Gaspard Mermillod

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mermillod.
Gaspard Mermillod
Image illustrative de l'article Gaspard Mermillod
Biographie
Naissance 22 septembre 1824
Carouge (Suisse)
Ordination sacerdotale 14 juin 1847
Décès 23 février 1892
Rome (Italie)
Cardinal de l’Église catholique
Créé
cardinal
23 juin 1890 par le
pape Léon XIII
Titre cardinalice Cardinal-prêtre
de Ss. Nereo ed Achilleo
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale 25 septembre 1864 par le
pape Pie IX
Fonctions épiscopales Évêque de Lausanne et Genève
Cardinal-prêtre de Ss. Nereo ed Achilleo
26 juin 1890 – 23 juillet 1892
Précédent Alfonso Capecelatro di Castelpagano Luigi Galimberti Suivant
Évêque de Lausanne et Genève
15 mars 1883 – 11 mars 1891
Précédent Christophore Cosandey Joseph Déruaz Suivant
Évêque titulaire d'Hébron,
auxiliaire de Lausanne et Genève
22 septembre 1864 – 15 mars 1883
Précédent Bernhard Bogedain Michel Petkoff Suivant

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Gaspard Mermillod, né le 22 septembre 1824 à Carouge et mort le 23 février 1892 à Rome, est un évêque et cardinal de l'Église catholique romaine.

Famille[modifier | modifier le code]

Gaspard Mermillod est né en 1824 à Carouge. Il est l'aîné des six enfants de Jacques Mermillod et Pernette Mégard, tous deux nés dans des familles d'agriculteurs du village de Bardonnex, à quelques kilomètres de la ville naissante de Carouge[1]. La famille tient une boulangerie et une auberge. L’une des sœurs du père de Gaspard Mermillod était bénédictine[2]. Un de ses frères est aussi devenu un religieux : Claude Mermillod dit père Alfred, né en 1830.

Biographie[modifier | modifier le code]

Gaspard Mermillod suit le petit séminaire de Chambéry, puis étudie à Fribourg où il est ordonné prêtre en 1847.

Après avoir été nommé, en pleine guerre du Sonderbund, curé de la seule paroisse catholique de Genève (église Saint-Germain), il est au centre d'une polémique entre le Saint-Siège et les autorités fédérales suisses concernant la restauration d'un évêché catholique dans la cité de Calvin ; Pie IX ayant érigé un vicariat apostolique à Genève, dont il avait confié la charge à Gaspard Mermillod qui devient alors évêque de Lausanne et Genève. Ce dernier est expulsé en 1873 plusieurs années hors de Suisse. Il s'installe alors en France voisine, d'abord à Ferney (Ain), puis en 1880 à Monthoux (Haute-Savoie)[3]. Les relations s'apaisèrent avec l'élection de Léon XIII qui renonça au vicariat apostolique de Genève, et Mgr Mermillod put rentrer en Suisse en 1883 au terme de dix années d'exil.

Mgr Mermillod est surtout un acteur majeur dans l'histoire de la Doctrine sociale de l'Église. Encouragé par son ami René de La Tour du Pin, il fonde l'Union sociale d'études catholique et économiques, appelée aussi Union de Fribourg, où se retrouvèrent quelques-uns des plus grands noms du catholicisme social de l'époque (le Suisse Gaspard Decurtins, les Français René de La Tour du Pin, Albert de Mun, Louis Milcent et Henri Lorin, les Autrichiens Karl von Vogelsang et Gustave Blome, l'Allemand Franz Kuefstein) et dont les travaux sur la « question sociale » constitueront la base de l'encyclique de Léon XIII Rerum Novarum[4].

En 1889, Mgr Mermillod apporte son appui à la fondation d'une faculté de théologie catholique à Fribourg. Mais il échoue cependant à en faire université catholique « libre » placée sous l’égide épiscopale, selon le modèle des instituts catholiques français. L'université de Fribourg est en effet contrôlée par l'État, selon le projet du fribourgeois Georges Python, alors Directeur de l’instruction publique du canton. C'est un membre de l'Union de Fribourg, Gaspard Decurtins, qui est chargé du recrutement des premiers professeurs.

Mgr Mermillod est créé cardinal par Léon XIII en 1890 au titre de Santi Nereo e Achilleo, devenant ainsi le second cardinal suisse, trois siècles après Matthieu Schiner. À cette occasion, une brasserie de Fribourg donne à ses bières le nom de « Cardinal »[5] ; la marque existe toujours sous ce nom.

Le cardinal Mermillod décède seulement quelques mois plus tard, à 67 ans. D'abord enterré au cimetière de Campo Verano, son corps est transféré en 1926 dans l'église paroissiale de Carouge où une avenue est nommée en son honneur.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Il est né six mois et demi après le mariage de ses parents le 5 mars 1824 à Compesières (paroisse comprenant Bardonnex). Sources : registres de l'état-civil, Archives d'État de Genève.
  2. Philippe Chenaux, « Le cardinal Mermillod (1824-1892) : Entre la mémoire et l’oubli », Université de Genève, in Choisir, novembre 1991, p. 6-11.
  3. Mgr Henri Schwery, L' Église dans le monde: institution, conclave, mystère, Saint-Maurice (Valais), Éditions Saint-Augustin,‎ 2008 (ISBN 978-2-88011-449-7), p. 80
  4. Article « L'union de Fribourg. L’internationale catholique de la question ouvrière », sur Spiritualité 2000. Extrait de Le Livre des merveilles, Paris, Mame/Plon, 1999, pp. 953-955.
  5. « Charte de la cervoise Cardinal de Fribourg », revue de presse sur invention.ch, 1998.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]