Sports réunis Colmar

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir SRC.
Page d'aide sur l'homonymie Ne doit pas être confondu avec Football Club de Colmar.

SR Colmar

Logo du SR Colmar
Généralités
Nom complet Sports réunis Colmar
Surnoms Les Verts.
Noms précédents AS Colmar (1919-1920, 1963-1964)
SpVgg Kolmar (1940-1944)
SR Colmar Wittisheim (1962-1963)
Fondation 1919
Statut professionnel 1937-1939 et 1945-1949
Couleurs vert et blanc
Stade Colmar Stadium
(7 000 places)
Siège Colmar Stadium
36 rue Ampère
68000 Colmar
Championnat actuel National
Président Drapeau : France Christophe Gryczka
Entraîneur Drapeau : France Damien Ott
Site web www.srcolmar.fr
Palmarès principal
National[1] Championnat de France D4 (1)

Maillots

Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Domicile
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Couleurs de l’équipe
Extérieur

Actualités

Pour la saison en cours, voir :
Championnat de France de football National 2014-2015
0

Les Sports réunis Colmar, couramment abrégés en SR Colmar ou SRC, est un club de football français fondé en 1920, sur la base de l'AS Colmar, fondée en 1919. Il dispute ses premiers matchs au sein de la Ligue d'Alsace de football, atteint la DH en 1924 et obtient le statut professionnel dès 1937. Le club de l'industriel Joseph Lehmann, locataire du Stade des Francs depuis 1928, adopte cette année-là sa couleur verte.

Inscrit en Gauliga Elsass pendant la Seconde Guerre mondiale, le club retrouve la Division 2 en 1945 et participe à la Division 1 1948-1949. Toutefois, le décès du président Lehmann à la fin de cette saison entraîne la rétrogradation du club en CFA par manque d'argent. À cet abandon du professionnalisme succède une baisse de niveau significative, l'équipe première participant deux fois à la Promotion d'Honneur (D2 régionale) dans les années 1950. À partir de 1962, on retrouve les SRC épisodiquement en CFA, Division 3 ou Division 4, mais ils ne parviennent pas à s'y démarquer. En 1997, le club retrouve pour la cinquième fois les championnats nationaux et accède au CFA 2. Deuxième en 2008, le club monte en CFA, dont il est champion en 2010.

Le club est depuis 2012 présidé par Christophe Gryczka. L'équipe première, entraînée par Damien Ott depuis 2008, évolue en National et joue au Colmar Stadium, stade où le club évolue depuis 2001.

Sommaire

Historique[modifier | modifier le code]

Genèse et ascension (1920-1937)[modifier | modifier le code]

En 1919 est fondée l'Association sportive de Colmar, club omnisports possédant une section football[A 1],[B 1]. L'AS Colmar Football termine avant-dernière du groupe Haut-Rhin de l'édition 1919-1920 de la Division d'Honneur[2].

Il est alors clair que l'ASC favorise nettement l'athlétisme au détriment des autres sections de ce club omnisports[A 1]. Cette position entraîne rapidement des divergences et les nageurs se retirent rapidement pour former une société de natation[A 1]. Conscients de leurs erreurs, les cadres de l'AS Colmar se retrouvent en janvier 1920 au restaurant Pfeffel à Colmar. C'est là qu'est décidée la fondation des Sports réunis Colmar, dont l'inscription au registre des sociétés date du 23 mai 1920[A 1].

Le club débute en Promotion de la Ligue d'Alsace de football en 1921, dont il finit cinquième en 1922 et troisième en 1923[A 1]. En 1924, vainqueur de groupe et champion d'Alsace, le club remonte en DH[A 1]. Les deux saisons qu'il y passe sont moyennes : en 1925, les SRC ne se qualifient pas pour la phase finale. Il en est de même en 1926 où, bien que quatrième[2], les SRC sont reversés en Promotion pour la saison suivante.

Les saisons en championnat local s'enchaînent alors. En 1927, les SRC sont cinquièmes[A 1]. Cette saison est notamment marquée par un match de gala contre l'AS Valentigney, finaliste de la coupe de France 1926 (3-3)[A 1]. Huitième en 1929, le club est relégué en Division 2, dont il finit septième en 1930[A 2]. Un titre de vainqueur de groupe obtenu en 1931[B 1] ramène l'équipe en Division 1, dont il finit champion en 1936, retrouvant ainsi la Division d'Honneur[A 2].

En 1937, alors que l'équipe première termine quatrième de Division d'Honneur[A 2], le président Joseph Lehmann dépose une candidature auprès de la Fédération française de football pour « son affiliation comme club à joueurs professionnels »[A 2].

Période professionnelle et affres de la guerre (1937-1949)[modifier | modifier le code]

Voir l’image vierge
Localisation de la ville de Colmar

La création d'une section professionnelle aux maillots verts crée un réel engouement autour du club[A 2]. Joseph Lehmann crée alors une équipe de toutes pièces : lors du premier match professionnel en août 1937, seuls deux des joueurs alignés provenaient des SRC amateur[A 2]. L'édition 1937-1938 de la Division 2 se joue en deux phases. D'abord, un championnat divisé en quatre poules régionales[3] dont Colmar finit deuxième[4] après avoir longtemps occupé la tête[A 2]. Pour la deuxième phase, Colmar participe à la poule « promotion » et termine quatrième[3]. La saison suivante, les SRC réalisent également des performances très encourageantes en terminant à la cinquième place d'une D2 unique[5]. Les SRC se renforcent et commencent la saison 1939-1940 par une victoire 6-0 sur le Football Club de Mulhouse en amical[A 3]. Cet élan est toutefois stoppé par la Seconde Guerre mondiale.

En 1940, les SRC sont renommés SpVgg Kolmar et intégrés à la nouvelle Gauliga Elsass. En 1940-1941, l'équipe finit deuxième du groupe 2, à trois points du champion, le FC Mülhausen 93[6] et troisième en 1941-1942[7], mais ce seront les seules performances intéressantes du club colmarien, quatrième en 1942-1943 et en 1943-1944[8],[9]. Cette période est marquée par une participation du SpVgg Kolmar ainsi que de son rival, le FC Kolmar, à la résistance et à la libération de la ville[10].

En août 1945, Joseph Lehmann, rentré d'exil, décide de réinscrire le club en championnat professionnel malgré l'absence de nombreux joueurs, morts pendant le conflit[A 3]. Les débuts en Division 2 1945-1946 sont difficiles et marqués par une défaite 5-8 contre le FC Nancy[A 3], en dépit de laquelle l'équipe termine à la sixième place[11]. Cette même saison, le club atteint les huitièmes de finale de la coupe de France[A 3].

La saison 1947-1948 est exceptionnelle pour le club, tant en championnat où le club termine deuxième derrière l'OGC Nice[12] et est promu en Division 1 pour la première fois de son histoire[A 3], qu'en Coupe de France où le club, bien qu'en seconde division, se hisse jusqu'en demi-finale pour y affronter le Racing Club de Lens[A 3]. C'est dans ce contexte, parfois considéré comme le « point d'orgue de l'histoire du club[B 1] » que les Verts préparent la saison 1948-1949.

Pour l'exercice 1948-1949, le club obtient un maintien confortable, à la onzième place. Néanmoins, le 17 mai 1949, Joseph Lehmann, le mécène et président du club, décède brutalement des suites d'une maladie[13]. Son fils décide de cesser de soutenir financièrement le club[13] et la ville de Colmar n'accorde pas de fonds pour compenser cette perte importante pour le club[14],[B 1]. Les SRC décident d'abandonner le professionnalisme[15] et les SR Colmar font donc partie, avec le SC Douai, des deux clubs de football qui quittent le championnat professionnel en 1949[16].

Entre rumeurs de retour et Promotion d'Honneur (1949-1978)[modifier | modifier le code]

Après l'abandon du professionnalisme qui fait suite au décès de Lehmann, les SRC repartent en CFA, championnat national de troisième niveau créé en 1948[17]. Malgré un début de saison satisfaisant, puisque l'équipe se classe en troisième position à la trêve hivernale[A 4], le manque d'effectif fait que la seconde moitié de saison est catastrophique et le match décisif contre Blanzy est perdu 5-0[A 4]. Ainsi, les SRC, avant-derniers avec 7 victoires, 5 nuls et 12 défaites[18], sont relégués en Division d'Honneur, championnat qu'ils n'avaient plus disputé depuis 1937.

Les résultats en Division d'Honneur sont mitigés et une dixième place en 1952-1953 relègue les SRC en Promotion d'Honneur[A 4]. Un titre de champion d'Alsace 1954 permet néanmoins une remontée immédiate[A 4]. Les saisons suivantes ne sont guère extraordinaires, le meilleur classement étant une septième place en 1957[19]. La onzième place de la saison 1957-1958 entraîne toutefois une nouvelle relégation en PH[20], pour une seule saison, le club réussissant encore une fois à remonter immédiatement[A 4].

Voir l’image vierge
Les SR Colmar fusionnent avec le club de Wittisheim en 1962.

Cette remontée crée une dynamique positive : l'équipe termine troisième de DH en 1960 et deuxième en 1962[A 4]. Cette même année, les SR Colmar absorbent le FC Wittisheim, alors en CFA et déchiré par des « embrouilles familiales » qui poussent Lucien Baumlin, son mécène, à partir dans les Vosges[21]. La nouvelle entité, qui participe au CFA, réalise un exercice correct en 1962-1963 et termine à la huitième place[A 5]. À l'intersaison, le club est renommé AS Colmar à la stupeur générale[A 5]. Ce changement impromptu d'identité ne dure toutefois qu'une seule saison[22] et se solde par un retour en DH en 1964[A 5].

L'année 1967 est marquée par l'« affaire Marguerite Bauer », dite « l'escroc au grand cœur »[A 5]. Celle-ci et son mari Henri Bauer prétendent avoir hérité de plusieurs millions de dollars d'un oncle américain et elle souhaite en faire profiter sa ville en y créant un héliport, une usine d'hélicoptères et en ressuscitant les SRC professionnels, grâce à de sérieuses garanties financières[A 5]. Toutefois, le 12 octobre 1967, on découvre que Mme Bauer ne disposait non pas de 100 millions de francs comme elle l'avait annoncé, mais de seulement 100 francs[A 6]. Cet épisode est définitivement clos en 1969, quand Mme Bauer est condamnée à trois ans de prison ferme pour escroquerie[23].

Les saisons en DH s'enchaînent et les SRC accrochent les places d'honneur sans briller, notamment en 1972, où l'équipe termine troisième derrière le FC Strasbourg Kronenbourg et Mars Bischheim[A 6]. En 1973, après une saison réussie et un titre de champion d'Alsace, les joueurs haut-rhinois retrouvent la Division 3 mais pour une seule saison seulement[A 6]. Quinzièmes sur seize, dans un groupe dominé par l'AS Mutzig, les SRC retournent en DH[24].

Les saisons suivantes et notamment la saison 1974-1975 sont « fades »[A 6]. À cette période, faute de pouvoir jouer le haut de tableau, les SR Colmar redonnent de la vitalité à la rivalité entretenue avec le Football Club de Colmar, remportant par ailleurs la majorité des derbys[A 6]. En 1976, les SRC réalisent une bonne saison, finissant troisièmes, avec toutefois six points de retard sur les deux premiers, à égalité[25].

Un club qui ne parvient pas à se distinguer (1978-1993)[modifier | modifier le code]

En 1978, les SRC participent à la Division 4 nouvellement créée[A 7], après avoir fini troisième de DH Alsace[26]. Malgré une timide dixième place, le « projet d'un grand club à Colmar » est relancé avec l'arrivée d'Alain Léopold comme président du comité de soutien du club[A 7], un an seulement après son titre de champion de France comme président du Racing Club de Strasbourg[27]. Cette annonce restera toutefois à l'état de « vraie-fausse arrivée providentielle »[22].

La saison 1979-1980 est marquée par le derby du 17 février 1980, dernier à opposer SRC et Stade Colmar 77. La victoire 2-1 des Verts, « dramatique », condamne l'autre club de Colmar à un retour en DH qui lui sera fatal[A 7]. Bien qu'ambitieux, les SRC ne parviennent pas à monter en Division 3, ne finissant que cinquièmes en raison de nombreux départs à l'intersaison[A 7].

Les SR Colmar vivent alors une période difficile. Le président Gaston Faller démissionne, faute de pouvoir « gérer la pénurie »[A 8]. Les entraîneurs se succèdent et malgré l'arrivée de Jean Chouvet à la tête de l'équipe pour l'exercice 1983-1984, celle-ci n'obtient son maintien que lors de la dernière journée, après une victoire sur Neufchâteau[A 8]. L'instabilité du club se ressent sur ses résultats sportifs, guère encourageants[A 8]. Le seul point positif de cette période est une finale de coupe d'Alsace, disputée en 1985[A 8].

Le club, toujours ambitieux, engage Yves Ehrlacher en 1986[28]. Néanmoins, son passage décevant se clôt par une relégation en Division d'Honneur l'année suivante[A 8]. Toujours marqué par une instabilité chronique des cadres dirigeants, le club s'enlise en DH, réalisant des saisons moyennes[A 8] : huitième en 1989[29], septième en 1991[30], seule la troisième place obtenue en 1990 sert de consolation au club[A 8].

À l'inverse, le club vit en 1992 une épopée mémorable en Coupe de France, atteignant les trente-deuxièmes de finale, où les SRC affrontent une nouvelle fois le Racing Club de Lens[A 8]. La saison suivante est très réussie et les SRC remontent enfin en championnat national, goûtant au nouveau championnat de National 3[A 8].

Stabilisation au cinquième niveau national (1993-2008)[modifier | modifier le code]

En 1993, pour sa première saison en National 3, les SR Colmar sont affectés au groupe C, dont ils finissent premiers non-relégables[31]. L'instabilité des années 1980 se ressent encore sur les résultats sportifs : changeant de comité en cours de saison, le club réalise une saison catastrophique l'année suivante[22] et termine dernier, avec seulement deux victoires décrochées en 26 matchs[32]. De retour en Division d'Honneur, les SRC sont réellement au creux de la vague : neuvièmes, ils évitent une relégation « désastreuse » en D2 régionale de justesse, en gagnant leur dernier match de la saison à Eckbolsheim[22],[A 9].

Vue plongeante d'une ville avec une grande place servant de parking, un manège jaune, une église. En arrière plan, des basses montagnes.
Saverne, où se joue la finale de Coupe d'Alsace gagnée en 2000

L'arrivée de Daniel Sissler à la présidence redonne de l'impulsion à un « groupe de purs produits locaux », soudé par les difficultés et qui remporte le titre de champion d'Alsace en 1997 et remonte ainsi en National 3, renommé CFA 2 pendant l'été[A 9]. De retour au cinquième échelon national, les SRC réalisent un premier exercice honorable en finissant neuvièmes sur quinze[A 9]. Quatrièmes en 2000[33], cinquièmes en 2001[34], les Verts s'enracinent à ce niveau. L'année 2000 est surtout marquée par une victoire en Coupe d'Alsace, après deux finales perdues en 1997 et 1999[22].

Malgré ce semblant d'amélioration, les problèmes internes sont toujours présents et l'ambiance se dégrade. En décembre 2000, une fronde de huit joueurs « en manque de temps de jeu » entraîne le limogeage de l'entraîneur, malgré la seconde place alors occupée au classement[22]. Après cet épisode, le club décide de changer sa stratégie générale, pour ne viser non plus le maintien en CFA 2, mais une montée rapide en championnat de France amateur de football[22]. Roland Husinger, devenu président en 1999, est ambitieux pour son club, qui bénéficie de nouveaux soutiens et de nouvelles infrastructures.

Le « projet d'un grand club à Colmar » est à nouveau relancé. Le nouveau entraîneur, Dominique Lihrmann, fixe deux priorités : d'une part, recréer un engouement populaire autour du club et d'autre part, faire remonter l'équipe B en Division d'Honneur[22]. C'est chose faite en 2006, où l'équipe réserve termine championne de son groupe d'Excellence[22] et où l'équipe première réalise un parcours remarquable en Coupe de France, atteignant les huitièmes de finale, après avoir éliminé l'AS Monaco[35].

En progression constante en championnat de 2004 à 2008[22], une deuxième place obtenue en CFA 2 2007-2008 suite à une victoire contre le CSO Amnéville propulse les Verts enfin en CFA[36].

Au premier plan amateur (depuis 2008)[modifier | modifier le code]

Pour leur première saison en CFA nouvelle mouture, les SR Colmar se montrent directement ambitieux[37]. Finalement, les Verts finissent cinquièmes du groupe A, notamment grâce à leur buteur Mini Tagba Balogou[38].

En 2009-2010, les SR Colmar réalisent une saison des plus réussies et terminent premiers de leur groupe de CFA avec 19 victoires en 36 matchs[39]. Le 22 mai 2010, le club gagne le titre de champion de CFA tous groupes confondus[40]. De plus, cette saison-là, les Verts réalisent un excellent parcours en Coupe de France, éliminant notamment le Football Club de Metz et le Lille OSC, avant d'être éliminés en seizièmes de finale par l'US Boulogne CO. Le club monte ainsi en National, trente-six ans après avoir fréquenté pour la dernière fois un championnat de troisième division.

Des joueurs jouent au football sur une pelouse, sous le crépuscule.
Les SRC en déplacement à Créteil en 2011

La première saison en National est difficile et le club ne se maintient que grâce à une victoire face à l'US Luzenac lors de la dernière journée[41]. En septembre 2010, alors que le club est en grande difficulté en championnat, Ott déclare « Nous avons très peu touché au groupe qui jouit d'une grosse cohésion. C'est cela qui va nous sauver »[42].

Lors de la saison 2011-2012, Colmar vise un maintien confortable mais a du mal à s'imposer à l'extérieur. En mars 2012, on annonce que le club va changer de président, Roland Hunsinger laissant sa place à Christophe Gryczka[43]. Ce dernier se montre ambitieux et affirme viser « la Ligue 2 dans les trois ans »[44]. À l'issue du National 2013-2014, les SRC terminent quatrièmes, après une saison très réussie[45].

Durant l'été 2014, l'entraîneur Damien Ott remanie fortement l'équipe, qui réalise un début de saison tonitruant[46], occupant rapidement la tête[47].

Palmarès et résultats sportifs[modifier | modifier le code]

Titres et trophées[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant récapitule les performances des Sports réunis de Colmar dans les diverses compétitions françaises.

Palmarès des Sports réunis Colmar
Compétitions nationales Compétitions régionales

Parcours en Coupe de France[modifier | modifier le code]

Premières participations (1920-1937)[modifier | modifier le code]

La première apparition remarquée des SR Colmar en Coupe de France se fait lors de l'édition 1928-1929, où le club, alors en promotion, est éliminé par le CA Messin sur le score de 3-0 en tours préliminaires[A 2]. Le CA Messin se fera par la suite éliminer en seizièmes de finale par le club de Belfort[48].

En Coupe de France de football 1930-1931, les SR Colmar sont éliminés dès le deuxième tour par l'AS Audincourt, sur le score de 3-1[réf. nécessaire]. Durant cette première période de l'histoire du club, l'équipe n'atteint à aucune reprise les trente-deuxièmes de finale.

Des performances remarquables (1937-1949) suivies d'une période calme (1949-1991)[modifier | modifier le code]

Photo du groupe de joueurs lensois de face. 6 sont debout, 5 sont accroupis.
Le RC Lens, ici en 1937-1938, élimine le club cette saison-ci ainsi qu'en 1948.

Pour sa première participation en tant que club professionnel, les SRC ne parviennent pas à se qualifier pour les trente-deuxièmes de la compétition[49]. Le 18 décembre 1938, les SRC sont éliminés en trente-deuxièmes de finale par le Racing Club de Lens, onzième de D1, sur le score de 3-1[50],[A 3].

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les SR Colmar, affiliés à la Fédération allemande de football, ne participent pas à la Coupe de France et ne se qualifient pas pour la coupe d'Allemagne de football. Il faut attendre l'édition 1945-1946 pour voir un retour des SRC dans la compétition. Les Verts réalisent un excellent parcours : après avoir éliminé le Football Club de Metz et le Racing Club de Strasbourg, ils sont finalement éliminés en huitièmes par le Racing Club de Paris[A 3].

En 1947-1948, le club, bien qu'en Division 2, réalise le meilleur parcours de son histoire, atteignant les demi-finales, après avoir notamment éliminé le Football Club de Gueugnon et les Girondins de Bordeaux ; c'est le Racing Club de Lens qui, comme en 1938, sort les Verts de la compétition[51].

L'année suivante, alors en Division 1, les SRC quittent la compétition dès les seizièmes de finale, après une défaite contre l'Union sportive quevillaise. Après le Toulouse FC, c'est le second club professionnel que les amateurs du Petit Quevilly sortent de la compétition[52].

Après l'abandon du statut professionnel, les SR Colmar ne réalisent plus fréquemment des parcours notables. En 1978-1979, les Verts atteignent le septième tour de la compétition et sont sortis par le FC Chaumont (D2) sur le score de 4-0[53].

Des parcours ponctuellement intéressants (depuis 1991)[modifier | modifier le code]

C'est à partir de l'édition 1991-1992 que les SRC renouent avec les résultats intéressants en Coupe de France de football[22]. Après avoir éliminé l'ASIM, Rixheim, Hirtzfelden, Strasbourg Vauban, le RC Lédonien et l'US Forbach, tous à l'extérieur et quatre fois aux tirs au but[22], les SRC affrontent le Racing Club de Lens en 32e de finale[A 8]. Dans un Stade des Francs rempli par près de 4 000 spectateurs, l'équipe du capitaine Steeve Schmeier s'inclinent 3-0, après avoir toutefois opposé une forte résistance[A 8].

En 2005-2006, les Verts, alors en CFA 2, réalisent l'exploit d'éliminer l'AS Monaco en seizièmes de finale. Les SRC quittent la compétition au tour suivant, après une défaite 4-1 face au Stade rennais[54].

Lors de l'édition 2009-2010, les SRC, qui évoluent en CFA, réalisent un bon parcours en atteignant les seizièmes de finale de la compétition. Dès le huitième tour, le club colmarien élimine le Football Club de Metz, alors en Ligue 2, aux tirs au but[55]. En 32e de finale, contre le Lille OSC (L1), les SR Colmar s'imposent encore une fois aux tirs au but après avoir tenu en échec le quatrième de Ligue 1 devant 3 500 spectateurs, en finissant la partie à dix[56]. L'aventure s'arrête en seizièmes de finale, où l'US Boulogne (L1) bat le club sur le score de 2-1[57].

En 2011-2012, les SR Colmar quittent la compétition dès le sixième tour, éliminés par le Sporting Club Schiltigheim, un club de CFA 2 sur le score de 2-1[58]. La saison suivante, les SRC atteignent le huitième tour de la compétition, où ils sont éliminés aux tirs au but par le CA Pontarlier, également en CFA 2[59].

Lors de la saison 2013-2014, Colmar est éliminé lors de son entrée en Coupe de France, au 5e tour, par Geispolsheim[60].

Championnat disputé[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant indique le championnat disputé par le club au cours des saisons.

Évolution du championnat disputé par les SR Colmar[61],[A 5]
Rang I Rang II Rang III Rang IV Rang V Rang VI
1945-1948 Division 2
1948-1949 Division 1
1949-1950 CFA
1950-1953 DH Alsace
1953-1954 P. Honneur
1954-1958 DH Alsace
1958-1959 P. Honneur
1959-1962 DH Alsace
1962-1964 CFA
1964-1970 DH Alsace
1970-1973 DH Alsace
1973-1974 Division 3
1974-1978 DH Alsace
1978-1988 Division 4
1988-1993 DH Alsace
1993-1995 National 3
1995-1997 DH Alsace
1997-2008 CFA 2
2008-2010 CFA
Depuis 2010 National
  •      Championnat national professionnel
  •      Championnat national professionnel et amateur
  •      Championnat national amateur
  •      Championnat régional amateur
  •       Pas de promotion/relégation

Bilan sportif[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Bilan par saison des SR Colmar.

Les SR Colmar comptent une seule saison en Division 1 et cinq saisons en Division 2, toutes disputées avec le statut professionnel. Il se place en 2014 à la 70e place du classement de première division toutes saisons confondues établi par la Ligue de football professionnel[62] et au 110e rang pour ce qui concerne la deuxième division[63],[note 1].

De plus, les SR Colmar totalise huit saisons au troisième niveau national, dont quatre en National, une en Division 3 et trois dans l'ancien Championnat de France amateur. À cela il faut ajouter douze saisons au quatrième niveau, dont dix en Division 4 et deux en Championnat de France amateur ; et treize saisons au cinquième échelon national, en CFA 2.

De 1940 à 1944, le club colmarien évolue en championnat allemand[A 10],[64]. Il dispute seulement la Gauliga Elsass, ne se qualifiant ni pour la Coupe d'Allemagne de football, ni pour la phase finale du Championnat d'Allemagne de football.

Les SR Colmar dispute également trente-six saisons en Division d'Honneur entre 1919 et 1997[65].

Bilan des SR Colmar dans les compétitions officielles
Compétition Saisons Titres J G N P Bp Bc Diff
Championnat français Division 1 (1948-1949) 1 0 34 12 7 15 61 78 -17
Division 2 (1937-1948) 5 0 188 94 41 53 379 281 +98
National (2010-) 4 0 150 52 43 55 168 176 -8
Division 3 (1973-1974) 1 0 30 6 7 17 32 58 -26
CFA 3e niveau (1949-1964) 3 0 70 16 20 34 72 128 -56
CFA 4e niveau (2008-2010) 2 1 70 33 24 13 88 62 +26
Division 4 (1978-1988) 10 0 260 89 67 104 372 411 -39
National 3/CFA 2 (1993-2008) 13 0 380 143 103 134 552 542 +10
Compétitions allemandes Gauliga Elsass (1940-1944) 4 0 72 44 8 20 211 93 +118

Mise à jour : juillet 2014

Records et distinctions[modifier | modifier le code]

Joueurs et entraîneurs[modifier | modifier le code]

En 2010, l'attaquant Abdel Moukhil termine quatrième meilleur buteur du groupe A de CFA[66].

L'ancien joueur Pierre Pleimelding est, dans les années 1990, entraîneur de l'équipe de Côte d'Ivoire de football[67].

Très peu de joueurs colmariens ou d'anciens joueurs colmariens ont été appelés en sélection nationale française. Louis Gabrillargues est sélectionné avant son passage dans le Haut-Rhin. Il en est de même pour Luc Sonor, qui termine sa carrière aux SR Colmar. Les internationaux Charles Heiné, Marc Keller et Pierre Pleimelding ont par contre été formés à Colmar et ont connu leurs premières sélections après leur départ du club.

Championnat professionnel[modifier | modifier le code]

La plus large victoire connue en Division 1, à laquelle le club ne participe qu'en 1948-1949, est obtenue contre le Club olympique Roubaix-Tourcoing, battu 5-0, notamment grâce à un doublé de Kaj Hansen[68]. La plus lourde défaite des SR Colmar en Division 1 date du 2 janvier 1949[69], quand les SRC s'inclinent 8-0 face au Lille Olympique Sporting Club[70]. On note également une défaite 7-0 face au Toulouse FC[71]. Le match de Division 1 le plus prolifique en buts est une défaite 7-2 contre l'Olympique de Marseille.

Structures du club[modifier | modifier le code]

Stade[modifier | modifier le code]

Stade de football, sur lequel est écrit Colmar Stadium, vu sous un ciel bleu avec quelques nuages.
Le Colmar Stadium

À sa création, l'AS Colmar, puis les SR Colmar évoluent au Ladhof, sur le terrain où sera plus tard construit le stade du Ladhof[A 1]; mais le terrain le plus utilisé est le Gutleutenplatz, ou « terrain des Bonnes Gens »[A 1] qui s'avère rapidement trop exigu en raison du nombre croissant des sections des SRC, avant tout club omnisport[A 1].

En 1926, le club loue le Stade des Francs à la ville de Colmar par bail emphytéotique[A 2]. C'est alors un terrain en friche, que les adhérents de l'association décident d'aménager par leurs propres moyens, à la pelle et à la pioche[A 2]. Le nouveau stade est inauguré le 24 juin 1928 avec un derby contre le Football Club de Colmar[A 2]. Il est alors considéré comme « le plus beau stade d'Alsace »[A 2]. En 1937 et 1938, les modifications et améliorations réalisées sous l'impulsions du président Joseph Lehmann en font un parc des sports complet[A 2]. Cette même année est construite une tribune couverte pour 4 000 spectateurs[A 2]. Dès les années 1930, le club accueille des matchs contre des équipes étrangères, comme le FK Viktoria Žižkov en 1939[A 3].

En 1958, le club met fin au bail emphytéotique du stade des Francs[A 4]. Il occupe alors d'autres stades, dont le Stade du Ladhof dans les années 1960[A 4]. Des matchs sont encore joués au stade des Francs, comme le trente-deuxième de finale de coupe de France en février 1992, contre le Racing Club de Lens[A 8].

Depuis son inauguration en 2001, l'équipe première évolue au Colmar Stadium, d'une capacité de 7 000 places[72] dont seulement 1 400 en tribune[73]. Situé rue Ampère à Colmar, il est doté de quatre terrains, dont trois en pelouse naturelle et un en pelouse synthétique[74]. En 2012, la construction d'une nouvelle tribune de 670 places est commencée[73]. Cette deuxième tribune s'insère dans un grand plan de rénovation du stade, incluant un nouvel espace VIP, la rénovation des vestiaires, de nouveaux parkings, etc.[75].

Équipes réserves[modifier | modifier le code]

En 1937, quand les SR Colmar passent au professionnalisme, l'équipe première en Division d'Honneur devient équipe réserve du club[A 2]. Avant la guerre, elle remporte la Coupe de Colmar contre le FC Horbourg[A 2] et la Coupe Herlory, sorte de championnat du grand-est des réserves professionnelles[A 2].

Dans les années 2000, la remontée de la réserve en Division d'Honneur constitue un objectif principal de Dominique Lihrmann. C'est chose faite en 2006[22]. C'est à cette même période que la seconde réserve commence à progresser dans les championnats régionaux[22].

La réserve des SR Colmar, championne d'Alsace en 2012, évolue depuis en championnat de France amateur 2[76].

Palmarès de la réserve des SR Colmar[A 2]
Compétitions nationales Compétitions régionales Compétitions de jeunes
  • Coupe Herlory
  • Division d'Honneur
  • Promotion (D2 régionale)
    • Champion du Haut-Rhin en 1938.
  • Promotion (D3 régionale)
    • Champion du Haut-Rhin en 1970.
  • Coupe d'Alsace
    • Vainqueur en 1949.
  • Coupe de Colmar
    • Vainqueur en 1939.
  • Tournoi international Cadets
    • Qualifié en 1979.
  • Division d'Honneur cadets

Équipe féminine[modifier | modifier le code]

De 1983 à 1991, les SR Colmar alignent une équipe féminine renommée. Elle remporte notamment le championnat d'Alsace en 1984 et 1986[A 11] et sont championnes interrégionales en 1988 et 1990. À noter également, deux Coupes d'Alsace remportées par l'équipe féminine[A 11].

En 1991, en raison de « tracasseries administratives », l'équipe féminine décide son retrait des championnats et sa « mise en sommeil »[A 11].

Parmi les joueuses des SR Colmar féminines, on retrouve Myriam Bernauer, internationale dans les années 1980[A 11].

Association omnisport[modifier | modifier le code]

Dès leur fondation, les Sports réunis Colmar sont pensés comme un club omnisport[A 1]. Les SRC omnisports constituent aujourd'hui un important vivier sportif, avec près de 2 500 licenciés en 2012[77]. Le club est présidé par José Esposito[78].

En plus de la section football, l'association compte un club d'athlétisme, « le club le plus nombreux et le plus performant du département »[77], une section natation, water-polo et natation synchronisée[79], une section tennis et squash[80], une section escrime[81]etc.

Aspects juridiques et économiques[modifier | modifier le code]

Statut juridique et légal[modifier | modifier le code]

À ses débuts, les SR Colmar forment une association à but non lucratif inscrite au registre des associations du tribunal[A 1]. En 1937, Joseph Lehmann crée une société au capital de 100 000 F avec émission d'actions de 10 et 50 F[A 2]. Cette société, restée indépendante de l'association[A 2], s'engage dans un processus de fusion avec le RC Strasbourg en 1949, après la mort de Lehmann[A 10], processus invalidé par le Groupement des Clubs Professionnels[A 10], ce qui entraîne ainsi sa faillite[A 4].

À partir de 1949, l'association gère à nouveau l'intégralité des activités des Sports réunis Colmar[A 10]. Le club est une association loi de 1901 fondée en 1920[A 1]. Elle a son siège au Colmar Stadium, 36 rue Ampère, à Colmar[82]. Son président est Christophe Gryczka. En 2014, le trésorier est Audrey John. Le club est affilié sous le numéro 500419 à la Ligue d'Alsace de football association, section Haut-Rhin[82]. Pour rappel, il n'existe pas de district départemental en Alsace.

Éléments comptables[modifier | modifier le code]

En 2010-2011, pour la première saison en National, le club a un budget de 1,6 million d'euros[83]. C'est le quatorzième budget du championnat[83]. Pour la saison 2011-2012, le budget du club est stable, à 1,6 million d'euros[84]. Il augmente légèrement, à 1,7 million d'euros en 2012-2013[85]. En 2013-2014, alors que le président souhaitait augmenter le budget à hauteur de 2,5 millions d'euros, il n'est que de deux millions d'euros[86].

Budget prévisionnel des SR Colmar
Saison 2010-2011 2011-2012 2012-2013 2013-2014 2014-2015
Budget 1,6 M€ 1,6 M€ 1,7 M€ 2 M€ 2,5 M€[87]

Équipementiers et sponsors[modifier | modifier le code]

L'équipementier actuel du club est Equip’Sport & Nike[88].

Dans les années 1980, la société Est-Bois est un sponsor-maillot important[A 11]. Au début des années 1990, la radio RTL est partenaire du club et apparaît également sur les maillots[A 12]. En 2000, c'est le logo des supermarchés E.Leclerc qui orne les maillots[A 13].

Entre 2007 et 2011, les SR Colmar ont quadruplé le nombre de leurs sponsors[89]. En 2013, Clairefontaine, sponsor historique, se désengage. Cette perte importante est compensée par l'arrivée de Booa, entreprise spécialisée dans la construction de maisons en bois[90]. Cette même année, les SR Colmar comptent sur un fort soutien des collectivités locales, comme la Région Alsace, le Département du Haut-Rhin et la ville de Colmar[91].

Les sponsors des SRC ont un fort pouvoir d'influence. Par exemple, en 2011, certains sponsors ont menacé de « revoir leur position » si Damien Ott n'était pas reconduit à son poste d'entraîneur[92].

Personnalités du club[modifier | modifier le code]

Présidents[modifier | modifier le code]

Le président emblématique des SR Colmar est l'industriel Joseph Lehmann[A 2], à l'origine de la création de la section professionnelle. C'est son décès qui entraîne le retrait de cette dernière en 1949[A 14].

Dans les années 1980, le club est marqué par une certaine instabilité, matérialisée par les mandats courts (deux ans) de José Esposito et Jean-Paul Jurado[22]. L'arrivée de Daniel Sissler en 1994 redonne du souffle au club, alors en grande difficulté sportive[22] tandis que celle de Roland Husinger en 1999 amène à une réorientation de la stratégie du club et à la résurrection du « projet d'un grand club à Colmar »[22],[A 11];

Le tableau suivant présente la liste des présidents des SR Colmar. Sauf indication contraire, les périodes indiquées dans le tableau commencent et se terminent en début et fin de saison, c'est-à-dire généralement en juin.

Présidents des SR Colmar[22]
# Période Nom
1 1937–1939 Drapeau : France Joseph Lehmann
2 1939–1945 Drapeau : France M. Mathis
3 1945–1949 Drapeau : France Joseph Lehmann
4 1949–1958 Drapeau : France Y. Muller
5 1958–1962 Drapeau : France Goby Esposito
6 1962–1974 Drapeau : France Jean-Jacques Risser
7 1974–1976 Drapeau : France Jacques Cuisinier
8 1976–1977 Drapeau : France Paul Kaltenbach
9 1977–1983 Drapeau : France Gaston Faller
10 1983–1985 Drapeau : France José Esposito
11 1985–1987 Drapeau : France Jean-Paul Jurado
12 1987–1994 Drapeau : France Roland Ory
13 1994–1999 Drapeau : France Daniel Sissler
14 1999–2012 Drapeau : France Roland Hunsinger
15 Depuis 2012 Drapeau : France Christophe Gryczka

Entraîneurs et encadrement technique[modifier | modifier le code]

À l'époque de la création des SR Colmar en 1920 c'est, dans les clubs français, généralement le capitaine de l'équipe qui dirige celle-ci[93]. L'amélioration des performances d'une équipe passent néanmoins par le développement de programmes d'entraînement encadrés par un spécialiste[94]. Dans les années 1920, les entraîneurs qui exercent dans les clubs sont encore peu nombreux, l'offre étant inférieure à la demande[95]. De plus, disposer d'un entraîneur est encore un luxe que seuls les clubs les plus puissants peuvent se payer[96]. Les SR Colmar se dotent d'un entraîneur de façon récurrente à partir de leur adoption du professionnalisme en 1937. Lors de la saison 1937-1938 en Division 2, c'est le Tchécoslovaque Trojanek qui s'occupe de l'équipe colmarienne[22]. Celui-ci entraîne précédemment notamment le Stade rennais université-club en 1930-1931, mettant alors particulièrement l'accent sur la préparation physique des joueurs[97].

Damien Ott, de face, souriant, avec une barbe légère. Il porte un polo noir estampillé du logo des SR Colmar et de l'équipementier. En arrière plan : un terrain de football.
Damien Ott, entraîneur des SR Colmar depuis 2008

Après l'accession en championnat de France amateur (CFA) en 2008, quatrième niveau dans la hiérarchie du football en France, l'équipe est prise en charge par Damien Ott. Celui-ci arrive en provenance du Football Club de Mulhouse, qu'il vient de diriger plusieurs saisons dans ce championnat de CFA. Damien Ott est alors entraîneur à temps partiel, puisqu'il exerce en outre le métier de professeur d'éducation physique et sportive (EPS) à Saint-Louis. En 2014 et après quatre saisons en championnat de France National, soit au troisième niveau dans la hiérarchie, le club décide de professionnaliser ses structures. Quatre membres de l'encadrement technique travaillent désormais à temps plein pour le club : l'entraîneur Damien Ott, son nouvel adjoint et ancien préparateur physique de l'équipe Robert Pavlinic, le préparateur physique André Hermann[98] et l'assistant technique Pape Dieye[99].

Le tableau suivant présente la liste des techniciens ayant exercé comme entraîneur principal aux SR Colmar. Sauf indication contraire, les périodes indiquées dans le tableau commencent et se terminent en début et fin de saison, c'est-à-dire généralement en juin.

Entraîneurs des SR Colmar
# Période Nom
1 1937–1938 Drapeau : République tchèque Trojanek
2 1938–1939 Drapeau : France Emmanuel Lowy
3 1945–1946 Drapeau : France Frédéric Schuller
4 1946–1949 Drapeau : France Charles Nicolas
5 1949–1950 Drapeau : France Nordine Ben Ali
6 1950–1951 Drapeau : France Frédéric Schuller
7 1951–1952 Drapeau : France Jean Emmenegger
8 1952–1953 Drapeau : France A. Schielling
9 1953–1954 Drapeau : France F. Rimmely
10 1954–1955 Drapeau : France A. Demuth
11 1955–1956 Drapeau : France Jean Emmenegger
12 1956–1957 Drapeau : France Frédéric Schuller
13 1957–1958 Drapeau : France Frédéric Schuller, A. Guitre
14 1958–1959 Drapeau : France A. Guitre
15 1959–1962 Drapeau : France Oscar Heisserer, Louis Gerber
16 1962–1964 Drapeau : France Stéphane Bruzzone
17 1964–1967 Drapeau : France René Pleimelding
18 1967–1969 Drapeau : France L. Boni
19 1969–1971 Drapeau : France Joseph Deckert
20 1971–1972 Drapeau : France Fernand Doll / Wolfgang Strieckert
21 1972–1974 Drapeau : France Fernand Doll
22 1974–1975 Drapeau : France Jack Bride
23 1975–1976 Drapeau : France Louis Gerber
24 1976–1981 Drapeau : France Marius Bruat
25 1981–1983 Drapeau : France Louis Gerber
26 1983–1985 Drapeau : France Jean Chouvet
27 1985–1987 Drapeau : France Guy Voilliot
28 1987–1988 Drapeau : France Yves Ehrlacher
29 1988–1991 Drapeau : France Marc Findeli
30 1991–déc. 1995 Drapeau : France Claude Spreng
31 déc. 1995–déc. 2000 Drapeau : France Claude Steib
32 déc. 2000–jan. 2002 Drapeau : France Christophe Bentoumi
33 jan. 2002–2003 Drapeau : France Yves Bischoff
34 2003–2008 Drapeau : France Dominique Lihrmann
35 Depuis 2008 Drapeau : France Damien Ott

Effectif 2014-2015[modifier | modifier le code]

Le tableau suivant liste les joueurs de la saison 2014-2015 en National.

Effectif de la saison 2014-2015
Joueurs Encadrement technique
No  P. Nat.[100] Nom Date de naissance Sélection[101] Club précédent Contrat
15 G Drapeau de la France Meyer, AnthonyAnthony Meyer 3/7/1995 (19 ans)
EA Guingamp II 2014-
16 G Drapeau du Togo Mensah, CédricCédric Mensah 6/3/1989 (25 ans) Togo Olympique de Marseille B 2013-
30 G Drapeau de la France Fedrigo, ThomasThomas Fedrigo 10/5/1985 (29 ans)
FC Saint-Louis 2009-
2 D Drapeau de la France Melliti, RamiRami Melliti 26/2/1993 (21 ans)
0 Formé au club 2012-
4 D Drapeau de la France Decker, VincentVincent Decker 30/4/1993 (21 ans)
RC Strasbourg B 2012-
13 D Drapeau de la France Hérelle, ChristopherChristopher Hérelle 22/8/1992 (22 ans)
FC Sochaux B 2014-
15 D Drapeau de la France Meyer, LoïcLoïc Meyer 26/2/1990 (24 ans)
0 Formé au club 2008-
20 D Drapeau de la France Varsovie, JudeJude Varsovie 20/10/1991 (23 ans)
FC Mulhouse 2012-
21 D Drapeau de la France Crillon, JudicaëlJudicaël Crillon 21/11/1988 (25 ans)
SAS Épinal 2013-
22 D Drapeau du Maroc M'Tir, MalikMalik M'Tir 25/3/1987 (27 ans)
Rodez AF B 2007-
26 D Drapeau de la France Pierre-Charles, JordanJordan Pierre-Charles 26/11/1993 (20 ans)
Amiens SC 2014-
6 M Drapeau du Mali Abdoulaye Diawara, Abdoulaye Diawara Capitaine 26/1/1983 (31 ans) Mali Olympique Paris FC 2013-
8 M Drapeau de la France Chéré, SébastienSébastien Chéré 23/12/1986 (27 ans)
SAS Épinal 2013-
11 M Drapeau de la France Bourgaud, EmmanuelEmmanuel Bourgaud 25/10/1987 (27 ans)
Le Poiré-sur-Vie VF 2014-
17 M Drapeau de la France Diakota, MickaëlMickaël Diakota 6/10/1990 (24 ans) France -20 ans Luzenac AP 2014-
23 M Drapeau de la France Adam Shaïek, Adam Shaïek 6/4/1989 (25 ans)
ES Troyes 2010-
33 M Drapeau de la France Cakir, YunusYunus Cakir 7/1/1990 (24 ans)
0 Formé au club 2012-
7 A Drapeau du Maroc Moukhlil, AbdelAbdel Moukhlil 7/8/1982 (32 ans)
FC Mulhouse 2011-
10 A Drapeau de la France Kébé, Papa IbouPapa Ibou Kébé 10/12/1989 (24 ans)
Vauban Strasbourg 2013-
12 A Drapeau du Maroc Benkaid, HichamHicham Benkaid 26/4/1990 (24 ans) France Futsal SR Saint-Dié 2013-
14 A Drapeau de la France Touré, YoussoufYoussouf Touré 14/3/1986 (28 ans)
Le Poiré-sur-Vie VF 2014-
29 A Drapeau de la France Henaini, EyemenEyemen Henaini 4/5/1984 (30 ans)
CS Constantine 2014-
Entraîneur(s)
Préparateur(s) physique(s)
  • Drapeau : France André Hermann
  • Drapeau : France Pape Dieye
Entraîneur(s) des gardiens
  • Drapeau : France Robert Pavlinic
Kinésithérapeute
  • Drapeau : France Daniel Chapotot
Médecin(s)
  • Drapeau : France André Hickel



Légende

Consultez la documentation du modèle

Joueurs[modifier | modifier le code]

Joueurs emblématiques[modifier | modifier le code]

Photographie ancienne de Gérard Wozniok, vêtu d'un pull sombre à col roulé.
Gérard Wozniok, gardien emblématique des années 1930

Entre 1935 et 1939, le gardien emblématique des SR Colmar est Gérard Wozniok[102]. Quand Lehmann compose l'équipe qui disputera la Division 2 1937-1938, il choisit des joueurs d'expérience, comme Collet, du Football Club de Mulhouse, Kreutzer du Favorit Wien[A 2], Árpád Belko, du FC Antibes[103], etc. De nombreux joueurs de la première équipe professionnelle auront une carrière intéressante par la suite, comme l'Argentin Oscar Tellechea[104], ou le Français Gaston Gardet[105].

En 1945, les SR Colmar comptent dans leur effectif le futur international français Charles Heiné, sélectionné à deux reprises en 1947, alors qu'il venait de quitter Colmar pour le RC Strasbourg[106].

L'équipe de 1948 compte deux internationaux étrangers : le Danois Kaj Hansen, sélectionné 27 fois entre 1936 et 1946 en équipe du Danemark de football[107] et l'Autrichien Camillo Jerusalem, sélectionné quatre fois en équipe d'Autriche de football entre 1936 et 1946[108]. Aucun des deux n'est appelé pendant son passage à Colmar.

En 1963, le gardien expérimenté Claude Mallet arrive au club pour finir sa carrière[A 5]. Il laisse un souvenir désastreux auprès du public colmarien en raison des nombreuses défaites lourdes en buts de l'équipe, dont il est considéré comme largement responsable[A 5].

Le capitaine emblématique des années 1990 est Steeve Schmeier, connu notamment pour ses performances lors de la Coupe de France 1991-1992[22].

En 1999, l'international français Luc Sonor finit sa carrière à Colmar[109].

En CFA 2009-2010, les SRC peuvent compter sur la présence du quart-de-finaliste de la Coupe d'Afrique des nations 2006 avec l'équipe du Cameroun Guy Feutchine[110].

Joueurs formés au club[modifier | modifier le code]

De 1971 à 1974, le futur international français Pierre Pleimelding évolue à Colmar, avant de passer professionnel à l'AS Monaco[111].

L'international espoir Frédéric Johansen, décédé dans un accident de voiture en 1992, a commencé sa carrière aux SR Colmar. Il reste une figure emblématique du club[A 11]. À cette époque, François Keller et Marc Keller commencent également leurs carrières à Colmar.

Image et identité[modifier | modifier le code]

Supporteurs[modifier | modifier le code]

Le premier « Club des Supporters » des SR Colmar est créé le 2 juillet 1936[A 15]. Dès ses débuts, il propose des produits dérivés comme « l'insigne des supporters » disponible pour 60 FRF[A 15].

À partir de la saison 1948-1949, le Club des Supporters organise la « Nuit du football », avec l'élection de « Miss Foot », une nouveauté pour l'époque[A 14]. En 1949, le Club des Supporters compte 700 membres[A 14]. Son président est M. Vieuchange[A 14]. Deux membres du Club, MM. Fulgraff et Koppreiter, se relayent à la fonction de speaker[A 14]. Ils sont alors installés dans une cabine en bois surmontant la tribune du stade des Francs[A 14].

Lors de la saison 2009-2010, un kop du nom de Green Panthers est fondé et accompagne le club y compris en déplacement avec des chants, une grosse caisse, etc.[112]. Toutefois, le groupe est dissout en fin de saison suite à des incidents lors du dernier match[113].

Depuis 2011, les SRC bénéficient du soutien de deux groupes de supporteurs : les Col'verts et les Green Boys. Les Col'Verts accompagnent l'équipe lors des déplacements et occupent en habituellement la tribune Est du Colmar Stadium[114]. Jean-Paul Besacier, président des Col'Verts, affirme « Nous avons toujours apporté notre soutien aux joueurs et au staff, nous serons toujours là quoi qu'il arrive »[115]. En 2013, un bandeau de 12 m² avec ses insignes est réalisé par l'association pour saluer l'ouverture de la saison[116].

Les Green Boys, fondés la même année que les Col'Verts, sont le dernier groupe de supporter actif du club, après la dissolution de ces derniers, en raison d'un conflit avec le président Christophe Gryska faisant suite au derby SRC-Racing Club de Strasbourg Alsace de 2013[117].

Affluences[modifier | modifier le code]

Les affluences moyennes des SR Colmar augmentent fortement lors du passage au professionnalisme, en 1937. Ainsi, en Division 2 1937-1938, la moyenne d'affluence s'élève à 2 912 spectateurs par matchs[B 1]. Après la guerre, en Division 2 1947-1948 dont les SRC finissent deuxième, l'affluence moyenne s'élève à 3 054 spectateurs par match[118]. Le record d'affluence moyenne de l'histoire du club date de la saison 1948-1949 avec 5 505 spectateurs par match en moyenne[119].

Après le dépôt de bilan du club en 1949, les affluences baissent drastiquement et peu de chiffres sont connus[B 1]. Dans les années 1960, quand le club évolue en Championnat de France amateur, les affluences moyennes sont proches des 800 spectateurs[A 5]. En 1974, en D3, l'affluence moyenne s'élève à 849 spectateurs par match[B 1]. Il faut attendre 2009 pour avoir à nouveau des statistiques précises des affluences, qui sont en hausse constante, passant de 782 en CFA 2008-2009[120] à 2 022 en National 2013-2014[121].

Moyenne de spectateurs à domicile des SR Colmar depuis 2009[122]

Rivalités[modifier | modifier le code]

Avec le FC Colmar[modifier | modifier le code]

La plus ancienne rivalité est celle opposant les Sports réunis Colmar au Football Club de Colmar, l'autre club de la ville de Colmar[A 16]. Lors de la refondation du FCC, en 1924, la rivalité apparaît au travers du fait que de nombreux membres du comité provisoire sont démissionnaires des SRC, comme Paul Allenbach et Henri Martin, qui « en avaient marre d'être la 5e roue des SRC »[A 17]. Avant même la première rencontre entre les deux clubs, une rivalité existe. Ainsi, dans les années 1920 et 1930, c'est la course au premier titre de champion d'Alsace qui anime les débats, le FC Colmar remportant ce premier duel à distance entre les deux entités[123].

Le FCC rencontre les SRC pour la première fois en championnat en Division d'Honneur 1936-1937[A 18]. Toutefois, la professionnalisation des SRC entraîne la fin des derbys[22]. Les deux clubs se retrouvent ensuite en championnat allemand, en Gauliga Elsass 1940-1941, sous les noms respectifs de Football Club Kolmar et SpVgg Kolmar[124] et ceci jusqu'en 1944. Les résultats de ces premières rencontres ne sont pas connus. Entre 1950 et 1981, les deux équipes se rencontrent régulièrement et les derbys, souvent plutôt équilibrés, constituent des points d'orgue du championnat[A 16]. Toutefois, la rivalité, devenue avec le temps contre-productive pour le football colmarien[A 16], s'adoucit un peu après le titre de champion des SR Colmar, obtenu en 1973 et la montée en Division 3[A 16]. La fin des années 1970 voit un retour de la rivalité[A 16], qui cesse avec la chute du FCC, renommé Stade Colmar 77 en 1977 et dissout en 1986, après plusieurs relégations quasi-consécutives.

Avec le FC Mulhouse[modifier | modifier le code]

La rivalité entre SR Colmar et Football Club de Mulhouse apparaît dans les années 1930, quand les deux clubs participent à la Division 2. En outre, en 1937-1938, les Verts jouent le haut de tableau, de même que les Bleus et Blancs et le 12 septembre 1937, les SRC sont premiers et le FCM deuxièmes[A 2]. Le derby amical du 20 août 1939 (victoire 6-0 de Colmar) est particulièrement mémorable[A 2]. C'est par ailleurs lors d'un derby SRC-FCM que les Colmariens établissent leur record d'affluence d'avant-guerre[B 1]. À partir de 1946, les derbys se font plus rares.

À la fin des années 2000, les SRC développent une nouvelle rivalité avec le FC Mulhouse. En effet, le match, qui s'est joué six fois depuis 2004, est décrit par les supporters comme un véritable derby du Haut-Rhin[125] qui attire du monde dans les stades, près de 2 000 lors des confrontations de 2009-2010[126],[127], ce qui constitue une affluence exceptionnelle à ce niveau, l'affluence moyenne étant plus proche des 400 à 500 spectateurs par match[128]. En 2011, Alain Dreyfus, le président du FC Mulhouse, n'a pas hésité à critiquer les SR Colmar lors d'un entretien accordé au Monde du Foot[129].

Avec le RC Strasbourg[modifier | modifier le code]

Après s'être croisés en Gauliga Elsass, en championnat professionnel et en Coupe de France dans les années 1940[130], les deux formations se retrouvent fréquemment en National dans les années 2010.

Les derbys de la saison 1948-1949 ont constitué des points d'orgue du championnat, avec des affluences exceptionnelles[131]. En National 2010-2011, le derby retour est un match à enjeux multiples[132]. En effet, alors que le Racing est toujours en course pour la troisième place et la lutte pour la Ligue 2, Colmar est enfoncé dans la zone de relégation. En cas de victoire colmarienne, le club pourrait sortir de la zone de relégation. Le match attire plus de 3 100 spectateurs au stade[133]. Malgré une deuxième mi-temps plate[134], ce match, retransmis en direct sur France 3 Alsace[135], est gagné par les Strasbourgeois, relancés dans la course au podium.

En 2014, la situation est inversée : le derby retour est un match à enjeu entre un RCS risquant la relégation et des SRC proches du podium[136]. Ce sont les SRC qui s'imposent.

Dénomination du club[modifier | modifier le code]

Historique des noms
 
Association sportive de Colmar
1919-1920
 
 
 
 
 
 
Sports réunis Colmar
1920-1940
 
 
 
 
 
 
SpVgg Kolmar
1940-1944
 
 
 
 
 
 
Sports réunis Colmar
1945-1962
 
 
 
 
 
 
Sports réunis Colmar Wittisheim
1962-1963
 
Football Club de Wittisheim
Fusion en 1962
 
 
 
 
 
Association sportive de Colmar
1963-1964
 
Étoile sportive du Logelbach
Fusion en 1963
 
 
 
 
 
Sports réunis Colmar
Depuis 1964
 
 

Le club est fondé en 1919 sous l'appellation Association sportive de Colmar[A 1]. Celle-ci est néanmoins rapidement dissoute et remplacée, un an plus tard, par les Sports réunis Colmar, qui constituent une entité juridique différente[A 1]. Jusqu'en 1940, le club ne change pas de nom.

Avec la Seconde Guerre mondiale et l'intégration de l'Alsace au Troisième Reich, le nom du club est germanisé en SpVgg Kolmar[A 3]. Lors de l'Assemblée Statutaire du 28 août 1945, le club récupère son nom français, redevenant Sports réunis Colmar[A 3].

À l'issue de la saison 1961-1962, les SRC fusionnent avec le FC Wittisheim et deviennent les Sports réunis Colmar Wittisheim, dont l'acronyme, SRCW, tombe rapidement en désuétude dans la presse[A 4]. En 1963, les SRCW fusionnent avec l'Étoile sportive de Logelbach et reprennent le nom d'Association sportive de Colmar, pour une seule saison[A 4].

Depuis juin 1964 et l’absorption totale de l'ÉS Logelbach, le club se nomme à nouveau Sports réunis Colmar et n'a plus changé de nom depuis[A 4].

Couleurs et blason[modifier | modifier le code]

La première couleur du club est l'orange[A 1]. En 1935, les maillots choisis pour l'équipe professionnelle sont verts et blancs bien que les amateurs continuent de jouer en orange[A 2]. En 1949, l'équipe amateur, autorisée à jouer en CFA, récupère les couleurs des pros et l'orange est définitivement abandonné[A 4]. Pour l'unique saison 1963-1964, le club, renommé AS Colmar, adopte la couleur jaune pour ses maillots[A 5].

La majorité des blasons connus reprennent les couleurs de la ville de Colmar, c'est-à-dire un écusson « Parti de gueules et de sinople, à la masse d'armes d'or en barre (à la molette d'éperon d'or attachée à sa branche posée en barre) brochant sur la partition »[137].

Dans les années 1960, les SR Colmar adoptent un blason très proche du blason de la ville, au-dessus duquel est inscrit le nom usuel du club en majuscules[138]. Un autre logo du club est connu, mais non daté : il est rond, bleu, avec le nom complet du club inscrit sur la bordure et les lettres SRC ligaturées dans une police jaune en son centre[139]

Le blason utilisé à partir de 2000[139] représente un ballon au-dessus duquel sont présentes les armoiries de Colmar et devant lequel sont inscrites les lettres SRC. En dessous, sur un bandeau noir, on peut lire « Sports réunis Colmar ».

Le club adopte son blason actuel en 2008[139].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Les saisons disputées avant la guerre ne sont pas prises en compte dans le classement.

Références issues du livre 100 ans de football en Alsace[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p et q Coll. 2002, Colmar p. 270
  2. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t, u, v, w, x et y Coll. 2002, Colmar p. 271
  3. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j et k Coll. 2002, Colmar p. 272
  4. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l et m Coll. 2002, Colmar p. 276
  5. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j Coll. 2002, Colmar p. 277
  6. a, b, c, d et e Coll. 2002, Colmar p. 278
  7. a, b, c et d Coll. 2002, Colmar p. 279
  8. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k et l Coll. 2002, Colmar p. 280
  9. a, b et c Coll. 2002, Colmar p. 282
  10. a, b, c et d Coll. 2002, Colmar p. 275
  11. a, b, c, d, e, f et g Coll. 2002, Colmar p. 281
  12. Coll. 2002, Colmar p. 283
  13. Coll. 2002, Colmar p. 285
  14. a, b, c, d, e et f Coll. 2002, Colmar p. 274
  15. a et b Coll. 2002, Colmar p. 273
  16. a, b, c, d et e Coll. 2002, FC Colmar p. 76
  17. Coll. 2002, FC Colmar p. 73
  18. Coll. 2002, FC Colmar p. 74

Références issues du livre Dictionnaire historique des clubs de football français[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g et h Coll. 1999, Colmar p. 121

Autres références[modifier | modifier le code]

  1. Seuls les principaux titres en compétitions officielles sont indiqués ici.
  2. a et b (en) Peter Kungler, « France - Division d'Honneur - Alsace 1919-1932 », sur rsssf.com,‎ 25 avril 2004 (consulté le 2 avril 2012)
  3. a et b « De la création au monde professionnel », sur cevenolsurfers.asso-web.com (consulté le 29 juillet 2014)
  4. « DIVISION 2 - 1937-1938 », sur statfootballclubfrance.fr (consulté le 29 juillet 2014)
  5. « DIVISION 2 - 1938-1939 », sur statfootballclubfrance.fr (consulté le 29 juillet 2014)
  6. « Gauliga Elsaß 1940/41 », sur f-archiv.de,‎ 14 mai 2001 (consulté le 6 février 2010)
  7. « Gauliga Elsaß 1941/42 », sur f-archiv.de (consulté le 9 octobre 2011)
  8. « Gauliga Elsaß 1942/43 », sur f-archiv.de (consulté le 9 octobre 2011)
  9. « Gauliga Elsaß 1943/44 », sur f-archiv.de (consulté le 9 octobre 2011)
  10. (de) « FC Kolmar », sur iqfit.info (consulté le 3 août 2013)
  11. « DIVISION 2 - 1945-1946 », sur statfootballclubfrance.fr (consulté le 2 août 2014)
  12. « Football Championnat de France Division 2 1947-1948 », sur les-sports.info (consulté le 10 août 2014)
  13. a et b DNA, « Du paradis à l'enfer », sur racingstub.com (consulté le 17 juillet 2012)
  14. Hervé62, « Une année en D1… et puis c'est tout », sur footnostalgie.free.fr,‎ 25 juillet 2008 (consulté le 17 juillet 2012)
  15. bubblegums, « Historique », sur footballsupps.com,‎ 16 février 2012 (consulté le 17 juillet 2012)
  16. Hassen Slimani, La professionnalisation du football français : un modèle de dénégation : Thèse de doctorat,‎ 2000, 423 p. (lire en ligne), p. 180
  17. Cyril Tromson, « Du paradis à l'enfer », sur planete-src.com, DNA,‎ 8 septembre 2010 (consulté le 16 juillet 2014)
  18. « CFA Gr. Est 1950 », sur footballenfrance.fr (consulté le 16 juillet 2014)
  19. « DH Alsace - 1957 », sur footballenfrance.fr (consulté le 24 juillet 2014)
  20. « DH Alsace - 1958 », sur footballenfrance.fr (consulté le 24 juillet 2014)
  21. « Zoom sur le FC Wittisheim ! »,‎ 2011 (consulté le 23 juillet 2014)
  22. a, b, c, d, e, f, g, h, i, j, k, l, m, n, o, p, q, r, s, t et u « L'HISTOIRE DU SRC FOOTBALL », sur srcolmar.fr (consulté le 15 juin 2014)
  23. Gabriel Braeuner, « L’affaire Bauer ou le grand bal des dupes », sur lalsace.fr,‎ 31 août 2013 (consulté le 13 août 2014)
  24. « Division 3 Gr. Est 1974 », sur footballenfrance.fr (consulté le 11 septembre 2014)
  25. « DH Alsace 1976 », sur footballenfrance.fr (consulté le 11 septembre 2014)
  26. « DH Alsace - 1978 », sur footballenfrance.fr
  27. « Alain Léopold n’est plus », sur dna.fr,‎ 12 novembre 2013 (consulté le 21 juillet 2014)
  28. « Yves Ehrlacher », sur racingstub.com (consulté le 12 septembre 2014)
  29. « DH Alsace 1989 », sur footballenfrance.fr (consulté le 12 septembre 2014)
  30. « DH Alsace 1991 », sur footballenfrance.fr (consulté le 12 septembre 2014)
  31. « National 3 Gr. C 1994 », sur footballenfrance.fr (consulté le 13 septembre 2014)
  32. « National 3 Gr. C 1995 », sur footballenfrance.fr (consulté le 13 septembre 2014)
  33. « CFA 2 gr. B 2000 », sur footballenfrance.fr (consulté le 13 septembre 2014)
  34. « CFA 2 gr. C 2001 », sur footballenfrance.fr (consulté le 13 septembre 2014)
  35. « Monaco chute face à Colmar », sur nouvelobs.com,‎ 2 février 2006 (consulté le 13 septembre 2014)
  36. Nicolas Roquejeoffre, « SR Colmar-Amnéville : la montée en CFA », sur dna.fr,‎ 26 mai 2008 (consulté le 13 septembre 2014)
  37. « CFA 2008-2009 : la carte du groupe du VHSF ... », sur vhsfoot.fr,‎ août 2008 (consulté le 9 août 2014)
  38. « SR. COLMAR SAISON FOOTBALL 2008/2009 5e CFA groupe A », sur stat2foot.com,‎ 1 juin 2009 (consulté le 9 août 2014)
  39. « CFA Gr. A 2010 », sur footballenfrance.fr (consulté le 14 septembre 2014)
  40. « SR Colmar. », sur sr--colmar.skyrock.com,‎ 5 août 2010 (consulté le 14 septembre 2014)
  41. Nicolas Roquejeoffre, « Les SR Colmar restent en National », sur dna.fr,‎ 21 mai 2011 (consulté le 22 juillet 2014)
  42. « ITW Damien Ott, coach du SR Colmar », sur chamoisniortais.fr,‎ 24 septembre 2010 (consulté le 11 septembre 2014)
  43. Alexandre Chochois, « Colmar : Changement de présidence en vue! », sur foot-national.com,‎ 26 mars 2012 (consulté le 26 mars 2012)
  44. Amaury Prieur, « SR Colmar : « la Ligue 2 dans les trois ans » », sur dna.fr,‎ 3 octobre 2012 (consulté le 23 août 2014)
  45. Hubert Himbourg, « http://www.lalsace.fr/sport/2014/05/25/les-sr-colmar-combles », sur lalsace.fr,‎ 25 mai 2014 (consulté le 23 août 2014)
  46. Pierre Chatelus, « SR Colmar : le feu est déjà vert », sur lalsace.fr,‎ 9 août 2014 (consulté le 9 août 2014)
  47. Erwann Penland, « Colmar seul en tête, Boulogne et Fréjus cartonnent », sur foot-national.com,‎ 22 août 2014 (consulté le 23 août 2014)
  48. « COUPE DE FRANCE SAISON 1928 - 1929 1/16 DE FINALE », sur fff.fr (consulté le 12 juillet 2014)
  49. « COUPE DE FRANCE SAISON 1937 - 1938 1/32 DE FINALE », sur fff.fr (consulté le 30 août 2014)
  50. « Coupe de France 1938/1939 Colmar 3 - 1 Lens », sur footballdatabase.eu (consulté le 4 août 2014)
  51. « COUPE DE FRANCE 1947-1948 », sur statfootballclubfrance.fr (consulté le 14 septembre 2014)
  52. « Saison 1948-1949 Racing Vainqueur », sur om4ever.com (consulté le 13 août 2012)
  53. « Coupe de France 1978/1979 Chaumont Colmar », sur footballdatabase.eu (consulté le 21 juillet 2014)
  54. « Coupe de France 2005-2006 », sur footballenfrance.fr (consulté le 14 septembre 2014)
  55. Vincent Duchesne, « Colmar sort Metz ! », sur sport24.lefigaro.fr,‎ 13 décembre 2009 (consulté le 16 juillet 2014)
  56. Marie Rialland & Jérémy Talbot, « Colmar a les nerfs solides », sur linternaute.com,‎ 7 janvier 2013 (consulté le 16 juillet 2014)
  57. « Plabennec remet ça ! », sur eurosport.fr,‎ 21 janvier 2010 (consulté le 16 juillet 2014)
  58. Hubert Himburg, « Schiltigheim se paye les SR Colmar », sur lalsace.fr,‎ 31 octobre 2011 (consulté le 16 juillet 2014)
  59. « Pontarlier 2 - 2 Colmar », sur lequipe.fr,‎ 15 décembre 2012 (consulté le 16 juillet 2014)
  60. Coupe de France de Football : Geispolsheim sort les SR Colmar, www.france3-regions.francetvinfo.fr, 13 octobre 2013.
  61. « Sports réunis Colmar », sur footballenfrance.fr (consulté le 14 mai 2011)
  62. « Bilan des clubs en Ligue 1 », sur lfp.fr (consulté le 12 septembre 2014)
  63. « Bilan des clubs en Ligue 2 », sur lfp.fr (consulté le 12 septembre 2014)
  64. schlesier, « Le football alsacien-lorrain résiste à la dictature nazie », sur racingstub.com,‎ 6 juin 2005 (consulté le 27 février 2012)
  65. Peter Kungler, « France - Division d'Honneur - Alsace 1919-1932 », sur rsssf.fr,‎ 25 avril 2004 (consulté le 27 février 2012)
  66. « Les buteurs CFA Groupe A GENERAL 2009 / 2010 », sur foot-national.com (consulté le 11 août 201)
  67. « Le football sud-africain a déjà rendez-vous avec l'histoire », sur humanite.fr,‎ 2 février 1996 (consulté le 13 août 2014)
  68. « COLMAR - CORT ROUBAIX 5-0 », sur footballstats.fr (consulté le 20 août 2012)
  69. « Feuille de match LOSC Lille - Colmar », sur lfp.fr (consulté le 23 août 2012)
  70. « LILLE - COLMAR 8-0 », sur footballstats.fr (consulté le 21 août 2012)
  71. « TOULOUSE - COLMAR 7-0 », sur footballstats.fr (consulté le 27 septembre 2012)
  72. « Colmar Stadium - Colmar », sur info-stades.fr (consulté le 13 juillet 2014)
  73. a et b « Une nouvelle tribune pour le Stadium », sur dna.fr,‎ 12 juillet 2012 (consulté le 13 juillet 2014)
  74. « Les Stades à Colmar », sur colmar.fr (consulté le 13 juillet 2014)
  75. Maxime Ducap, « Le Colmar Stadium se fait une nouvelle jeunesse ! », sur totalsportlive.com,‎ 17 octobre 2012 (consulté le 13 juillet 2014)
  76. « Champion d’Alsace, promu en CFA 2 : SR Colmar II », sur dna.fr,‎ 11 juin 2012 (consulté le 25 juillet 2014)
  77. a et b L'Alsace, « Omnisports Les SR Colmar comptent près de 2500 licenciés », sur payscolmarathle.net,‎ 4 janvier 2012 (consulté le 11 septembre 2014)
  78. Hubert Himburg, « Les SR Colmar lâchent du lest », sur lalsace.fr,‎ 4 septembre 2014 (consulté le 11 septembre 2014)
  79. « SR Colmar Natation - Water-polo - Natation synchronisée », sur srcolmar-natation.com (consulté le 11 septembre 2014)
  80. « SR COLMAR TENNIS », sur fft.fr (consulté le 11 septembre 2014)
  81. « Escrime, Sports réunis Colmar », sur srcolmar-escrime.com (consulté le 11 septembre 2014)
  82. a et b « FÉDÉRATION FRANÇAISE DE FOOTBALL > S.REUNIS COLMAR > INFOS PRATIQUES », sur fff.fr (consulté le 30 août 2014)
  83. a et b fbifrejus, « Les budgets des clubs », sur planete-src.com,‎ 4 août 2010 (consulté le 9 juillet 2014)
  84. Hubert Himbourg, « Les SRC en bonne compagnie », sur lalsace.fr,‎ 28 mai 2012 (consulté le 20 août 2012)
  85. FACO68, « [SR COLMAR 2012-2013]Transfert et rumeurs », sur foot-national.com,‎ 3 juillet 2012 (consulté le 25 juillet 2014)
  86. Am.P. et Ba. Sch., « Chenilles et cartons : les échos du Racing et des SR Colmar », sur dna.fr,‎ 26 août 2013 (consulté le 25 juillet 2014)
  87. J-T.W, « Donner un coup de pouce aux SRC », sur dna.fr,‎ 25 mai 2014 (consulté le 25 juillet 2014)
  88. Maxime Ducap, « SRC : Le nouveau maillot 2014/2015 dévoilé »,‎ 1 août 2014 (consulté le 11 septembre 2014)
  89. Olivier Roujon, « Quatre fois plus de sponsors en quatre ans », sur lalsace.fr,‎ 6 août 2011 (consulté le 22 août 2014)
  90. Am.P. et Ba. Sch., « Chenilles et cartons : les échos du Racing et des SR Colmar », sur dna.fr,‎ 26 août 2013 (consulté le 22 août 2014)
  91. Maxime Ducap, « SRC : Un nouveau sponsor maillot débarque », sur totalsportlive.com,‎ 26 août 2013 (consulté le 22 août 2014)
  92. Cyril Tromson, « SR Colmar : le staff écarté », sur dna.fr,‎ 25 mai 2011 (consulté le 22 août 2014)
  93. Grun 2011, p. 206
  94. Grun 2011, p. 253
  95. Grun 2011, p. 209
  96. Wahl 1989, p. 140
  97. Loire 1994, p. 153 et 154
  98. Amaury Prieur, « Football Damien Ott prolonge aux SR Colmar », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ 9 mai 2014 (lire en ligne)
  99. J-T.W, « « Bagarrez-vous une fois pour toutes ! » », Dernières Nouvelles d'Alsace,‎ 2 juillet 2014 (lire en ligne)
  100. Seule la nationalité sportive est indiquée. Un joueur peut avoir plusieurs nationalités mais n'a le droit de jouer que pour une seule sélection nationale.
  101. Seule la sélection la plus importante est indiquée.
  102. « Gérard Wozniok », sur footballdatabase.eu (consulté le 28 juillet 2014)
  103. « Arpad Belko », sur pari-et-gagne.com (consulté le 28 juillet 2014)
  104. « Oscar Tellechea », sur fcmetz.com (consulté le 28 juillet 2014)
  105. « Gaston Gardet », sur asse-stats.com (consulté le 28 juillet 2014)
  106. « Charles Heiné », sur racingstub.com (consulté le 29 juillet 2014)
  107. « Kaj Hansen », sur dbu.dk (consulté le 27 septembre 2012)
  108. « Camillo Jerusalem », sur footballdatabase.eu (consulté le 14 août 2012)
  109. « Luc Sonor », sur footballbadatabase.eu (consulté le 11 septembre 2014)
  110. « Feutchine, l'improbable Colmarien », sur leparisien.fr (consulté le 20 juillet 2014)
  111. F.V., « PIERRE PLEIMELDING N'EST PLUS », sur vosgesmatin.fr,‎ 1 mai 2013 (consulté le 20 juillet 2014)
  112. src, « http://src-68.creer-forums-gratuit.fr/t14-photos-des-supporter-les-green-panther-s », sur src-68.creer-forums-gratuit.fr,‎ 4 avril 2010 (consulté le 11 août 2014)
  113. « SR Colmar », sur soccers.fr,‎ 29 septembre 2010 (consulté le 11 août 2014)
  114. « Le Retour !!! », sur kopdescol-verts.e-monsite.com,‎ 27 mai 2014 (consulté le 11 août 2014)
  115. « VUE DE LA TRIBUNE EST... », sur srcolmar.fr (consulté le 11 août 2014)
  116. Marie-Lise Perrin, « Les Col’Verts sortent les griffes cette saison »,‎ 9 août 2013 (consulté le 11 août 2014)
  117. mediasoc, « 10 choses à savoir sur les SR Colmar », sur racingstub.com,‎ 7 septembre 2014 (consulté le 17 septembre 2014)
  118. « COLMAR SAISON 1948 », sur footballstats.fr (consulté le 20 juillet 2014)
  119. « COLMAR SAISON 1949 », sur footballstats.fr (consulté le 20 juillet 2014)
  120. « COLMAR SAISON 2009 », sur footballstats.fr (consulté le 20 juillet 2014)
  121. « Classement National Domicile spéctateurs 2013 / 2014 », sur foot-national.com (consulté le 20 juillet 2014)
  122. « Historique des affluences des SR Colmar », sur stades-spectateurs.com (consulté le 31 juillet 2014)
  123. Agnès Acker, Encyclopédie de l'Alsace, Éditions Publitotal,‎ 1986, 7896 p. p.  3050
  124. (en) Dinant Abbink, « Germany - Championship 1940-41 », sur rsssf.com,‎ 17 janvier 2008 (consulté le 6 février 2010)
  125. JEAN-MARC, « [17e journée] Colmar - Mulhouse », sur foot-national.com,‎ 17 décembre 2009 (consulté le 24 octobre 2011)
  126. « Colmar - Mulhouse », sur foot-national.com,‎ Mercredi 24 Mars 2010 à 19h00 - 17ème journée de CFA Groupe A
  127. « Mulhouse - Colmar », sur foot-national.com,‎ Samedi 08 Mai 2010 à 18h00 - 35ème journée de CFA Groupe A
  128. Alexandre Chochois, « Source : Affluences : Quelle fréquentation dans les stades de National, CFA et CFA2 ? », sur foot-national.com,‎ 9 mars 2014 (consulté le 9 octobre 2014)
  129. Alexandre Chochois, « Dreyfus (président Mulhouse) : "Colmar est moins fort" », sur foot-national.com,‎ 13 octobre 2011 (consulté le 24 octobre 2011)
  130. « Confrontations avec RCS », sur racingstub.com (consulté le 25 août 2014)
  131. dimonou, « Un derby qui rappelle des souvenirs », sur racingstub.com,‎ 13 juillet 2012 (consulté le 25 août 2014)
  132. lawknight, « L'heure du derby a sonné ! », sur racingstub.com,‎ 13 février 2011 (consulté le 29 octobre 2011)
  133. « Colmar - RCS 1-2 », sur racingstub.com (consulté le 5 octobre 2014)
  134. « National: Le derby de l'Est pour Strasbourg », sur football.fr,‎ 13 février 2011 (consulté le 29 octobre 2011)
  135. « NATIONAL : Derby Colmar - Strasbourg Retransmission en direct le dimanche 13 février 2011 à partir de 13h50 », sur alsace.france3.fr (consulté le 29 octobre 2011)
  136. « [Dossier] Racing Strasbourg - SR Colmar : le derby se prépare... », sur dna.fr,‎ 9 avril 2014 (consulté le 25 août 2014)
  137. « 68 066 - COLMAR Chef-lieu de département (Haut Rhin) », sur armorialdefrance.fr,‎ 8 septembre 2012 (consulté le 14 septembre 2014 6)
  138. Fanion du club, années 1960
  139. a, b et c « Colmar France - Logo », sur racingstub.com (consulté le 5 août 2014)

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Cette bibliographie présente quelques ouvrages de référence. Ceux utilisés pour la rédaction de cet article sont suivis du symbole Document utilisé pour la rédaction de l’article.

  • Collectif, 100 ans de football en Alsace, Ligue d'Alsace de Football Association,‎ 2002 (ISBN 2911219139), « Colmar » Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Collectif (sous la direction de Thierry Berthou), Dictionnaire historique des clubs de football français, t. 2, Pages de foot,‎ 1999 (ISBN 2913146023), « Colmar » Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Roger Pelz, L'histoire des Sports Réunis de Colmar, Printek,‎ 2005, 259 p. (ISBN 9782951508149)
  • Mairie de Colmar, Sports réunis de Colmar : 1920-1995, 75eme anniversaire. Programme 22-23-24 septembre 1995, Colmar,‎ 1995, 40 p.
  • Laurent Grün (sous la direction de Thierry Terret), Entraîneur de football : histoire d'une profession de 1890 à nos jours, Université Claude-Bernard Lyon 1 (Thèse de doctorat en STAPS),‎ 2011, 1082 p. (lire en ligne) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Claude Loire, Le Stade rennais : fleuron du football breton 1901-1991, Rennes, Éditions Apogée,‎ 1994, 488 p. (ISBN 978-2-909275-40-6) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Alfred Wahl, Les archives du football : sport et société en France, 1880-1980, Paris, Gallimard,‎ 1989, 354 p. (ISBN 2-07-071603-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article

Liens externes[modifier | modifier le code]

Cet article est reconnu comme « article de qualité » depuis sa version du 21 octobre 2014 (comparer avec la version actuelle).
Pour toute information complémentaire, consulter sa page de discussion et le vote l'ayant promu.