Football Club de Gueugnon

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Football club de Grenoble rugby.

FC Gueugnon

Logo du FC Gueugnon
Généralités
Nom complet Football Club Gueugnonnais
Surnoms FCG, Les Forgerons
Fondation 1940
Statut professionnel juillet 1987-avril 2011
Couleurs jaune et bleu
Stade Stade Jean Laville
(13 872 places)
Siège Avenue du Stade (Tribune Nord)
71130 Gueugnon
Championnat actuel CFA 2
Site web www.fcgueugnon.fr

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Le Football Club Gueugnonnais, ou FC Gueugnon, est un club de football français issu de la fusion en 1940 de l’Association Sportive Gueugnonnaise et de la Foch.

Après avoir dominé le football bourguignon pendant 6 ans, le club a évolué pendant 21 saisons au sein de l'ancienne version du Championnat de France Amateur (3e division).

En 1970, le championnat de D2 devient « open », c'est-à-dire accessible aux clubs professionnels, semi-professionnels ou amateurs. C'est dans ce championnat que le club évoluera durant 37 des 38 années suivantes, dont 25 années consécutives de 1970 à 1995, ce qui constitue un record dans une division inférieure ; il y a rencontré plus de 107 clubs (selon les estimations).

Après un titre de Champion de France de D2 en 1979, le club a obtenu le droit d’accéder à la 1re division, à condition de faire évoluer son modèle de foot entreprise vers une entité professionnelle. Refusant de passer professionnel dans l'urgence et n'obtenant pas de dérogation de la part des instances, les « forgerons » ne passèrent pas en 1re division.

Se professionnalisant en 1987, le club connut une deuxième période phare dans les années 1990, avec notamment une demi-finale de Coupe de France en 1991, l'accession puis la saison de D1 en 1995-1996 et la victoire en finale de Coupe de la Ligue française de football en 2000 face au PSG, synonyme de qualification pour la Coupe de l'UEFA.

Plus discret pendant les années 2000, le club fut présidé de 2005 à 2008 depuis le Brésil par un Jean-Philippe Demaël enchaînant les erreurs et les frais (4 entraîneurs en 5 saisons). Lors de la saison 2007-2008, le FCG subit la 3e relégation de son histoire.

En août 2009, le Conseil d'administration du FCG décida de vendre le club, en mauvaise santé financière et évoluant dans le Championnat de France National, à l'ancien international Tony Vairelles[1]. Malgré un discours se voulant porteur de valeurs saines, Tony Vairelles et son père alors président ne peuvent sauver le club qui est déclaré 2 ans après en cessation de paiement devant le tribunal de commerce de Mâcon. Ce dernier liquide le club[2] le 8 avril 2011.

Devant la disparition du club, l'association du FCG, jusque là responsable des jeunes footballeurs gueugnonnais, a lancé une procédure auprès du Conseil fédéral de la FFF pour récupérer les droits sportifs du FCG, comme son numéro d'affiliation, ses équipes, son palmarès ou ses couleurs. Le club a aussi été autorisé à repartir au niveau régional, en Division d'Honneur pour la saison 2011-2012[3].

Composée notamment d'anciens « forgerons », l'association bâtit un projet autour du club phare de Saône-et-Loire avec pour objectif de réintégrer le championnat de CFA2 au plus vite (dès 2014). Le 2 juin 2013, Gueugnon remplit brillamment le but fixé et réintègre les championnat fédéraux deux ans après avoir frôlé la disparition[4].

Palmarès[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

La création du club[modifier | modifier le code]

En juillet et août 1940, les démobilisés rentrent dans leurs foyers. Les membres des sociétés sportives locales, tristes et désabusés par la défaite, reprennent courage bien que leurs rangs se soient éclaircis. Pourtant, un groupe d’amis du football appartenant soit à l’Association Sportive Gueugnonnaise soit à la Foch, engagent des conversations amicales sur les erreurs commises avant la guerre, et estiment que l’union fait la force, aussi bien dans le sport que dans la vie. Le 5 septembre 1940, messieurs Tracol et Thomas, secrétaires des deux sociétés, se rencontrent afin d’envisager la fusion de leurs associations. Après accord des joueurs, le 15 septembre 1940, lors d’une rencontre entre les dirigeants de deux associations, la fusion se fait et donna naissance au Football Club de Gueugnon. Le nouveau club adopte les couleurs or et bleu et jouera dans le tout nouveau stade Jean-Laville inauguré le 14 juillet 1939 par M. Paul Faure, ministre d’état et député de Saône-et-Loire. M. Alexandre Buisson (futur maire de Gueugnon) assure la présidence du FCG et M. Paul Vannier en devient le président d’honneur.

Le championnat amateur[modifier | modifier le code]

Dès ses premiers pas dans le championnat d’honneur de Bourgogne, le FCG commença à faire parler de lui, puisque sur les six saisons passées à ce niveau, il obtient cinq fois le droit de disputer les poules finales. C’est ainsi qu’ayant gagné le championnat de la ligue bourguignonne, Gueugnon se retrouve face à l’Arago d’Orléans le 15 juin 1947. Sur un score de 2 à 1, le tout jeune FCG devient champion de France amateur. Puis 4 années plus tard, dans le tout nouveau championnat de France amateur, Gueugnon, battant Sedan, Draguignan et Bordeaux, et marquant 7 buts sans en encaisser un seul, devient une seconde fois champion de France amateur.

Amputé de certains joueurs en raison des évènements en Algérie, le FCG termine avant-dernier de sa poule en 1955-1956 et sera relégué en division honneur de Bourgogne. Il retrouvera sa place en championnat de France amateur l’année suivante. Ce sera l’une des deux seules relégations de son histoire.

Le championnat professionnel[modifier | modifier le code]

En 1970, le FCG obtient le droit d’accéder au tout nouveau championnat de D2 "Open" 1971 et qui deviendra par la suite le championnat de France de Division 2 puis de Ligue 2.

Lors de la saison 1978-1979, l’équipe de Casimir Nowotarski rencontre Brest qu’il bat. Ainsi le FCG obtient son troisième titre de Champion de France. Le 9 mai 1979, 18 000 spectateurs, record d'affluence du club, assistaient à la réception du RC Strasbourg. Le fait d’avoir terminé premier de son groupe donnait au FCG le droit d’accéder directement au championnat de France 1re division, à condition toutefois que le club adopte le statut professionnel. Les conditions de l’époque firent que la raison l’emporta et les dirigeants refusèrent de franchir le Rubicon.

La saison 1994-1995 est restée dans les annales. L’équipe de Roland Gransart a joué 42 matchs, en a gagné 24, perdu 10 et fait 8 nuls. Pourtant le suspens dura jusqu’au dernier match, le 31 mai 1995, où Gueugnon avait obligation de s’imposer à Jean-Laville pour obtenir son accession. Cela fut fait avec un 2 à 0 contre le Red Star. Le stade et la ville étaient en liesse : Gueugnon accédait enfin à la première division et cette fois-ci les finances le permettaient. Bien que n’étant resté à ce plus haut niveau que la seule saison qui suivit, cette saison restera la plus belle de l’histoire du FCG.

Les saisons suivantes virent Gueugnon terminer le plus souvent dans la première partie de tableau, le plus souvent flirtant avec l'accession en D1. Rien ne laissait donc, présager une descente en National. Pourtant lors du Championnat de France de football L2 2003-04 les Forgerons se maintinrent pour seulement 2 petits points. L'avertissement fut sans conséquences et l'équipe signa par la suite trois places dans le « ventre mou » du championnat (10e en 2007, 11e en 2005 et 12e en 2006).

A l'orée d'une nouvelle saison sans objectif sinon d'assurer le maintien au plus vite, le club présent depuis 1996 et sa descente de D1 ne pensait pas vivre une saison aussi catastrophique. En position de relégable pratiquement toute la saison, le club termine avec seulement 5 succès et rejoint ainsi le National. Lors du dernier match de la saison, les Forgerons signent leurs derniers exploit en Ligue 2 lors du match face à Amiens. Les Bourguignons menés 4-0 à la 51e minute semblent avoir la tête aux vacances, mais un sursaut d'orgueil leur permet de tenir en échec les Amiénois 4-4.

Le cauchemar[modifier | modifier le code]

Tony Vairelles lors d'un match avec les Forgerons.

La saison 2009, en National composé d'un effectif très jeune voit le club terminer à la 11e place. L'inter-saison 2009 voit l'arrivée d'un projet de la part de Tony Vairelles pour faire face aux difficultés financières qui s'ajoutent aux difficultés en championnat. Retenu par le CA du 6 juillet[5], puis officialisé par la suite. À mi-championnat le club figure dans le ventre mou du classement. Le club se sauve in-extremis de la relégation en terminant 16e du National.

Lors de la saison 2009/2010, le déficit budgétaire du club continue de se creuser, atteignant 800 000 € [6],[7]. De plus, l'équipe se retrouve en bas de classement, aux portes de la reléguation en CFA. La situation catastrophique du club attire même les journalistes de France 2 pour réaliser un reportage pour l'émission Complément d'enquête sur la tentative de sauvetage du club par Tony Vairelles[8]. Le 31 mai 2010, un rapport de la Direction nationale de contrôle de gestion rend alors un avis défavorable au maintien en National. En quête de subventions de la part de la municipalité de Gueugnon, cette dernière, à la suite d'une réunion de crise, ne peut consentir à une aide conséquente, faisant face elle-même à "une situation budgétaire compliquée", et propose une fusion du club avec le FC Montceau Bourgogne[9],[10].

Le couperet tombe à la mi-juin 2010, le Football Club de Gueugnon, malgré sa 16e place au classement lui permettant son maintien en National, doit être retrogradé en CFA (tout comme le Sporting Club de Bastia), ce qui serait un véritable séisme pour le club, l'un des symboles de la ville[11]. Le club fait cependant appel de la décision et passe en commission le 1er juillet. Le lendemain, le Football Club de Gueugnon obtient gain de cause et se maintien donc en National pour la saison 2010/2011[12],[13]. Mais la saison tourne à la catastrophe. L'équipe se retrouve à la dernière place durant une bonne partie de la saison, jusqu'au 8 avril où le tribunal de commerce de Macon prononce la liquidation judiciaire du club[14]. Le club est ainsi classé 21e et dernier avec seulement 32 matchs joués, et doit repartir en DH la saison suivante.

La reconstruction[modifier | modifier le code]

Le 27 août 2011 se déroule le 1er match officiel de la relance du Club en Honneur, face à Nevers Foot et les Forgerons signent leur première victoire devant plus de 600 personnes[15] ! Finalement, le FCG boucle sa première saison du renouveau à une honorable 7ème place en Championnat. Les Forgerons vont même décrocher leur premier trophée depuis 12 ans en remportant la Coupe de Bourgogne aux dépens d'Avallon (1-0)[16]. La deuxième année en DH se solde par un parcours quasi sans-faute des Forgerons (invaincus à domicile). Cependant, il faut attendre l'ultime journée de championnat et un match nul (1-1) contre son rival direct, Selongey, pour que la montée du FCG en CFA 2 soit actée devant 2200 spectateurs[17]. L'année suivante, le club se maintien en CFA2.

Gueugnon et les Coupes[modifier | modifier le code]

La Coupe de France[modifier | modifier le code]

La première fois que le FCG sortit véritablement de l’anonymat dans cette compétition, ce fut lors de la saison 1947-1948. Le FCG avait atteint les huitièmes de finale mais les avait perdus face à Colmar. Le véritable exploit ne devait arriver que 21 ans plus tard.

Le 2 mars 1969, le FCG se retrouve face à Nice en huitièmes de finale. La première confrontation à Gueugnon (la qualification se jouait à l’époque avec un match aller et un match retour) semblait avoir coupé les ailes aux Forgerons qui s'inclinaient sur un score de 3 à 2. Mais au match retour à Nice, ils renversent la situation et s'imposent 2 à 0. Ainsi, le FCG accédait à son premier quart de finale. Malheureusement, le tirage au sort ne fut guère favorable puisque le FCG allait rencontrer le SCO Angers, une équipe qui effectuait un sans faute et caracolait en tête du championnat avec une confortable avance. Ce match fut la première retransmission de l’ORTF dans l’histoire du stade Jean-Laville. Le miracle n’eut pas lieu et le FCG se fit éliminer.

L’année qui suivit, après avoir battu Châtillon-sur-Seine, Couron, Thiers et Ajaccio, le FCG se vit éliminer le 1er mars 1970, face à Valenciennes.

Il faudra en fait attendre 7 ans, pour assister à un nouvel exploit des Forgerons. Après avoir éliminé Decize et Masevaux, Gueugnon, alors second du championnat de 2e division et coaché par Casimir Nowotarski, se voyait offrir Lyon, le second du championnat de 1re division, coaché par Aimé Jacquet. Devant 14 000 spectateurs, l’unique but de la soirée fut gueugnonnais. Ainsi le FCG, fort de cet exploit, allait en seizième de finale confiant. Face à Châteauroux, Gueugnon se montra brillant (2 à 1 à l’aller et 3 à 1 au retour). Le sort désigna le FC Lorient comme adversaire suivant pour les huitièmes de finale. Après avoir été dominé 3 à 0, le FCG se fit éliminer face à une équipe plus combative.

La saison 1978-1979 est celle qui, en coupe de France pour Gueugnon, n’a pas encore été égalée. Après avoir éliminé Clermont-Ferrand, Roanne et Alès en seizième de finale, Gueugnon est tiré au sort face au grand Saint-Étienne de cette « époque des verts ». Le vendredi 13 (!) avril 1979, l’aller à Gueugnon se termine, devant 16 000 spectateurs, à l’avantage du FCG sur un score inimaginable : 3 à 0. Le retour à Saint-Étienne, qui se déroule le 17 avril suivant, se termine sur le score de 2 à 0 en faveur des stéphanois. Mais le compte était bon, Gueugnon, avec ses trois buts à l’aller, venait d’éliminer l’ogre vert à la stupéfaction de la France entière. Et voilà, pour une seconde fois, Gueugnon en quart de finale. Le 9 mai 1979, devant 18 000 spectateurs, Gueugnon se fait assommer par Strasbourg 6 à 0.

Lors de la coupe de France 1991, et ce pour la première fois de son histoire, le FCG atteint les demi-finales de l’épreuve. Après avoir battu successivement Alès, Tours et Niort, ce fut Monaco qui élimina le club.

Depuis le club ne connait plus d'épopée si ce n'est celle de 2000 où l'équipe futur vainqueur de la Coupe de la Ligue élimina Marseille au Vélodrome sur le score de 4-3. Malheureusement Gueugnon s'inclina à Nantes chez le futur vainqueur aux tirs au but 5-3.

La Coupe de la Ligue[modifier | modifier le code]

L'année 2000 restera à jamais comme la plus grande année du FC Gueugnon. Après une saison en tous points remarquable (5e du championnat de D2 et vainqueur à Marseille en Coupe de France), le FCG dispose du Paris Saint-Germain au Stade de France par 2 buts à 0.

Cette année de consécration aura vu les Forgerons éliminer Niort, Toulouse, Strasbourg et le Red Star. En finale, le FCG rencontre le club de la capitale. À la 65e minute, un mouvement venu de la droite, qui se conclut par une frappe des 30 mètres de Esceth N'zi, heurte le poteau gauche de Casagrande, mais Marcelo Trapasso surgit pour ouvrir le score. Le match devient alors à sens unique, et les Gueugnonnais ne sont jamais inquiétés outre mesure. Dans le temps additionnel de la rencontre (90e minute), un but d'anthologie marqué grâce à une course solitaire de 40 mètres de Sylvain Flauto, qui prend de vitesse cinq défenseurs parisiens, permet au FCG de doubler la mise. Grâce à cette victoire, les Forgerons gagnent le droit de disputer une épreuve continentale : la Coupe de l'UEFA. Il reste à ce jour le seul club de deuxième division à avoir remporté la Coupe de la Ligue.

Outre cette victoire, le FCG a également réalisé un beau parcours en 2003. En seizièmes de finale, le club accueille le Paris Saint-Germain. À la fin des prolongations le score est de 1 partout. La séance des tirs au but voit Gueugnon s'imposer. Au tour suivant, les Forgerons éliminent le SC Bastia, alors en Ligue 1, avec un score de 3 à 1. En quarts de finale, le FCG reçoit l'AJ Auxerre, entraînée par Guy Roux, dans un stade Jean Laville comble. Ce sont finalement les Auxerrois qui remportent la victoire par 1-0 (Bonaventure Kalou à la 86e minute).

La Coupe de l'UEFA[modifier | modifier le code]

Surprenant vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2000, les Gueugnonnais se trouvent propulsés sur la scène européenne. Le club bourguignon est opposé à un club d'envergure modeste, l'Iraklis Salonique. Malgré les présences de Xavier Collin, Marcelo Trapasso, Richard Trivino et du coach René Le Lamer successeur d'Alex Dupont parti à Sedan, le club grec parvient à éliminer de justesse (0-0, 1-0) les Forgerons.

Partenariats[modifier | modifier le code]

Le FC Gueugnon avait de 2007 à 2009 un partenariat avec l'association ELA. Ce "partenariat-maillot" a été abandonné en 2009-2010 pour des raisons principalement financières. Le club avait offert l'espace principal de publicité sur le maillot à une association caritative.

Depuis le 15 novembre 2012, Gueugnon a signé un partenariat avec l'AS St Etienne. Cette convention permet au club forgeron d’étoffer son offre de formation[18].

Médiatisation[modifier | modifier le code]

EAG/FCG : la confusion[modifier | modifier le code]

Nombre de personnes ont tendance à confondre les clubs de Gueugnon et de Guingamp. En effet, les villes ont quasiment la même population[19] et les noms ont une sonorité assez semblable. Cette confusion est notable dans le jeu FIFA 97 sur SNES où les couleurs des équipes furent inversées (le FCG jouait en rouge et noir tandis que l'EAG en jaune et bleu).

Cinéma[modifier | modifier le code]

Après le succès médiatique de la Coupe de la Ligue en 2000, le FC Gueugnon aura le droit d'être cité dans le film 3 zéros de Fabien Onteniente. On y décrit le club comme familial et idéal pour faire ses classes dans le monde du foot.

Le club sera également cité dans une réplique du film 15 ans et demi de François Desagnat et Thomas Sorriaux, qui dit : "C'est comme si Gueugnon ramenait Zidane au mercato".

RMC[modifier | modifier le code]

Au cours de l'année 2008, l'équipe de l'After Foot sur RMC a (re)découvert le FC Gueugnon.

La bande à Gilbert Brisbois chambra le club notamment sur "Ode FCG" (chanson de 2007 écrite par Anne-Sophie Rullaud (et surtout Joël Hannier), fille de l'ancien directeur de la communication Richard Rullaud. Musique de Joël Hannier. Interprétée par la chorale gueugnonnaise[20]). Mais aussi sur un vieux chant des ultras forgerons datant de la participation du club à la coupe de l'UEFA dont les paroles sont

en Bourgogne, Gueugnon

en France, Gueugnon

en Europe, Gueugnon

nous sommes les forgerons !

Ce chant fut plus récemment repris par les Ultras Gueugnon pour montrer leur attachement indéfectible et unique envers le club de la cité des forges.

N'étant pas indifférent à cet intérêt porté par RMC, quelques supporters du FCG (dont Sergio du Creusot) n'hésitèrent pas a envoyer des mails alimentant ce petit buzz.

Par la suite, les éclosions d'Aly Cissokho et de Madjid Bougherra, et l'arrivée de Tony Vairelles, nouveau propriétaire/joueur donna l'occasion à RMC de reparler du club dont G.Brisbois est un grand fan à la différence de son acolyte Daniel Riolo qui chambre sans cesse le club. Cependant, lors d'une interview avec Tony Vairelles, Gilbert Brisbois s'est engagé à ce qu'une émission se déroule un jour à Gueugnon[21].

Clubs rivaux du FC Gueugnon[modifier | modifier le code]

  • Alors que Gueugnon fait partie des grands noms du CFA, quasiment depuis sa création, le club de l'AJ Auxerre se révèle au début des années 1970 en sortant des championnats de la ligue de Bourgogne. À partir de là, une lutte sans merci va avoir lieu entre les deux clubs bourguignons pour la suprématie régionale. Les moitiés travailleurs, moitiés footballeurs forgerons vont dominer la période 70-79 en conservant un léger avantage. 1979 sera la saison la plus pertinente pour les 2 clubs : le FC Gueugnon devient champion de France de D2 devant l'AJ Auxerre et 1/4 finaliste de la coupe de France après avoir éliminé le grand AS Saint Etienne. Auxerre atteindra la finale de la coupe face au FC Nantes. Échouant d'un rien l'AJA enlèvera le championnat la saison suivante et deviendra le grand club actuel avec un palmarès important.
  • Séparé de 25 kilomètres, le FC Montceau Bourgogne est l'adversaire historique du FCG. Au cours des années 1980, les confrontations entre "mineurs" et "forgerons" donnaient tout son sens au mot "derby" tant sur le terrain qu'en tribune. Gérard Clayeux, le président de l'époque, n'hésitant pas à solliciter des joueurs gueugnonnais en gonflant leur salaire et à dénigrer la cité forgeronne, son club et ses supporters.
  • Troisième club saône-et-loirien de D2 dans les années 1980, le CS Louhans-Cuiseaux 71 garde une certaine rancœur envers les Gueugnonnais depuis le match de la dernière journée de 1984/1985. Jouant son maintien lors de ce derby, les Louhannais doivent absolument l'emporter face à des forgerons maintenu et dans le ventre mou. Mais très vite, les jaunes et bleus ouvrent la marque condamnant ainsi les Bressans qui, malgré leur égalisation à la 88e, redescendront en 3e division. Deux heures après le match, les joueurs de Gueugnon sortiront par une porte dérobée.
  • Club tout jeune né d'une fusion en 1998, le Dijon Football Côte d'Or finira champion de CFA puis enchainera deux bonnes saisons en Ligue 2 (4e et 5e) qui auront pour conséquence une ambition de Ligue 1. Sans palmarès probant, le club ambitionne de devenir le premier club de Bourgogne. Lors des confrontations, Gueugnon ne remporta qu'un seul derby avant la descente en National.

Grands noms[modifier | modifier le code]

Supporteurs[modifier | modifier le code]

  • Allez Gueugnon
  • Support'r FCG
  • Ultras Gueugnon

Liens externes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]