Nouvelle évangélisation

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La Nouvelle évangélisation est un terme introduit par le pape Jean-Paul II au cours d'un voyage apostolique en Pologne, en 1979[1]. Il l'a repris par la suite pour interpeller les Églises d'Amérique latine[1], ce, afin que les fidèles catholiques réaffirment leur foi dans le Christ[2]. Il a également fait son apparition en Europe pour répondre à la sécularisation progressive de la société[3]. La nouvelle évangélisation contraste avec l'évangélisation « traditionnelle »[note 1] au sens où elle touche d'abord les pays de vieille tradition chrétienne[4].

Statue de l'apôtre Paul dans la cour de la basilique Saint-Paul-hors-les-Murs.

Elle tente de répondre au problème posé par l'apôtre Paul dans son épître aux Romains et repris dans le Lineamenta du Synode des évêques sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne :

« ... Comment l'invoquer sans d'abord croire en lui ?

Et comment croire sans d'abord l'entendre ?

Et comment entendre sans prédicateur ? »

— (Rm. 10:14)[5],[note 2]

« La nouvelle évangélisation doit être orientée pour faire en sorte que l’homme et la femme de cette société sécularisée recommencent à vivre la joie de la présence et de la proximité de l’amour de Dieu dans leur vie »[6], selon José Ruiz Arenas (en), archevêque secrétaire du Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation en 2012. D'autres y voient un renouvellement du modus operandi de l'évangélisation[7],[note 3] ; principalement de l'importance nouvellement donnée au témoignage du baptisé par son style de vie[8] ou par l'expression de sa rencontre avec Dieu[9].

La nouvelle évangélisation émane de l'Église catholique et s'y adresse spécifiquement, bien que Jean-Paul II ait interpellé les Églises d'Amérique latine : l'Église universelle et les Églises particulières. Elle est l'une des priorités de l'Église catholique depuis le pontificat de Jean-Paul II[10].

Les prémices de la nouvelle évangélisation : Vatican II[modifier | modifier le code]

Voir également : Vatican II et Evangelii Nuntiandi.

Paul VI, qui a clôturé le concile Vatican II, déclarait le 8 décembre 1975, dans son exhortation apostolique Evangelii Nuntiandi, qu'il faut évangéliser les cultures[11]. Il considérait la rupture entre l'Évangile et la culture comme le « drame de notre époque », et de préciser « comme ce fut aussi celui d’autres époques »[11],[12].

À cause de ce phénomène d'« inculturation »[13], Jean-Paul II évoquera la nécessité d'une nouvelle évangélisation[11]. Le pape Paul VI parlait, lui, de « temps nouveaux pour l'évangélisation », dès décembre 1975[14].

Mais l'importance capitale d'une nouvelle évangélisation est signifiée par l'emblématique expression du pape Jean-Paul II[4] :

« (...) les responsabilités missionnaires de l'Église ne sont pas recevables si elles ne sont authentifiées par un sérieux engagement pour la nouvelle évangélisation dans les pays de vieille tradition chrétienne (...) »

— Pape Jean-Paul II[15].

Ainsi, si l'Église catholique veut jouir d'une certaine crédibilité dans les pays où le Christ n'est pas encore connu, il lui faut être influente dans les pays de vieille tradition chrétienne, ce qui nécessitera un « engagement sans merci » contre la sécularisation avant l'année 1978, date marquant l'apogée du recul du catholicisme dans le monde[16].

Jean-Paul II et la nouvelle évangélisation[modifier | modifier le code]

« Parler de nouvelle évangélisation signifie implicitement reconnaître que la première évangélisation n'a pas été en mesure de transmettre les valeurs chrétiennes de génération en génération. »

— Frédéric Manns dans Qu'est-ce que la nouvelle évangélisation ?[17].

Pour le bienheureux Jean-Paul II, la nouvelle évangélisation serait en premier lieu « la prise en compte et l'application de ce caractère conciliaire nouveau [la théologie pastorale offerte par le concile Vatican II] ordonné à l’entrée de l’Église dans le troisième millénaire »[18]. Dans un ouvrage théologique de grande actualité, Jean-Marc Barreau, docteur en théologie PH.D, présente le contenu pastoral de la nouvelle évangélisation selon la vision pastorale du saint pape Jean-Paul II à travers quatre composantes théologiques qui sont exposées clairement. La première fait référence à l'Exhortation Evangelii nuntiandi du pape Paul VI. La seconde regarde l'anthropologie développée par Karol Wojtyla. La troisième se concentre sur l'application pastorale du concile Vatican II. La dernière présente le lien intrinsèque entre sainteté de vie et nouvelle évangélisation[19].

La naissance d'une nouvelle évangélisation[modifier | modifier le code]

Messe en plein-air du pape Jean-Paul II au Yankee Stadium de New York, en 1979.

Jean-Paul II a utilisé pour la première fois le terme de « nouvelle évangélisation » le 9 juin 1979, en Pologne, devant des ouvriers de Nowa Huta[20],[21] :

« La nouvelle croix de bois a été élevée non loin d’ici, durant les célébrations du millénaire. Avec elle nous avons reçu un signe, celui qu’au seuil du nouveau millénaire — en ces temps nouveaux en ces nouvelles conditions de vie — l’Évangile est de nouveau annoncé. Une nouvelle évangélisation est commencée, comme s’il s’agissait d’une deuxième annonce, bien qu’en réalité ce soit toujours la même. »

— Pape Jean-Paul II. Mogila, Cracovie, Samedi 9 juin 1979[22].

Tout au long de son pontificat il a réemployé le terme de « nouvelle évangélisation », à l'exemple de l'exhortation apostolique post-synodale Christifideles laici « sur la vocation et la mission des laïcs dans le monde », donnée le 30 décembre 1988[23]. Pour lui, les laïcs doivent jouer un rôle central dans la nouvelle évangélisation [20], notamment par le biais d'associations de tout type. Et en 1990, il déclare à la toute fin de l'introduction de son encyclique Redemptoris missio :

« Aucun de ceux qui croient au Christ, aucune institution de l'Église ne peut se soustraire à ce devoir suprême: annoncer le Christ à tous les peuples. »

— Pape Jean-Paul II. Rome, Vendredi 7 décembre 1990, à l’occasion du XXVe anniversaire du décret conciliaire Ad Gentes[24].

Dans ce même encyclique, au point n°33, Jean-Paul II discerne trois situations dans lesquelles peut se trouver l'Église catholique et, par là même, peut donc orienter son évangélisation :

  • « [...] des peuples, des groupes humains, des contextes socio-culturels dans lesquels le Christ et son Évangile ne sont pas connus, ou dans lesquels il n'y a pas de communautés chrétiennes assez mûres pour pouvoir incarner la foi dans leur milieu et l'annoncer à d'autres groupes. Telle est, à proprement parler, la mission ad gentes. »[25]
  • « Il y a ensuite des communautés chrétiennes aux structures ecclésiales fortes et adaptées, à la foi et à la vie ferventes, qui rendent témoignage à l'Évangile de manière rayonnante dans leur milieu et qui prennent conscience du devoir de la mission universelle. En elles s'exerce l'activité pastorale de l'Église. »[25]
  • « Il existe enfin une situation intermédiaire, surtout dans les pays de vieille tradition chrétienne mais parfois aussi dans les Églises plus jeunes, où des groupes entiers de baptisés ont perdu le sens de la foi vivante ou vont jusqu'à ne plus se reconnaître comme membres de l'Église, en menant une existence éloignée du Christ et de son Évangile. Dans ce cas, il faut une « nouvelle évangélisation » ou une « réévangélisation » . »[25]

Dans le dernier cas, il est question de la nouvelle évangélisation, également appelée « réévangélisation », « nouvelle dans son expression »[7],[26].

En 1992, Jean-Paul II évoque neuf fois la « nouvelle évangélisation » dans son exhortation apostolique post-synodale Pastores dabo vobis, appelant les prêtres à en être des « ministres fervents et convaincus »[27].

Enfin, en 2000, Jean-Paul II exhorte les diacres de l'Église catholique à être « des apôtres actifs de la nouvelle évangélisation »[28] lors du Jubilé des diacres.

Nouvelle évangélisation, nouvelle expression[modifier | modifier le code]

Robert de Longe (1646-1709), Saint Joseph.

Jean-Paul II a considéré saint Joseph comme étant le modèle du témoin du Royaume de Dieu, en l’appelant « minister salutis » dans son exhortation apostolique Redemptoris Custos : « le serviteur du salut »[29],[30]. Pour cette raison, il l'a voulu le patron du troisième millénaire[31],[30] et le patron de la nouvelle évangélisation[32],[30].

Benoît XVI et la nouvelle évangélisation[modifier | modifier le code]

Pour Benoît XVI, la nouvelle évangélisation doit constituer une réponse rapide à ce qu'il appelle l'« éclique du sens de Dieu » qui est, selon lui, le défi majeur du début du troisième millénaire[20].

Le Saint-Siège a rendu public le 21 septembre 2010 une lettre apostolique en forme de motu proprio Ubicumque et semper[33] de Benoît XVI, par lequel celui-ci a institué le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation. Cette création est l'aboutissement du processus de réflexion entamé lors de la fondation de la Congrégation pour l'évangélisation des peuples en 1965.

Dans ce texte, Benoît XVI évoque la réalisation de la nouvelle évangélisation à partir de la pauvreté, qui incombe à « tout le peuple de Dieu », et la nécessite de reformuler la Bonne Nouvelle de l'Évangile à cause du phénomène d'acculturation des pays de longue tradition chrétienne[20].

Il déclare le 9 mars 2012 que la nouvelle évangélisation partait également du confessionnal, un lieu de réconciliation entre le fidèle et Dieu[34].

Pour Benoît XVI, saint Étienne « est aussi un modèle pour tous ceux qui veulent se mettre au service de la nouvelle évangélisation »[35].

François et la nouvelle évangélisation[modifier | modifier le code]

Synode des évêques sur la nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne[modifier | modifier le code]

Il a eu lieu au Vatican du 7 au 28 octobre 2012[36].

Modi operandi et missions de la nouvelle évangélisation[modifier | modifier le code]

Modi operandi généraux[modifier | modifier le code]

Le chapelet, instrument de la nouvelle évangélisation.

Par ses modi operandi, la nouvelle évangélisation se distingue très fortement de l'évangélisation « traditionnelle ».

Un premier moyen d'accomplir la nouvelle évangélisation est le témoignage, et ce, afin de témoigner de l'« authenticité de l'Évangile proclamé et vécu »[9]. Il ne s'agit donc non plus d'« éduquer » des populations mais de leur annoncer la Bonne Nouvelle de l'Évangile par l'expérience personnelle[37], d'où le rôle très important joué par les laïcs dans la nouvelle évangélisation. Il suffit d'être baptisé pour être évangélisateur[38]. Et il faut non plus seulement évangéliser ceux qui ne sont pas encore dans l'Église catholique mais ceux qui n'y vont plus également[8]. Le terme de « réévengélisation » prend alors ici tout son sens[note 4],[note 5]. La société ne se situe plus dans un monde chrétien mais dans un monde pluriculturel[39]. Nouvelle conception qui requiert d'ailleurs un dialogue interreligieux mais ne signifiant pas que toutes les religions se valent, précise Jean-Paul II dans son encyclique Redemptoris missio[40],[41]. La nouvelle évangélisation tend à une ouverture aux autres cultures[14].

« L'homme contemporain écoute plus volontiers les témoins que les maîtres ou, s'il écoute les maîtres, c'est parce qu'ils sont des témoins. »

— Pape Paul VI[8],[12].

Un deuxième mais essentiel moyen d'accomplir la nouvelle évangélisation est la lecture, l'étude et la prière des Écritures[42].

Sur l'étude des Écritures, Benoît XVI appelle à ce que la recherche scientifique ne soit pas séparée de la Lectio Divina[43],[44]. Il a également demandé à ce que l'Écriture soit « l'âme de la pastorale » dans son exhortation apostolique post-synodale Verbum Domini[45],[46].

À la prière se joint un troisième moyen d'accomplir la nouvelle évangélisation : l'adoration[47].

Un quatrième moyen d'accomplir la nouvelle évangélisation est l'annonce du kérygme[48],[note 6].

Modi operandi spécifiques[modifier | modifier le code]

Voir en particulier : Évangélisation de rue.

Plus spécifiquement, la nouvelle évangélisation peut être accomplie par le biais des « relations affectives, amoureuses et conjugales » en y introduisant les valeurs chrétiennes du pardon et de la réconciliation[49].

À l'occasion du VIIe Congrès mondial de la pastorale du tourisme, en avril 2012, Benoît XVI a demandé à ce que la nouvelle évangélisation soit développée par le tourisme, qui, par le voyage, « conduit à la rencontre avec Dieu »[50],[51].

À l'occasion du XIIe Congrès européen pour la catéchèse, en mai 2012, a été mis en évidence le possible rôle que pouvait jouer la catéchèse et notamment l'initiation chrétienne des jeunes de 7 à 16 ans dans la nouvelle évangélisation des adultes[52].

Évangéliser les cultures[modifier | modifier le code]

Jerzy Hulewicz (1886-1941), Crucifixion, 1918.

Depuis Vatican II, tous les pontifes ont appelé à évangéliser la (ou les) culture(s) qui est la première touchée par la sécularisation[53],[54].

Une dépêche de l'agence de presse ZENIT rapportait, en novembre 2011, les propos de Mgr Antonio Maria Vegliò, alors président du Conseil pontifical pour la pastorale des migrants et des personnes en déplacement, qui soulignait le « rôle stratégique » qu'avaient les étudiants internationaux dans l'évangélisation et la nouvelle évangélisation grâce aux rencontres, culturelles notamment, qu'ils pouvaient faire[55].

Jean-Paul II[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II expliqua qu'il fallait que la nouvelle annonce de l'Évangile devait rencontrer, et non pas éviter, la nouvelle culture qui se dessinait au XXe siècle, notamment au travers des moyens de communication sociale et des médias[56].

Benoît XVI[modifier | modifier le code]

Benoît XVI fut le premier pape à utiliser twitter à l'occasion du lancement du projet Pope2You.

Missions en Europe[modifier | modifier le code]

Mission métropoles, lancée lors du carême de l'année 2012, avait pour but d'unifier les diocèses des grandes villes européennes suivantes : Barcelone, Budapest, Bruxelles, Dublin, Cologne, Lisbonne, Liverpool, Paris, Turin, Varsovie et Vienne[57]. Ces villes étaient considérées, par Mgr Rino Fisichella, comme étant « particulièrement marquées par le sécularisme »[57].

Le Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation avait choisi l'évangile selon saint Marc et les Confessions de saint Augustin comme « fil rouge » de l'opération Mission métropoles[58]. Des personnalités du monde du spectacle en ont fait la lecture dans les douze villes concernées[58].

Le diocèse de Bruxelles avait, quant à lui, approfondi la démarche de Mission métropoles au travers de Metropolis2012[59]. C'est un événement qui a eu lieu du 22 février au 15 avril 2012 et qui s'est concentré autour de cinq grands axes : la parole de Dieu, les témoignages de conversion, l'expérience de la réconciliation, l'enseignement de la foi et la solidarité[59].

Plus spécifiquement, la communauté de l'Emmanuel participe activement à la nouvelle évangélisation en France où l'Église catholique a été victime de Mai 68[60],[note 7].

Missions en Amérique latine[modifier | modifier le code]

Jean-Paul II a évoqué pour la première fois la nouvelle évangélisation en Amérique latine lors de l’Assemblée des évêques latino-américains de Port-au-Prince, le 9 mars 1983[61].

Il est à noter que, suite à cette annonce, l'Église catholique avait accumulé un certain « retard »[61] dans la nouvelle évangélisation. Cela étant dû à la difficulté d'abandonner, pour le clergé local, certains types de conservatismes[62], contraires au nouveau visage que devait adopter la nouvelle évangélisation.

Premières conclusions de la nouvelle évangélisation[modifier | modifier le code]

Frédéric Manns, de l'ordre des frères mineurs, écrit en 2012 que la nouvelle évangélisation s'est traduite, et ce depuis déjà plus de trente ans[63] :

« (...) par une ferveur spirituelle accrue, une annonce décomplexée de la foi, l'accent mis sur la convivialité des communautés et une profusion d'initiatives employant des moyens modernes. »

En revanche, pour Hans Küng, ce mouvement n'a pas permis d'apporter une solution à la désaffection des catholiques occidentaux quant à la pratique religieuse ni à la crise des vocations chez les prêtres depuis Vatican II[64].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Le pape Benoît XVI l'appellera également évangélisation « classique » : elle concerne les nations qui ne connaissent pas encore les Évangiles (voir : (fr) Rick van Lier, La « nouvelle évangélisation » : Souffle nouveau, pratiques nouvelles ! Conférence présentée au Congrès organisé par le Conseil de l’éducation de la foi chez les Francophones de l’Alberta (CÉFFA), 2 - 4 novembre 2006).
  2. Éditions de la Bible sur Wikisource.
  3. Voir : 5.1 Modi operandi généraux.
  4. Voir : 2 Jean-Paul II et la nouvelle évangélisation.
  5. Le terme « ré-évangéliser » est également cité dans Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, Op. cit., p. 14.
  6. Le kérygme est à annoncer avant même la catéchèse : « Le kérygme est à la catéchèse ce que la naissance est à la croissance : il la précède, il lui est préalable, il en est la condition pour que fructifie la catéchèse. » (Frédéric Manns, Op.cit., p. 123.).
  7. Frédéric Manns nous dit que Mai 68 participa néanmoins à la naissance d'un christianisme « purifié » (Op. cit., p. 78), notamment par le biais de philosophes tels qu'Alain Badiou (Op. cit., pp. 74-78).

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (fr) Synode des évêques — XIIIe Assemblée générale ordinaire — La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne — Lineamenta, Cité du Vatican, 2011. Chapitre I, partie 5.
  2. (fr) La nouvelle évangélisation, c'est l'« annonce » du Christ, dans ZENIT le 17/11/2011, [lire en ligne]
  3. (fr) Mgr Fisichella président du Conseil pontifical pour la nouvelle évangélisation, dans ZENIT le 30/06/2010, [lire en ligne]
  4. a et b Graziano Manlio, « L'Église catholique et la « théologie de la prospérité » en Amérique latine », Outre-Terre, 2007/1 n° 18, p. 55.
  5. (fr) Synode des évêques — XIIIe Assemblée générale ordinaire — La nouvelle évangélisation pour la transmission de la foi chrétienne — Lineamenta, Cité du Vatican, 2011. Chapitre I.
  6. (fr) Retour au premier amour, dans L'Osservatore Romano le 29/07/2012, [lire en ligne]
  7. a et b Frédéric Manns, Qu'est-ce que la nouvelle évangélisation ?, Montrouge, Bayard, 2012, 1re éd. (1re éd. 2012), p. 86.
  8. a, b et c Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, La place de saint Joseph dans la nouvelle évangélisation. Actes du Colloque 19-20 mars 2011, Saint-Maur, Parole et Silence, 2012, 1re éd. (1re éd. 2012), p. 13.
  9. a et b Frédéric Manns, Op.cit., p. 81.
  10. Graziano Manlio, Op. cit., p. 77.
  11. a, b et c Frédéric Manns, Op.cit., p. 132.
  12. a et b (fr) Evangelii Nuntiandi — Exhortation apostolique de sa Sainteté le pape Paul VI sur l'évangélisation dans le monde moderne à l'épiscopat, au clergé et aux fidèles de toute l'Église, Rome, Lundi 8 décembre 1975
  13. (fr) Lettre apostolique Novo millennio ineunte du pape Jean-Paul II à l'épiscopat, au clergé et aux fidèles au terme du grand jubilé de l'an 2000, Vatican, Samedi 6 janvier 2001
  14. a et b (fr) Rick van Lier, La « nouvelle évangélisation » : Souffle nouveau, pratiques nouvelles ! Conférence présentée au Congrès organisé par le Conseil de l’éducation de la foi chez les Francophones de l’Alberta (CÉFFA), 2 - 4 novembre 2006
  15. (fr) Redemptoris missio — Sur la valeur permanente du précepte missionnaire, Rome, Vendredi 7 décembre 1990. n°37.a)
  16. Graziano Manlio, Op. cit., pp. 55-56.
  17. Frédéric Manns, Op. cit., p. 25.
  18. [PDF] (fr)Jean-Mars Barreau, Systématisation du contenu théologique de l’expression « nouvelle évangélisation » à la lumière de la théologie pastorale de Jean-Paul II, p. 192. [Thèse présentée en avril 2012 à la Faculté des études supérieures et postdoctorales, de l'Université de Montréal, en vue de l’obtention des grades de Philosophiae Doctor (Ph. D.) et de Docteur en théologie (D. Th)].
  19. Jean-Marc Barreau. (2014), Jean-Paul II, le Saint de la nouvelle évangélisation, Paris, Salvator, 204 p.
  20. a, b, c et d Frédéric Manns, Op. cit., p. 66.
  21. Collectif, Enquête sur la Nouvelle Évangélisation, Paris, Le Sarment, 2002, 1re éd. (1re éd. 2002), pp. 13-21.
  22. (fr) Homélie du pape Jean-Paul II lors de la messe au sanctuaire de la Sainte Croix, Mogila, Cracovie, Samedi 9 juin 1979
  23. (fr) Exhortation apostolique post-synodale Christifideles laici de sa Sainteté le pape Jean-Paul II sur la vocation et la mission des laïcs dans l'Église et dans le monde, Rome, Vendredi 30 décembre 1988
  24. (fr) Redemptoris missio — Sur la valeur permanente du précepte missionnaire, Rome, Vendredi 7 décembre 1990
  25. a, b et c (fr) Redemptoris missio — Sur la valeur permanente du précepte missionnaire, Rome, Vendredi 7 décembre 1990. n°33.
  26. [PDF] (fr) Cardinal Stanisław Ryłko, La nouvelle évangélisation, entre l’être et le faire : La contribution importante des mouvements ecclésiaux et des communautés nouvelles, p. 1.
  27. (fr) Exhortation apostolique post-synodale Pastores dabo vobis de sa Sainteté le pape Jean-Paul II à l'épiscopat, au clergé et aux fidèles sur la formation des prêtres dans les circonstances actuelles, Rome, Mercredi 25 mars 1992
  28. (fr) « Apôtres de la nouvelle évangélisation », Rome, Samedi 19 février 2000
  29. Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, Op. cit., p. 17.
  30. a, b et c (fr) Exhortation apostolique Redemptoris Custos de sa Sainteté Jean-Paul II sur la figure et la mission de saint Joseph dans la vie du Christ et de l'Église, Rome, Mardi 15 août 1989
  31. Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, Op. cit., p. 19.
  32. Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, Op. cit., p. 20.
  33. (fr) Lettre apostolique sous forme de motu proprio Ubicumque et semper du souverain pontife Benoît XVI par laquelle est institué le Conseil pontifical pour la promotion de la nouvelle évangélisation, Castel Gandolfo, Mardi 21 septembre 2010
  34. (fr) Le confessionnal, rampe de lancement de la nouvelle évangélisation, dans ZENIT le 09/03/2012, [lire en ligne]
  35. (fr) Saint-Étienne, martyr et modèle pour la nouvelle évangélisation, dans News.va le 26/12/2012, [lire en ligne]
  36. (fr) Nouvelle évangélisation : le prochain Synode est sur les rails, dans Radio Vatican le 27/02/2012, [lire en ligne]
  37. Frédéric Manns, Op.cit., pp. 81-82.
  38. Frédéric Manns, Op.cit., p. 85.
  39. Frédéric Manns, Op.cit., p. 82.
  40. Frédéric Manns, Op.cit., p. 84.
  41. (fr) Redemptoris missio — Sur la valeur permanente du précepte missionnaire, Rome, Vendredi 7 décembre 1990. n°36.
  42. Frédéric Manns, Op.cit., pp. 89, 93 et 102.
  43. Frédéric Manns, Op.cit., p. 93.
  44. (fr) Synode des évêques — XIIe Assemblée générale ordinaire — La parole de Dieu dans la vie et la mission de l'Église — Instrumentum Laboris, Cité du Vatican, 2008. Deuxième partie. Chapitre V.
  45. Frédéric Manns, Op.cit., p. 107.
  46. (fr) Exhortation apostolique post-synodale Verbum Domini du pape Benoît XVI aux évêques, au clergé, aux personnes consacrées et aux fidèles laïcs sur la parole de Dieu dans la vie et dans la mission de l'Église, 2010
  47. Frédéric Manns, Op.cit., p. 115.
  48. Frédéric Manns, Op.cit., p. 121.
  49. Frédéric Manns, Op.cit., p. 144.
  50. (fr) Développer la nouvelle évangélisation à travers le tourisme, dans ZENIT le 24/04/2012, [lire en ligne]
  51. (fr) "Le tourisme qui fait la différence" : message du Pape Benoît XVI, dans Radio Vatican le 23/04/2012, [lire en ligne]
  52. (fr) Catéchèse et nouvelle évangélisation intimement liées, dans Radio Vatican le 06/05/2012, [lire en ligne]
  53. Frédéric Manns, Op.cit., p. 133.
  54. Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, Op. cit., (cf. quatrième de couverture).
  55. (fr) Le « rôle stratégique » des étudiants internationaux, dans ZENIT le 30/11/2011, [lire en ligne]
  56. Jean Philibert, La nouvelle évangélisation. De Jean-Paul II à Benoît XVI, Paris, Éditions des Béatitudes, coll. « Spiritualité », 2012, 1re éd. (1re éd. 2012), p. 29.
  57. a et b (fr) "Mission métropoles", l'évangélisation au cœur des villes, dans Radio Vatican le 07/03/2012, [lire en ligne]
  58. a et b (fr) Lectures de l’Évangile de saint Marc et des Confessions de saint Augustin par des personnalités du monde du spectacle à Saint-Séverin, sur le site du Diocèse de Paris, [lire en ligne]
  59. a et b (fr) Belgique : Bruxelles vit la « joie » de la nouvelle évangélisation, dans ZENIT le 09/03/2012, [lire en ligne]
  60. Frédéric Manns, Op. cit., p. 74.
  61. a et b Graziano Manlio, Op. cit., p. 56.
  62. Graziano Manlio, Op. cit., pp. 56-57.
  63. Frédéric Manns, Op. cit., p. 71.
  64. Hans Küng (2012): Peut-on encore sauver l'Eglise, Editions le Seuil, Paris.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Document utilisé pour la rédaction de l’article : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Ouvrages[modifier | modifier le code]

  • (fr) Dominique Rey, La nouvelle évangélisation, c'est maintenant !, Paris, Éditions de l'Emmanuel,‎ 2012, 1e éd. (1re éd. 2012) (ISBN 978-2-353-89192-4)
  • (fr) Raniero Cantalamessa, Comme le sillage d'un beau vaisseau horizons pour une nouvelle évangélisation, Paris, Éditions des Béatitudes, coll. « EDB »,‎ 2012, 1e éd. (1re éd. 2012), 104 p. (ISBN 978-2-840-24442-4)
  • (fr) Rino Fisichella, La nouvelle évangélisation pour sortir de l'indifférence, Paris, Salvator,‎ 2012, 1e éd. (1re éd. 2012), 192 p. (ISBN 978-2-706-70949-4)
  • (fr) Jean Philibert, La nouvelle évangélisation. De Jean-Paul II à Benoît XVI, Paris, Éditions des Béatitudes, coll. « Spiritualité »,‎ 2012, 1e éd. (1re éd. 2012), 114 p. (ISBN 978-2-84024-430-1) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Gilles de Christen, Andrzéj Laton, Daniel J. Picot, Tarcisio Stramare et Joseph-Marie Verlinde, La place de saint Joseph dans la nouvelle évangélisation. Actes du Colloque 19-20 mars 2011, Saint-Maur, Parole et Silence,‎ 2012, 1e éd. (1re éd. 2012), 129 p. (ISBN 978-2-88918-029-5) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Frédéric Manns, Qu'est-ce que la nouvelle évangélisation ?, Montrouge, Bayard,‎ 2012, 1e éd. (1re éd. 2012), 188 p. (ISBN 978-2-227-48346-0) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Mario St-Pierre, L'intégration au service de la nouvelle évangélisation. Guide pédagogique, Paris, Éditions Néhémie,‎ 2011, 1e éd. (1re éd. 2011), 228 p. (ISBN 978-2-9810575-6-3)
  • (fr) Hervé-Marie Catta, La nouvelle évangélisation : des menhirs à Internet, Le Plessis-Robinson, France Catholique,‎ 2011, 1e éd. (1re éd. 2011), 206 p. (ISBN 978-2-953-60782-6)
  • (fr) Jean-Baptiste Maillard, Dieu est de retour : La nouvelle évangélisation de la France, Paris, Éditions de l'Œuvre, coll. « L'oeuvre spirituelle »,‎ 2009, 1e éd. (1re éd. 2009), 380 p. (ISBN 978-2-356-31035-4)
  • (fr) Collectif, Paroisse et nouvelle évangélisation - L'apport des mouvements ecclésiaux et nouvelles communautés, Paris, Éditions de l'Emmanuel,‎ 2009, 1e éd. (1re éd. 2009), 317 p. (ISBN 978-2-353-89066-8)
  • (fr) Mario St-Pierre, Les fondements bibliques de la croissance au service de la nouvelle évangélisation, Paris, Éditions Néhémie, coll. « L'Église en croissance »,‎ 2008, 1e éd. (1re éd. 2008), 284 p. (ISBN 978-2-9810575-0-1)
  • (fr) Henri Bourgeois, Théologie catéchuménale, À propos de la nouvelle évangélisation, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Théologies »,‎ 2007, 1e éd. (1re éd. 2007), 242 p. (ISBN 978-2-204-08321-8)
  • (fr) Alfonso Lopez Trujillo, Famille, vie et nouvelle évangélisation, Paris, Tequi,‎ 2005, 1e éd. (1re éd. 2005), 512 p. (ISBN 978-2-740-30815-8)
  • (fr) Lydie Garreau, Le cardinal Poupard face à l'athéisme. De crise en crise, l'effritement d'un pouvoir approche d'une nouvelle évangélisation, Paris, L'Harmattan,‎ 2004, 1e éd. (1re éd. 2004), 259 p. (ISBN 2-7475-6991-8)
  • (fr) Collectif, Enquête sur la Nouvelle Évangélisation, Paris, Le Sarment,‎ 2002, 1e éd. (1re éd. 2002), 390 p. (ISBN 978-2-866-79338-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • (fr) Raniero Cantalamessa, La vie dans la seigneurie du Christ, une nouvelle évangélisation commentaire spirituel de l'épître aux Romains, Paris, Éditions du Cerf, coll. « Théologies »,‎ 2001, 1e éd. (1re éd. 2001), 291 p. (ISBN 978-2-204-06711-9)
  • (fr) Collectif, Nouvelle évangélisation ; promotion humaine ; culture chrétienne, Paris, Les Éditions du Cerf,‎ 1993, 1e éd. (1re éd. 1993), 256 p. (ISBN 978-2-204-04939-9)
  • (fr) Leonardo Boff, La nouvelle évangélisation ; perspectives des opprimés, Paris, Les Éditions du Cerf,‎ 1992, 1e éd. (1re éd. 1992), 176 p. (ISBN 978-2-204-04573-5)
  • (fr) Léon-Joseph Suenens, Pour une nouvelle évangélisation, le chapelet Fiat, Paris, Éditions de l'Emmanuel,‎ 1986, 1e éd. (1re éd. 1986), 78 p. (ISBN 978-2-905-99502-5)

Articles[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]