Jean-Féry Rebel

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rebel.
Jean-Féry Rebel, ca. 1710?, Musée Magnin, Dijon.

Jean-Féry Rebel, ou Jean-Ferry Rebel, (18 avril 1666[1]-2 janvier 1747) est un violoniste et compositeur français de l'époque baroque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il était fils d'un chanteur Jean Rebel et d'Anne Nolson[2], et fut remarqué pour ses dons, dès huit ans, par Lully, auquel il doit sa formation. Sa sœur aînée Anne Rebel (1663-1722)[2], chanteuse, épousa le compositeur Michel-Richard Delalande.

En 1705, il fut recruté parmi les Vingt-quatre Violons du Roi. Il devint plus tard maître de musique à l'Académie royale de Musique en 1716, puis compositeur de la Chambre du roi en 1726, et enfin maître de musique de l'Académie Française en 1742 (évinçant de ce poste Louis-Antoine Dornel).

Son fils François Rebel (1701-1775), également violoniste, compositeur et membre des "Vingt-quatre Violons du Roy", était depuis 1749 surintendant de la musique royale. Il se partageait la direction de l'opéra avec François Francœur.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Rebel a été l'un des premiers musiciens français à composer des sonates à l'italienne, souvent marquées d'une grande originalité et d'une audace harmonique certaine.

  • Recueil de douze sonates à 2 ou 3 parties (composées en 1695 et imprimées à Paris en 1712)
  • 12 Sonates à violon seul mellées de plusieurs récits pour la viole (Paris 1713)
  • Les Caractères de la danse (1715),
  • Les Élémens (1737), composition originale qui décrit la création du monde.
  • le Tombeau de M. de Lully en hommage à son maître
  • une tragédie lyrique : Ulysse (1703)
  • Fantaisies (1729)
  • Les Plaisirs champêtres (1734)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Selon Cathrine Massip, directrice du département de la musique de la Bibliothèque nationale, il s'agit de la date de son baptême, d'après le document de la paroisse Saint-Germain-l'Auxerrois de Paris. (Michel-Richard Delalande, p.40).
  2. a et b Catherine Massip, Michel-Richard Delalande ou Le Lully latin, p.40, Éditions Papillon, Drize en Suisse 2005

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]