Hugobertides

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Les Hugobertides sont les membres d’une famille de la noblesse franque issue de Hugobert. Elle possède des terres entre Trèves et Cologne. Les Hugobertides se sont alliés à plusieurs grandes familles austrasiennes : Pépinides, Agilolfinges et Étichonides.

Documentation contemporaine[modifier | modifier le code]

Les informations connues sur cette famille sont issues des chartes et diplômes des VIe et VIIe siècles[1] :

  • en 697/8, Irmine, abbesse du monastère d'Oeren près de Trèves, fonde l'abbaye d'Echternach, et lui cède la moitié de la villa d'Echternach, ainsi que Baidalingo.
  • en 706, Pépin de Herstal et Plectrude, son épouse, fille d'Hugobert, cèdent à ce monastère d'Echternach la seconde moitié de la villa d'Echternach qu'ils tenaient de Théodard, fils du duc Théothar.
  • Adèle de Pfalzel, fille d'Irmine, abbesse du monastère de Pfalzel, qu'elle a obtenu après un échange avec le maire du palais Pépin, rédige son testament, la douzième année du règne d'un roi nommé Thierry. Elle est mère d'un Albéric, sœur d'une Ragentrude, cohéritière d'une Plectrude et possède une propriété à Bedelingis.
  • En 704, la religieuse Immine et ses filles Attale et Rolande cèdent au monastère d'Echternach des biens hérités de leurs parents situés à Bedelinga.
  • Albéric, fils d'Adèle est également fils d'Odon et frère de de Gerlinde, qui possède une vigne à Klotten en 699. En 715 le duc Arnulf possède des propriétés au même endroit, ce qui implique un cousinage.
  • Au début du VIIIe siècle, une abbesse de Nonnberg se nomme Ragentrude et est qualifiée de duchesse de Bavière. Il s'agirait de l'épouse de Thibert et la mère d'Hugobert, tous deux ducs de Bavière.
  • En 721, Bertrade de Prüm fonde le monastère de Prüm en présence de son fils le comte Caribert de Laon et de trois viri magnifici : Bernier, Rolande et Thierry. La même année, elle fait une donation importante au monastère d'Erternach, bien que Prüm aurait dû monopoliser toutes ses donations, ce qui implique une parenté étroite entre Bertrade et Irmine, renforcé par la présence d'une Rolande dans leur entourage.
  • à partir du XIe siècle, la tradition fait d'Irmine, abbesse d'Oeren à Trêves, une fille du roi Dagobert Ier et une sœur d'Adèle de Pfalzel.

Les incertitudes de la documentation[modifier | modifier le code]

Ces documents laissent la place à l'incertitude et à l'imprécision, ce qui à conduit à des divergences parmi les historiens qui ont tenté de reconstituer la généalogie de la famille. Ces incertitudes sont de plusieurs ordre :

  1. Baidalingo, Bedelingis et Bedelinga sont-ils un seul lieu ?
    • Non, selon plusieurs historiens[2],[3], expliquant qu'une même propriété ne peut avoir été cédé deux fois au même monastère et appartenir à une troisième personne.
    • Oui, selon d'autres[4], qui considère que la propriété de Bedelingen a été partagée à une génération antérieur.
  2. Irmine et Immine sont-elles une seule personne ? Attale et Adèle sont-elles également une seule personne ?
    • Non, selon plusieurs historiens[2],[3], qui constate que les actes mentionnant Irmine font état de sa qualité d'abbesse, alors que celui de 704 ne mentionne qu'« Immine, consacré à Dieu ».
    • Oui, selon d'autres[4], qui affirme que la mention « Immine, consacré à Dieu » est une abréviation de « Immine, au nom du Christ consacré à Dieu et quoiqu'indigne, par la grâce du Seigneur, abbesse » et considère qu'"Immine" est une mauvaise lecture d'"Irmine", l'écriture mérovingienne permettant ce genre de confusion.
    • Quant à Adèle et Attale, leur identification découle de celle de leur mère.
  3. Quel est le roi Thierry mentionné dans le testament d'Adèle de Pfalzel ?
    • Thierry III, selon plusieurs historiens[3],[5] : cela place le testament à la date de 685 ou 686. Selon eux, l'autre date (732 ou 733) ne peut convenir, car deux des personnages, Pépin († 714) et Albéric († 720) sont alors déjà morts et ne sont pas mentionnés comme tels, malgré la coutume de le faire. Il considère également que Pépin de Herstal était déjà maire du palais d'Austrasie à cette date.
    • Thierry IV, selon d'autres[2],[4], qui considère qu'en 686, Pépin de Herstal n'est pas encore maire du palais, l'étant devenu seulement vers 688 ou 690. La non mention des décès est imputable, selon eux, au copiste qui recopia le testament au XIIe siècle.


Hugobert
sénéchal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Irmine
abb. Oeren
 <= ? => 
Immine
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Plectrude
x Pépin de Herstal
maire du palais
 <= ? => 
Plectrude
 
Ragentrude
x Thibert
duc Bavière
 <= ? => 
Ragentrude
 
Adèle
abb. Pfalzel
x Odon
 <= ? => 
Attale
 
Rolande
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugobert
duc Bavière
 
 
 
Albéric
 
Gerlinde
x Adalbert
duc d'Alsace
 
 
 
 
 
 
 
 

Reconstructions généalogiques[modifier | modifier le code]

De ces points de vue différents, plusieurs reconstructions généalogiques ont été proposées.

La thèse classique[modifier | modifier le code]

Eduard Hlawitschka[4] conclue à l'identité entre les quasi-homonymes des différents actes, considère que le roi Thierry sous lequel Adèle de Pfalzel rédige son testament est Thierry IV et propose cette généalogie, qui est celle le plus souvent repris par les historiens, dont Pierre Riché[6]

 
 
Hugobert
sénéchal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Irmine
abb. Oeren
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Plectrude
x Pépin de Herstal
maire du palais
 
Ragentrude
x Thibert
duc Bavière
 
Bertrade
de Prüm
 
 
 
Adèle
abb. Pfalzel
x Odon
 
 
 
Chrodelinde
(ou Rolande)
x Bernarius
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugobert
duc Bavière
 
Caribert
cte Laon
 
Albéric
 
Gerlinde
x Adalbert
duc d'Alsace
 
Theodoric
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Bertrade de Laon
x Pépin le Bref
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Pépinides
 
Agilolfinges
 
Carolingiens
 
 
 
 
 
Étichonides
 
Wilhelmides
 
 
 
 
 
 

La thèse d'Édouard de Roquefeuil[modifier | modifier le code]

Édouard de Roquefeuil-d'Anduze réalise une reconstruction généalogique différente[3]. Il considère qu'Adèle de Pfalzel rédige son testament sous Thierry III, distingue Immine et Irmine comme deux personnes distinctes et reprend la tradition faisant d'Irmine d'Oeren et d'Adèle de Pfalzel des filles du roi Dagobert Ier.

 
 
 
 
 
Nantilde
 
Dagobert Ier
 
 
 
 
 
 
 
 
Ragentrude
 
 
 
 
 
Hugobert
sénéchal
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Clovis II
 
Sigebert III
 
Irmine
abb. Oeren
 
Adèle
abb. Pfalzel
x Odon
 
 
 
Ragentrude
x Thibert
duc Bavière
 
Plectrude
x Pépin de Herstal
maire du palais
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Thierry III
 
 
 
 
 
 
 
Albéric
 
Gerlinde
x Adalbert
duc d'Alsace
 
Hugobert
duc Bavière
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Immine
(Irmine)
 
 
 
Bertrade
de Prüm
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Attale
(ou Adèle)
 
Rolande
 
Caribert
cte Laon


La thèse de Christian Settipani[modifier | modifier le code]

En 1989, Christian Settipani reprend dans Les ancêtres de Charlemagne la thèse d'Eduard Hlawitschka, mais en la modifiant[7] : Ayant remarqué la présence de prénoms mérovingiens dans l'entourage de Bertrade de Prüm (Caribert et Thierry), il en fait une fille du roi Thierry III marié à un fils d'Hugobert et d'Irmine. Il distingue également deux Rolande, une fille d'Irmine et l'autre mariée à Bernarius :

 
 
Hugobert
sénéchal
 
 
 
 
 
 
 
 
Irmine
abb. Oeren
 
 
 
 
 
 
 
 
Thierry III
roi des Francs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Plectrude
x Pépin de Herstal
maire du palais
 
Ragentrude
x Thibert
duc Bavière
 
 
 
Adèle
abb. Pfalzel
x Odon
 
 
 
Rolande
 
N
 
Bertrade
de Prüm
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugobert
duc Bavière
 
Albéric
 
Gerlinde
x Adalbert
duc d'Alsace
 
 
 
 
 
Chrodelinde
(ou Rolande)
x (?) Bernarius
 
Caribert
cte Laon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Theodoric
 
Bertrade de Laon
x Pépin le Bref


Mais, dans un addenda qu'il publie en 2000, il fait état de nouvelle parution et modifie la généalogie des Hugobertides, sans s'étendre sur ses raisons[8]. Nulle doute qu'elles seront exposées dans la seconde partie de La Préhistoire des Capétiens :

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugobert
sénéchal
 
(Theodrada)
 
Irmine
abb. Oeren (697)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Adèle
abb. Pfalzel
x Odon
 
 
 
Ragentrude
x Thibert
duc Bavière
 
Plectrude
x Pépin de Herstal
maire du palais
 
Irmine
religieuse
(704)
 
Chariveus
cte Laon
680-692
 
 
 
 
 
Thierry III
roi des Francs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Albéric
 
Gerlinde
x Adalbert
duc d'Alsace
 
Hugobert
duc Bavière
 
Rolande
x (?) Guy
abb. Fontenelle
 
Adèle
 
Theodrada
x Heden
duc Thuringe
 
N
 
Bertrade
de Prüm
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Irmine
abb. Würzburg
(751)
 
Chrodelinde
(ou Rolande)
x (?) Bernarius
 
Caribert
cte Laon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Widonides
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Theodoric
 
Bertrade de Laon
x Pépin le Bref

Les origines de la famille[modifier | modifier le code]

Les parents d'Hugobert[modifier | modifier le code]

D'après les reconstitutions familiales, on retrouve au sein des Hugobertides les prénoms d'Hugobert (dérivé d'Hugues), d'Adèle et d'Albéric. On retrouve ces mêmes prénoms dans une autre famille, les Étichonides, issus d'Etichon-Adalric, duc d'Alsace, et de son épouse Bereswinthe. Ce dernier a pour fils Adalbert, Hugues (lequel est grand-père d'un autre Hugues et d'une Adèle) et Etichon (lequel est père d'un Hugues et d'un Albéric)[9],[10].

Il y a bien un lien de parenté connu entre les deux familles (Adalbert, fils aîné d'Etichon-Adalric épouse Gerlinde, petite-fille d'Hugobert), mais qui n'explique pas la présence des prénoms en question chez les frères d'Adalbert et leurs descendants. Il y a forcément un mariage à une génération antérieure. L'ascendance d'Etichon-Adalric est suffisamment connue pour constater que le mariage recherché n'y figure pas. La seule solution qui reste est de considérer une parenté proche entre Hugobert et Bereswinthe. Chronologiquement, ils pourraient être frère et sœur. Pour expliquer la transmission des prénoms d'Albéric et Adèle dans les deux familles, il faut qu'ils soient portés par des ancêtres proches d'Hugobert et Bereswinthe, probablement leur parents. La Chronicon Ebersheimense (XIIIe siècle) indique que Bereswinde était nièce de saint Léger d'Autun et avait une sœur reine des Francs, qui chronologiquement ne peut être que Chimnechilde, femme de Sigebert III[10].

À la génération précédente, l'onomastique propose un Hugues, connu comme maire du palais d'Austrasie de 616 à 618[10].

À la génération suivant celle d'Hugobert, il y a saint Hubert de Liège[11] que son nom indique comme proche parent d'Hugobert, mais comme Adèle de Pfalzel, Regentrude et Plectrude sont mentionnées comme cohéritière, il ne peut pas être fils d'Hugobert. Il peut cependant en être le neveu[12].

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Hugues
maire du palais
(616-618)
 
 
 
 
 
Bodilon
propriétaire
en Dijonnais
 
Sigrade
religieuse
à Soissons
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
(Albéric)
 
 
 
 
 
(Adèle)
 
saint Léger
év. Autun
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N
 
 
 
Hugobert
sénéchal
 
 
 
 
 
 
 
Bereswinthe
x Etichon-Adalric
duc Alsace
 
 
 
 
 
Chimnechilde
x Sigebert III
roi Austrasie
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
saint Hubert
év. Liège
 
 
 
Adèle
abb. Pfalzel
x Odon
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Dagobert II
roi Austrasie
 
Bilichilde
x Childéric II
roi des Francs
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Albéric
 
Gerlinde
 
Adalbert
duc Alsace
 
Hugues
 
Etichon
 
 
 

Les parents d'Irmine[modifier | modifier le code]

L'acte de 704 nous apprend que Plectrude, femme de Pépin de Herstal, tenait une moitié de la villa d'Echternach de Théodard, fils du duc Théothar. Irmine d'Oeren avait possédé l'autre moitié, qu'elle avait cédé en 697 au monastère d'Echternach. Cette possession de moitiés d'une villa suppose un partage proche dans le temps et probablement entre le père d'Irmine et Théothar, qui étaient probablement frères. Il n'est pas possible de considérer une fraternité entre Irmine et Théodard car les lois de succession excluaient alors les filles du partage s'il y avait encore des fils survivants[13].

Le mari d'Irmine, Hugobert, est proche parent de saint Hubert, un évêque qui transféra le siège de son diocèse de Mastricht à Liège. Son second prédécesseur est saint Théodard. À l'époque les évêques se succédant à la tête d'un même diocèse étaient souvent apparentés et ce père d'Irmine et identifié à saint Thédoard[13].

Le titulaire du diocèse, qui succède à saint Théodard et précède saint Hubert, est saint Lambert, de la famille des Robertiens, auquel appartient Robert, duc neustrien et comte palatin en 654 et son épouse Théoda (ou Théodrada), veuve en 677. Cette Théodrada est proposée comme sœur de saint Théodard et du duc Théothar. Une autre sœur est proposée, l'épouse de Pantin et la mère d'Irmentrude, de qui Irmine a hérité des domaines en Zülpigau[13].

 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
saint Théodard
év. de Maastricht
 
Ne
x Pantin
 
Théothar
duc
 
Théodra(da)
veuve (677)
 
Robert
duc neustrien
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
N
 
Hugobert
sénéchal
 
Irmine d'Oeren
 
Irmentrude
 
Théodard
 
 
 
saint Lambert
ev. de Maastricht
 
 
 
 
 
 
 
 
 
saint Hubert
ev. de Maastricht
et de Liège
 

Quant à la mère d'Irmine d'Oeren, il a été proposé d'en faire une fille de Dagobert Ier et de Ragentrude en s'appuyant :

  • sur la tradition qui, à partir du XIe siècle fait d'Irmine une fille de Dagobert,
  • sur le fait qu'une fille d'Irmine se nomme Ragentrude, comme la concubine de Dagobert
  • sur le prénom d'Irmine, parfois confondu avec Immine, qui est le nom d'une sœur de Dagobert, mariée en 618 à Eadbald († 640), roi de Kent.

Mais ce n'est pas certain. En 1989, Christian Settipani présente cette hypothèse dans Les ancêtres de Charlemagne[14], mais souligne dès 1990 le caractère fragile de cette proposition, pour l'abandonner complètement en 2000[8].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Settipani 1989, p. 38.
  2. a, b et c Matthias Werner, Adelsfamilien im Umkreis des früher Karolinger. Die Verwandtschaft Irminas von Oeren und Adelas von Pfalzel, Sigmaringen,‎ 1982.
  3. a, b, c et d Edouard de Roquefeuil-Anduze, « Sur la famille de Berthe de Prüm », communication à l'Académie de Dijon,‎ 1988.
  4. a, b, c et d Eduard Hlawitschka, « Zu den Grundlagen des Aufstieg des Karolinger. Beschäftignung mit zwei Büchern von Matthias Werner », Rheinische Vierteljahrsblätter,‎ 1985, p. 1-61.
  5. Karl August Eckhardt, Merowinger Blut - I, Die Karolinger und ihre Frauen, Witzenhausen,‎ 1965, p. 23-59.
  6. Riché 1983, p. 350 (tableau généalogique III sur les Hugobertides).
  7. Settipani 1989, p. 28-30 et 38-42.
  8. a et b Christian Settipani, Addenda to Les Ancêtres de Charlemagne,‎ 2000 (lire en ligne).
  9. Foundation for Medieval Genealogy.
  10. a, b et c Settipani 1989, p. 55.
  11. Hubert est une simplification d'Hugobert.
  12. Settipani 1989, p. 37.
  13. a, b et c Settipani 1989, p. 40 et 57-8.
  14. Settipani 1989, p. 59-60.

Bibliographie[modifier | modifier le code]