Michel Lambert (compositeur)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Michel Lambert et Lambert.

Michel Lambert

alt=Description de l'image Michel Lambert.jpg.
Naissance 1610
Champigny-sur-Veude Royal Standard of the King of France.svg France
Décès 29 juin 1696
Paris Royal Standard of the King of France.svg France
Activité principale Compositeur, maître de chant, théorbiste
Maîtres Pierre de Nyert
Conjoint Gabrielle Dupuy
Descendants Sa fille Madeleine Lambert, qui épouse Jean-Baptiste Lully
Famille Ses petits enfants Catherine-Madeleine Lully, Louis Lully, Jean-Baptiste Lully fils, Anne Gabrielle Hilaire, Jean-Louis Lully, Louise-Marie Lully

Michel Lambert, né en 1610 à Champigny-sur-Veude et mort le 29 juin 1696 à Paris, est un maître de chant, théorbiste et compositeur baroque français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Michel Lambert reçoit sa formation musicale comme enfant de chœur à la chapelle de Gaston d'Orléans, un frère de Louis XIII. Il est également élève de Pierre de Nyert. Depuis 1636, il est connu comme professeur de chant. Il épouse en 1641 la chanteuse Gabrielle Dupuis qui décède subitement un an après ; leur fille Madeleine deviendra la femme de Jean-Baptiste Lully. En 1651, il apparaît comme danseur dans un ballet donné à la cour de Louis XIV. À partir de 1656, sa réputation comme compositeur est établie et ses compositions sont régulièrement imprimées. Il compose surtout des airs sur des poèmes de Benserade et Quinault. C'est le plus fécond compositeur d'airs de la seconde moitié du XVIIe siècle.

En 1661, il succède à Jean de Cambefort comme maître de musique de la chambre du roi (où son gendre Lully est le surintendant de la musique) et il conservera cette charge jusqu'à sa mort. Il meurt le 29 juin 1696 à Paris et il est inhumé dans le tombeau de la famille Lully-Lambert en l'église Notre-Dame-des-Victoires à Paris.

Son rôle de maître de chant et compositeur d'air dramatique a contribué à l'éclosion de l'opéra français. En tant que maître de chant, il jouissait d'une réputation dont attestent de nombreux témoignages de l'époque (parmi lesquels ceux de la chanteuse Anne de La Barre, Perrin, Le Cerf de la Viéville). Titon du Tillet évoque pour sa part les concerts donnés dans sa maison de Puteaux, pendant lesquels Lambert s'accompagnait lui-même au théorbe.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Airs du sieur Lambert, Paris, Charles de Sercy (1660)
  • Airs de Monsieur Lambert non Imprimez, manuscrit, Paris, (vers 1692)
  • Pièces en trio pour les violons, flûtes ou hautbois, Amsterdam, Estienne Roger (1700)
  • Leçons de Ténèbres pour voix et basse continue manuscrit (1662-1663)
  • Leçons de Ténèbres pour voix et basse continue manuscrit (1689)

Citations[modifier | modifier le code]

Lors du mariage du duc de Chevreuse, le 6 février 1667, le chroniqueur Robinet écrivit cet éloge[1] :

« Et Lambert, dedans ce Régale,
Mélant un plat de son Métier
Sceut si noblement marier
Sa Voix et son Théorbe ensemble
(Et je croi l'ouir, ce me semble),
Que ses Auditeurs ébaudis
Se creurent dans le Paradis. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Catherine Massip, L'art de bien chanter : Michel Lambert (1610-1696), Société française de musicologie, Collection Publications de la Société française de musicologie, 1999, (ISBN 978-2853570060)

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Les musiciens du roi de France, Marcelle Benoit aux Presses Universitaires de France, collection Que sais-je ?

Source[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]