Philippe Herreweghe

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Philippe Herreweghe

Description de cette image, également commentée ci-après

Philippe Herreweghe en 2011.

Naissance
Gand, Drapeau de la Belgique Belgique
Activité principale chef d'orchestre, chef de chœur

Philippe Herreweghe, né le à Gand, est un chef d'orchestre et chef de chœur belge.

Biographie[modifier | modifier le code]

En marge de ses études universitaires (médecine et psychiatrie), il suit aussi une formation musicale au conservatoire où il étudie le piano avec Marcel Gazelle et l'orgue avec Gabriël Verschraegen. Au cours de la même période, il entame une carrière de chef d’orchestre et en 1970 il crée le Collegium Vocale Gent.

Nikolaus Harnoncourt et Gustav Leonhardt invitèrent Philippe Herreweghe et le Collegium Vocale à participer à l'enregistrement de l'intégrale des cantates de Bach.

En 1977 il créa à Paris, à l'initiative de Philippe Beaussant, l’ensemble La Chapelle Royale qui se consacra à l’interprétation de la musique française du Grand Siècle. Depuis, il a créé encore plusieurs autres ensembles avec lesquels il aborde un répertoire musical qui va de la Renaissance à la musique contemporaine : l’Ensemble Vocal Européen, spécialisé dans la musique polyphonique de la Renaissance et l'Orchestre des Champs Élysées, créé en 1991 dans l’optique de remettre en valeur le répertoire romantique et préromantique en utilisant des instruments d’époque.

De 1982 à 2002, Philippe Herreweghe a été directeur artistique des Académies musicales de Saintes, devenues le Festival de Saintes ; il est actuellement directeur artistique du Centre de rencontres de l'Abbaye aux Dames de Saintes. En outre, il a dirigé comme chef d’orchestre invité The Orchestra of the Age of Enlightenment, Concerto Köln, l’Ensemble Musique Oblique, l'Orchestre royal du Concertgebouw d'Amsterdam, l'Orchestre philharmonique de Vienne et The Orchestra of St Lukes de New York. De 1998 à 2002, il a été premier chef (chef-dirigent) de deFilharmonie (Orchestre philharmonique royal des Flandres), dont il est actuellement hoofddirigent (chef principal, position placée en dessous de celle de chef-dirigent dans l'organigramme de l'orchestre).

En 1990, la presse musicale européenne lui décerna le titre de “Personnalité musicale de l’Année”. En 1993, Philippe Herreweghe et le Collegium Vocale Gent furent nommés “Ambassadeur culturel de Flandre”. Un an plus tard, il s’est vu décerner l’ordre d’Officier des Arts et Lettres et en 1997 Philippe Herreweghe fut nommé Docteur Honoris Causa de l’Université catholique de Louvain.

Discographie[modifier | modifier le code]

Philippe Herreweghe a enregistré des œuvres vocales de Bach (comme la Passion selon Saint Matthieu et la Passion selon Saint Jean, la Messe en si mineur et l'Oratorio de Noël, les Motets), les Lamentations de Jérémie de Roland de Lassus, les grands motets français de Rameau, Lully et Charpentier, les messes de requiem de Mozart, Campra, Fauré et Brahms, les oratorios de Mendelssohn Elias et Paulus, et le Pierrot lunaire de Schönberg, la création de Medeamaterial de Pascal Dusapin. Il a commencé en 2004 l'enregistrement des symphonies de Bruckner. Harmonia Mundi était sa maison de disques principale jusqu'en 2010, date à laquelle il la quitte en bons termes, pour créer son propre label PHI distribué par Outhere ; le premier enregistrement paru sous ce nouveau label est la quatrième symphonie de Gustav Mahler, avec l'Orchestre des Champs Élysées. D'autres projets, dont une probable reprise des motets de Jean Sébastien Bach, sont d'ores et déjà prévus.

Distinctions[modifier | modifier le code]

Par arrêté royal belge du 9 juillet 2000, il a reçu le titre de chevalier.[1]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Stephan Moens, Philippe Herreweghe, Louvain-la-Neuve, Versant Sud, coll. « Parcours Musique »,‎ 2009, 144 p. (ISBN 978-2-9303-58-45-1)
    Livre de référence sur Philippe Herreweghe et son univers musical.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ministère des affaires étrangères, du commerce exterieur et de la cooperation internationale. Faveurs nobiliaires