Bonnette (voile)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnette.
Le USS Monongahela, toutes voiles dehors, en 1862. Les bonnettes sont bien visibles de part et d'autre des voiles d'artimon

Les bonnettes sont des voiles légères que l'on suspend à des vergues mobiles ( boute - hors), fixées temporairement aux extrémités des vergues habituelles des voiliers à gréement carré pour augmenter la puissance de traction au portant (vent arrière ou grand largue).

Lizel-schemat.png
Studding sail names.gif
Regina Maris moonraker and studding 1.gif

De la forme d'un carré long, légèrement trapézoïdal, elles ont à peu près la surface de la moitié de la voile à côté desquelles elles sont gréées. Voile de vent léger, elles ne sont généralement installées que sur les basses vergues et les huniers et permettent de gagner un petit peu en vitesse sur des longues traversées. Elles étaient redoutées des gabiers à cause des risques de chute lors de leur établissement car, nettement à l'extérieur du navire, ils n'avaient aucune sauvegarde. De ce fait, et compte tenu qu'un virement de bord ou un arrêt était impossible avant des heures, la chute était synonyme de mort par noyade.

Les bonnettes maillées sont fixées aux basses voiles par des mailles (œillets proches de la ralingue) et amarrées par les écoutes aux points des bonnettes. Des secondes bonnettes maillées peuvent être lacées aux bonnettes maillées. Les bonnettes maillées des huniers sont des ajoutées aux extrémités des vergues sur les boute - hors.

Une manœuvre de fortune pour calfater une voie d'eau consiste à plaquer une bonnette à l'extérieur de la coque ; la bonnette est alors aspirée par la voie et la bouche.

Les clippers utilisaient beaucoup les bonnettes lors des "courses du thé", où une vitesse élevée était primordiale pendant tout le voyage.