-fed-responsible-for-higher-oil-prices/
  19. Crude oil prices set record high 10 208 dollars per barrel
  20. Salvadore Carollo, Understanding Oil Prices, Wiley Finance>
  21. Light Crude Oil EmiNY (QM, NYMEX): Monthly Price Chart Tfc-charts.com consulté le 2009-01-04.
  22. Africa's Plight Dominates First Day of G8 Summit
  23. Massimo Prandi, Les produits agricoles échapperont seuls à la récession, selon CyclOpe, Les Echos du 29/01/2009
  24. Les deux chiffres précédents viennent de l'article de Yves Bourdillon, Les Nations unies redoutent une nette aggravation de la crise alimentaire, Les Echos du 27 janvier 2009
  25. a et b Marie Verdier, Le déclin du pétrole a-t-il commencé ?, La croix du 27 janvier 2009; p. 14
  26. a et b "Les Egyptiens souffrent aussi de l'accélération de l'inflation, Céline Jeancourt-Galignani - La Tribune, 10 février 2011
  27. [3] Global inflation climbs to historic levelsInternational Herald Tribune du 12/02/2008 consulté le 11/07/2008
  28. [4]Are emerging economies causing inflation?Economic Times (India) du 08/07/2008 date de consultation 11/07/2008
  29. [5] prospects-for-inflation-outside-america-guest-post-from-menzie-chinn/] Prospects for Inflation outside America - Guest Post from Menzie ChinnJeff Frankel's Weblog consulté le 11/07/2008
  30. [6] EU slashes growth forecast, foresees inflation surge
  31. [7]EU cuts growth forecast
  32. BNP Paribas : souviens-toi l'été 2007…
  33. M. Fratianni et F. Marchionne, 2009, The Role of Banks in the Subprime Financial Crisis
  34. Alain Faujas, Entretien avec Olivier Blanchard, Le Monde du 24/11/2009
  35. Anthony Faiola, Ellen Nakashima et Jill Drew, « What Went Wrong », The Washington Post,‎ 15 octobre 2008 (consulté le 10 avril 2009)
  36. Whitney Mike, « Stock Market Meltdown », Information Clearing House,‎ 6 août 2007 (consulté le 4 janvier 2009)
  37. Thorsten Polleit, « Manipulating the Interest Rate: a Recipe for Disaster », Mises Institute,‎ 13 décembre 2007 (consulté le 4 janvier 2009)
  38. Ann Pettifor, « America’s financial meltdown: lessons and prospects », openDemocracy,‎ 16 septembre 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  39. Stefan Karlsson, « America's Unsustainable Boom », Mises Institute,‎ 8 novembre 2004 (consulté le 4 janvier 2009)
  40. a et b l'écrasante responsabilité des banquiers, Joseph Stiglitz, Le Nouvel Observateur, no 2365, 4 mars 2010.
  41. Citations précédentes extraites de l'entretien de Thierry de Montbrial avec Jean Christophe Floquin, La Croix du 27 février 2009
  42. Voir le livre de George A. Akerlof et Robert Shiller sur les esprits animaux
  43. Nessim Aït-Kacimi, Pandémie sur les marchés financiers, Les Échos du 15/10/09
  44. sur ce point voir le livre intitulé le Virus B "crise financière et mathématiques, de Christian Walter et de Michel de Pracontal
  45. a et b Christian Chavagneux, Banques : des risques mal calculés, Alternatives économiques no 283 de septembre 2009, p. 50
  46. Christian Chavagneux, Banques : des risques mal calculés, Alternatives économiques no 283 de septembre 2009, p. 51
  47. Christian Chavagneux, Banques : des risques mal calculés, Alternatives économiques no 283 de septembre 2009, p. 52
  48. a et b « Determination of the December 2007 Peak in Economic Activity », NBER,‎ décembre 2008 (consulté le 13 décembre 2008)
  49. « Les États-Unis officiellement en récession depuis décembre 2007 », Les Échos, Pierre de Gasquet, 2/12/2008
  50. Cité dans l'article de Pierre de Gasquet
  51. a et b Pierre-Antoine Delhommais, "2009 : Rose bonbon gris foncé ou noir ?", Le Monde des 7 et 8 décembre 2008
  52. a et b Voir Communiqué de l'OCDE[8]
  53. a, b et c « Managing the global financial crisis and economic downturn », OCDE,‎ décembre 2008 (consulté le 14 décembre 2008)
  54. Sandra Moatti, La mondialisation de la crise, Alternative économiques, n°275, décembre 2008, p. 14
  55. Sandra Moatti, Ibid, p. 14
  56. Sandra Moatti, Ibid, p.15
  57. Klaus Schmidt-Hebbel et Chef économiste de l'OCDE, « A long recession », OECD Observer,‎ décembre 2008 (consulté le 14 décembre 2008)
  58. Le Figaro, samedi 13 septembre 2014
  59. (en) David Mardiste, « Estonia follows Denmark into recession in Q2 », Reuters,‎ 13 août 2008 (consulté le 4 janv. 2009)
  60. Oxford Economic Country Briefings, « Latvia », Findarticles.com,‎ September 26, 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  61. Ambrose Evans-Pritchard, « Ireland leads eurozone into recession », Telegraph (consulté le 4 janvier 2009)
  62. « New Zealand falls into recession », BBC News,‎ 26 septembre 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  63. « HIGHLIGHTS: Crisis sends Japan into first recession in 7 years », TOKYO, Reuters,‎ 17 novembre 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  64. « Sweden stumbles into recession », The Local,‎ 28 novembre 2008 (consulté le 10 avril 2009)
  65. « HK shares may fall; exporters may drop », Reuters,‎ 16 novembre 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  66. « Singapore slides into recession », Telegraph,‎ 10 octobre 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  67. « OECD area GDP down 0,1 % in the third quarter of 2008 », OECD,‎ 20 novembre 2008 (consulté le 10 avril 2009)
  68. Patrick Fitzgibbons, « TOPWRAP 10-Germany, China, US feel pain of global downturn », Reuters,‎ 14 novembre 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  69. Jan Strupczewski, « Euro zone in recession, December rate cut expected », Reuters.com,‎ 14 novembre 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  70. « Spain's economy enters recession », BBC News,‎ 28 janvier 2009 (consulté le 10 avril 2009)
  71. « L'économie suisse est entrée en récession », swissinfo (consulté le 16 décembre 2009)
  72. « Taiwan in recession », sur straitstimes.com,‎ 18 février 2009 (consulté le 10 avril 2009)
  73. « Reflating the dragon », Beijing, The Economist,‎ November 13, 2008 (consulté le 4 janvier 2009)
  74. « National Bank estimate: Ukraine GDP down 20 percent in January », Kyiv Post,‎ 17 février 2009 (consulté le 10 avril 2009)
  75. Source: World trade Monitor
  76. A juddering halt to world trade
  77. The collapse of manufacturing
  78. Thanks to the Bank it's a crisis; in the eurozone it's a total catastrophe
  79. A Global Retreat As Economies Dry Up. The Washington Post. March 5, 2009.
  80. Economic Crisis Poses Threat To Global Stability. NPR. February 18, 2009·
  81. China heads to Europe for a multi-billion trade deal. People's Daily Online. February 25, 2009.
  82. Strange rise of Eastern neo-colonialism, The Times of India, January 20, 2008
  83. Sovereign Wealth Funds Bail Out Major Banks, InvestorPlace Asia
  84. Colonialism Goes Into Reverse Gear As The Libyan Government Bails Out Italy's UniCredit
  85. Chinese sovereign fund turning to natural resources. Reuters. February 19, 2009.
  86. China, taking advantage of global recession, goes on a buying spree. The Christian Science Monitor. February 21, 2009
  87. Financial crisis to cost 20 mn jobs: UN
  88. Global unemployment heads towards 50 million, The Times, January 29, 2009
  89. Mari-Laure Cittanova, Impact de la crise dans les pays développés : 25 millions de chômeurs, selon l'OCDE, Les Echos du 17 septembre 2009
  90. Presse Canadienne et AFP, 13 septembre 2008
  91. BNP Paribas reprend d'importants actifs de Fortis pour 15 milliards d'euros
  92. Goldman Sachs
  93. a et b (en) « ZAGAT'S 2009 U.S. Hotels, resorts, & spas survey finds more options available for cost-conscious travelers » (ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?), Zagat, 12 nov. 2008. Consulté le 18 juin 2013
  94. Organisation mondiale du tourisme, « UNWTO World Tourism Barometer October 2008 » [PDF], OMT,‎ octobre 2008 (consulté le 17 novembre 2008) Volume 6, Issue 3
  95. a et b Financial Transmission of the Crisis: What’s the Lesson? Shimelse Ali, Uri Dadush (en), Lauren Falcao, "International Economics Bulletin (en), June 2009
  96. ABC News, « Australia dodges recession bullet », sur abc.net.au,‎ 3 juin 2009
  97. general strike
  98. also clashed in Lithuania
  99. various levels of unrest in Europe
  100. [9]
  101. [10]
  102. "CIA Adds Economy To Threat Updates White House Given First Daily Briefing" article by Joby Warrick, Washington Post Staff Writer, Thursday, February 26, 2009
  103. Business Week article "Economic Woes Raising Global Political Risk" by Jack Ewing published March 10, 2009
  104. The Associated Press article "Experts: Financial crisis threatens US security" by Stephen Manning, publié le 11 mars 2009
  105. BBC
  106. NPR article "Economic Crisis Poses Threat To Global Stability" by Tom Gjelten
  107. Sir Fred Goodwin's home attacked
  108. AIG warns staff to travel in pairs after death threats over bonuses
  109. Agence France-Presse, « La lutte continue pour les «anti-Wall Street» », sur ledevoir.com
  110. Crise de la dette et hausse du nombre des suicides en Europe.
  111. Isabelle Couet, « Avec le retrait de la Réserve fédérale, le marché de la dette américaine perd un soutien de taille », Les Échos du 29/10/2009
  112. Rapport Stiglitz, p.151
  113. Massimo Prandi, « Newedge identifie la formation d'une nouvelle bulle sur les marchés », Les Échos du 21/10/2009
  114. Voir Article de Claire Gatinois dans Le Monde du 3/11/209
  115. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5gBu9M8j9qZRk5QaqeQ2P6hVm4gHw
  116. http://www.boursorama.com/international/detail_actu_intern.phtml?num=8d2331ba6e6235ff0f642ee8802048e4
  117. http://www.lejdd.fr/cmc/economie/200904/un-banquier-repond-a-sarkozy_182137.html
  118. http://www.lesechos.fr/info/inter/afp_00232931-grand-emprunt-taxation-des-bonus-ultime-vote-a-l-assemblee-avant-le-senat-jeudi.htm
  119. http://www.premier-ministre.gouv.fr/chantiers/plan_relance_economie_1393/plan_relance_1_000_62486.html
  120. http://www.premier-ministre.gouv.fr/acteurs/communiques_4/premier_ministre_reuni_comite_62495.html
  121. Le Monde (11/11/08) : nationaliser les banques, une mauvaise solution
  122. http://www.lesechos.fr/info/inter/4805721.htm
  123. http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/economie/20090114.REU4278/un_plan_de_soutien_de_10_milliards_de_livres_aux_pme_an.html
  124. http://www.google.com/hostednews/afp/article/ALeqM5jKQcyHYEpA2zma4PzsbtWGKBcRLQ
  125. http://www.lemonde.fr/europe/article/2009/01/19/londres-devoile-un-nouveau-plan-de-soutien-aux-banques_1143444_3214.html
  126. http://www.lefigaro.fr/international/2009/03/03/01003-20090303ARTFIG00007-gordon-brown-premier-invite-europeen-d-obama-.php
  127. http://www.lemonde.fr/economie/article/2009/03/01/gordon-brown-propose-un-new-deal-a-obama_1161869_3234.html
  128. http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20081127trib000315037/madrid-annonce-un-plan-de-relance-de-11-milliards-deuros.html
  129. http://www.lepoint.fr/actualites-economie/cent-milliards-de-couronnes-pour-relancer-le-credit-en-norvege/916/0/315085
  130. http://tempsreel.nouvelobs.com/depeches/economie/20090113.REU4146/berlin_adopte_un_nouveau_plan_de_relance_de_50_milliard.html
  131. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/opinions/chroniques/richard-dupaul/200901/09/01-693360-chiche-ou-sage-angela-merkel.php
  132. http://www.lesechos.fr/info/inter/afp_00223237-merkel-l-economie-allemande-ne-sera-pas-tiree-d-affaire-avant-2013.htm
  133. http://www.lefigaro.fr/international/2010/01/10/01003-20100110ARTFIG00145-les-allemands-s-opposent-aux-baisses-d-impot-.php
  134. http://www.latribune.fr/actualites/economie/international/20090111trib000330123/plan-de-relance-barack-obama-prevoit-de-creer-entre-trois-et-quatre-millions-demplois.html
  135. http://elections-americaines.lesechos.fr/article.php?id_article=2463
  136. Constructif.fr : l'État américain dope ses PME
  137. http://www.pcinpact.com/actu/news/48871-plan-relance-numerique-tgv-wifi.htm
  138. Journal des Finances 10/02/2009 : Obama veut éviter une catastrophe
  139. http://www.lefigaro.fr/bourse/2010/01/25/04013-20100125ARTFIG00503-banques-le-debat-sur-la-regulation-financiere-relance-.php
  140. http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/dossiers/pme/200901/06/01-691257-un-renfort-de-quebec-pour-les-entreprises.php
  141. http://www.french.xinhuanet.com/french/2008-11/27/content_769121.htm
  142. http://www.usinenouvelle.com/article/que-cache-le-debat-sur-le-protectionnisme.157737
  143. Rapport de l'OCDE : Objectif Croissance 2009, publié le 3 mars 2009
  144. http://www.usinenouvelle.com/article/ocde-des-mesures-d-urgence-oui-mais-pas-sans-les-reformes.159812
  145. http://www.lesechos.fr/info/inter/300333887.htm
  146. http://www.oecd.org/document/55/0,3343,fr_2649_34325_44758775_1_1_1_37443,00.html
  147. http://www.leparisien.fr/flash-actualite-economie/ocde-resorber-les-deficits-en-reduisant-le-chomage-et-certaines-depenses-10-03-2010-843091.php
  148. http://www.lepoint.fr/actualites-economie/2009-04-03/g20-compromis-historique-au-g20-pour-relancer-l-economie-et-reguler/916/0/331470
  149. a et b AFP, « Relance ou dérive de la dette? Le dilemme des gouvernants face à la crise », Le Devoir,‎ 24 janvier 2008 (lire en ligne)
  150. (en) Massimo Calabresi, « Congress and the Bailout Plan: Business As Usual », Time Magazine,‎ 23 septembre 2008 (lire en ligne)
  151. (en) Personnel de rédaction, « Another shot in the arm », The Economist,‎ 19 janvier 2009 (lire en ligne)
  152. (fr) Des milliards comme s'il en pleuvait !, Bruno Birolli, Le Nouvel Obs, 21 novembre 2008
  153. "Des États inégaux face au ralentissement mondial", Le Monde, 25 novembre 2008
  154. Cécile Cornudet, « Nicolas Sarkozy répond à la crise économique par un effort public massif », Les Échos des 5 et 6 décembre 2008.
  155. Bruno Ventelou in Alternatives économiques du 16 décembre 2008
  156. Jean-Marc Vittori, « Le pari fou de Sarkozy », Les Échos du vendredi 19 et 20 décembre 2008
  157. Virginie Malingre, "Grodon Brown est contraint de renoncer à un nouveau plan de relance, Le Monde du 27 mars 2009
  158. Hélène Rey, « L'inévitable relance budgétaire », Les Échos du 20/11/2008
  159. « Peer Steinbrück on the Global Economic Crisis », Newsweek,‎ 6 décembre 2008 (consulté le 13 décembre 2008)
  160. « Our British friends are now cutting their value-added tax. We have no idea how much of that stores will pass on to customers. Are you really going to buy a DVD player because it now costs £39.10 instead of £39.90? All this will do is raise Britain's debt to a level that will take a whole generation to work off. » : « Peer Steinbrück on the Global Economic Crisis », Newsweek,‎ 6 décembre 2008 (consulté le 13 décembre 2008)
  161. Brice Pedroletti, "L'afflux de liquidités provoque encore une flambée boursière à Hong Kong et en Chine", Le Monde du 3/11/2009
  162. Brice Pedroletti, Ibid
  163. Virginie Robert, La Banque mondiale annonce une croissance chinoise à 8,4 % cette année" Les Échos du 5/11/2009
  164. Yann Rousseau, " Dans la crise, la Chine a renforcé son influence sur l'Afrique" Les Échos des 6 et 7 novembre 2009
  165. Yann rousseau, Ibid
  166. Jean-Marc Vittori, "l'Amérique en fanfare", Les Échos des 30 et 31 octobre 2009
  167. Sylvain Cypel, Aux États-Unis, le chômage a atteint son plus haut niveau depuis vingt-six ans, Le Monde des 8 et 9 novembre 2009
  168. Emploi et taux de chômage États-Unis novembre 2010 : très mauvais Geocodia, décembre 2010
  169. Conjoncture : Obama prévoit un chômage élevé jusqu'en 2020, Le Figaro, 11 février 2010
  170. AFP, « Etats-Unis : le taux de chômage à son plus bas depuis la crise de 2008 », sur Les Échos,‎ 3 octobre 2014 (consulté le 5 octobre 2010).
  171. Virginie Robert, « L'économie encore trop fragile pour que la FED modifie ses taux », Les Échos du 5/11/2009
  172. Marie-Laure Cittanova, « Pour la France, le pire reste à venir », Les Échos des 17 et 18 septembre 2009
  173. INSEE Evolution du PIB | http://www.insee.fr/fr/themes/tableau.asp?reg_id=0&id=159
  174. « Comptes nationaux trimestriels: Taux de croissance trimestriel du PIB en volume », OCDE (consulté le 5 septembre 2010)
  175. « Evolution de la dette des collectivités publiques (Département fédéral des finances DFF) », sur efd.admin.ch (consulté le 12 août 2010)
  176. « Prévisions conjoncturelles », Secrétariat d'État à l'économie (SECO) (consulté le 16 septembre 2010)
  177. Pierre-Antoine Delhommais, Les G20 passent, l'horloge tourne Le Monde des 27 et 28 septembre 2009
  178. Claire Gatinois, Le Monde, 3/11/2009
  179. Le Monde du 3/11/2009, "Question-réponses"
  180. Jean-Marc Vittori, "La finance publique revient au Moyen Âge", Les Échos, 12-13/02/2010
  181. Henry Gibier, "Copenhague, un lever de rideau", Les Échos, 5/11/2009
  182. Annie Kahn, Les Nouveaux "grands défis" de l'innovation aux États-Unis, Le Monde du 15/12/2009
  183. Vous trouverez le texte ici
  184. Les citations viennent de traduction du rapport trouvé dans l'article d'Annie Kahn du 15/12/2009
  185. Daniel Cohen, "Du danger de croire que la crise économique est finie", Le Monde du 16 juin 2009.
  186. Alain Faujas, Selon le FMI, la récession mondiale s'achève, mais la reprise sera laborieuses, Le Monde du 2/10/2009.
  187. (fr) et que donc la récession devrait prendre fin dans la plupart des pays. FMI : la croissance mondiale frôlera les 4 % en 2010, Le Figaro, 26 janvier 2010
  188. Richard Hiault « Pour le FMI, la reprise mondiale reste encore dépendante des plans de relance budgétaire » Les Echos du 27 janvier 2010
  189. Frédéric Lemaître Et si la crise économique ne faisait que commencer Le Monde du 7 juillet 2009
  190. Gabriel Grésillon, Les consommateurs chinois ne sauveront pas le monde, Les Échos des 23/24/10/2009
  191. Yann Rousseau, Beaucoup de promesses d'entente peu d'engagements concrets Les Echos du 18/11/2009
  192. Yann Rousseau, Le directeur du FMI presse Pékin de réévaluer le yuan Les Échos du 18/11/2009
  193. Martin Wolf, Ce qu'Obama n'a pas dit à Hu, Les Échos du 24/11/2009
  194. Martin Walker, L'occident va devoir partager. Il nous faut inventer un autre modèle, Le Monde du 28 mars 2009

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruegel (think tank), Estimating the size off the stimulus package for 2009, 12 décembre 2008 [11]
  • Krugman P., 2009, Pourquoi les crises reviennent toujours, Éditions du Seuil, Paris.
  • Note de conjoncture de l'Insee décembre 2008 [12]
  • Servet, J-M., 2010, De la crise au renouveau solidaire, Desclée de Brouwer, Paris.
  • Michel de Pracontal et Christian Walter, Le virus B. Crises financières et mathématiques, éd. du Seuil, 2009, 127 p.
  • George A. Akerlof et Robert Shiller, 2009, Les esprits animaux : comment les forces psychologiques mènent la finance et l'économie, Pearson

crise financière