Ligny-le-Ribault

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ligny et Ribault.
Ligny-le-Ribault
Église Saint-Martin
Église Saint-Martin
Blason de Ligny-le-Ribault
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton La Ferté-Saint-Aubin
Intercommunalité Communauté de communes du canton de La Ferté-Saint-Aubin
Maire
Mandat
Anne Durand-Gaborit
2014-2020
Code postal 45240
Code commune 45182
Démographie
Gentilé Lignois
Population
municipale
1 290 hab. (2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 41′ 09″ N 1° 46′ 58″ E / 47.685833, 1.782778 ()47° 41′ 09″ Nord 1° 46′ 58″ Est / 47.685833, 1.782778 ()  
Altitude Min. 84 m – Max. 117 m
Superficie 59,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Ligny-le-Ribault

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Ligny-le-Ribault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ligny-le-Ribault

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ligny-le-Ribault
Liens
Site web www.lignyleribault.fr

Ligny-le-Ribault est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

La commune se trouve au sud du département, dans la Sologne, une des neuf régions naturelles du Loiret[1],[2], qui s'étend au sud de la Loire sur les anciennes provinces de l'Orléanais, du Berry et du Blaisois.

Elle est située à 14 km par la route (16 min en voiture dans des conditions normales de circulation) de son chef-lieu de canton, La Ferté-Saint-Aubin, et à 31 km (38 min) de la de la préfecture du département, Orléans[3].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Elle est limitrophe du département de Loir-et-Cher et est traversée par le Cosson et la Canne, un affluent important du Cosson dont il reçoit les eaux en amont et à l'est de Ligny-le-Ribault.

Communes limitrophes de Ligny-le-Ribault
Lailly-en-Val Jouy-le-Potier La Ferté-Saint-Aubin
La Ferté-Saint-Cyr Ligny-le-Ribault La Ferté-Saint-Aubin
La Ferté-Saint-Cyr Villeny Yvoy-le-Marron


Carte de la commune de Ligny-le-Ribault et des communes limitrophes.

Histoire[modifier | modifier le code]

Une gare des tramways de Sologne se situait dans la commune. La décision de construction de la ligne a été prise le 1er juin 1901. Elle est déclarée d’utilité publique par le décret du 15 mai 1903 et sera ouverte le 15 mai 1905. En 1917 le train partait à 7h15 d’Orléans pour arriver à Ligny à 9h21, soit près de 2 heures. Par la suite, le train ne mettra plus qu’une heure. La ligne sera fermée en 1935. À Orléans, les trains partaient soit du Moulin de la Madeleine soit de Saint-Marceau puis desservaient les gares de Saint-Hilaire, Mareau-aux-Prés, Saint-Fiacre, Cléry-Saint-André, Jouy-le-Potier, Ligny-le-Ribault. À partir de 1906, une extension permettait d'aller à Villeny, La Marolle-en-Sologne, Neung-sur-Beuvron et Romorantin, le terminus.


Toponymie[modifier | modifier le code]

Ligny serait propriété de l'abbaye Saint-Mesmin de Micy en 508, tandis que font état d'un Litiniacense en 836, Liminiacus en 938, Latinacius en 1022, Litiniacus au XIe siècle. Au XIVe siècle apparaît le nom de Lognaco Ribaldi et c'est donc à partir de 1369 ou 1370 que Ligny est reconnu sous ce nom. On relève ensuite, dans un acte notarié de 1486 la dénomination Ligny-le-Ribaud et ce n'est qu'en 1552 que l'orthographe actuelle de Ribault est notée, mais même le nom de Ribault est contesté. Ribaud pour les uns, Ribault pour les autres, l'origine est la même selon l'orthographe retenue.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Ligny-le-Ribault

Les armes de Ligny-le-Ribault se blasonnent ainsi :

De sinople à la barre cousue de gueules chargée d'une barre d'argent surchargée de l'inscription LIGNY-LE-RIBAULT en lettres capitales de sable, accompagnée, en chef, d'un ensemble de deux giroles et d'un cerf et, en pointe, d'une bonde d'étang et d'un épi de seigle en barre, le tout d'or rangé en deux barres, au chef cousu aussi de gueules chargé de deux lettres L et R capitales en écriture ronde aussi d'argent accostées de deux petits rameaux de chêne feuillés de quatre pièces du même posés en bande[4].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Anne Durand-Gaborit S.E  
2008 2014 Gilles Landré de la Saugerie UMP Colonel de l'Armée Française
1977 2008 Gilles Durant des Aulnois RPR puis UMP Notaire honoraire
1964 1977 M. Bracquemont    
1964 (25.9) 1964 (6.10) Denyse Durant des Aulnois    
1953 1964 Olivier Pajon    
1945 1953 Georges Ubald Bocquet    
1919 1941 Jacques André    
1903 1918 Alexandre André    
1902 1903 Arthur du Pré de Saint Maur    
1878 1902 Georges du Pré de Saint Maur    
1859 1878 Ernest du Pré de Saint Maur   nommé par Napoléon III

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Ligny-le-Ribault.

En 2011, la commune comptait 1 290 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
780 644 670 783 738 825 788 837 839
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
805 939 1 023 1 190 1 299 1 366 1 402 1 350 1 358
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 288 1 379 1 477 1 348 1 308 1 212 1 158 1 166 1 138
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
1 032 939 895 960 1 033 1 121 1 298 1 290 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2004[6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Patrimoine[modifier | modifier le code]

Le clocher de l'église Saint-Martin
  • L'église Saint-Martin
  • L'écomusée de l'association "Écomusée - Patrimoine de Ligny-le-Ribault" dont le but est la sauvegarde du patrimoine du village et de la Sologne ;
  • La tuilerie de la Bretèche ;
  • La maison des expositions.

N.B. La "Maison du cerf" a été transférée à Villeny en Loir-et-Cher, à 7 km de Ligny.

Économie[modifier | modifier le code]

Vieux four à briques désaffecté de la briquetterie de la Bretèche

Le village comporte l'une des rares briqueteries en fonction de Sologne, la tuilerie de la Bretèche. Elle conserve un vieux four à brique désaffecté datant de 1890. Le four et les séchoirs de la fin du XIXe siècle sont inscrits monument historique depuis le 14 juin 1999[7].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • René Jamet (1889-1971), peintre français, né à Ligny-le-Ribault et mort à Cannes, a peint des tableaux représentant le village et ses alentours.
  • Pierre Ségelle (1899-1960), ministre, y a exercé la profession de médecin[8].

Divers[modifier | modifier le code]

Une des scènes de la série les Brigades du Tigre a été tournée près du cimetière du village. On peut y voir des impacts de balles sur le mur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Les régions naturelles du Loiret », sur le site de la DDT du Loiret
  2. « Carte des régions naturelles du Loiret (format pdf - 993.2 ko) », sur le site de la DDT du Loiret
  3. Les distances et temps de parcours sont issus de l'évaluateur d'itinéraires de maps.google.fr, consulté le 29 octobre 2012
  4. Gaso. Consultation : janvier 2010.
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  7. « La briqueterie de la Bretêche », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  8. Pierre Ségelle, de la médecine à la politique, Reflets du Loiret, septembre-Octobre 2010, p. 25

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]