Jean-Michel Charlier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jean-Michel et Charlier.

Jean-Michel Charlier

Naissance 30 octobre 1924
Liège Drapeau de la Belgique Belgique
Décès 10 juillet 1989 (à 64 ans)
Paris Drapeau de la France France
Nationalité Belge
Profession

Jean-Michel Charlier est un scénariste belge de bande dessinée né à Liège (Belgique) le 30 octobre 1924 et mort à Paris le 10 juillet 1989[1]. Il est inhumé au cimetière de Saint-Cloud.

Il fut l'un des plus grands et des plus prolifiques scénaristes de bande dessinée de l'école franco-belge. Son talent de narrateur, sa capacité à construire des intrigues d'une grande complexité, s'étalant sur plusieurs albums tout en maintenant un rythme soutenu, son savoir-faire à fonder ses synopsis sur le contexte géopolitique du moment et les technologies militaires les plus récentes font de lui l'un des pères du genre du techno-thriller, des années avant que Tom Clancy ne prenne la plume.

Carrière[modifier | modifier le code]

Outre les scénarios de plusieurs dizaines d'albums de bande dessinée, il a également développé des synopsis de série télévisée, été pilote de ligne de la Sabena et réalisé lui-même de nombreuses illustrations. Il a été un des fondateurs de Pilote ; on le voit souvent caricaturé dans Achille Talon, à la rédaction du journal Polite, frappant en permanence des scénarios sur une machine à écrire tout en avalant d'interminables sandwiches.

Principales créations[modifier | modifier le code]

Style[modifier | modifier le code]

Au-delà du techno-thriller parfaitement documenté et crédible, le style de Charlier se reconnaît à plusieurs traits caractéristiques qui sont probablement parfois auto-parodiques :

  • l'expression « j'ai cru que mes poumons allaient éclater », énoncée par un personnage ayant réalisé une longue plongée en apnée ; « c'est un vrai suicide », à propos de telle action prévue par le héros de l'histoire ; « c'est un vrai miracle », à propos d'un acte périlleux qui vient de réussir ;
  • la fiche technique aéronautique en dernière case d'une page ;
  • en plein milieu d'une action dramatique, le plan tactique de la situation, signalant les positions et les trajectoires du héros, de ses alliés et de ses ennemis ;
  • des séquences burlesques à base de tarte à la crème, de patins à roulettes ou de pots de peinture, cherchant à détendre une scène d'exposition trop aride ou intense ;
  • des ruses utilisées par les héros (Blueberry et Barbe Rouge surtout) soit pour semer des poursuivants, soit pour simuler la présence d'une armée importante, alors que le héros est seul ;
  • des cycles de plusieurs albums ayant la même trame de fond, captivant ainsi le lecteur sur une longue durée.

Jean-Michel Charlier est surtout un excellent narrateur sachant captiver ses lecteurs et les tenir en haleine du début jusqu'à la fin du récit. On s'intéresse aux personnages, qu'il s'agisse des bons ou des méchants. L'intrigue n'est pas seulement basée sur les faits proprements dits. Elle est souvent psychologique (personnage doutant de lui-même, personnage pris de remords et se remettant en cause, personnage soumis à un chantage, etc.). Le héros de l'histoire a généralement une personnalité de boy-scout (Buck Danny, Michel Tanguy) imposée par les critères de l'époque en matière de récits destinés à la jeunesse, mais les personnages secondaires sont souvent beaucoup plus intéressants d'un point de vue psychologique.

En comparant les diverses séries de bandes dessinées écrites par Jean-Michel Charlier, on trouve souvent des scènes similaires. Par exemple, dans une aventure de Buck Danny, un avion civil est abattu par erreur par des pirates qui visaient un transport d'or. Dans un album de Tanguy et Laverdure, un autre avion civil est abattu par erreur par un mercenaire visant un dirigeant politique africain[2]. Dans ces deux récits, le héros et ses amis tendent un piège aux pirates du ciel, mais les mauvaises conditions météorologiques viennent contrarier leurs plans.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean-Michel Charlier, Le Soir, p.24, 11 juillet 1989
  2. Dans ce dernier cas, JM Charlier a reconnu que l'accident survenu à Dag Hammarskold, secrétaire général des Nations-Unies, l'avait aussi inspiré in interview des Cahiers de la BD

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]