Pascal Collasse

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Pascal Collasse

alt=Description de l'image defaut.svg.
Naissance 22 janvier 1649
Reims, Drapeau de la France France
Décès 17 juillet 1709
Versailles, Drapeau de la France France
Activité principale Compositeur, musicien
Collaborations Jean-Baptiste Lully

Pascal Collasse (ou Colasse) est un compositeur français de la période baroque, né à Reims le 22 janvier 1649[1] et mort à Versailles le 17 juillet 1709[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils d'Antoine Colas et d'Anne de Martin, Pascal Collasse débuta comme enfant de chœur à l'église Saint-Paul de Reims. Il étudia à Paris, au Collège de Navarre. À partir de 1677, il fut le principal collaborateur de Jean-Baptiste Lully[2], qu'il assistait dans la composition de ses ouvrages pour les parties intermédiaires et l'harmonisation.

Lully l'aida à obtenir une charge de musicien à la Cour. De 1683 à 1704, il fut l'un des quatre sous-maîtres de la Chapelle Royale[1].

Il acheva Achille et Polyxène, dernière tragédie en musique de Lully, mort après n'en avoir écrit qu'un seul acte. Il connut des démêlés avec les héritiers du compositeur, qui l'accusèrent non sans raison de plagiat.

En 1689, il épousa Blasine Berain, fille de Jean Berain, dessinateur de la Chambre des Cabinets royaux et décorateur de scène de Lully.

Il poursuivit sa carrière dans le genre lyrique, en produisant plusieurs ouvrages au succès inégal. Il peut être considéré comme créateur du genre de l'opéra-ballet. En cela, il fut le prédécesseur d'André Campra. Il supervisa la création et la direction d'opéras en province, notamment à Lille.

En 1696, il succéda à Michel Lambert comme maître de musique et compositeur de la Chambre du roi, fonctions qu'il conserva jusqu'à sa mort.

La fin de sa vie est assombrie par la folie. Évrard Titon du Tillet rapporte qu'il consacra ses dernières années - et dilapida ses biens - à la recherche de la pierre philosophale.

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Plusieurs grands motets pour la Chapelle royale (dont trois sont conservés)
  • Quatre Cantiques spirituels d'après les textes de Racine publiés en 1694 pour Saint-Cyr (1695)[3]
  • Tragédies lyriques
    • Achille et Polyxène (l'ouverture et le premier acte sont de Jean-Baptiste Lully) créée le 7 novembre 1687
    • Thétis et Pelée, 1689 (que l'on considère comme son chef d'œuvre)
    • Énée et Lavinie, 1691
    • Astrée, 1691
    • Jason ou la Toison d'or, 1696
    • Canente, 1700
    • Polyxène et Pirrhus, 1706
  • Autres genres lyriques
    • Les Saisons, ballet à entrées, 1695
    • La Naissance de Vénus, 1696
    • Ballet de Villeneuve-Saint-Georges, 1692

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b et c Marc Honegger, Dictionnaire de la musique : Tome 1, Les Hommes et leurs œuvres. A-K, Bordas,‎ 1979, 1232 p. (ISBN 2-0401-0721-5), p. 226.
  2. Il fut d'abord engagé comme batteur de mesure à l'Académie royale de musique pendant 10 ans.
  3. Chez Ballard, Paris (Denise Launay, La musique religieuse en France du Concile de Trente à 1804, p. 457-458).

Source[modifier | modifier le code]

  • Cet article contient tout ou partie d'un document provenant du site La Vie rémoise.

Liens externes[modifier | modifier le code]