Peter Struck

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Peter Struck
Peter Struck, le 19 avril 2007
Peter Struck, le
Fonctions
Président du groupe SPD au Bundestag
Législature 16e Bundestag
Prédécesseur Franz Müntefering
Successeur Frank-Walter Steinmeier
Ministre fédéral de la Défense d'Allemagne
13e ministre fédéral de la Défense depuis 1955
Chancelier Gerhard Schröder
Prédécesseur Rudolf Scharping
Successeur Franz Josef Jung
Président du groupe SPD au Bundestag
Législature 14e Bundestag
Prédécesseur Rudolf Scharping
Successeur Ludwig Stiegler
Biographie
Date de naissance
Lieu de naissance Göttingen, Allemagne
Date de décès (à 69 ans)
Lieu de décès Berlin, Allemagne
Parti politique SPD
Profession Fonctionnaire
Avocat

Peter Struck
Ministres fédéraux de la Défense d'Allemagne

Peter Struck, né le à Göttingen et mort le à Berlin, est un homme politique allemand du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Sa première élection comme député fédéral de Basse-Saxe au Bundestag remonte à 1980. Dix ans plus tard, il est choisi comme coordinateur du groupe SPD, avant d'en prendre la présidence en 2002. Il est nommé ministre fédéral de la Défense et occupe ce poste jusqu'en 2005. Le fait marquant de son mandat est l'adoption d'une loi fédérale organisant les conditions de contrôle du Bundestag et du Bundesrat sur les déploiements de la Bundeswehr. Il retrouve ensuite la présidence du groupe SPD au Bundestag, et se retire en 2009 de la vie politique. Il dirigeait de 2010 à sa mort, la Fondation Friedrich-Ebert.

Biographie[modifier | modifier le code]

En 1962, il obtient son Abitur et entame alors des études de droit, à Göttingen dans un premier lieu, à Berlin par la suite. Il les achève cinq ans plus tard et passe avec succès son premier examen juridique d'État. Il réussit le second en 1971.

Cette même année, il obtient son doctorat de droit et devient attaché au sein de l'administration de Hambourg ainsi que secrétaire particulier du président de l'université de Hambourg jusqu'en 1972.

Ayant travaillé au sein de l'administration des finances de Hambourg à partir de 1973, Peter Struck est admis en 1983 au barreau du tribunal de l'arrondissement d'Uelzen et du tribunal régional de Lunebourg.

Il était marié et père de trois enfants.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Il adhère au Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) en 1964. Il est également membre du syndicat Ver.di.

Premiers mandats et fonctions[modifier | modifier le code]

En 1973, il obtient son premier mandat électoral comme conseiller municipal d'Uelzen. Sept ans plus tard, il est élu député fédéral au Bundestag lors des élections fédérales du .

Il est nommé premier coordinateur parlementaire (Erster Parlamentarischer Geschäftsführer) du groupe SPD au Bundestag en 1990. Il occupe ce poste pendant huit ans.

En 1998, suite à l'arrivée au pouvoir des sociaux-démocrates emmenés par Gerhard Schröder lors des élections du 27 septembre, il est élu président du groupe.

Ministre fédéral de la Défense[modifier | modifier le code]

Suite à la révocation de Rudolf Scharping, Peter Struck le remplace comme ministre fédéral de la Défense le , soit trois mois avant les élections fédérales. Réélu au cours de ce scrutin, il est reconduit à son poste le 22 octobre suivant.

Au cours de son mandat, il a notamment fait adopter la loi obligeant le Bundestag et le Bundesrat à donner leur aval pour le déploiement de la Bundeswehr à l'étranger. Il est également à l'origine d'un plan de modernisation de l'armée fédérale et s'est montré fervent défenseur de la conscription.

Vers la retraite[modifier | modifier le code]

Le , la coalition rouge-verte perd les législatives anticipées, et est remplacée le 22 novembre suivant par une grande coalition. Struck retourne alors au Bundestag présider le groupe SPD. Il se ne représente pas aux élections fédérales du et quitte la vie politique.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]