Jean Bouilhou

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Jean Bouilhou

alt=Description de l'image Jean Bouilhou.jpg.
Fiche d'identité
Naissance 7 décembre 1978 (35 ans)[1]
à Pau[1] (France)
Taille 1,93 m (6 4)[1]
Position troisième ligne aile
Carrière en junior
Période Équipe  
Section paloise
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
1999-2013
2013-
Stade toulousain
Section paloise
375 (107)[2]
25 (5)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2001-2003 Drapeau : France France 2 (0)

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 15 juin 2014.

Jean Bouilhou, né le 7 décembre 1978 à Pau (Pyrénées-Atlantiques), est un joueur de rugby à XV français évoluant au poste de troisième ligne aile. Formé à la Section paloise, il rejoint le Stade toulousain en 1999 où il effectue ses débuts professionnels, avec qui il remporte notamment trois Coupes d'Europe et quatre championnats de France.

Repères biographiques[modifier | modifier le code]

Jean Bouilhou entre à l'INSA Toulouse en 1996 où il suit une scolarité aménagée (effectuant une année en deux ans). En quatrième année, alors qu'il intègre le Stade Toulousain, celui-ci parvient, en accord avec l'école, à un meilleur aménagement de l'emploi du temps du joueur que celui dont il bénéficiait lorsqu'il était encore à la Section paloise, résolvant ainsi les problèmes d'absentéisme qui avaient failli mener à son exclusion[3].

Il est marié avec la fille de Philippe Dintrans, ancien talonneur capitaine du XV de France, la comédienne et membre du Duo des Non Camille Dintrans[4].

Carrière[modifier | modifier le code]

Jean Bouilhou en position de sauteur lors du match Stade toulousain - CA Brive du 21 avril 2012

Bouilhou commence à jouer en minimes à la Section paloise alors qu'il n'avait alors pas d'intérêt particulier pour le rugby[5]. Ne rentrant à Pau que pour les week-ends en raison de ses études, il lui était « impossible, dans ces conditions, d'espérer jouer en équipe une. Il se contentait d'être avec les Espoirs »[5].

Il rejoint, pendant l'intersaison de l'année 1999, le Stade toulousain et fait partie, en 2001, de la « jeune génération », avec Nicolas Jeanjean, Frédéric Michalak et Clément Poitrenaud, à remporter le titre de champion de France face à l'AS Montferrand[1]. À cette période, il joue régulièrement troisième ligne centre[6]. Il est sélectionné en équipe de France pour un test match contre la Nouvelle-Zélande[7].

Le 11 janvier 2003, il marque son premier essai en coupe d'Europe lors d'un match contre Newport[8]. Il est sélectionné à nouveau en équipe de France

Il marque un essai lors du match de coupe d'Europe du 14 janvier 2005 contre les Llanelli Scarlets[8] ainsi que lors du match du 22 octobre de la même année contre la même équipe[8].

Il commence à être capitaine du Stade Toulousain au cours de la saison 2007-2008[9]. Durant la saison 2007-2008, Jean est souvent capitaine du Stade toulousain, c'est même lui qui sera capitaine lors de la demi-finale de Top 14 (gagnée contre le Stade-Français) et durant la finale du Championnat de France le 28 juin 2008 remportée 26 à 20 au Stade de France contre l'ASM Clermont.

Il est, à égalité avec Rob Linde et Lionel Nallet, le meilleur voleur de balles en touche du championnat de France 2010[10].

Capitaine, joueur emblématique et rarement absent, il est un joueur central et moteur dans le collectif toulousain. Le 1er novembre 2012, lors du match Toulouse-Racing Métro 92, il dispute son 375e match sous le maillot toulousain, battant le précédent record de Fabien Pelous[11]. La saison 2012/2013 est la dernière pour Jean au Stade Toulousain.

Il signe, en effet, le 3 juin 2013 à la Section Paloise, et effectue ainsi un retour auréolé de gloire au sein du club qui l'a formé.

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Il a honoré sa première cape internationale en équipe de France le 30 juin 2001 contre l'équipe de Nouvelle-Zélande.

Palmarès[modifier | modifier le code]

En club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

  • 2 sélections en équipe de France en 2001 et 2003
  • Équipe de France A :
    • 2003 : 4 sélections (Angleterre A, Écosse A, Irlande A, Italie A), 1 essai
    • 2002 : 1 sélection (Australie A)

Style[modifier | modifier le code]

Fabien Pelous, son coéquipier à Toulouse de 1999 à 2009, dit à son sujet que « parce qu’il n’est pas flamboyant ou pas barbu[note 1], Jean n’a pas la reconnaissance du grand public, mais il est toujours incroyablement efficace sur un terrain. »[14]. Pour Ludovic Ninet, journaliste sportif, Jean Bouilhou est « l’exemple du geste juste et du soutien permanent, troisième ligne cavaleur, toujours bien placé pour relayer le mouvement et maintenir le ballon en vie. Il saute aussi, dirige la touche toulousaine, prend ses balles et pique assez souvent celles de l’adversaire. Et puis il est capitaine »[14]. Zeba Traoré, le préparateur physique du Stade Toulousain, dit de lui qu'il est « un joueur singulier, qui compense l’écart en masse et en force musculaire avec ses vis-à-vis ou ses concurrents par une explosivité et une détente rares en rugby »[14].

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Référence à la « Chabalmania »

Références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c et d « fiche de Jean BOUILHOU », sur stadetoulousain.fr, Stade toulousain
  2. « Fiche joueur de Jean Bouilhou », sur www.itsrugby.fr (consulté le 15 juin 2014)
  3. Philippe Lauga, « Jean Bouilhou, forçat de l'Insa », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 4 avril 2003
  4. Jean-Luc Martinez, « Camille Dintrans essai transformé au théâtre », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 29 mai 2009 (consulté le 3 février 2011)
  5. a et b Xavier Thomas, « Bouilhou, flanker d'avenir », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 4 juin 2000
  6. Philippe Lauga, « Jean Bouilhou fait son trou », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 16 septembre 2000
  7. « Test Match - 2001 - France / Nouvelle Zélande », sur ffr.fr, Fédération française de rugby à XV,‎ 30 juin 2001
  8. a, b et c « Bouilhou, la cinquantaine rugissante », sur stadetoulousain.fr, Stade Toulousain,‎ 15 janvier 2008
  9. Xavier Thomas, « Top 14. Jean Bouilhou : « C'est bien le Stade qui va à Paris » », sur ladepeche.fr, La Dépêche du Midi,‎ 21 mars 2008
  10. Ludovic Ninet, « Le Top 14 passé au scanner : la touche, meilleurs preneurs de balle, meilleurs lanceurs et meilleurs alignements », sur rugbyconnection.com
  11. « Bouilhou, mister Toulouse », L'Équipe,‎ 2 novembre 2012 (lire en ligne)
  12. Riwan Demay, « Jean Bouilhou nouveau recordman français en H Cup », sur Le Rugbynistère,‎ 2012 (consulté le 21 Octobre 2012)
  13. « Bouilhou, mister Toulouse », sur L'Équipe,‎ 2012 (consulté le 2 Novembre 2012)
  14. a, b et c Ludovic Ninet, « Bouilhou, incontournable depuis dix ans », sur rugbyconnection.com,‎ 4 mai 2010

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :