La Voix humaine (Poulenc)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
La Voix humaine
Image décrite ci-après
La Voix humaine est un opéra sous forme de monologue qui se passe au téléphone.

Genre Opéra
Musique Francis Poulenc
Livret La Voix humaine de Jean Cocteau
Langue
originale
Français
Durée
approximative
40 minutes
Dates de
composition
1958
Création 6 février 1959
Paris (salle Favart), Drapeau de la France France

La Voix humaine de Francis Poulenc est une tragédie lyrique en un acte composée en 1958 d'après un monologue du même nom écrit par Jean Cocteau pour le théâtre en 1930. L'œuvre de Poulenc fut créée le 6 février 1959 salle Favart à Paris avec la soprano Denise Duval. Elle a la forme d'un monologue avec de longs passages de chant sans accompagnement musical.

Genèse d'un opéra[modifier | modifier le code]

Argument[modifier | modifier le code]

La sonnette du téléphone retentit. Plusieurs personnes sont sur la ligne alors qu'elle attend un appel de son amant et le moindre signe de sa part. Le téléphone retentit de nouveau. Elle lui raconte sa soirée de la veille, son mal de tête, son déjeuner, ses courses. Il fait mine de raccrocher mais elle continue, lui indique qu'il peut venir chercher ses affaires quand il le souhaite, l'empêche de s'excuser. Elle endosse « C'est moi qui suis stupide » et le couvre de compliments, « Tu es gentil », « Je ne me croyais pas si forte » et se défend de jouer la comédie, de prendre sur elle. « Je n'ai pas la voix d'une personne qui cache quelque chose ». « J'ai décidé d'avoir du courage, j'ai ce que je mérite », « Tout est ma faute ». Elle lui indique finalement qu'il pourra venir chercher son sac chez le concierge et qu'il est possible qu'elle aille passer quelques jours à la campagne. La ligne ne fonctionne plus, « C'est drôle parce que moi, je t'entends comme si tu étais dans la chambre…Allô, Allô ! (…) Allons bon maintenant, c'est moi qui ne t'entends plus, si mais très loin, très loin, (…) J'entends mieux que tout à l'heure…(…) On dirait que ce n'est pas ton appareil ».

Discographie sélective[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Renaud Machart, Poulenc, Paris, Seuil,‎ 1995, 252 p. (ISBN 2-02-013695-3)
  • Francis Poulenc, Journal de mes mélodies, Paris, Cicéro Éditeurs, Salabert,‎ 1993, 159 p. (ISBN 2-908369-10-9)
  • Henri Hell, Francis Poulenc, Paris, Fayard,‎ 1978, 388 p. (ISBN 2-213-00670-9)
  • Josiane Mas (dir), Centenaire Georges Auric - Francis Poulenc, Centre d'études du XXe siècle - Université de Montpellier III,‎ 2001, 338 p. (ISBN 2-84269-445-7)
  • Hervé Lacombe, « La Voix humaine. Une tragédie lyrique en un acte », in Serge Linarès éd., Revue des Lettres modernes, série Cocteau n° 7 : Pratiques du média radiophonique, Caen : Minard, 2012, p. 173-206.

Sources[modifier | modifier le code]

  • Henri Hell, Francis Poulenc, op. cit. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Francis Poulenc, Journal de mes mélodies, op. cit. Document utilisé pour la rédaction de l’article

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]