Sabine Leutheusser-Schnarrenberger

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Sabine Leutheusser-Schnarrenberger
Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, en 2013.
Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, en 2013.
Fonctions
Ministre fédérale de la Justice d'Allemagne
28 octobre 200917 décembre 2013
Chancelier Angela Merkel
Prédécesseur Brigitte Zypries
Successeur Heiko Maas
18 mai 199217 janvier 1996
Chancelier Helmut Kohl
Prédécesseur Klaus Kinkel
Successeur Edzard Schmidt-Jortzig
Biographie
Nom de naissance Sabine Leutheusser
Date de naissance 26 juillet 1951 (63 ans)
Lieu de naissance Minden, RFA
Parti politique Parti libéral-démocrate
Diplômé de Université de Bielefeld
Profession Avocate

Sabine Leutheusser-Schnarrenberger
Ministres fédéraux de la Justice d'Allemagne

Sabine Leutheusser-Schnarrenberger, née Leutheusser le 26 juillet 1951 à Minden, est une femme politique allemande, membre du Parti libéral-démocrate (FDP) et ancienne ministre fédérale de la Justice, poste qu'elle a occupé entre 1992 et 1996, étant la première femme titulaire, et de 2009 à 2013.

Vie professionnelle : formation et carrière[modifier | modifier le code]

Elle passe son Abitur en 1970, puis intègre l'université de Göttingen afin d'y suivre des études de droit, qu'elle achève à l'université de Bielefeld. Elle obtient son premier diplôme juridique d'État en 1975 à Hamm, et décroche le second à Düsseldorf, trois ans plus tard.

En 1979, elle est recrutée par l'office allemand des brevets (DPMA), installé à Munich, dont elle est nommée directrice du département du personnel, du budget, de la formation et des marchés publics en 1988. Elle quitte le DPMA deux ans plus tard, et entame en 1997 une carrière d'avocate à Munich, qu'elle suspend en 2009.

Vie politique[modifier | modifier le code]

Au sein du FDP : partisane du social-libéralisme[modifier | modifier le code]

Elle adhère au Parti libéral-démocrate (FDP) en 1978. Élue présidente de la section de l'arrondissement de Starnberg quatre ans plus tard, elle occupe ce poste jusqu'à son entrée au comité directeur fédéral, en 1991. Cinq ans plus tard, elle est élue présidente de la commission fédérale pour l'Intérieur et la Justice, conservant ce mandat jusqu'en 2001, puis intègre la présidence fédérale du parti en 1997. Le 2 décembre 2000, elle est portée à la tête de la fédération du Parti libéral-démocrate de Bavière.

Au sein du FDP, elle appartient au courant social-libéral, aussi appelé « libéralisme de gauche », qui insiste sur le libéralisme politique. Bien qu'elle ait fait partie de deux coalitions de centre-droit, elle relève du courant ayant facilité les alliances avec les sociaux-démocrates.

Elle est élue vice-présidente fédérale du parti lors du congrès de mai 2011 à Rostock, qui consacre le remplacement de Guido Westerwelle par Philipp Rösler à la tête des libéraux.

Ministre fédérale de la Justice d'Helmut Kohl[modifier | modifier le code]

Après avoir été élue députée fédérale de Bavière au Bundestag lors des élections législatives fédérales du 2 décembre 1990, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger est nommée ministre fédérale de la Justice le 18 mai 1992, dans la quatrième coalition noire-jaune du chancelier Helmut Kohl. Elle est alors la première femme à occuper ce poste, et à occuper un ministère régalien.

En 1995, elle se prononce contre un projet relatif aux écoutes téléphoniques avancé par les chrétiens-démocrates, au nom du respect du droit à la vie privée.

Démission et carrière dans l'opposition[modifier | modifier le code]

Le FDP ayant apporté son soutien à cette mesure, elle démissionne du gouvernement le 1er janvier 1996, étant remplacée seize jours plus tard par Edzard Schmidt-Jortzig. Elle est ensuite choisie comme porte-parole du groupe parlementaire FDP pour les questions européennes. Suite aux élections de 2002, elle est promue vice-présidente du groupe, porte-parole pour les questions juridiques, et coordinatrice des députés libéraux à la commission parlementaire de la Justice. Elle se voit reconduite dans l'intégralité de ses fonctions après les élections de 2005.

Retour au ministère fédéral de la Justice[modifier | modifier le code]

Le 28 octobre 2009, Sabine Leutheusser-Schnarrenberger redevient ministre fédérale de la Justice dans la nouvelle coalition noire-jaune d'Angela Merkel. À l'occasion du débat sur l'intégration, en particulier des musulmans, lancé par la publication de l'ouvrage controversé de l'économiste Thilo Sarrazin, elle se prononce contre l'interdiction du voile islamique[1].

Après 2013[modifier | modifier le code]

Mi-juillet 2014, elle est nommée par Google au sein d'un comité consultatif de dix experts, qui est chargé de rédiger un rapport avec des recommandations afin d'appliquer la mesure du « droit à l'oubli »[2].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Son père, Horst Leutheusser, était un avocat membre de l'Union chrétienne-démocrate d'Allemagne (CDU), qui a occupé le poste de vice-maire de Minden de 1964 à 1969. En outre, son oncle n'était autre que Wolfgang Stammberger, ministre fédéral de la Justice entre 1961 et 1962 et membre du FDP, puis du Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD).

Elle vit à Feldafing. Elle a été mariée à Ernst Schnarrenberger jusqu'à son décès, en 2006[3].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (de) La ministre de la Justice contre l'interdiction de la burqa, Frankfurter Allgemeine Zeitung, le 22 septembre 2010
  2. Lucie Ronfaut, « Google nomme un comité du "droit à l'oubli" », Le Figaro, encart « Économie », samedi 12 / dimanche 13 juillet 2014, page 26.
  3. (de) « Leutheusser-Schnarrenberger denkt nicht an Namenswechsel », Bunte, 11 février 2009.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :