Amure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Voilier babord amure. Il reçoit le vent de babord, de son côté gauche en regardant vers l'avant.

L'amure est, comme l'écoute qui lui est symétriquement opposée, un cordage, un amarrage quelconque, qui tend vers le bas le coin inférieur d'une basse voile (voile triangulaire, voile aurique, voile carrée) au pont ou au bout-dehors d'un navire à voiles[1].

On a donc pris comme coutume de désigner comme amure la position d'un bateau par rapport au vent. On dit bâbord amures quand le bateau reçoit le vent par bâbord (gauche) ou tribord amures quand il le reçoit par tribord (droite).

Cette notion est utilisée dans le règlement pour prévenir les abordages en mer (Colreg règle 12) pour ce qui concerne deux voiliers recevant le vent de bord différents, se trouvant en route de collision. Le voilier tribord amures est alors en situation privilégiée par rapport au voilier bâbord amures.

Dans les gréements à voile dans l'axe (voile bermudienne, voile houari, aurique, etc.) le point d'amure est donc, au bas de la voile, le point d'attache opposé au point d'écoute (et donc au pied du mât ou en abord) et également le cordage qui maintient ce point fixe.

« Amurer » consiste à régler la position du point d'amure en fonction de la direction du vent[2], ce qui n'est possible qu'avec une voile carrée ou un spinnaker.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. [Petit dictionnaire de marine Grüss (1943)]
  2. Amurer, CNTRL entrée amurer

Sur les autres projets Wikimedia :