Fumio Kishida

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Fumio Kishida
岸田 文雄
Fumio Kishida
Fumio Kishida
Fonctions
74e ministre des Affaires étrangères du Japon
En fonction depuis le 26 décembre 2012
Premier ministre Shinzō Abe
Gouvernement 96e Cabinet du Japon
Prédécesseur Kōichirō Genba
Ministre d'État chargé d'Okinawa et des Territoires du Nord, de la Politique scientifique et technologique, de la Politique de Qualité de la vie et de la Réforme règlementaire
27 août 20071er août 2008
Premier ministre Shinzō Abe
Yasuo Fukuda
Gouvernement 90e et 91e Cabinets du Japon
Prédécesseur Sanae Takaichi (Okinawa, T. du Nord, P. scientifique)
Yoshimi Watanabe (R. réglementaire)
Successeur Motoo Hayashi (Okinawa, T. du Nord)
Seiko Noda (P. scientifique)
Kaoru Yosano (R. réglementaire)
Ministre d'État chargé des Consommateurs
6 février 20081er août 2008
Premier ministre Yasuo Fukuda
Gouvernement 91e Cabinet du Japon
Prédécesseur Poste créé
Successeur Seiko Noda
Ministre d'État chargé de la Politique spatiale
18 juin 20081er août 2008
Premier ministre Yasuo Fukuda
Gouvernement 91e Cabinet du Japon
Prédécesseur Poste créé
Successeur Seiko Noda
Représentant du 1er district de Hiroshima
Ville de Hiroshima (Partie : Naka - Higashi - Minami)
En fonction depuis le 7 novembre 1996
Élection 20 octobre 1996
Réélection 25 juin 2000
9 novembre 2003
11 septembre 2005
30 août 2009
16 décembre 2012
Prédécesseur Circonscription créée
Représentant de l'ancien 1er district de Hiroshima
Villes de Hiroshima (sauf l'arrondissement d'Aki) - Ōtake - Hatsukaichi
Districts de Saeki - Takata - Yamagata
6 août 199327 septembre 1996
Élection 18 juillet 1993
Prédécesseur Fumitake Kishida (PLD)
Successeur Circonscription disparue
Biographie
Nom de naissance 岸田 文雄 Kishida Fumio
Date de naissance 29 juillet 1957 (57 ans)
Lieu de naissance Hiroshima
Hiroshima (Japon)
Parti politique PLD
Diplômé de Université Waseda
Profession Banquier
Attaché parlementaire

Fumio Kishida (岸田 文雄, Kishida Fumio?), né le 29 juillet 1957 à Hiroshima dans la préfecture du même nom, est un homme politique japonais, membre du Parti libéral-démocrate. Il est élu à la Chambre des représentants du Japon pour le 1er district électoral de Hiroshima depuis 1993, et fut ministre d'État pour Okinawa et les Territoires du Nord, la Politique scientifique et technologique, la Politique de qualité de la vie et la Réforme réglementaire des Cabinets Abe puis Fukuda du 27 août 2007 au 1er août 2008, également chargé des Consommateurs à compter du 6 février 2008 et de la politique spatiale à partir du 18 juin 2008. Il était, à 50 ans, le benjamin du gouvernement Fukuda initial. Il retrouve un portefeuille dans le second gouvernement formé par Shinzō Abe le 26 décembre 2012, devenant alors ministre des Affaires étrangères.

Formation et carrière professionnelle[modifier | modifier le code]

Diplômé en droit de l'Université Waseda, il a connu une courte carrière de 5 ans, entre 1982 et 1987, au sein de la Long-Term Credit Bank of Japan (LTCB) (日本 長期 信用 銀行, Nippon Chōki Shin'yō Ginkō ou Chōgin?).

Issu d'une famille engagée en politique depuis plusieurs générations, son grand-père (Masaki Kishida) puis son père (Fumitake Kishida) ont ainsi tous deux été membres de la Chambre des représentants pour l'ancien 1er district électoral d'Hiroshima (soit l'ouest de la préfecture, autour de la ville éponyme) à partir de 1928 à 1946 puis de 1953 à 1955 et de 1958 à 1960 pour le premier et de 1979 à 1992 pour le second, respectivement sous les couleurs du Parti libéral et du Parti libéral-démocrate. Son grand-père a été conseiller parlementaire (équivalent de sous-secrétaire d'État) à la Marine de 1937 à 1939 puis vice-ministre parlementaire à la Marine de 1944 à 1945.

Il est également le neveu, par alliance, de l'ancien gouverneur d'Hiroshima (de 1973 à 1981) et ministre de la Justice (de 1995 à 1996) Hiroshi Miyazawa, lui-même le frère de l'ancien Premier ministre (1991-1993) Kiichi Miyazawa. Fumio Kishida reprend très tôt le flambeau familial, en se retirant tout d'abord du secteur privé dès 1987 pour devenir alors secrétaire parlementaire de son père puis, après la mort de ce dernier en 1992, pour lui succéder dans sa circonscription électorale à partir de 1993, à l'âge seulement de 36 ans.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Un héritier à l'ascension rapide[modifier | modifier le code]

Aux élections législatives du 18 juillet 1993, il arrive en tête du vote unique non transférable dans l'ancien 1er district de la préfecture d'Hiroshima, où quatre sièges sont à pourvoir. Dans un contexte électoral difficile pour le PLD, il obtient ainsi un réel succès et montre la bonne implantation de sa famille, gagnant 127 721 voix et 21 % des suffrages exprimés. À partir de 1996, et la mise en place du nouveau système électoral mixte décidé en 1994, Fumio Kishida a été réélu six fois au scrutin uninominal majoritaire à un tour dans le nouveau 1er district de la même préfecture, soit les arrondissements de Naka, Higashi et Minami, le cœur de la ville de Hiroshima. Il a obtenu une majorité relative en 1996 (64 709 votes, 44,1 % face à six autres candidats) et 2009 (alors que le PDJ perd les élections, il totalise pour sa part 95 475 suffrages et 47,3 % contre cinq adversaires), et une majorité absolue les autres fois (85 482 voix et 55,1 % en 2000 et 84 292 votes pour 55,5 % en 2003, ces deux fois avec uniquement face à lui un candidat du Parti démocrate du Japon et un autre du Parti communiste japonais, puis 107 239 suffrages soit 57,3 % en 2005 et 103 689 voix soit 63,5 % en 2012, contre trois adversaires).

Comme tous les autres membres de sa famille, Fumio Kishida a rejoint au sein du PLD le Kōchikai (宏池会?) ou faction Miyazawa (car dirigée, à l'époque de son arrivée à la Diète, par Kiichi Miyazawa, le Premier ministre sortant en 1993), la plus ancienne et l'une des plus importantes factions internes au parti. Elle est l'une des héritières directes de l'ancien Parti libéral, et plus particulièrement de Hayato Ikeda, avec une position traditionnellement conservatrice modérée, surtout favorable à l'unité du parti, s'efforçant en permanence de rechercher un consensus avec les autres factions, à une forte coopération avec les hauts-fonctionnaires d'État et au maintien de bonnes relations avec les voisins asiatiques du Japon, tout particulièrement avec la Chine. S'il a participé à la « rébellion » organisée en novembre 2000 par le nouveau chef de la faction, Kōichi Katō (alors l'une des figures du camp réformateur du parti, avec Jun'ichirō Koizumi et Taku Yamasaki) contre le Premier ministre de l'époque Yoshirō Mori (Katō menace à l'époque de voter une motion de censure déposée par l'opposition, avant de marquer sa désapprobation de l'action gouvernementale en s'abstenant ostensiblement, avec plusieurs des membres de sa faction dont Kishida, le jour du vote de cette motion), il ne suit pas ce dernier lors de la scission du Kōchikai qui s'ensuit. Il reste favorable à la tendance plus traditionnelle et modérée du groupe, regroupant ceux ayant choisi de voter contre la censure et donc de soutenir Yoshirō Mori, dirigée par Mitsuo Horiuchi puis Makoto Koga à partir de 2006. Quoi qu'il en soit, vu par beaucoup comme le jeune espoir de ce groupe[1], Fumio Kishida a connu une ascension politique plutôt rapide.

Il est ainsi à la tête de la direction de la Jeunesse du parti dès 1997, puis est une première fois vice-ministre parlementaire auprès du ministre de la Construction, Masaaki Nakayama, des Cabinets Obuchi et Mori I du 5 octobre 1999 au 4 juillet 2000 et premier vice-ministre auprès d'Atsuko Tōyama, ministre de l'Éducation, de la Culture, des Sports, des Sciences et de la Technologie du premier Cabinet de Jun'ichirō Koizumi de mai 2001 à octobre 2002.

Spécialiste des questions d'éthiques scientifiques, de qualité de la vie et des droits des consommateurs[modifier | modifier le code]

Son combat politique s'oriente essentiellement sur les questions d'éthiques scientifiques, et de la promotion des sciences comme moyen d'améliorer la qualité de la vie des citoyens tout en se présentant comme un défenseur des droits des consommateurs. Dans un premier temps, il a été, de 1997 à 1998, président de la commission mineure de la Chambre des représentants chargée de s'assurer de la mention de la présence d'ingrédients génétiquement modifiés dans l'étiquetage des produits en contenant. Il a été par la suite l'un des principaux artisans de la réforme de la loi fondamentale de protection des consommateurs en 2004[2], qui transforme alors la définition du consommateur japonais (vu jusque là par l'administration comme une « entité à protéger », et donc à encadrer, contre les entreprises) pour en faire, dans une optique plus libérale, une « entité autonome », avec son libre-arbitre et acteur plein et entier des mécanismes du marché[3]. Il défend toujours les mêmes positions lorsqu'il est président de la Commission de la Santé, du Travail et des Affaires sociales de la Chambre des représentants de 2005 à 2006 puis directeur-général de l'alliance interparlementaire de promotion des Sciences de la Vie de 2006 à 2007, qui s'intéresse tout particulièrement aux questions de bioéthiques[4].

Premières fonctions ministérielles[modifier | modifier le code]

C'est en raison de ses affinités pour ces questions qu'il est nommé, lors du remaniement du Cabinet de Shinzō Abe le 27 août 2007, ministre d'État chargé d'Okinawa et des Territoires du Nord (ce qui lui permet d'avoir ses premières responsabilités diplomatiques, ce portefeuille touchant à deux dossiers clés de la politique étrangère japonaise : la présence militaire américaine sur l'île d'Okinawa et le conflit territorial avec la Russie concernant les îles Kouriles), de la politique de qualité de la vie, de la politique scientifique et technologique, de l'initiative « Challenge Again » (un programme gouvernemental lancé en 2006 afin d'aider les jeunes freeters, les personnes âgées, les femmes et les chômeurs à se réinsérer durablement dans le marché du travail et ainsi réduire les inégalités existantes en fonction de l'âge ou du sexe[5]) et de la réforme réglementaire. Il garde toutes ses prérogatives, à l'exception de la mention concernant le programme Challenge Again, dans le Cabinet de Yasuo Fukuda à partir du 26 septembre 2007.

Après la création du Conseil pour la promotion de la politique de consommation en février 2008, chargé de conseiller le gouvernement et de servir de lien entre ce dernier et les associations de défense des consommateurs, Kishida, considéré comme un expert en la matière, est donc chargé, en plus de ses anciennes prérogatives, de cette question[6].

Enfin, suite à l'adoption en mai 2008 de la « loi fondamentale sur l'espace » connue essentiellement pour avoir permis que l'espace soit désormais considéré comme un « moyen de garantir la paix et la sécurité internationales, d'assurer la sécurité du pays » et de permettre la défense de l'humanité[7] (à quelques mois des déclarations du ministre de la Défense reconnaissant la nécessité de préparer les forces japonaises d'autodéfense à une éventuelle attaque extraterrestre), Fumio Kishida a ajouté à ses prérogatives, depuis juin, celle de la politique spatiale[8].

Mais, le 1er août 2008, il n'est pas repris dans le gouvernement remanié de Yasuo Fukuda. Après la démission de ce dernier, il soutient Nobuteru Ishihara, connu pour sa défense de réformes administratives, lors de l'élection organisée pour lui trouver un successeur le 22 septembre 2008. Celui-ci obtient l'avant-dernier score parmi cinq candidats, avec seulement 37 voix de parlementaires, arrivant derrière le keynésien populiste Tarō Asō (élu dès le premier tour avec 351 votes), le conservateur fiscal Kaoru Yosano (66 voix) et la libérale Yuriko Koike (46 suffrages), partisane de la continuation des réformes de Jun'ichirō Koizumi, mais devant le « faucon » et spécialiste des questions de défense Shigeru Ishiba (25 votes). Il est resté proche par la suite de Nobuteru Ishihara.

Cadre de l'opposition[modifier | modifier le code]

Après le passage du PLD dans l'opposition, Fumio Kishida devient l'une des figures du mouvement, sous la présidence de Sadakazu Tanigaki (qui, ayant hérité de la direction de la tendance « Katō » du Kōchikai, l'a faite rejoindre celle de Makoto Koga pour reformer une faction unique à partir de 2008). Celui-ci le nomme ainsi le 14 octobre 2011 à l'un des postes exécutifs du mouvement, à savoir la présidence du Conseil des Affaires de la Diète, ce qui en fait le numéro cinq de l'exécutif du parti.

Pour l'élection à la présidence du PLD le 26 septembre 2012, à laquelle Sadakazu Tanigaki ne se représente pas (faute de soutien, y compris celle de la faction Koga), Fumio Kishida fait, comme en 2008, partie des principaux partisans de Nobuteru Ishihara, qui était jusqu'à présent le secrétaire général et numéro deux du parti. Il contribue notamment à constituer un groupe trans-faction pour défendre sa candidature, le Keiso no kai, avec d'autres figures de la direction sortante : le président du conseil général (numéro trois) Ryū Shionoya ou le secrétaire général délégué Ryōtarō Tanose[9]. Mais Nobuteru Ishihara est une nouvelle fois battu, arrivant troisième parmi cinq candidats avec 96 voix, derrière Shigeru Ishiba (199 votes) et Shinzō Abe (141 suffrages), mais devant Nobutaka Machimura (34 bulletins) et Yoshimasa Hayashi (27 voix). Shinzō Abe est finalement élu au deuxième tour.

Par la suite, s'il n'est pas reconduit à la tête du Conseil des Affaires de la Diète par le nouveau président, il succède le 4 octobre 2012 à Makoto Koga (qui, à 72 ans, a décidé de se retirer de la vie politique) à la tête du Kōchikai. Toutefois, ce groupe apparaît à nouveau divisé puis Sadakazu Tanigaki a de nouveau créé une faction dissidente avec un peu moins de la moitié de ses membres.

Ministre des Affaires étrangères[modifier | modifier le code]

Après la nette victoire du PLD aux élections législatives anticipées du 16 décembre 2012 (obtenant à lui seul une majorité absolue de 294 sièges sur 480, arrivant au seuil des deux tiers grâce à l'apport des 31 élus du Nouveau Kōmeitō), Shinzō Abe est élu Premier ministre dix jours plus tard. Il nomme alors Fumio Kishida au poste de ministre des Affaires étrangères. Ce choix est alors présenté par les médias comme une volonté de mettre à profit sa connaissance des dossiers touchant à la préfecture d'Okinawa, étant donné sa précédente expérience gouvernementale, pour régler la question du déménagement de la base américaine de Futenmma sur un site moins urbanisé au nord de l'île. Il s'agit de l'un des sujets de tension principaux avec les États-Unis alors que Shinzō Abe a fait du renforcement de l'alliance nippo-américaine l'un des axes centraux de sa politique étrangère[10]. Kishida, qui a la réputation également d'être une « colombe » en matière de diplomatie asiatique et chef d'une faction traditionnellement connue comme sinophile, est également vu par les observateurs politiques comme le moyen de tempérer l'image de « faucon » et le discours très offensif à l'égard de la Chine ou de la Corée du Sud du nouveau Premier ministre lors de la campagne électorale[11],[12].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens internes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]