Vienne-en-Val

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Vienne.
Vienne-en-Val
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Jargeau
Intercommunalité Communauté de communes Valsol
Maire
Mandat
Serge Roger
2008-2014
Code postal 45510
Code commune 45335
Démographie
Gentilé Viennois[1]
Population
municipale
1 936 hab. (2011)
Densité 54 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 48′ 06″ N 2° 08′ 14″ E / 47.8016666667, 2.13722222222 ()47° 48′ 06″ Nord 2° 08′ 14″ Est / 47.8016666667, 2.13722222222 ()  
Altitude Min. 99 m – Max. 142 m
Superficie 35,94 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Vienne-en-Val

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Vienne-en-Val
Liens
Site web www.vienne-en-val.fr

Vienne-en-Val est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située sur un coteau à une vingtaine de kilomètres au sud-est d'Orléans, dans l'aire urbaine d'Orléans.

Elle est divisée en deux parties : le nord appartient au Val de Loire composé essentiellement de cultures et traversé par la rivière Dhuy appelée Bergeresse au niveau de Vienne-en-Val ; le sud appartient à la région naturelle de Sologne où la forêt est prédominante et où l'on compte un grand nombre d'étangs.

Le Bourillon, sous-affluent de la Loire par le Cosson et le Beuvron traverse sur le territoire de la commune.

La commune est desservie par la ligne 7 du réseau départemental d'autocars Ulys reliant Orléans à Sully-sur-Loire ; les arrêts sont situés sur la place de l'église et au stade.

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Les Cailloux, Courcelle, les Haies, les Hâtiers, les Marnes, la Maugerie, la Motte, les Prateaux, la Violière, le lotissement de Rigotte et le Colombier.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de VIENNE-EN-VAL
Sandillon Férolles Ouvrouer-les-champs
Marcilly-en-Villette VIENNE-EN-VAL Tigy
Ménestreau-en-Villette Sennely Vannes-sur-Cosson

Climat[modifier | modifier le code]

Article détaillé : climat du Loiret.

Vienne-en-Val possède un climat tempéré de type océanique dégradé se caractérisant par des hivers doux (3 à 4 °C) et pluvieux, et des étés frais (16 à 18 °C) et relativement humides. La température moyenne est de 10 à 11 °C sur l'année.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Gaulois Vigenna. Hydronyme préceltique Vig = cours d’eau, et suffixe gaulois enna.
Vienna vico, 954-972 (Actes de Lothaire, n° 33, p. 81) ; Res autem quas jam dictus imperator Karolis eidem reddidit aeclesia Vienna, 9 juin 979 (Actes de Louis V, n° 69, p. 170) ; Vienne en Val, avril 1501 (Archives Nationales-JJ 235, n° 202, fol. 57 v°) ; Vienne, 1740 (Bibliothèque Municipale d’Orléans, Ms 995, fol. 258) ; Vienne en Val, XVIIIe s. (Carte de Cassini).
Val = Val d'Orléans, région naturelle.
Commune d'origine gauloise. Son ancien nom est Vienna Vico, du nom d'un ancien lieu de pèlerinage où l'on invoquait particulièrement Jupiter[réf. nécessaire], devint Viennavicus et enfin Viennes puis Vienne-en-Val.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une gare des tramways de Sologne se situait dans la commune.

Devant le parvis de l'église se trouve des vestiges de thermes romains dont des restes lapidaires sont exposés au musée du village.

Administration[modifier | modifier le code]

En 1793, la commune a appartenait à l'ancien canton de Tigy et au district d'Orléans. Elle appartient aujourd'hui au canton de Jargeau et à l'arrondissement d'Orléans[2].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Mars 2008 en cours Serge Roger SE  
Mars 2001 Mars 2008 Marc Pluchon SE Cadre supérieur
  Mars 2001 Marc Amblard SE  
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Vienne-en-Val.

En 2011, la commune comptait 1 936 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
596 624 567 602 639 734 759 780 850
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
978 979 979 990 1 053 1 030 1 068 1 034 1 017
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
973 981 948 829 859 778 747 654 679
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
558 565 601 1 463 1 481 1 549 1 681 1 692 1 887
2011 - - - - - - - -
1 936 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

La commune est située dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription de Châteauneuf-sur-Loire. Elle possède une école maternelle (Louis Didier Jousselin) et une école primaire (de l'ancienne gare)[4].

Les enfants de la commune sont scolarisés au collège de Tigy.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • L'église Saint-Martin édifiée de 1900 à 1903 sous la direction de l'architecte d'Henri Rapine, est de modèle solognot en briques rouges[A 1]. Elle contient notamment une sculpture en bois représentant un aigle-lutrin datant de 1613[A 2] ainsi qu'une sculpture en calcaire représentant la Vierge datant du XVIIe siècle[A 3]. La première église Saint-Martin aujourd'hui détruite datait du XIVe siècle[A 4].
  • La fontaine Sainte-Anne.[réf. nécessaire]
  • Les vestiges d'un château du haut Moyen Âge au lieu-dit La Motte[A 5]. Sur le même emplacement s'élève aujourd'hui un château construit en 1820 et 1886[A 6].
  • Les vestiges d'édifices non identifiés datant du haut Moyen Âge aux lieux-dits des Marnes[A 7], des Haies[A 8] et de Courcelle[A 9].
  • Le site archéologique et le musée lapidaire gallo-romain[5] renfermant notamment une sculpture en calcaire datant du XIVe ou du XVe siècle représentant une tête de femme voilée issue de l'ancienne église Saint-Martin[A 10].
  • Les châteaux du XIXe siècle : la Violière[A 11], les Prateaux[A 12].

Sports[modifier | modifier le code]

La commune compte plusieurs associations sportives :

  • Le poney-club ;
  • L'association sportive de Vienne-en-Val ;
  • Le club de football de l'union sportive Tigy-Vienne.

Services[modifier | modifier le code]

La commune compte un centre de loisirs, une garderie périscolaire et une crèche, un bureau de poste, un cabinet médical (infirmier, pharmacie, kinésithérapeute), une caserne de pompiers, plusieurs commerces (auto-école, boulangerie, boucherie, charcuterie, bar-tabac, fleuriste-graineterie, coiffeur, esthéticienne, supermarché, garages et carrosserie), des restaurants et des chambres d'hôtes.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Tombe de Louis Didier Jousselin à Vienne-en-Val

Deux personnalités sont décédées dans la commune :

Manifestations[modifier | modifier le code]

Plusieurs manifestations sont organisées de février à novembre :

  • La randonnée pédestre de la Saint-Valentin, le 2e dimanche de février ;
  • Les foulées solognotes, course de semi-marathon, le 1er mai ;
  • La randonnée de vélo tout terrain du sentier des Carnutes, en septembre ;
  • Artival, exposition artistique d'artistes professionnels et amateurs, en novembre.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Debal, « Les découvertes de Vienne-en-Val, Loiret, en mai 1968 », Revue archéologique du Centre, vol. 31,‎ 1969, p. 211-220
  • Jacques Debal, « Vienne-en-Val, Loiret : divinités et sanctuaires », Bulletin de la société archéologique et historique de l'Orléanais, vol. 42,‎ 1973
  • Jacques Nicourt, « Préliminaires d'une étude de la céramique médiévale à Vienne-en-Val », Bulletin de la société archéologique et historique de l'Orléanais,‎ 1973
  • Jean-François Baratin, Gallia : Vienne-en-Val : les terres de Saint-Germain, vol. 2, t. 43,‎ 1985

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]