Henry Desmarest

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Desmarest.

Henry Desmarest

alt=Description de l'image defaut.svg.
Naissance février 1661
Paris, Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Décès 7 septembre 1741
Luneville, Duché de Lorraine
Activité principale Compositeur

Henry Desmarest[1] est un musicien et compositeur français de l'époque baroque, né à Paris en février 1661 et mort à Lunéville le 7 septembre 1741.

Talentueux et précoce, promis à une brillante carrière au service de Louis XIV, son destin fut bouleversé par un fait divers le contraignant à l'exil pendant plus de 20 ans. Dans le paysage musical français de l'époque, sa musique se distingue particulièrement par les multiples influences étrangères que ses pérégrinations à travers l'Europe ont permise. La sensibilité et la virtuosité de ses œuvres en font un des compositeurs les plus remarquable de sa génération.

Biographie[modifier | modifier le code]

Henri Desmarest est né dans une modeste famille parisienne en février 1661. Sa mère, Madeleine Desmarest née Frottier, était issue une famille bourgeoise. Son père, Hugues, était huissier au Châtelet. L'enfance de Desmarest fut marquée par la disparition de celui-ci en 1668 (le laissant fils unique), le remariage de sa mère en 1670, suivi de la mort de son nouveau beau-père. Après avoir chanté dans le chœur de Saint-Germain l'Auxerrois, il entra, en 1674, au service de Louis XIV comme page de la Chapelle royale. Il y apprit la musique, pour laquelle il était très doué, sous la direction de Pierre Robert et Henry Du Mont. Il bénéficia également de l'enseignement de Jean-Baptiste Lully, et chanta dans les chœurs des tragédies lyriques composées par ce dernier.

A partir de 1680, il devint "ordinaire de la musique du roi". Son Te Deum dit "de Paris", premier grand motet de Desmarest, est composé peu de temps auparavant, en 1678. Le ballet qu'il composa en août 1682 pour la naissance du duc de Bourgogne obtint la faveur de la cour et, l'année suivante, il concourut au poste de sous-maître de la Chapelle Royale. Quatre places sont à pourvoir. Il a alors 22 ans. Bien qu'il passât avec succès une première sélection, son jeune âge joua en sa défaveur, Louis XIV préférant retenir des musiciens plus expérimentés et plus à même d’asseoir leur autorité.

Après la compétition, Desmarest demanda au roi la permission de se rendre en Italie afin de compléter ses études auprès de compositeurs italiens. Malheureusement, Lully objecta que Desmarest, qui faisait preuve de beaucoup de talent dans le style français naissant, risquait de subir l'influence du style italien. Le roi fut sensible à cet argument, et interdit à Desmarest de passer les Alpes. Il se maria en 1689 et donna naissance à une fille de ce premier mariage. Pendant cette période, Desmarest composa secrètement plusieurs motets pour le compte de l'abbé Goupillet, un des sous-maîtres nouvellement nommés de la Chapelle royale. Celui-ci, vraisemblablement dépassé par sa charge, fit donc appelle à Desmarest -moyennant rétribution- comme "nègre de composition". Cependant, Goupillet ayant l'imprudence de ne plus payer Desmarest, ce dernier éventa la supercherie. L'abbé fut renvoyé, mais Desmarest ne fut pas pour autant récompensé, le roi préférant attribuer à de Lalande le poste à nouveau vacant.

Sa première épouse, Élisabeth, mourut en 1696 et cet accident noua le destin du musicien pour de nombreuses années. En effet, l'année suivante il échangeait une promesse de mariage avec Marie-Marguerite de Saint-Gobert, une jeune fille de 19 ans dont le père, médecin de Gaston d'Orléans, ne voulut pas entendre parler. Néanmoins, le couple eut un enfant et M. de Saint-Gobert entama une action judiciaire contre Henry Desmarest pour séduction et rapt. Le procès, ouvert en 1699, se termina par la condamnation de Desmarest : le couple s'enfuit à Bruxelles pour échapper à la justice française. Il y fit baptiser une fille, Maximilienne-Olympie, dont la marraine fut Olympe Mancini, comtesse de Soissons et le parrain le gouverneur des Pays-Bas espagnols Maximilien-Emmanuel de Bavière.

Le 28 mai 1700, Desmarest, condamné par contumace, fut pendu en effigie en place de Grève : il ne pouvait plus être question de retourner en France. Mais il obtint un poste en Espagne sous la protection de Philippe V (le propre petit-fils de Louis XIV). Le mariage fut validé en 1702, mais dès 1703 les musiciens français furent renvoyés de la cour d'Espagne, remplacés par une troupe de musiciens italiens.

Sur recommandation d'un ami, Desmarest trouva en 1707 une place de surintendant de la musique à la cour du duc Léopold Ier de Lorraine à Nancy (à l'époque, la Lorraine était un État souverain). C'est dorénavant en Lorraine que devait se dérouler le reste de sa carrière et de sa vie, ponctué par la naissance de plusieurs enfants dont la plupart moururent en bas âge. Louis XIV refusa toujours de gracier Desmarest. Cela arriva pourtant, plus tard, après la mort du roi, par lettres patentes de 1720, confirmées l'année suivante par le Parlement de Paris, qui levèrent toutes les condamnations. Un contrat de mariage fut enfin conclu : le mari avait 60 ans. Son épouse mourut en 1727 et lui-même en 1741.

La musique de Desmarest est essentiellement une musique de scène, notamment dans les genres mis au point par Lully : tragédies lyriques (Didon, Circé, Théagène et Chariclée, Iphigénie en Tauride, Renaud ou la suite d'Armide), opéras-ballets (Les Amours de Momus, Les Fêtes galantes), pastorales héroïques (Diane et Endymion), divertissements, cantates, etc.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Une part importante de l’œuvre de Henry Desmarest a été perdue. Dans certains cas, seul le livret a pu être conservé.

Musique religieuse[modifier | modifier le code]

  • Messe à 2 chœurs et 2 orchestres
  • Te Deum dit « de Paris »
  • Te Deum dit « de Lyon »
  • De profundis
  • Veni Creator
  • Cum invocarem
  • Grands motets lorrains : Usquequo Domine (psaume XII), Lauda Jerusalem (psaume CXLVII), Domine ne in furore (psaume VI), Confitebor tibi Domine (psaume CX), Dominus regnavit (psaume XCII)

Musique profane[modifier | modifier le code]

L'édition critique de l'œuvre d'Henry Desmarest est actuellement en cours de publication au Centre de musique baroque de Versailles (http://www.cmbv.fr), collection "Monumentales"

Enregistrements[modifier | modifier le code]

  • Frédéric Desenclos, Messe à deux chœurs et deux orchestres
  • William Christie, Grands Motets Lorrains : Usquequo Domine / Lauda Jerusalem / Domine ne in furore
  • Hervé Niquet, Grands motets vol. I : Te Deum (de Paris) / Dominus regnavit
  • Hervé Niquet, Grands motets vol. II : De profundis / Veni Creator / Cum Invocarem (Glossa - la mention « volume II » ne figure pas sur la couverture)
  • Anne-Catherine Bucher, Manuscrit des Ursulines de la Nouvelle-Orléans
  • Christophe Rousset, Vénus et Adonis

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Son prénom est parfois orthographié « Henri ». De même, son nom de famille est parfois orthographié « Desmarets », « Desmaretz » ou bien encore « Desmarais »

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]