Luke McAlister

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir McAlister.

Luke McAlister

Description de l'image  Luke McAlister 2013 (cropped).jpg.
Fiche d'identité
Nom complet Charles Luke McAlister
Naissance 28 août 1983 (31 ans)
à Waitara (Nouvelle-Zélande)
Taille 1,77 m (5 10)[1]
Surnom(s) Luckey[1]
Position Demi d'ouverture, Centre
Carrière en junior
Période Équipe  
Silverdale
Carrière en senior
Période Équipe M (Pts)a
2002-2007
2002-2007
2007-2009
2009-2011
2009-2011
2011-
North Harbour
Auckland Blues
Sale Sharks
North Harbour
Auckland Blues
Stade toulousain
21 (244)[2]
13 (80)[2]
30 (239)[2]
36 (204)[2]
12 (23)[2]
33 (263)
Carrière en équipe nationale
Période Équipe M (Pts)b
2005-2009

2005-2010
Drapeau de la Nouvelle-Zélande Nouvelle-Zélande

Maori
30 (153)

2 (8)[2]

a Compétitions nationales et continentales officielles uniquement.
b Matchs officiels uniquement.
Dernière mise à jour le 27 août 2011.

Charles Luke McAlister, né le 28 août 1983 à Waitara, est un joueur de rugby à XV international néo-zélandais. Il évolue au poste de demi d'ouverture au sein de l'effectif du Stade toulousain mais peut également évoluer au poste de trois quart centre.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il joue avec l'équipe de Nouvelle-Zélande des moins de 19 ans (2001 et 2002) et avec celle des moins de 21 ans (2004). Il dispute son premier test match le 9 juillet 2005 contre les Lions britanniques.

Joueur performant, capable de prendre la ligne d'avantage, McAlister est apparu avec les Néo-Zélandais à la fois comme le concurrent direct et à terme la doublure de Daniel Carter au poste de demi d'ouverture. Graham Henry, l'ancien sélectionneur de l'équipe de Nouvelle-Zélande, a l'idée de les associer : Carter en demi d'ouverture et McAlister en premier centre. Le fait que McAlister soit droitier et Carter, gaucher a tactiquement des avantages dans l'occupation du terrain par le jeu au pied. Luke McAlister, très bon botteur par ailleurs, peut suppléer selon les conditions du match, Carter dans le jeu au pied.

Lors du quart de finale perdu contre la France à Cardiff lors de la coupe du monde 2007, McAlister, aligné comme premier centre, prend le poste de demi d'ouverture suite aux blessures consécutives de Dan Carter puis de Nick Evans. Bien qu'il marque un essai lors du match, une partie de la défaite peut lui être imputée. En effet, McAlister a mis par deux fois son équipe en difficultés. La première fois en écopant d'un carton jaune à la 45e minute obligeant son équipe à jouer à 14 pendant 10 minutes. La deuxième fois en ne réussissant pas à transformer l'essai de Rodney So'oialo.

Joueur de face.
Luke McAlister sous les couleurs du stade toulousain

En signant en 2007 à Sale, sous les ordres de Philippe Saint-André, il prend la décision de mettre entre parenthèses sa carrière internationale. Le fédération néo-zélandaise ne prévoit pas en effet la sélection de ses joueurs dans des championnats étrangers. Par ailleurs Luke M cAlister, avait déjà vécu à Manchester de 4 à 13 ans où il a pratiqué du football à l'académie de Manchester United. À la fin de la saison 2008-2009, les médias sportifs le disent hésitant, à retourner jouer dans le Super 14, comptant désormais parmi les stars du championnat anglais. Malgré l'éternelle comparaison qu'on lui fait avec Daniel Carter en Nouvelle-Zélande, il signe, en 2009, dans la province de North Harbour et joue avec les Auckland Blues. Il explique alors que sa décision est principalement liée à sa volonté de partager du temps avec sa fille Astyn qui vit à Auckland depuis la séparation de McAllister avec sa femme[3].

À son retour, il obtient une dérogation de la Fédération néo-zélandaise de rugby à XV (NZRU),afin de lui permettre d'évoluer sous le maillot des All Blacks bien qu'il ne satisfasse pas à la règle qui spécifie que tout sélectionné doit avoir joué dans les championnats domestiques, Super 14 ou Championnat National des Provinces[4]. Après trois rencontres, deux contre les Français puis une face à l'Italie[5], il dispute trois rencontres du Tri-nations 2009, avec une seule place de titulaire. Il fait également partie de l'effectif lors de deux autres rencontres, mais ne rentre pas en jeu. La Nouvelle-zélande, après quatre titres successifs dans cette compétition, termine deuxième derrière l'Afrique du Sud. Il dispute deux autres tests en novembre de la même année, face à l'Italie puis la France, ce qui constitue sa dernière apparition avec les All Blacks[6], puis un match face aux Barbarians.

Toutefois, son rendement avec ses équipes de provinces ne sont pas conformes aux attentes[7] : il manque le début de la saison 2010 de Super 14 en raison d'une blessure au molet d'un coup sur le nez[8], disputant finalement trois matchs en tant que titulaire avec les Blues et dix avec North Harbour[9]. La saison suivante, il est également peu utilisé par l'entraîneur des Blues, Pat Lam qui lui préfère Stephen Brett au poste de demi d'ouverture[9].

Cela s'avère insuffisant pour s'avérer être un candidat à une place au sein du groupe de joueurs destinés à disputer la coupe du monde de 2011. Ainsi, en mars 2011, il signe un contrat de trois ans avec le Stade toulousain, pour participer au Top 14 et à la H Cup[10]. Sa non sélection et une négociation avec North Harbour et la NZRU lui permet de ne pas terminer son contrat avec son club[11]. et de rejoindre le Stade toulousain. Il intégre ainsi l'effectif dès le début de la saison de Top 14 2011-2012, au contraire de nombreux autres joueurs. Il prend rapidement une place prépondérante au sein de l'équipe, s'avérant plus particulièrement lors des deux rencontres des phases finales, avec 18 points sur 24 face au Castres olympique en demi-finale[12], puis au Rugby club toulonnais en finale, où il inscrit les 18 points de son équipe[13],[14]. Son importante saison est récompensée par une présence parmi les trois candidats au titre de meilleur joueur de l'année du Top 14, avec le Castrais Chris Masoe et le Toulonnais Steffon Armitage, titre qui est finalement attribué à Masoe[15].

Sa saison suivante est également réussie sur le plan individuel, participant à vingt-et-un matchs de Top 14, pour trois essais. Éliminé lors de la phase de poule en Coupe d'Europe, le Stade toulousain bénéficie une nouvelle fois de l'apport de McAllister lors du barrage face au Racing Métro 92, rencontre où il inscrit 23 des 33 points de son équipe qui s'impose 33 à 19[16]. En demi-finale, il inscrit les 9 points de son équipe, mais cela s'avère insuffisant face aux 24 points du Rugby club toulonnais[17].

Luke McAlister transforme un essai sous les couleurs du stade toulousain le 10 mars 2012.

Lors de la saison 2013-2014, il se blesse lors d'une rencontre de la première phase de la Coupe d'Europe face aux Saracens. Cette blessure, rupture du tendon du biceps gauche, le prive de compétitions pendant trois à quatre mois[18]. Pendant son absence, il prolonge de deux ans son contrat avec Toulouse, ce qui le lie avec ce club jusqu'en 2017, une année supplémentaire étant également en option[19]. Son importance au sein du Stade toulousain se matérialise par les statistiques : avant son retour de blessure, McAllister a disputé 63 des 98 rencontres du Stade toulousain depuis son arrivée au club, pour un pourcentage de victoire de 76 %[20]. Après avoir également connu des problèmes de dos, il est titularisé par Guy Novès au poste de demi d'ouverture lors du quart de finale face au Munster[21], rencontre finalement perdue sur le score de [22]. Toulouse termine sa saison en Top 14 en barrage face au Racing Métro sur une défaite 21 à 16, rencontre où McAllister est aligné au poste de premier centre[23].

Statistiques[modifier | modifier le code]

Club et Province[modifier | modifier le code]

  • 51 matchs en Super Rugby: 389 points (6 essais, 67 transformations, 74 pénalités, 1 drop)
  • 76 sélections en province: 596 points (10 essais, 108 transformations, 109 pénalités, 1 drop)
  • 18 matchs en H Cup: 122 points (1 essai, 15 transformations, 29 pénalités)
  • 25 matchs en Premiership: 110 points (2 essais, 8 transformations, 28 pénalités)
  • 55 matchs en Top 14: 500 points (8 essais, 68 transformations, 108 pénalités)

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

  • 31 sélections depuis 2005
  • 153 points (7 essais, 23 transformations, 22 pénalités)
  • sélections par année : 5 en 2005, 7 en 2006, 10 en 2007, 9 en 2009;
  • Tri-nations disputés : 2006, 2007, 2009
  • En Coupe du monde : 4 matchs et 17 points en 2007
  • Équipe des Māori de Nouvelle-Zélande : Sélectionné en 2005 et 2010
  • Équipe de Nouvelle-Zélande des -19 ans : 2001-2002
  • Meilleur joueur de l'année 2002 des moins de 19 ans
  • Équipe de Nouvelle-Zélande des -21 ans : 2002-2004
  • Junior All Blacks : 2004-2005

Palmarès[modifier | modifier le code]

En Club[modifier | modifier le code]

En équipe nationale[modifier | modifier le code]

Luke McAlister a remporté trois tri-nations avec les All Blacks et est quart de finaliste de la Coupe du Monde 2007.

Coupe du monde[modifier | modifier le code]

Quart-de-finale France - All Blacks en 2007.
Détails du parcours de Luke McAlister en Coupe du monde.
Édition Rang Résultats Nouvelle-Zélande Résultats
L. McAlister
Matchs
L. McAlister
France 2007 Quart de finaliste 4 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/5

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite.

Tri-nations[modifier | modifier le code]

Détails du parcours de Luke McAlister dans le Tri-nations.
Édition Rang Résultats Nouvelle-Zélande Résultats
L.McAlister
Matchs
L.McAlister
Tri-nations 2006 1 5 v, 0 n, 1 d 5 v, 0 n, 1 d 6/6
Tri-nations 2007 1 3 v, 0 n, 1 d 3 v, 0 n, 1 d 4/4
Tri-nations 2009 1 3 v, 0 n, 3 d 2 v, 0 n, 2 d 4/6

Légende : v = victoire ; n = match nul ; d = défaite ; la ligne est en gras quand il n'y a aucune défaite.

Vie privée[modifier | modifier le code]

  • Il a une fille nommée Astyn, née le 4 novembre 2004.
  • Il fut marié à Brooke Mc Alister en 2006. Aujourd'hui divorcés.
  • Il a tatoué le prénom de sa fille sur son avant bras droit en dessous de symboles Maori, et sur son bras gauche il a tatoué le prénom de son fils avec 3 étoiles autour et un signe infini
  • Il a un fils nommé Connor, né le 25 avril 2010 avec Amanda Wilby. Ils sont séparés depuis le début de l'année 2012.
  • Il est le 1057ème All Black, il a, d'ailleurs, tatoué ce chiffre sur son pectoral gauche depuis l'été 2012

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Luke McAlister », sur www.salesharks.com, Sale Sharks (consulté le 23 avril 2011)
  2. a, b, c, d, e et f « McAlister Luke », sur www.itsrugby.fr (consulté le 30 septembre 2012)
  3. (en) Sam Worthington, « Canes still keen to sign McAlister », sur stuff.co.nz,‎ 21 avril 2009.
  4. « Rugby: McAlister autorisé par la Fédération néo-zélandaise à redevenir un All Black », sur rfi.fr,‎ 23 avril 2009.}}
  5. (en) « All Blacks pick Stephen Donald at No10 », sur theguardian.com,‎ 15 juillet 2009.
  6. (en) « All Blacks level series in slug fest », sur www.allblacks.co.nz, NZRU (consulté le 23 avril 2011).
  7. « Luke McAlister, le Prince d’Ernest Wallon », sur .superrugbynews.fr,‎ 4 novembre 2012.
  8. (en) « Luke McAlister makes Super 14 return on Auckland Blues bench », sur dailytelegraph.com.au,‎ 1er avril 2010.
  9. a et b (en) David Long, « No fond farewell for enigmatic Luke McAlister », sur stuff.co.nz,‎ 16 août 2011.
  10. « McAlister à Toulouse », sur www.lequipe.fr, L'Équipe (consulté le 23 avril 2011)
  11. (en) « McAlister secures NZRU release », sur espnscrum.com,‎ 16 août 2011.
  12. « Top 14 : Toulouse bat Castres et défendra son titre en finale », sur lemonde.fr,‎ 2 juin 2012.
  13. « Finale Top 14 Toulouse - Toulon : Luke McAlister d'octobre à juin », sur sudouest.fr,‎ 10 juin 2012.
  14. Vincent Pere-Lahaille, « Ô Toulouse ! Ô Brennus ! », sur lequipe.fr,‎ 9 juin 2012.
  15. « Chris Masoe, élu meilleur joueur du TOP 14 », sur tempsreel.nouvelobs.com,‎ 16 octobre 2012.
  16. Thibault Perrin, « FLASHBACK VIDEO. 2013. Luke McAlister punit l'indiscipline du Racing-Métro lors du barrage face au Stade Toulousain », sur .lerugbynistere.fr,‎ 9 mai 2013.
  17. Thibault Perrin, « VIDEO. FLASHBACK. 2013. Le coup de pied millimétré de Michalak et l'essai refusé à Jauzion marquent la demi-finale entre Toulon et Toulouse », sur .lerugbynistere.fr,‎ 16 mai 2013.
  18. (en) « Kiwi Luke McAlister could miss four months with Toulouse », sur couriermail.com.au,‎ 10 octobre 2013.
  19. « Luke McAlister reste à Toulouse », sur france3-regions.francetvinfo.fr,‎ 19 février 2014.
  20. « Top 14: avec McAlister à Toulouse, ça change tout », sur courrier-picard.fr,‎ 21 mars 2014.
  21. « H Cup - Munster-Toulouse: McAlister préféré à Beauxis », sur francetvsport.fr,‎ 5 avril 2014.
  22. « H Cup : Munster assomme Toulouse et file en demi-finale », sur lemonde.fr,‎ 5 avril 2014.
  23. « Top 14 : le Racing-Métro sort Toulouse de la course », sur lemonde.fr,‎ 9 mai 2014.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :