Année sainte

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Une Année sainte ou Jubilé est, dans l'Église catholique romaine, une célébration ordinaire prenant place tous les 25 ans. Durant cette année, l'indulgence plénière est accordée à certaines conditions : confession, communion sacramentelle, aumônes ou autres bonnes œuvres et le pèlerinage de Rome qui impliquera la visite des basiliques majeures. Ces conditions sont généralement précisées dans la bulle d'indiction promulguée par le pape qui fixe également les dates d'ouverture et de clôture de l'Année sainte. L'Année sainte est donc un temps de conversion, de pénitence, de pardon et de rémission des peines temporelles encourues pour le péché. C'est aussi, par conséquent, une année de liesse et d'action de grâce.

Lors de l'Année sainte, la Porte Sainte de chacune des quatre basiliques majeures de Rome est solennellement ouverte.

L'Année sainte puise son symbolisme dans le jubilé juif, prescrit tous les 50 ans par les commandements du Lévitique (25:8–55). Cette année-là les juifs célébraient leur libération de l'exil de Babylone par la remise des dettes et l'affranchissement des esclaves.

Au XXe siècle, Pie XI et Jean-Paul II ont ajouté aux années saintes ordinaires des années saintes extraordinaires, célébrées respectivement en 1933 et en 1983 pour célébrer la mort et la résurrection de Jésus-Christ, donc la Rédemption du genre humain.

Le premier jubilé catholique[modifier | modifier le code]

Le premier jubilé formellement organisé par la papauté fut celui décrété en 1300 par le pape Boniface VIII, invitant les Chrétiens à se rendre à Rome pour bénéficier de l'indulgence plénière accordée auparavant aux Croisés, la perte du royaume de Jérusalem rendant difficile le pèlerinage à Jérusalem et développant fortement celui de Rome[1]. À cette époque, des rumeurs couraient selon lesquelles une indulgence générale était accordée tous les cent ans. Le mot de « jubilé » était déjà dans l'air du temps. Le dominicain Humbert de Romans, dans un sermon de 1267, déclarait ainsi : « Voici maintenant le jubilé, non pas celui des Juifs mais des chrétiens, tellement meilleur. » De même, dans la Chronique d'Albéric de Trois-Fontaines, le mot fut utilisé pour désigner la croisade d'Innocent III contre les Albigeois.

Le , fête de la chaire de saint Pierre, Boniface VIII promulgua la bulle d'indiction Antiquorum fida relatio. Il y institua l'année sainte et précisa les conditions de l'indulgence : être en état de grâce (renoncement au péché) (après confession et absolution), avoir visité les basiliques de Rome, Saint-Pierre et Saint-Paul-hors-les-murs, ainsi devenues les deux premières basiliques majeures. Les chiffres donnés par les chroniqueurs médiévaux sont apparemment extravagants : ils s'échelonnent de 200 000 personnes à deux millions. Dante nota néanmoins que la densité de la foule obligea à aménager un sens unique sur le pont Saint-Ange, près du Vatican.

Liste des années saintes[modifier | modifier le code]

Plaques commémorant l'ouverture et la fermeture de la Porte Sainte par Pie XII (1950), Paul VI (1975) et Jean-Paul II (1983-1984 et 2000), basilique Saint-Jean de Latran à Rome
  1. 1300 : Boniface VIII
  2. 1350 : Clément VI
  3. 1390 : décrétée par Urbain VI, présidée par Boniface IX
  4. 1400 : Boniface IX
  5. 1425 : Martin V
  6. 1450 : Nicolas V
  7. 1475 : décrétée par Paul II, présidée par Sixte IV
  8. 1500 : Alexandre VI
  9. 1525 : Clément VII
  10. 1550 : décrétée par Paul III, présidée par Jules III
  11. 1575 : Grégoire XIII
  12. 1600 : Clément VIII
  13. 1625 : Urbain VIII
  14. 1650 : Innocent X
  15. 1675 : Clément X
  16. 1700 : décrétée par Innocent XII, présidée par Clément XI
  17. 1725 : Benoît XIII
  18. 1754 : Benoît XIV
  19. 1775 : décrétée par Clément XIV, présidée par Pie VI
  20. 1825 : Léon XII
  21. 1875 : Pie IX (sans grande solennité)
  22. 1900 : Léon XIII
  23. 1925 : Pie XI
  24. 1933 : Pie XI
  25. 1950 : Pie XII
  26. 1975 : Paul VI
  27. 1983 : Jean-Paul II
  28. 2000 : Jean-Paul II
  29. 2025 :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. André Vauchez, Rome au Moyen Age, Riveneuve éditions,‎ 2010 (ISBN 2360130145), p. 515

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]