Dérive (bateau)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dérive.

En architecture navale, la dérive désigne une surface portante immergée permettant de résister à la dérive, c'est-à-dire le dérapage latéral dû à l'effet du vent. Dérive est une contraction du terme plan anti-dérive.

Un plan anti-dérive[1] spécifique est souhaitable sur les voiliers pour leur permettre de remonter efficacement contre le vent. Le plan anti-dérive peut être fixe (improprement appelé « quille ») ou bien mobile, c'est le cas de la dérive.

Bateaux hollandais
Léon Morel-Fatio Bateaux hollandais munis de dérives latérales
dérive centrale
bateaux traditionnels hollandais avec dérives latérales

Un voilier peut avoir une ou deux dérives, soit axiales et disposées alors en tandem, soit latérales (certains monocoques à fond plat, catamarans, trimarans). Sur certains voiliers, appelés dériveurs, la dérive est rétractable dans un logement appelé « puits de dérive », ce qui permet de la relever quand elle n'est pas nécessaire, c'est-à-dire aux allures portantes (vent venant de l'arrière) et de diminuer ainsi la résistance qu'elle oppose à l'avancement. Relever la dérive permet aux dériveurs de naviguer par faible fond et de s'échouer facilement ou de venir sur une plage.

On distingue usuellement les dérives sabres, qui coulissent verticalement (ou en oblique) dans leur puits, et les dérives pivotantes qui se replient à l'intérieur du puits. Chaque système a ses avantages et ses inconvénients : le puits de la dérive sabre, moins encombrant, affaiblit moins la coque et est plus léger, il ne nécessite pas de lèvres en caoutchouc pour limiter la turbulence. Par contre, il peut constituer un danger pour la structure du bateau en cas de heurt d'un obstacle, tandis que la dérive pivotante se replie en cas de choc.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La dérive fonctionne comme une aile, mais une aile sous-marine cette fois. La dérive du voilier (entendez: ‘son déplacement en crabe’) crée un écoulement de l’eau autour de ses appendices sous-marins. Sa dérive (entendez cette fois: ‘son aileron mobile’), soumise à ce courant, voit apparaître à son extrados une force hydrodynamique. C’est cette force hydrodynamique qui permet au bateau de moins dériver. Elle est parfois appelée ‘force anti-dérive’.

Liens externes[modifier | modifier le code]