Jouy-le-Potier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Jouy et Potier.
Jouy-le-Potier
Image illustrative de l'article Jouy-le-Potier
Blason de Jouy-le-Potier
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Canton Cléry-Saint-André
Intercommunalité Communauté de communes du Val d'Ardoux
Maire
Mandat
Gilles Billiot
2014-2020
Code postal 45370
Code commune 45175
Démographie
Gentilé Joviciens[1]
Population
municipale
1 316 hab. (2011)
Densité 26 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 45′ 11″ N 1° 48′ 37″ E / 47.752944, 1.810341 ()47° 45′ 11″ Nord 1° 48′ 37″ Est / 47.752944, 1.810341 ()  
Altitude Min. 94 m – Max. 119 m
Superficie 50,4 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Jouy-le-Potier

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Jouy-le-Potier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Jouy-le-Potier

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Jouy-le-Potier
Liens
Site web www.jouy-le-potier.fr

Jouy-le-Potier est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune se trouve au sud du département, dans la Sologne, une des neuf régions naturelles du Loiret[2],[3], qui s'étend au sud de la Loire sur les anciennes provinces de l'Orléanais, du Berry et du Blaisois.

Elle est située à 10 km par la route (12 min en voiture dans des conditions normales de circulation) de son chef-lieu de canton, Cléry-Saint-André, et à 24 km (30 min) de la de la préfecture du département, Orléans[4].

Lieux-dits et écarts[modifier | modifier le code]

Cendray ; Villefallier ; Les Charnais ; le petit Villefalier ; Montour.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Carte de la commune de Jouy-le-Potier et des communes limitrophes.

Les communes limitrophes sont La Ferté-Saint-Aubin, Ligny-le-Ribault, Ardon, Lailly-en-Val.

Rose des vents Dry Cléry-Saint-André Mézières-lez-Cléry Rose des vents
Lailly-en-Val N Ardon
O    JOUY-LE-POTIER    E
S
Lailly-en-Val Ligny-le-Ribault La Ferté-Saint-Aubin

Histoire[modifier | modifier le code]

Une gare des tramways de Sologne se situait dans la commune.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Jouy-le-Potier

Les armes de Jouy-le-Potier se blasonnent ainsi :

d'azur au chêne arraché englanté de sinople° et fûté de sable°, accosté de deux pots antiques au naturel, à la tierce ondée d'argent en pointe, au chef cousu de gueules chargé de deux poules d'eau affrontées aussi de sable° accostant un rencontre de cerf d'or brochant sur le trait du chef [5].

* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives ( Chêne et Poules d'eau: émail sur émail).

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La commune a appartenu au district de Beaugency et au canton de Lailli de 1793 à 1801 ainsi qu'au canton de La Ferté-Saint-Aubin de 1801 à 1820. Elle appartient à l'arrondissement d'Orléans depuis 1801 et au canton de Cléry-Saint-André depuis 1820[6].

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
  en cours Gilles Billiot    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Démographie de Jouy-le-Potier.

En 2011, la commune comptait 1 316 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
510 452 507 561 610 617 564 648 641
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
688 700 744 776 782 764 807 823 870
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
852 847 830 731 769 718 696 651 659
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
630 551 638 856 1 187 1 325 1 351 1 316 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2004[8].)
Histogramme de l'évolution démographique

Enseignement[modifier | modifier le code]

Jouy-le-Potier est situé dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription d'Orléans sud-ouest. La commune possède une école maternelle et une école primaire (Les Raboliots)[9].

Économie[modifier | modifier le code]

Marché, le mercredi matin, sur la place de l'église.

Patrimoine[modifier | modifier le code]

  • Les vestiges d'une tuilerie et son four à brique du XIXe siècle au lieu-dit Cendray[A 1]
  • L'église Saint-Pierre inscrite depuis 1935 à l'inventaire des Monuments historiques[A 2] dont le porche roman du XIIe siècle est surmonté d'une petite tête à l'effigie de Jupiter[10]. Elle contient plusieurs œuvres (tableaux, plaques funéraires ou commémoratives, fonts baptismaux) classés Monuments historiques à titre d'objet.
  • Le château du Lude inscrit le 19 novembre 2002 à l'inventaire des Monuments historiques[A 3]
  • Les châteaux de de Villefallier édifié de 1875 à 1879 selon les plans de l'architecte Jules de La Morandière[A 4] ; de Vignelle datant de 1885[A 5] ; de Montour du XIXe siècle[A 6] ; de Cendray du XVIIIe siècle restauré en 1853[A 7]
  • Une croix monumentale du XIXe siècle[A 8]
  • La grange aux dîmes du XVIIIe siècle[A 9]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 1er juin 2010)
  2. « Les régions naturelles du Loiret », sur le site de la DDT du Loiret
  3. « Carte des régions naturelles du Loiret (format pdf - 993.2 ko) », sur le site de la DDT du Loiret
  4. Les distances et temps de parcours sont issus de l'évaluateur d'itinéraires de maps.google.fr, consulté le 28 octobre 2012
  5. « Le blason de Jouy-le-Potier », sur www.gaso.fr (consulté le 1er juin 2010)
  6. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées fcass.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  9. « liste des écoles de la circonscription d'Orléans sud-ouest », sur www.ac-orleans-tours.fr (consulté en 2010)
  10. De Sairigné MS, Un portail d'exception. Le Journal de la Sologne, été 2010, p. 42.
  11. Le Journal de la Sologne. Hiver 2008, p. 9.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]