Champagne-au-Mont-d'Or

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Champagne.
Champagne-au-Mont-d'Or
La mairie
La mairie
Blason de Champagne-au-Mont-d'Or
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Rhône-Alpes
Département Rhône
Arrondissement Lyon
Canton Écully
Intercommunalité Grand Lyon
Maire
Mandat
Bernard Dejean
2014-2020
Code postal 69410
Code commune 69040
Démographie
Gentilé Champenois(es)[1]
Population
municipale
5 165 hab. (2011)
Densité 1 994 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 44″ N 4° 47′ 29″ E / 45.795556, 4.79138945° 47′ 44″ Nord 4° 47′ 29″ Est / 45.795556, 4.791389  
Altitude 210 m (min. : 200 m) (max. : 308 m)
Superficie 2,59 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte administrative du Rhône
City locator 14.svg
Champagne-au-Mont-d'Or

Géolocalisation sur la carte : Rhône

Voir sur la carte topographique du Rhône
City locator 14.svg
Champagne-au-Mont-d'Or

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Champagne-au-Mont-d'Or

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Champagne-au-Mont-d'Or
Liens
Site web Site officiel

Champagne-au-Mont-d'Or est une commune française, située dans le département du Rhône en région Rhône-Alpes.

Géographie[modifier | modifier le code]

Situation[modifier | modifier le code]

Au nord-ouest de Lyon, la commune est située en bordure des monts d'Or.

Communes limitrophes de Champagne-au-Mont-d'Or
Dardilly Limonest Saint-Didier-au-Mont-d'Or
Champagne-au-Mont-d'Or
Écully 9e arrondissement de Lyon (quartiers de Vaise et de La Duchère)

Lieux-dits et quartiers[modifier | modifier le code]

Les Voutillières[modifier | modifier le code]

Hameau historique de la commune, l'ensemble du territoire de La Voutillière est inclus dans le bourg de Champagne-au-Mont-d'Or mais subsistent des riches demeures et quartiers anciens qui traduisent du passé du lieu.

Relief[modifier | modifier le code]

Le point culminant est situé sur le Mont-Louis, au nord-ouest du centre-ville à 308 mètres d'altitude[2],[3].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Desserte routière[modifier | modifier le code]

Le principal axe de circulation est la RD 306, ancienne RN 6, qui traverse la commune du nord au sud, entre les communes de Limonest et de Lyon. Elle correspond aux avenues Général de Gaulle et de Lanessan.

L'autoroute A6 traverse la bordure ouest du territoire communal sur environ 800 mètres.

Transports en commun routiers[modifier | modifier le code]

Trois lignes des TCL sillonnent la voirie communale :

  • La ligne Ligne 21 relie la gare de Lyon-Vaise dans le 9e arrondissement de Lyon aux communes de Limonest, Lissieu et Chasselay. Elle traverse Champagne sur son axe principal en empruntant les avenues de Champagne, de Lanessan et Charles de Gaulle et dessert six arrêts. En outre, certains services, dans le sens aller le matin et dans le sens retour en fin d'après-midi, suivent un itinéraire plus à l'ouest, comprenant trois autres arrêts, en poursuivant par le chemin du Tronchon jusqu'à la limite avec Limonest.
  • La ligne Ligne 61 relie la gare de Lyon-Vaise à Lissieu (avec des services jusqu'à Chasselay et Saint-Germain-au-Mont-d'Or) en empruntant un itinéraire dans Champagne identique à celui de la ligne 21.
  • La ligne Ligne 66 en provenance de Saint-Just dans le 5e arrondissement de Lyon via Gorge de Loup, Vaise et La Duchère, dessert l'ouest de la commune et six arrêts en empruntant l'avenue de Montlouis puis le boulevard de la République jusqu'à son terminus Champagne-Écoles sur une voie réservée au début de la rue Pasteur (à sens unique) qu'elle emprunte ensuite dans le sens retour, puis de nouveau l'avenue de Montlouis, en marquant cinq arrêts seulement.

D'autre part, les lignes C14, 6, 19, 89, s11 et s15 desservent certains arrêts à proximité immédiate des limites de la commune. Enfin la partie du territoire de Champagne située à l'ouest de l'A6 est accessible par l'arrêt Moulin Berger de la ligne 89, tout proche mais situé sur Dardilly.

En outre, la ligne 18 des Cars du Rhône relie Lyon-Gorge de Loup à Villefranche-sur-Saône et Belleville et possède un arrêt sur le territoire de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Héraldique[modifier | modifier le code]

Armes actuelles de Champagne-au-Mont-d'Or

Elles peuvent se blasonner ainsi aujourd’hui :

D'argent à la bande d'azur, chargée en chef d'un navire d'argent et en pointe d'un lion du même et accompagnée de deux clefs, celle du chef de gueules et celle de la pointe de sinople et un château d'or à deux portes maçonné de sable brochant sur la bande à la champagne de gueules à trois monts d'or.

M. Jean Tricou a réalisé ce blason en 1967.

Histoire[modifier | modifier le code]

Époque romaine[modifier | modifier le code]

Monnaie de Clodius Albinus (194) ayant participé à la bataille de Lugdunum. Une tradition rapporte qu'elle aurait eu lieu sur le territoire communal.

L'histoire du territoire communal à l'époque romaine est mal connue. La fondation de Lugdunum, la future Lyon en 43 av. J.-C. a des conséquences sur les territoires alentours : construction de voies, d'aqueducs, de fermes et villas destinées à l'approvisionnement de Lugdunum. En l'absence de sources textuelles, épigraphiques ou iconographiques, seules les découvertes archéologiques permettent d'établir quelques faits relatifs à Champagne.

La fourniture en eau de Lugdunum nécessite la construction successive de quatre aqueducs, dont deux traversent ou sont contigus à la commune actuelle :

L'approvisionnement en eau et en nourriture de la ville voisine implique la présence de fermes de cultures aux alentours et il n'est pas exclu que le territoire communal ait été le cadre de telles installations, notamment en présence des aqueducs[C 1] et de la découverte de céramiques, de briques et de tuiles antiques[CAG 69 1]. Le réseau de voies rayonnant autour de Lugdunum mis en place par Agrippa traverse peut-être la commune[C 1] bien que rien ne vienne attester cette hypothèse.

En 197 eut lieu la bataille de Lugdunum, opposant les troupes de Clodius Albinus, gouverneur des Gaules retranché dans Lugdunum et l'empereur Septime Sévère[C 1]. Elle a pu se dérouler sur le territoire actuel de Champagne et de Vaise, mais d'autres lieux ont été également proposés et aucune découverte archéologique ne vient préciser cette hypothèse.

Du Moyen Âge à la Renaissance[modifier | modifier le code]

Vers l'an 1000, il existe un important domaine agricole dépendant de la puissante abbaye d'Ainay, la Villa Campana in agro Monte auriacensi qui a donné son nom à la contrée[C 2].

Pendant des siècles, Champagne demeure une vaste zone cultivée sur la paroisse de Saint-Didier-au-Mont-d'Or. On note toutefois la présence du hameau de La Voutillière dès 1378[C 2] dont les origines remontent peut-être à l'Antiquité[4]. Repéré sur la Carte de Cassini sous le pluriel Les Voutillières, cette toponymie traduit la présence de quatre hameaux sur le territoire. Rattaché à la paroisse de Saint Didier pour la collecte de la dîme, le territoire était partagé entre le seigneur de Saint-André pour la partie nord et le seigneur de Saint-Cyr, chanoine comte de Lyon pour la partie sud. Au-delà du hameau principal, des fermes isolées se trouvaient le long du chemin de Saint-Didier à Lyon. Étymologiquement, la toponymie remonte au bas Moyen Âge et serait basée sur le terme voulte qui signifiait tournant sans préciser s'il s'agit du virage d'un chemin, de l'aqueduc des monts d'Or, du ruisseau de Rochecardon ou d'un ouvrage en forme d'arc de cercle. La partie nord du hameau porte le nom de Bidon, nom emprunté à une importante famille qui posséda les lieux.

XVIIe et XVIIIe siècles[modifier | modifier le code]

Au XVIIe siècle, plusieurs moulins sont construits au fond du vallon des Voutillières pour moudre le blé, dont le dernier cessera son activité en 1956 après avoir été utilisé, depuis le XiXe siècle, pour mouliner la soie utilisée par les canuts de La Croix-Rousse.

De 1749 à 1751, on trace une route entre Limonest et le haut de la montée de Balmont, qui ne sera empierrée qu'en 1787 et deviendra un tronçon de la route impériale de Paris à Lyon. Champagne n'est alors qu'un hameau que les documents cadastraux datant de la Révolution française permettent de situer à l'angle des actuelles avenue Lanessan et rue Dellevaux.

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

Tout au long du XIXe siècle, Champagne se développe principalement le long de cette voie pour devenir une bourgade active de 600 habitants. Sans aide extérieure, les habitants parviennent malgré tout à réunir les 60 000 francs nécessaires à la construction de l'église qui est consacrée en 1864. La localité se dote également d'une école, d'une compagnie de pompiers et ouvre son propre cimetière en 1884. Elle est aussi bientôt raccordée aux réseaux d'eau et de gaz avant d'être reliée à la grande ville par un tramway de la Société anonyme du tramway d'Écully en 1898. Lors de l'absorption de cette société par l'OTL, la ligne prend le numéro 21[5].

1901, naissance de la commune[modifier | modifier le code]

L'indépendance religieuse acquise, il reste à obtenir l'autonomie administrative. En 1875, les Champenois demandent la reconnaissance de Champagne en commune à part entière mais ils sont déboutés par le Conseil d'État. Après plusieurs tentatives, ils obtiennent le soutien décisif de Monsieur de Lanessan, ministre de la Marine grâce auquel la loi du 30 décembre 1900 sépare Champagne de Saint-Didier-au-Mont-d'Or et l'érige en commune distincte.

Le 1er janvier 1901, Champagne-au-Mont-d'Or naît avec le XXe siècle. Une cérémonie officielle se déroule le 11 août de la même année autour d'un banquet de 147 couverts en la présence de Monsieur de Lanessan.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

L'avenue de Lanessan, dans les années 1900 avec le tramway.
La station du tramway, vers 1904.

La Première Guerre mondiale touche la commune qui déplore la perte de 39 de ses enfants[6]. Six autres noms viennent s'ajouter sur le monument aux morts à l'issue de la Seconde Guerre mondiale. La libération intervient à Champagne le 3 septembre 1944.

Le 25 mai 1949 a lieu en mairie la réception de Vincent Auriol, président de la République[C 3]. L'inauguration du groupe scolaire Dominique Vincent se déroule le 30 septembre 1951 en présence d'Édouard Herriot, accompagnée d'un banquet fêtant le cinquantenaire de la commune. Le 1er janvier 1969, la commune entre dans la Communauté urbaine de Lyon nouvellement créée.

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

Le nouveau siècle s'ouvre par les célébrations du centenaire de Champagne les 5, 6 et 7 janvier 2001 avec notamment le spectacle Il était une fois Champagne, la route raconte… donné à l'Espace Monts d'Or. Interprété par des habitants de la commune et des associations culturelles, musicales, théâtrales et sportives, il connaît un vif succès auprès du public champenois.

En mars de la même année, une nouvelle municipalité s'installe et lance un mouvement de grands travaux, poursuivi après les élections de 2008 :

  • 2002 : réfection des allées du cimetière, création d'une piste de skate.
  • 2003 : remise en état du parc des cèdres, reconstruction des façades de l'église, rénovation des gymnases.
  • 2005 : réfection de la rue Jean-Marie Michel et du parc de jeux des Lutins.
  • 2006 : inauguration de la place de la Liberté, ouverture de la bibliothèque municipale et du centre de loisirs du Coulouvrier.
  • 2007 : extension de la crèche des Pastourelles, requalification de l'avenue de Lanessan.
  • 2008 : installation des services techniques dans de nouveaux locaux avenue de Lanessan.
  • 2009 : construction de la médiathèque Le 20.
  • 2012 : réaménagement de la place Ludovic Monnier ainsi que des abords de l'église.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs depuis la création de la commune en 1901
Période Identité Étiquette Qualité
2014 en cours Bernard Dejean[7] DvD  
2008 2014 Gaston Lyonnet UMP  
2001 2008 Bernard Sauzay DvD  
1995 2001 Claude Favre-Bully DvD  
1991 1995 René Javaud    
1977 1990 Barthélemy Bonora    
1965 1977 René Rollet    
1947 1965 Joannès Chol    
1945 1947 Antoine Maurice    
1944 1945 René Musson    
1941 1944 Délégation spéciale    
1925 1941 Dominique Vincent    
1921 1925 Louis Archinard    
1917 1921 Pierre Dellevaux    
1912 1917 Charles Piguet    
1901 1912 Pierre Dellevaux    

Intercommunalité[modifier | modifier le code]

La commune fait partie de la communauté urbaine du Grand Lyon depuis l'origine. Elle est représentée au conseil communautaire par un siège.

Budget et fiscalité[modifier | modifier le code]

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 5 165 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1901. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
997 1 010 994 1 179 1 478 1 557 1 652 2 093 2 320
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
2 903 3 876 4 516 4 763 4 934 4 955 4 961 4 962 5 165
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2004[9].)
Histogramme de l'évolution démographique


Enseignement[modifier | modifier le code]

L'école privée Saint-Joseph

Champagne-au-Mont-d'Or est située dans l'académie de Lyon.

Manifestations culturelles, salons et festivités[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

La commune a développé deux jumelages avec :

Localisation des villes jumelées avec Champagne-au-Mont-d'Or
Localisation de la ville
Champagne-au-Mont-d'Or

Santé et services sociaux[modifier | modifier le code]

  • Crèche des Pastourelles : créée en 1989 dans des locaux nouveaux de la rue Pasteur, elle pouvait alors accueillir 21 enfants. En 1996, un premier agrandissement a étendu la capacité d'accueil à 32 places. Enfin, l'extension de 2007 porte désormais l'effectif à 50.

Sports[modifier | modifier le code]

La commune abrite le club de football Champagne Sport Football, créé en 1968[10].

Environnement[modifier | modifier le code]

Limite naturelle entre la commune et celle de Saint-Didier-au-Mont-d'Or, le vallon de Rochecardon est un espace naturel en partie préservé de l'urbanisation. Un sentier de découverte botanique et zoologique y est aménagé.

La commune est signataire de la charte « zéro pesticides » de la FRAPNA[11].

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Avec six autres communes, Champagne fait partie de Techlid, Pôle économique ouest du Grand Lyon. À vocation essentiellement tertiaire, celui-ci regroupe plus de 6 000 établissements et 35 000 emplois.

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Patrimoine religieux[modifier | modifier le code]

  • Église Saint-Louis-Roi : érigée en 1862 en style néo-gothique, consacrée le 12 juin 1864, elle aura coûté 60 000 francs. En 2003, les bardages métalliques ont été remplacés par des façades en pierres dorées, de nouvelles ouvertures en forme d'ogives ont été ajoutées. Enfin l'édifice a été mis en lumière et un accès pour personnes à mobilité réduite a été créé.
  • Croix de pierre, érigée en 1804 par Jean Dellevaux, à l'angle de l'avenue de Lanessan et de la rue Dellevaux.
  • Croix de pierre, au 34, rue de la Mairie. Sur le socle l'inscription O Crux ave spes unica est en partie effacée.

Patrimoine civil[modifier | modifier le code]

  • Mairie : construite comme presbytère en 1871, transformée en mairie en 1907, elle fut surélevée d'un étage en 1978.
  • Monument aux morts : situé au milieu du cimetière, il est construit en 1921 sur les plans de l'architecte Sériziat par un marbrier champenois M. Sklénard. En forme d'obélisque, sur ses faces sont gravés les noms des morts de la commune lors des différents conflits : 1 en 1871, 39 en 1914-18, 6 en 1939-45, 1 en Indochine et 2 en Tunisie.
  • La Malmaison, maison bourgeoise entourée d'un parc située au cœur du hameau de la Voutillière, ancienne propriété de Léa et Napoléon Bullukian.

Équipements culturels[modifier | modifier le code]

  • Espace Monts-d'Or. Situé chemin des anciennes vignes, il est construit en 1992-93 sous la municipalité de M. Javaud sur un terrain surplombant le stade. Cette salle comporte un espace divisible pouvant accueillir jusqu'à 700 personnes, une scène avec des loges et une cuisine. Elle est utilisée pour des concerts, des spectacles, des fêtes d'associations ou des repas.
  • Médiathèque "le 20". Elle est située au 20, boulevard de la République et a ouvert ses portes le 18 septembre 2009 avant d'être inaugurée le 10 octobre suivant. Elle comprend un espace jeunesse et une salle de conférence de 90 places au rez-de-chaussée et l'espace adultes à l'étage.

Espaces verts/fleurissement[modifier | modifier le code]

En 2014, la commune de Champagne-au-Mont-d'Or bénéficie du label « ville fleurie » avec « deux fleurs » attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au concours des villes et villages fleuris[12] pour la troisième année consécutive.

Archives et généalogie[modifier | modifier le code]

  • Registres paroissiaux depuis 1583 (à Saint-Didier) et d'état civil depuis 1901.
  • Dépouillements généalogiques :
  • Délibérations municipales depuis 1901.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Plaque de rue : l'avenue de Lanessan, axe principal de la commune, qui célèbre le ministre Jean-Marie de Lanessan
  • Jean-Marie de Lanessan (1843-1919), homme politique, parlementaire, ministre de la Marine dans le cabinet Waldeck-Rousseau, il apporta un appui décisif dans l'adoption de la loi créant la commune. Son nom a été donné à la principale artère traversant la commune (ex-Nationale 6, aujourd'hui D 306).
  • Napoléon Bullukian (1905-1984), entrepreneur d'origine arménienne qui possédait sur la commune La Malmaison. Il légua ses biens à la Fondation de France pour créer la Fondation Léa et Napoléon Bullukian. Avec son épouse, ils sont inhumés au cimetière de la commune.
  • Frédéric Dugoujon (1913-2004), homme politique, parlementaire, maire de Caluire-et-Cuire de 1965 à 1983 et conseiller général du Rhône de 1945 à 1994. Il est né dans la commune.
  • Maurice Boucher (1917-97), élu champenois, président de l'Amicale laïque, président de la délégation départementale de l'Éducation nationale, il a donné son nom à un concours d'éducation civique.

Cultes[modifier | modifier le code]

  • Catholique : la paroisse de Champagne-au-Mont-d'Or appartient au diocèse de Lyon, à l'archidiaconé de Lyon et au doyenné de Dardilly-Écully-Vaise. L'actuel prêtre desservant est le père Christophe Buisse en fonction depuis 2012.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  • Anne-Catherine Le Mer, Claire Chomer, Carte archéologique de la Gaule, Lyon 69/2, Paris,‎ 2007, 883 p. (ISBN 2-87754-099-5) Document utilisé pour la rédaction de l’article
  1. a, b et c p. 175
  • Comité des fêtes de la mairie de Champagne au Mont d'Or, Champagne au Mont d'Or, Décines,‎ 1980, 195 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  1. a, b et c p. 26
  2. a et b p. 27
  3. p. 88
  • Autres références :
  1. « Gentilé de Champagne-au-Mont-d'Or », sur www.habitants.fr (consulté le 12 janvier 2010)
  2. « Présentation », sur ville de Champagne-au-Mont-d'Or (consulté le 12 janvier 2010)
  3. Carte IGN no 3031 O, Lyon - Chaque courbe de niveau indique une altitude de 5 mètres supplémentaires. La courbe de niveau maximale est située à 305 mètres. L'absence d'une courbe de cote supérieure implique que l'altitude est comprise entre 305 mètres et 310 mètres
  4. Les Voutillères, Champagne-au-Mont-d'Or, Sortie patrimoine, septembre 2006. Association Roch'Nature
  5. « Ligne 21 (Pont Mouton – Champagne-au-Mont-d’Or) », Ferro-Lyon,‎ 2 septembre 2010 (consulté le 26 juin 2011)
  6. 39 noms sont gravés sur le monument aux morts mais 35 seulement sur les plaques apposées sur la façade de la mairie.
  7. « Champagne-au-Mont-d'Or. Bernard Dejean a été élu maire de la commune par le conseil », Le Progrès, 6 avril 2014
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  10. « Footeo », sur Fiche sur le palmarès du Champagne Sport Football (consulté le 12 janvier 2010)
  11. Carte des collectivités signataires sur le site de la FRAPNA.
  12. « Les villes et villages fleuris », sur le site officiel du « Concours des villes et villages fleuris » (consulté le 20 juillet 2014).

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Champagne-au-Mont-d'Or, images d'hier et d'aujourd'hui, 1994, édition par la mairie.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :