Marin Marais

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marais (homonymie).

Marin Marais

alt=Description de cette image, également commentée ci-après

Marin Marais par André Bouys, 1704.

Naissance 31 mai 1656 ?
Paris
Décès 15 août 1728 (à 72 ans)
Activité principale Compositeur, gambiste
Style Musique baroque française
Maîtres Sainte-Colombe

Marin Marais, baptisé à Paris le 31 mai 1656, date possible mais non certaine de sa naissance (le 31 mai est donné pour sa date de naissance par Évrard Titon du Tillet[1]) et mort le 15 août 1728 à Paris également est un violiste ou gambiste et compositeur français de la période baroque.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marin Marais est baptisé à Paris le 31 mai 1656 (date possible mais non certaine de sa naissance) ; il nait au sein d’une famille modeste : ses parents sont Vincent Marais, cordonnier et Catherine Bellanger. Seul le frère de Vincent, prêtre, est d’un milieu social plus élevé.

En 1667, Marin Marais devient enfant de chœur à Saint-Germain-l’Auxerrois où il rencontrera Michel-Richard de Lalande (également enfant de chœur) et François Lalouette (vicaire). À seize ans, il est renvoyé de la chorale de Saint-Germain-l’Auxerrois car sa voix a mué. Il veut retourner à la cour et tente de se perfectionner auprès de Sainte-Colombe le Père à la basse de viole qu’il a apprise lors de sa formation d’enfant de chœur. Sainte-Colombe, se sentant peut-être menacé par le grand talent du jeune musicien, lui dit au bout de six mois qu’il ne peut rien lui apprendre de plus. Titon du Tillet rapporte que Marin Marais se serait alors caché sous le cabinet de travail installé dans le jardin de Sainte-Colombe pour tenter de percer les secrets de ce maître mais aurait été découvert et chassé au bout de quelque temps par ce dernier.

Marais entre ensuite dans l'orchestre de l’Académie royale de musique dirigé par Lalouette - peut-être d’ailleurs grâce à l’influence de celui-ci. Le directeur de l’Académie Royale de Musique était alors Lully.

En 1676, il épouse Catherine Darnicourt avec laquelle il aurait eu (selon Titon du Tillet) dix-neuf enfants ; on a trouvé la trace de treize enfants en tout cas, le dernier ayant été Jérôme. La pièce Le tombeau pour Marais le Cadet a vraisemblablement été écrite pour lui. Marin Marais obtient en 1679 une charge de « joueur de viole de la musique de la Chambre » dans la Musique du Roi (Louis XIV). Il cumulera cette charge avec une carrière de musicien à l’Opéra pendant quarante ans.

C’est en 1685 que Marin Marais commence à écrire des pièces pour viole ; un premier livre paraît en 1686. C’est cette même année qu’il entreprend d’écrire pour la scène l’Idylle dramatique qui rencontrera un grand succès mais dont n’ont été retrouvées que les paroles.

Après la mort de Jean-Baptiste Lully, qui donne aux compositeurs une plus grande liberté pour faire jouer leurs œuvres, Marais écrit Alcide (livret de Jean-Galbert de Campistron), en collaboration avec Louis Lully (fils aîné de Jean-Baptiste) qui sera représenté en 1693 avec un grand succès.

Il se produit parallèlement comme violiste avec d’autres musiciens de la cour auprès de Louis XIV mais aussi de son entourage (duc de Bourgogne, madame de Montespan, Mme de Maintenon, etc.). C'est dans ces termes que l’abbé Coulanges rendait compte à madame de Sévigné dans une lettre de 1696 d'une telle séance de musique :

« Les jeunes gens, pour s’amuser dansèrent aux chansons, ce qui est présentement fort en usage à la Cour. Joua qui voulut, et qui voulut aussi prêta l’oreille au joli concert de Vizé (NDLR Robert de Visée), Marais, Descoteaux et Philibert. Après cela on attrapa minuit et le mariage fut célébré dans la chapelle de l’hôtel de Créquy. »

Un livre publié en 1692, Pièces en trio pour les flûtes, violons et dessus de viole, montre le répertoire utilisé par Marais pour ces concerts à la cour.

En 1701, Marais est appelé à diriger une très grande cérémonie pour la guérison du Dauphin, réunissant deux cent cinquante musiciens et chanteurs au cours de laquelle seront interprétés, entre autres, deux de ses motets : Domine salvum fac regem et un autre dont on ne connaît pas le titre.

Après cette importante prestation, il devient chef d’orchestre permanent à l’Opéra vers 1704. Il écrira encore Alcyone, tragédie en musique (représentée en 1706) qui rencontrera aussi un grand succès.

Il connaît ensuite une période moins faste avec l’échec de Sémélé qui sera son dernier ouvrage lyrique. Par ailleurs de nouveaux et brillants violistes viennent contester sa suprématie de violiste et de compositeur : Louis de Caix d'Hervelois et surtout Antoine Forqueray.

En 1708, Marais demande et obtient que son fils aîné, Vincent, reprenne sa charge de violiste auprès du roi. Il continue cependant à jouer à la cour jusqu’à la mort de Louis XIV, après laquelle ses activités se restreignent. Il poursuit également l’enseignement et la pratique de son instrument et vit dans une certaine aisance. Un an après le décès de sa fille aînée, le 4 août 1727, il meurt à son tour le 15 août 1728.

Fichier audio
Marin Marais (1656-1728) - Pièces a Une Viole du Premier Livre (1686) - Prelude - Fantaisie - Allemande - Double - Courante - Double - Sarabande - Gigue - Double (info)
Performed New Comma Baroque

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
Fichier audio
Marin Marais (1656-1728) - Chaconne, No. 82 from Premier livre de pièces à une et à deux violes (1689) (info)
Performed New Comma Baroque

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
Fichier audio
Marin Marais (1656-1728) - Tombeau de Mr. Meliton, No. 83 from Premier livre de pièces à une et à deux violes (1689) (info)
Performed by the Viols of Fort Wayne

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
Fichier audio
Marin Marais (1656-1728) - Excerpts from Suite No.3 from Pieces en trio pour les flutes, violon, et dessus de viole (1692) (info)
Performed by New Comma Baroque

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?
Fichier audio
Sonnerie de Sainte-Geneviève du Mont de Paris "The Bells of St. Genevieve" from La Gamme et Autres Morceaux de Symphonie (1723) (info)
Performed by New Comma Baroque

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

L'œuvre[modifier | modifier le code]

Instrumentale[modifier | modifier le code]

Les pièces pour viole[modifier | modifier le code]

Partie de viole du premier couplet des Folies d'Espagne du deuxième livre de pièces de viole de Marin Marais pour viole de gambe et basse continue

Il écrivit près de 600 pièces pour viole, réparties en cinq livres, chacun comprenant, entre autres, une quarantaine de Suites, avec parfois des pièces de caractère comme le Tombeau pour Monsieur de Sainte-Colombe, le Tombeau pour Monsieur de Lully, Le Tableau de l’Opération de la Taille, etc.

  • Basses continues des pièces à une et deux violes avec une augmentation de plusieurs pièces particulières en partition (1689)
  • Pièces de viole, Troisième livre (1711)
  • Pièces à une et à trois violes, Quatrième livre (1717)
  • Pièces de viole, Cinquième livre (1725)

Les pièces en trio[modifier | modifier le code]

Le musicien est l’un des premiers, en France, à avoir écrit des pièces en trio.

  • Pièces en trio pour les flûtes, violons et dessus de viole avec la basse continue (1692)
  • La Gamme et autres morceaux de symphonie pour le violon, la viole et le clavecin (1723) parmi lesquelles la célèbre Sonnerie de Ste-Geneviève du Mont-de-Paris ;

Les tragédies en musique[modifier | modifier le code]

  • Alcide (1693) (en collaboration avec Louis Lully)
  • Ariane et Bacchus (1696)
  • Alcyone (1706)
  • Sémélé (1709)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Sylvette Milliot et Jérôme de La Gorce, Marin Marais, Paris, Fayard, 1991.
  • Jonathan Dunford et Pierre-Gilles Girault, « Un portrait du musicien Marin Marais par Jean Dieu de Saint-Jean au musée du château de Blois », Cahiers du château et des musées de Blois, n° 37, déc. 2006-juin 2007, p. 14-21.

Iconographie[modifier | modifier le code]

  • Portrait par André Bouys, illustré ici.
  • Portrait par Jean Dieu de Saint-Jean, conservé à Blois musée du château.

Roman, film[modifier | modifier le code]

Divers[modifier | modifier le code]

Le 22 octobre 2006, à l’occasion du 350e anniversaire de la naissance du musicien, célébré grâce au « Festival Marin Marais », a été dévoilée à l’église Saint-Médard de Paris une plaque commémorative en hommage à Marin Marais. En effet, le nouveau-né avait été baptisé le 31 mai 1656, jour de sa naissance, dans cette église.

Le 15 octobre 2011, le Conservatoire Intercommunal de Musique des Sables-d'Olonne inaugure ses nouveaux locaux et prend le nom de Conservatoire de Musique Marin Marais.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sylvette Milliot et Jérôme de la Gorce, Marin Marais, Fayard, 288 p., p. 13

Liens externes[modifier | modifier le code]