Congrès eucharistique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Messe célébrée à la fin du congrès de Dublin de 1932.

Un congrès eucharistique est un rassemblement de clercs et de laïcs en vue de l'évangélisation par l'adoration de la Sainte Eucharistie.

La présence réelle de Jésus-Christ dans l'Eucharistie est l'un des principaux dogmes de la foi catholique, et l'Église la considère comme le trésor le plus précieux qui lui ait été laissé. Les congrès ont pour bienfait de concentrer les pensées des fidèles sur le mystère de l'autel et de faire connaître les moyens par lesquels la dévotion eucharistique puisse être promue et cultivée dans le cœur du peuple.

Il existe des congrès eucharistiques régionaux, nationaux et internationaux.

Histoire[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Inspiré par le "Miracle eucharistique de Faverney" (1608), le premier congrès eucharistique international a lieu à Lille le 21 juin 1881 à l'initiative de Mgr de Ségur, mais n'a qu'une audience régionale. Cependant d'année en année les rassemblements deviennent plus importants et rassemblent plus de monde. Le sixième congrès se tient à Paris, en 1888, à la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre, dans un contexte politique tendu à cause des lois sur les congrégations. Le suivant a lieu en Belgique à Anvers, où 150 000 personnes reçoivent la bénédiction du cardinal cardinal Goosens. Ce congrès est organisé par Mgr Doutreloux.

Le huitième congrès, qui a lieu à Jérusalem en 1893 est le premier à se tenir hors d'Europe et revêt une importance particulière, alors que les missions protestantes et notamment allemandes s'installent en Terre sainte et que la question ottomane (L'homme malade) fait débat.

En 1893, le cardinal Benoît Langénieux de Reims prend la présidence du Congrès eucharistique de Jérusalem. Reçu dans la Ville Sainte avec les honneurs royaux dus à son titre de légat du Saint-Siège, le cardinal, en face des sectes rivales qui se disputent les lieux saints, représenta l’Église et la France.

En 1894, le Cardinal Benoît Langénieux présidait à Reims le IXe congrès eucharistique ; il devait en 1899, présider encore, avec le titre de légat apostolique, le XIIe congrès, tenu cette fois à Lourdes.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

Le congrès eucharistique de Metz de 1907 (alors partie de l'Empire allemand) bénéficie d'une suspension de la loi allemande qui interdisait les processions depuis le Kulturkampf de Bismarck.

À Londres, le congrès eucharistique de 1908 réunit les laïcs et clercs de langue anglaise sous le patronage du cardinal Bourne, celui de Cologne en 1909 les fidèles germanophones.

Le congrès eucharistique de Montréal de 1910 est le premier à se tenir en Amérique et accueille de grandes foules, ainsi que le congrès eucharistique de Vienne en 1912.

Il n'y a plus de congrès eucharistiques internationaux pendant plusieurs années après celui de 1914 qui se déroule à Lourdes[1] quelques mois avant le déclenchement de la Première Guerre mondiale. Le prochain est organisé à Rome en 1922, alors que Mussolini vient d'effectuer sa marche sur Rome et a la volonté d'édifier une nouvelle société prétendument « moderne » se détournant de l'ancienne tradition chrétienne.

Petites filles des écoles catholiques au congrès eucharistique de Carthage
Grand-messe du congrès de Budapest (1938). L'autel est sous la couronne, figurant celle de saint Étienne de Hongrie

Le congrès eucharistique de Carthage, en 1930, premier à se tenir en Afrique, est perçu par certains membres des populations locales comme une provocation, car de jeunes catholiques costumés en croisés rappellent aux musulmans colonisés la victoire des « Francs » sur l'Afrique du Nord.

Le congrès de Dublin de 1932, selon les témoignages de l'époque, est un puissant témoignage de la foi catholique. Il célèbre le 1 500e anniversaire de l'arrivée de saint Patrick en Irlande et son thème est consacré à la mission des Irlandais et de leurs prêtres missionnaires. Plus de trois millions et demi de fidèles de ce petit pays assistent aux cérémonies. Elles seront encore plus nombreuses près de cinquante ans plus tard, lors de la venue de Jean-Paul II.

On prend l'habitude de soumettre après chaque congrès un rapport détaillant les homélies, les discours et les allocutions prononcées.

Le congrès de Budapest en 1938 se déroule dans un contexte politique extrêmement difficile avec la montée des périls. Il est présidé par le cardinal Pacelli qui sera pape moins d'un an plus tard.

Après une interruption de quatorze ans due à la Seconde Guerre mondiale, le congrès suivant se tient à Barcelone en 1952 et désenclave l'Espagne de Franco dont les États-Unis se rapprochent à cause de la Guerre froide.

Le congrès eucharistique de Bombay, premier à se tenir en Asie, se tient en 1964 dans les années d'après la décolonisation; celui de Bogota en 1968 est marqué par la montée de l'idéologie de la théologie de la libération et des révolutions étudiantes en Amérique du Nord en Amérique latine et en Europe occidentale. C'est le premier congrès également à faire face aux nouvelles entreprises postconciliaires. Les cérémonies ne sont plus célébrés en latin et une page est définitivement tournée à propos des méthodes d'évangélisation d'hier.

Le lieu du congrès de Philadelphie en 1976 est choisi pour honorer le bicentenaire de l'indépendance des États-Unis alors que les régimes de certains pays du Tiers-Monde basculent dans le camp soviétique. Le président Gerald Ford, protestant, assiste à une messe. Le congrès est le reflet d'une époque de profondes divisions, même au sein de l'Église. Le thème en est Jésus pain de vie.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le quarantième-septième congrès international se tient à Rome pendant l'année jubilaire en l'an 2000. C'est le troisième à être tenu dans la ville pétrinienne. Jean-Paul II a repris depuis le début de son pontificat le thème de l'évangélisation qui était mis à mal. De nombreuses foules reviennent à Rome à l'occasion de cette année sainte et de ce congrès.

Le dernier congrès eucharistique international a eu lieu en juin 2012 à Dublin. Le prochain (51ème) est prévu du 24 au 31 janvier 2016 aux Philippines.

2012 Dublin (Irlande)[modifier | modifier le code]

Le 50e congrès eucharistique international a lieu à Dublin, en Irlande, sous la présidence de Mgr Diarmuid Martin, archevêque de Dublin. Il se déroule du 10 juin 2012, solennité du Corps et du Sang du Seigneur (Fête-Dieu), jusqu’au 17 juin 2012. Le thème du congrès est « l'Eucharistie : Communion avec le Christ et entre nous ». Ce choix de thème est en lien avec les textes du concile Vatican II, et particulièrement le paragraphe 7 de Lumen Gentium. L'année 2012 marque en effet le cinquantième anniversaire de l'ouverture du concile. L'organisation en est confiée au père Kevin Doran[2].

Le pape Benoît XVI a en outre établi un lien entre la tenue de ce congrès eucharistique et le renouveau qu'il appelle de ses vœux pour l'Église en Irlande[3].

Objectifs et déroulement[modifier | modifier le code]

Procession du Saint-Sacrement au congrès eucharistique régional de Charlotte (Caroline du Nord) aux États-Unis en septembre 2005

L'objectif premier des congrès eucharistiques est de rappeler la centralité de l'eucharistie dans la vie de l'Église. Ils sont maintenant également associés au mouvement de la « nouvelle évangélisation ». Ils permettent en effet d'amener progressivement les fidèles à entrer plus profondément dans le mystère des sacrements, ce que le pape Benoît XVI qualifie d'« évangélisation mystagogique qui s’accomplit à l’école de l’Église en prière, à partir de la liturgie et par la liturgie »[4].

Chronologie des congrès eucharistiques[modifier | modifier le code]

  1. Drapeau de la France Lille : 1881
  2. Drapeau de la France Avignon : 1882
  3. Drapeau de la Belgique Liège : 1883
  4. Drapeau de la Suisse Fribourg : 1885
  5. Drapeau de la France Toulouse : 1886
  6. Drapeau de la France Paris : 1888
  7. Drapeau de la Belgique Anvers : 1890
  8. Drapeau de l'Empire ottoman Jérusalem : 1893
  9. Drapeau de la France Reims : 1894
  10. Drapeau de la France Paray-le-Monial : 1897
  11. Drapeau de la Belgique Bruxelles : 1898
  12. Drapeau de la France Lourdes : 1899
  13. Drapeau de la Belgique Anvers : 1901
  14. Drapeau de la Belgique Namur : 1902
  15. Drapeau de la France Angoulême : 1904
  16. Drapeau de l'Italie Rome : 1905
  17. Drapeau de la Belgique Tournai : 1906
  18. Drapeau de l'Allemagne Metz : 1907
  19. Drapeau du Royaume-Uni Londres : 1908
  20. Drapeau de l'Allemagne Cologne : 1909
  21. Drapeau du Canada Montréal : 1910
  22. Drapeau de l'Espagne Madrid : 1911
  23. Drapeau de l'Autriche-Hongrie Vienne : 1912
  24. Drapeau de Malte Malte : 1913
  25. Drapeau de la France Lourdes : 1914
  26. Drapeau de l'Italie Rome : 1922
  27. Drapeau des Pays-Bas Amsterdam : 1924
  28. Drapeau des États-Unis Chicago : 1926
  29. Drapeau de l'Australie Sydney : 1928
  30. Drapeau de la Tunisie Carthage : 1930
  31. Drapeau de l'Irlande Dublin : 1932
  32. Drapeau de l’Argentine Buenos Aires : 1934[5]
  33. Drapeau des Philippines Manille : 1937
  34. Drapeau de la Hongrie Budapest : 1938
  35. Drapeau de l'Espagne Barcelone : 1952
  36. Drapeau du Brésil Rio de Janeiro : 1955
  37. Drapeau de l'Allemagne Munich : 1960
  38. Drapeau de l'Inde Bombay : 1964
  39. Drapeau de la Colombie Bogotà : 1968
  40. Drapeau de l'Australie Melbourne : 1973
  41. Drapeau des États-Unis Philadelphie : 1976
  42. Drapeau de la France Lourdes : 1981
  43. Drapeau du Kenya Nairobi : 1985
  44. Drapeau de la Corée du Sud Séoul : 1989
  45. Drapeau de l'Espagne Séville : 1993
  46. Drapeau de la Pologne Wrocław : 1997
  47. Drapeau de l'Italie Rome : 2000
  48. Drapeau du Mexique Guadalajara : 2004
  49. Drapeau du Québec Québec : 2008
  50. Drapeau de l'Irlande Dublin : 2012
  51. Drapeau des Philippines Cebu : 2016

Les organisateurs pionniers des congrès eucharistiques[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]