Tumescence pénienne nocturne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La tumescence pénienne nocturne (TPN) ou érection nocturne est la survenue spontanée d'une érection du pénis pendant le sommeil ou le réveil (érection matinale). Tous les hommes (depuis les nourrissons jusqu'aux personnes âgées) sans dysfonction érectile connaissent ces érections, généralement de trois à cinq fois pendant la nuit, chacune durant de 15 à 40 minutes (avec une moyenne de 20 minutes)[1]. Elle se produit le plus souvent pendant le sommeil paradoxal mais n'a généralement aucun lien avec les rêves érotiques et les éjaculations nocturnes[2].

Causes[modifier | modifier le code]

Hypnogramme montrant les phases de sommeil paradoxal pendant lesquelles se déroulent l'érection

La cause de la TPN n'est pas connue avec certitude. O'Carroll émet l'hypothèse que les neurones noradrénergiques du locus cœruleus sont des inhibiteurs de l'érection du pénis, et que pendant le sommeil paradoxal, le système nerveux parasympathique prend le dessus sur le système nerveux sympathique, ce qui fait stopper la libération de la noradrénaline et permet à la testostérone de jouer un rôle dans les actions excitatrices de la TPN[3],[4].

On a montré qu'une vessie pleine peut provoquer une « érection réflexe », en stimulant les nerfs sacrés (S2-S4) de la moelle épinière. Au cours de la journée, cette stimulation est normalement supprimée chez les adultes par des stimuli contradictoires et des éléments de diversion[5].
La possibilité d'une vessie pleine provoquant une érection pendant le sommeil est une croyance populaire basée sur l'effet physiologique bénéfique de l'érection inhibant la miction, contribuant ainsi à éviter l'énurésie nocturne[6]. Ainsi l’érection matinale (qui se produit lorsque le réveil a lieu pendant une phase de sommeil paradoxal) est une TPN plus forte que les érections nocturnes car la vessie, alors pleine, provoque une érection réflexe plus importante (c'est également dû à un pic de testostérone entre 6 heures et 8 heures du matin). Cette érection matinale s'arrête en effet au bout de quelques minutes, même lorsque la vessie reste pleine.

Toutefois, d'autres études ont montré que l'érection peut aussi être stimulée par le/la partenaire de l'homme au lit. En cas de sexsomnie, certains hommes peuvent être excités sexuellement dans leur sommeil si leur partenaire fait des avances sexuelles. Bien qu'il n'y ait aucune preuve qui montre que cette érection prend le pas sur d'autres causes (par exemple, la vessie pleine), une telle érection est commune pour beaucoup.

Un phénomène similaire existe chez la femme pendant le sommeil paradoxal : tumescence des lèvres et du clitoris, humidification du vagin.

TPN et dysfonctions érectiles[modifier | modifier le code]

L'existence et la prévisibilité de la tumescence nocturne est utilisée par les professionnels de la santé reproductive ou les urologues. La pléthysmographie pénienne par extensomètre permet de vérifier si la dysfonction érectile a une origine psychologique ou physiologique. Ils équipent le patient d'un dispositif élastique porté sur une cuisse et un anneau autour de la base et du sommet du pénis pendant son sommeil ; l'appareil détecte les changements de périmètre et relaie l'information à un ordinateur pour une analyse ultérieure. Si la tumescence nocturne est détectée, la dysfonction érectile est imputée à une maladie psychosomatique (comme l'anxiété sexuelle), sinon, elle est présumé être due à une cause physiologique[7].

D'autres tests sont également réalisés[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Bernie Zilbergeld, La sexualité des hommes, Ramsay, 1978
  2. Woo Sik Chung et coll, Erotic erection versus nocturnal erection, The Journal of urology, vol. 143, no2, pp. 294-297, 1990
  3. R. O'Carroll et coll., Androgens, behaviour and nocturnal erection in hypogonadal men: the effects of varying the replacementdose. Clin Endocrinol (Oxf), 1985, 23:527-538
  4. (en) P. Fenwick et coll, « Nocturnal Penile Tumescence and Serum Testosterone Levels », Archives of Sexual Behavior, vol. 15, no 1,‎ 1986, p. 13-21
  5. Phil Klebin, Sexual Function of Men with Spinal Cord Injury, mai 2007
  6. Un système de shunt empêche une érection et une miction simultanée, ce système ayant pour but d'éviter d'éjaculer et d'uriner en même temps car ces 2 actions empruntent le même canal)
  7. Karacan et coll, Use of Nocturnal Penile Tumescence in Diagnosis of Male Erectile Dysfunction, Contemporary Management of Impotence and Infertility, p. 95-103, 1988
  8. Tests de tumescence nocturne

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]