Philippe Bergeroo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Philippe Bergeroo
Pas d'image ? Cliquez ici.
Biographie
Nationalité Drapeau : France Français
Naissance 13 janvier 1954 (60 ans)
Lieu Ciboure, France Drapeau : France
Taille 1,91 m
Période pro. 1971-1988
Poste Gardien de but
Parcours junior
Saisons Club
1969-1971 Drapeau : France Saint-Jean-de-Luz
Parcours professionnel 1
Saisons Club M. (B.)
1971-1978 Drapeau : France Girondins de Bordeaux 149 (0)
1978-1983 Drapeau : France Lille OSC 209 (0)
1983-1988 Drapeau : France Toulouse FC 200 (0)
Sélections en équipe nationale 2
Années Équipe M. (B.)
1979-1984 Drapeau : France France 003 (0)
Équipes entraînées
Années Équipe Stats
1988-1990 Drapeau : France INSEP
1990-1998 Drapeau : France France (gardiens)
1998-1999 Drapeau : France Paris SG (adjoint)
1999-2001 Drapeau : France Paris SG
2002 Drapeau : France Stade rennais
2003 Drapeau : France France -16 ans
2003-2004 Drapeau : France France -17 ans
2007-2008 Drapeau : France France -16 ans
2010-2011 Drapeau : France France -19 ans
2013- France France féminine A
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Philippe Bergeroo (né le 13 janvier 1954 à Ciboure) est un ancien gardien de but international français de football devenu, entraîneur au terme de sa carrière de joueur professionnel en 1988. Il succède à Bruno Bini en tant que sélectionneur de l'équipe de France de football féminin[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des débuts prometteurs aux Girondins de Bordeaux, Bergeroo connaît un passage à vide avant de retrouver le premier plan au Lille OSC. Il connaît sa première sélection en équipe de France en mai 1980 face à l'URSS en match amical à Moscou (0-1). Par la suite, la carrière de Bergeroo pâtit du manque de résultats de son club, et il n'est pas sélectionné pour la Coupe du Monde 1982 qui verra les Bleus échouer face à la RFA après une demi-finale de légende. À la faveur de son transfert à Toulouse, alors dans le haut du tableau, Bergeroo retrouve l'équipe nationale et participe (du banc, comme troisième gardien) aux grandes aventures de l'Euro 1984 (premier grand titre pour la France) et de la Coupe du Monde 1986 (troisième). Il effectue encore deux saisons à Toulouse avant de prendre sa retraite de joueur en 1988.

Bergeroo enchaîne immédiatement sur une carrière d'entraîneur dans les structures fédérales, notamment pour les gardiens de l'équipe de France jusqu'à 1998 et la victoire historique en Coupe du Monde. Il tente ensuite l'aventure en club et prend en main le Paris Saint-Germain en remplacement d'Artur Jorge lors de la saison 1998-1999 où il sauve le club de la relégation. La saison suivante est positive avec une belle seconde place malgré une défaite en Coupe de la Ligue de football face au FC Gueugnon, équipe de D2. Pour 2000-01, le PSG veut tenter un gros coup en recrutant des jeunes talentueux tels que Nicolas Anelka, Stéphane Dalmat, Peter Luccin et Bernard Mendy. Le PSG est premier après 12 journées mais un lourd passage à vide (un seul point en sept matches) et une dégringolade à la dixième place ont raison de Bergeroo qui est limogé suite à une défaite humiliante 5 buts à 1 face à Sedan. Bergeroo tente un nouvel essai deux saisons plus tard au Stade rennais mais essuie un nouvel échec, quittant le club après 10 journées alors qu'il est bon dernier avec une seule victoire.

Il réintègre ensuite la Fédération et devient sélectionneur l'équipe de France des moins de 18 ans. Lors de la saison 2010-2011 il entraine l'Équipe de France de football des moins de 19 ans.

Le 30 juillet 2013, il est nommé sélectionneur de l'équipe de France féminine, en lieu et place de Bruno Bini[2].

Carrière[modifier | modifier le code]

Parcours d'entraîneur[modifier | modifier le code]

Palmarès[modifier | modifier le code]

En tant que joueur[modifier | modifier le code]

En tant qu'entraîneur[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Foot d'elles
  2. « Foot Bleues Bergeroo remplace Bini », sur lequipe.fr,‎ 30 juillet 2013

Liens externes[modifier | modifier le code]