Jean-Baptiste Lully

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur les redirections « Lully » redirige ici. Pour les autres significations, voir Lully (homonymie).

Jean-Baptiste Lully (ou Giovanni Battista Lulli) est un compositeur et violoniste de la période baroque, français d'origine italienne, surintendant de la musique de Louis XIV. Il est né à Florence le 28 novembre 1632[1] et mort à Paris le 22 mars 1687.

Par ses dons de musicien et d'organisateur aussi bien que de courtisan, voire d'intrigant, Lully domina l'ensemble de la vie musicale en France à l'époque du Roi-Soleil. Il fut l'un des principaux promoteurs du développement de plusieurs formes de musique qu'il organisa ou conçut : la tragédie en musique, le grand motet, l'ouverture à la française. Son influence sur toute la musique européenne de son époque fut grande, et de nombreux compositeurs parmi les plus doués (Henry Purcell, Georg Friedrich Haendel, Johann Sebastian Bach, Jean-Philippe Rameau) lui sont redevables à un titre ou un autre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Une origine florentine[modifier | modifier le code]

Fils du meunier Lorenzo di Maldo Lulli et de Catarina del Sera, elle-même fille de meunier, il est remarqué vers 1645 par Roger de Lorraine, chevalier de Malte et duc de Guise. Arrivé en France l'année suivante[2], il entre comme garçon de chambre au service de la duchesse de Montpensier (dite la Grande Mademoiselle), qui désirait parfaire ses connaissances en langue italienne. Le trouvant laid[réf. nécessaire], elle l'envoie en cuisine.

Les débuts à la cour de France[modifier | modifier le code]

Arrivé en France à l'âge de treize ans, il devient le premier compositeur de la cour, et ses airs et ballets consacrèrent sa réputation. Il apprit le violon, le clavecin, la théorie et la composition musicale avec Nicolas Metru et se montra excellent danseur. Ses talents enfin reconnus par la duchesse, il crée pour elle la « Compagnie des violons de Mademoiselle » dont elle était très fière car ils étaient meilleurs que les « 24 violons du Roi ». En 1652, après la Fronde et sa séparation d'avec Mlle de Montpensier tombée en disgrâce, Louis XIV de France l'engagea dans la Grande Bande des Violons du Roi, composée de 24 instruments. En 1653, Lully dansa avec le roi dans le Ballet royal de la nuit. Il obtint rapidement la direction d'un nouvel ensemble : La Bande des Petits Violons. En 1659, Lully triomphe avec le Ballet d'Alcidiane.

Surintendant de la musique royale[modifier | modifier le code]

Parfait courtisan, homme d'affaires habile et appuyé par Louis XIV, il devint compositeur de la chambre, puis surintendant de la musique royale. Lully était aussi danseur. Il écrivit pour le roi un ballet qui représentait le soleil (Louis XIV) au centre et les planètes (ses ministres) autour de lui, de façon à montrer que Louis XIV était le maître (à l'instar du soleil qui est le centre de l'univers) ; d'où le surnom de « roi soleil » donné à Louis XIV.

Naturalisé français en 1661, il épousa quelques mois plus tard Madeleine Lambert, dont le père, Michel Lambert, dirigeait la musique chez la duchesse de Montpensier. Ils eurent six enfants, dont trois fils qui furent musiciens à leur tour (Louis, Jean-Baptiste et Jean-Louis) et trois filles dont l'aînée, Catherine-Madeleine, épousera en 1684 Jean-Nicolas de Francine, qui succédera à Lully à la tête de l'Académie royale de musique.

À partir de 1664, Lully travailla régulièrement avec Molière (qui le surnommait « le paillard »), créant le genre de la comédie-ballet, sans cependant renoncer aux ballets de cour. Les pièces de ce dernier sont alors une combinaison de comédies, de ballets et de chants : L'Amour médecin en 1665, la Pastorale comique en 1667, George Dandin en 1668, Monsieur de Pourceaugnac en 1669, Le Bourgeois gentilhomme et sa turquerie. Mais en 1671 les deux hommes se fâchèrent et devinrent ennemis. Il n'est toutefois pas prouvé que, même s'ils collaborèrent, ils furent amis. Aucun rédacteur de gazette, mémorialiste ou biographe ne fait mention d'une amitié, pas plus que de leur brouille qui fut à l'époque un non-événement.

Buste par Antoine Coysevox sur la tombe de Lully à la basilique Notre-Dame-des-Victoires de Paris.

En 1672, Lully acheta le privilège accordé en 1669 à Perrin de l'Académie d'Opéra qui prit dès lors et jusqu'à la Révolution le nom d'Académie royale de musique[3]. Il compose sa première tragédie en musique (tragédie lyrique) intitulée Cadmus et Hermione en 1673 sur un livret de Philippe Quinault (1635-1688) qui devient son librettiste attitré. Comblé d'honneurs et de richesses, Lully composa alors approximativement une tragédie en musique par an, éclipsant, par la faveur dont il jouissait auprès du roi, tous les compositeurs dramatiques de son époque : Marc-Antoine Charpentier, André Campra, Louis-Nicolas Clérambault. En 1681, Lully atteignit l'apogée de sa carrière en devenant secrétaire du roi.

En ce qui concerne la sexualité de Lully, Louis XIV avait en horreur ce qu'on nommait alors les « mœurs italiennes ». Aussi, quand en 1685, les relations de Lully avec Brunet, un jeune page de la Chapelle, firent scandale, Lully perdit quelque peu de son crédit auprès du roi qui n'assista pas aux représentations de son dernier opéra, Armide, en 1686. Lully composa sa dernière œuvre complète, Acis et Galatée, pastorale en forme d'opéra, pour la cour plus volage du Grand Dauphin, fils de Louis XIV[réf. souhaitée].

Mort[modifier | modifier le code]

La cause de sa mort fut particulière puisqu'elle intervint à la suite d'une répétition du Te Deum qu'il devait faire jouer pour la guérison du roi. N'arrivant pas à obtenir ce qu'il voulait des musiciens, Lully, d'un tempérament explosif, s'emporta et se frappa violemment un orteil avec son « bâton de direction », longue et lourde canne surmontée de rubans et d'un pommeau richement orné, servant à l'époque pour battre la mesure en frappant le sol. Étant danseur, il refusa qu'on coupât sa jambe qui s'infectait, la gangrène se propagea au reste du corps et infecta en grande partie son cerveau[4]. Lully meurt quelque temps après à Paris, le 22 mars 1687, « âgé de 55 ans ou environ, dans sa maison, rue de la Magdelaine »[5]. Son corps est porté chez les religieux Augustins déchaussés (les Petits Pères) et est enterré dans leur église Notre-Dame-des-Victoires, selon le testament de Lully. Madeleine Lambert, son épouse, y avait acheté la chapelle Saint-Nicolas-de-Tolentin au prix de 3 000 livres.

Dans le tombeau de Lully sont par la suite inhumés un grand nombre de membres de la famille Lully-Lambert[6] :

Le tombeau de Lully est enlevé de la chapelle pendant la Révolution française en janvier 1796 et installé au musée des Monuments français. Il est rendu sur décision du préfet de la Seine Gaspard de Chabrol, en date du 15 mars 1817, et placé avec quelques modifications dans la chapelle Saint-Jean-Baptiste de l'église Notre-Dame-des-Victoires. Pendant la Commune de Paris, comme de très nombreux monuments parisiens, l'église est totalement saccagée et pillée par les Communards et les tombeaux, dont ceux de la famille Lully, sont profanés et vidés. Les Communards avaient notamment appris que le curé de l'église avait caché tous les objets de valeur dans le tombeau du musicien[7].

Le tombeau de Lully se trouve aujourd'hui au-dessus du cintre de la travée entre la chapelle Saint-Jean et celle de l'Enfant Jésus de la basilique Notre-Dame-des-Victoires. C’est un sarcophage de marbre noir, surmonté du buste en bronze du grand musicien, modelé par Antoine Coysevox et accosté de deux pleureurs sculptés par Cotton. Au-dessous du buste, on peut voir deux génies : la « Musique profane » et la « Musique sacrée ». De l’autre côté de la travée, sur la paroi opposée, dans la chapelle voisine, un autre buste en marbre blanc complète le mausolée[8].

Postérité de son œuvre[modifier | modifier le code]

C'est principalement pour sa contribution à la musique religieuse et à la musique de scène que Lully nous est connu. Il restera dans l'histoire comme le véritable créateur de l'opéra français. Il composa 14 tragédies lyriques dont les plus belles sont peut-être Thésée (1675), Atys (1676), Phaéton (1683) et son chef-d'œuvre Armide (1686). À l'aise aussi bien à l'église qu'au théâtre, il est l'auteur de plus de 20 grands motets, dont le fameux Te Deum de 1677, ainsi que de 11 petits motets d'un style plus italianisant.

Admiré par les musiciens de son temps, il fut joué sans discontinuer jusqu'à la Révolution de 1789, et son influence fut immense en France sur des compositeurs comme François Couperin, Marin Marais, Jean-Philippe Rameau, mais aussi dans l'Europe entière. Les gardiens de sa tradition alimentèrent en 1733 ce que l'on appela la Querelle des Lullystes et des Ramistes. Certains de ses élèves contribuèrent au rayonnement de son style en dehors de la France : dans les pays germaniques Georg Muffat (qui a d'ailleurs décrit dans les préfaces de ses éditions les pratiques de Lully pour l'instrumentation, l'ornementation, les coups d'archet et la discipline de l'orchestre), Johann Sigismund Kusser (qui portait en France le nom de Cousser), Johann Caspar Ferdinand Fischer et les italiens Vincenzo Albrici et Agostino Steffani.

Lully a également eu une influence considérable sur les compositeurs d'opéra de la fin du XVIIIe siècle, surtout à l'occasion de la « réforme » de l'opéra qui a consisté à supprimer ce que l'on considérait alors comme un vocalisme excessif nuisant à l'efficacité théâtrale. C'est ainsi qu'en écrivant Roland et Atys, Piccinni (le deuxième Italien après Lully à devenir compositeur pour l'opéra royal) a utilisé des livrets de Quinault révisés par Marmontel). De la même façon, Gluck et Tomasso Traetta ont écrit Armide sur le livret de Quinault. En somme, Lully, qui estimait qu'il fallait chanter ses opéras comme la Champmeslé déclamait à la Comédie-Française, semble avoir créé, bien plus que Wagner, l'idéal du drame en musique — la « tragédie en musique », comme il l'appelait d'ailleurs [réf. nécessaire].

Vie privée[modifier | modifier le code]

Acte de baptême de Louis Lully le 9 septembre 1677 à Fontainebleau, avec les signatures de Jean-Baptiste Lully, de Louis XIV et de Marie-Thérèse d'Autriche

Jean-Baptiste Lully est bisexuel, ayant entretenu de notoires relations avec des hommes et des femmes[9],[10],[11]. De par les relations privilégiées qu'il entretient avec le Roi, Louis XIV ferme les yeux sur sa bisexualité[10].

Jean-Baptiste Lully épouse Madeleine Lambert (1643-1720), fille de Michel Lambert et de Gabrielle Dupuy, le 24 juillet 1662 en l'église Saint-Eustache à Paris[12]. De cette union naissent six enfants[13] :

Œuvre[modifier | modifier le code]

Lorsque Lully créa son orchestre, il en fit le premier d’Europe pour la discipline et le rythme. Il fit travailler lui-même les chanteurs, les danseurs, et régla tout dans son théâtre jusqu’au plus petit détail.

Cette volonté organisatrice se manifeste également dans son œuvre. Le Cerf de La Viéville nous dit que Lully « allait se former sur les tons de la Champmeslé ». Son souci principal est, en effet, d’imiter autant que possible dans son chant la déclamation des grands acteurs du XVIIe siècle, qui s’appliquaient surtout à respecter scrupuleusement la prosodie. Aussi Lully a-t-il soin, non seulement de placer toujours une note longue sur une syllabe accentuée, une note courte sur une syllabe non accentuée, mais encore de marquer un arrêt à la césure et à la rime.

Mais où Lully excelle, c’est dans la musique descriptive : et c’est encore le fait d’un artiste plutôt intellectuel. Son air du sommeil dans Armide (« Plus j'observe ces lieux »), par exemple, est un chef-d’œuvre.

Lully a joué un rôle considérable dans l’histoire de la musique instrumentale. C’est de lui que date, on peut le dire, l’orchestre moderne, avec son équilibre bien établi de sonorités, avec le quintette des instruments à cordes pour centre de gravité (Lully écrivait à cinq parties d’instruments : dessus de violon (habituellement renforcés par les hautbois et les flûtes), hautes-contres de violon, tailles de violon, quintes de violon et basses de violon (renforcés par le clavecin, le théorbe et le basson). Il a dirigé l'ensemble des « 24 Violons du Roy ».

Catalogue[modifier | modifier le code]

Le catalogue des œuvres de Lully a été réalisé par Herbert Schneider[14]. Les œuvres, classées par ordre chronologique, sont désignées par les lettres LWV (Lully Werke Verzeichnis) suivies d'un numéro de 1 à 80. La tragédie lyrique Armide est ainsi désignée par LWV 71.

Les ballets de cour[modifier | modifier le code]

Liste des ballets de cour de Lully, par ordre chronologique
LWV Titre Date
Mascarade de la Foire de Saint-Germain 1652
Ballet de la Nuit[15] 1653
Ballet des Proverbes 1654
1 Ballet du Temps 1654
2 Ballet des Plaisirs 1655
4 Le Grand Ballet des Bienvenus 1655
6 Ballet de Psyché ou de la Puissance de l'amour 1656
7 La Galanterie du temps, mascarade 1656
8 L'Amour malade, ballet du roy 1657
9 Ballet d'Alcidiane 1658
11 Ballet de la Raillerie 1659
13 Ballet de Toulouse, ballet mascarade 1660
5 Ballet de la Revente des habits du ballet 1660
14 Ballet de l'Impatience 1661
15 Ballet des Saisons 1661
18 Ballet des Arts 1663
19 Les Noces de Village, mascarade ridicule 1663
21 Les Amours Déguisés 1664
Ballet du Palais d'Alcine 1664
24 Mascarade du capitaine 1665
27 Ballet de la Naissance de Vénus 1665
La Réception faite par un Gentilhomme de campagne à une compagnie choisie à sa mode, qui vient le visiter, mascarade 1665
28 Ballet des Gardes ou les Délices de la Campagne 1665
30 Le Triomphe de Bacchus dans les Indes ou Ballet de Créquy 1666
32 Ballet des Muses 1666
36 Le Carnaval, mascarade royale 1668
40 Ballet de Flore 1669
43 Ballet des Nations 1670
46 Le Ballet des Ballets 1671
52 Le Carnaval, mascarade 1675
59 Le Triomphe de l'Amour et de Bacchus[16] 1681
La Noce de village, mascarade 1683
69 Le Temple de la Paix 1685

Les comédies-ballets[modifier | modifier le code]

Liste des comédies-ballets de Lully, par ordre chronologique
LWV Titre Date
16 Les Fâcheux (Une courante, le reste étant de Beauchamps) 1661
20 Le Mariage Forcé 1664
22 Les Plaisirs de l'île enchantée (La Princesse d’Élide) 1664
29 L'Amour médecin 1665
33 La Pastorale comique 1667
34 Le Sicilien ou l'Amour peintre 1667
38 George Dandin 1668
41 Monsieur de Pourceaugnac 1669
42 Les Amants magnifiques 1670
43 Le Bourgeois gentilhomme 1670

Les tragédies lyriques[modifier | modifier le code]

Liste des tragédies lyriques de Lully, par ordre chronologique
LWV Titre Livret Première (date) Première (lieu)
49 Cadmus et Hermione Philippe Quinault 27 avril 1673 Paris, jeu de paume de Bel-Air
50 Alceste, ou le Triomphe d'Alcide Philippe Quinault 19 janvier 1674 Paris, jeu de paume de Bel-Air
51 Thésée Philippe Quinault 11 janvier 1675 Saint-Germain-en-Laye
53 Atys Philippe Quinault 10 janvier 1676 Saint-Germain-en-Laye
54 Isis Philippe Quinault 5 janvier 1677 Saint-Germain-en-Laye
56 Psyché Thomas Corneille et Bernard Le Bouyer de Fontenelle 19 avril 1678 Saint-Germain-en-Laye
57 Bellérophon Thomas Corneille] et Bernard Le Bouyer de Fontenelle avec l'aide de Nicolas Boileau 31 janvier 1679 Paris, Académie royale de musique, théâtre du Palais-Royal
58 Proserpine Philippe Quinault 3 février 1680 Saint-Germain-en-Laye
60 Persée Philippe Quinault 17 avril 1682 Paris, Académie royale de musique, théâtre du Palais-Royal
61 Phaéton Philippe Quinault 6 janvier 1683 Château de Versailles
63 Amadis Philippe Quinault 18 janvier 1684 Paris, Académie royale de musique, théâtre du Palais-Royal
65 Roland Philippe Quinault 18 janvier 1685 Paris, Académie Royale de musique
71 Armide Philippe Quinault 15 février 1686 Paris, Académie royale de musique, théâtre du Palais-Royal
74 Achille et Polyxène[17] Jean Galbert de Campistron 7 novembre 1687 Paris, Académie royale de musique, théâtre du Palais-Royal

Discographie[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lully dans la littérature et au cinéma[modifier | modifier le code]

Romans et autres ouvrages littéraires[modifier | modifier le code]

  • Vincent Borel, Baptiste, roman, Sabine Wespieser éditeur, 2002.

Films[modifier | modifier le code]

Opéras filmés
Fictions

Médias[modifier | modifier le code]

Chœur des divinités de la terre et des eaux, de Psyché (1678) - fichier midi

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Henry Prunières, Lully : Biographie critique illustrée de douze planches hors texte. Les Musiciens célèbres, Librairie Renouard, édition Henri Laurens, Paris.
  2. The New Grove Baroque Masters, 1986, p. 1.
  3. Jean Gourret, Ces hommes qui ont fait l'Opéra, 1984, p. 26. .
  4. The New Grove French Baroque Masters (1986) W. W. Norton & Company, p. 16.
  5. Registre paroissial des Augustins, cité par Auguste Jal, Dictionnaire critique de biographie et d'histoire, Paris, Henri Plon, 1872, page 814.
  6. Edmond Lambert et Aimée Buirette, Histoire de l'église de Notre-Dame-des-Victoires : depuis sa fondation jusqu'à nos jours, et de l'Archiconfrérie du Très-Saint et Immaculé Cœur de Marie, Paris, Curot, 1872, p.78.
  7. Edmond Lambert et Aimée Buirette, Ibid., p.217-218.
  8. Voir le site de la Paroisse Notre-Dame-des-Victoires.
  9. (en) « Lully, Jean-Baptiste (1632-1687) » sur Glbtq.com, An Encyclopaedia of Gay, Lesbian, Bisexual, Transgender and Queer Culture
  10. a et b (en) Julie Anne McCornack Sadie, Companion to Baroque Music, p. 96
  11. (en) Michael Steen, The Lives and Times of the Great Composers, Préface
  12. Extrait du registre paroissial de l'église Saint-Eustache à Paris (1662), cité par Auguste Jal dans son Dictionnaire critique de biographie et d'histoire, Paris, Henri Plon, 1872, page 814 : « Le 24 juillet 1662 furent fiancés et mariés Jean-Baptiste de Lully surintendant de la musique du Roi, de la paroisse Saint-Germain-l'Auxerrois, et demoiselle Magdeleine Lambert, fille de Michel Lambert, maître de la musique du Roi, et de Gabrielle Dupuy. »
  13. Tous les actes paroissiaux parisiens anciens ont été détruits lors des incendies de la Commune de Paris de 1871, mais les dates et églises de baptême des enfants de Lully sont citées par Auguste Jal dans son Dictionnaire critique de biographie et d'histoire, op. cit..
  14. Chronologisch-Thematisches Verzeichnis sämtlicher Werke von Jean-Baptiste Lully, éditions Hans Schneider, Tutzing, 1981.
  15. Lully a dansé cinq rôles dans ce ballet, il a peut-être contribué à son organisation mais n'en a composé aucune des musiques.
  16. Le Triomphe de l'Amour et de Bacchus (1881), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k109654r/f2.image
  17. Lully composa l'ouverture et le premier acte, mais mourut avant de pouvoir achever le reste de la partition. Pascal Colasse, son principal collaborateur, composa le prologue et les actes manquants.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :