Kantarō Suzuki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Suzuki (homonymie).
Suzuki en 1945

Kantarō Suzuki (鈴木 貫太郎, Suzuki Kantarō), né à Kube dans la province d'Izumi le 18 janvier 1868, mort le 17 avril 1948, était un officier de marine et homme politique japonais. Amiral de la Marine impériale japonaise, il fut premier ministre du Japon du 7 avril au 17 août 1945, et contribua à faire accepter par l'Empire sa reddition face aux Alliés à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Diplômé en 1884 de l'Académie navale impériale du Japon, Suzuki fut promu enseigne de vaisseau, puis lieutenant en 1892. Il servit dans la première guerre sino-japonaise en 1894 et 1895. Attaché militaire en Allemagne de 1901 à 1903, il servit ensuite dans la guerre russo-japonaise. Vice-amiral, puis amiral, il fut grand chambellan de l'Empereur de 1929 à 1936.

Premier ministre[modifier | modifier le code]

Opposant de toujours à la guerre contre les États-Unis, Suzuki devint premier ministre quand Kuniaki Koiso démissionna suite à l'offensive alliée de la bataille d'Okinawa.

Favorable à la reddition du Japon du fait de la situation militaire désastreuse de l'Empire, Suzuki ne put cependant se permettre d'accepter ouvertement l'ultimatum lancé par les Alliés à l'issue de la conférence de Potsdam, en raison du poids persistant des bellicistes dans l'Armée japonaise[1]. Le 28 juillet 1945, face aux questions des journalistes lors d'une conférence de presse, il employa le terme "Mokusatsu" (pouvant être traduit, selon le contexte, par « Je traite cela par le mépris », « Pas de commentaires » ou « J'en prends note »[2].) pour définir l'attitude de son gouvernement face à l'ultimatum allié. Selon certains auteurs, ce terme ambigu pouvait être interprété comme un simple refus d'aborder ouvertement la question de la capitulation inconditionnelle, afin d'apaiser les militaires japonais : l'administration américaine traduisit cependant cette expression comme un net rejet de l'ultimatum[3]. Cette interprétation des propos de Suzuki, conjuguée à l'absence d'offre de négociation de la part de l'empire du Japon, furent parmi les facteurs qui menèrent aux bombardements atomiques de Hiroshima et Nagasaki.

Le cabinet de Suzuki, avec Mitsumasa Yonai, à sa droite et Korechika Anami, à gauche de la dernière rangée.

Kantarō Suzuki contribua à négocier avec les Alliés la reddition du Japon, acceptée par l'empereur Hirohito. Il dut affronter une forte faction belliciste au sein de l'armée : les 14 et 15 août 1945, une tentative de coup d'État militaire eut lieu, dans le but d'assassiner Suzuki, quelques heures avant l'allocution radiodiffusée de l'Empereur.

Deux jours après l'annonce de la reddition, Suzuki démissionna.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Howard B. Schonberger, Aftermath of War: Americans and the Remaking of Japan, 1945-1952, Kent State University, 1989
  2. Philippe Quéau, Éloge de la simulation : de la vie des langages à la synthèse des images, Champ Vallon, 1993
  3. Herbert P. Bix, Hirohito and the Making of Modern Japan, HarperCollins, 2001